AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253071242
Éditeur : Le Livre de Poche (28/03/2018)

Note moyenne : 3.53/5 (sur 128 notes)
Résumé :
Quand Abby rencontre Cameron, tout en lui l'agace. Biologiste, elle arpente seule la vallée des monts Brindabella pour observer le comportement des kangourous. Il est un jeune journaliste en quête d'un article pouvant susciter la polémique. Quand il cherche à la revoir, elle fait tout pour l'éloigner. Pourquoi prendrait-elle le risque d'être à nouveau blessée par la vie ? Un jour, elle rencontre une vieille dame, Daphne, qui a passé sa jeunesse dans ces montagnes et... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (50) Voir plus Ajouter une critique
missmolko1
  12 juillet 2019
J'avais envie de découvrir Karen Viggers depuis longtemps, à force de voir passer des critiques sur ses romans sur babelio, livraddict ou sur les blogs littéraires. Je me suis donc lancée en me disant que cela ferait une bonne lecture estivale et je ne me suis pas trompée. Je n'ai pas eu de coup de coeur mais j'ai passé un bon moment avec ce roman : le murmure du vent.
On suit deux personnages : Abby, une jeune biologiste qui étudie les kangourous (rien que ça c'est exotique et dépaysant) et Daphne, une vieille dame qui a vécu dans les montagnes dans sa jeunesse. Ces deux fortes femmes n'auraient jamais dû se rencontrer et pourtant elles vont toutes les deux beaucoup s'apporter. L'auteure dresse ici, deux très beaux portraits de femmes. Abby m'a parfois un peu lassé par son indécision notamment en ce qui concerne sa relation avec Cameron mais Daphne, elle m'a beaucoup touché et ému.
Ce n'est pas le roman de l'année mais ça se lit facilement. C'est bien écrit, mais surtout pour nous français, ce roman est terriblement dépaysant. On découvre un pan de l'Australie, de son histoire avec les aborigènes, des kangourous qui se reproduisent trop rapidement et des deux camps qui s'opposent pour régler le problème. Au fil des pages, on se balade dans les montagnes, dans le bush, on découvre des espèces de la faune et la flore totalement inconnus.
Je suis plutôt conquise et je lirai avec plaisir les deux autres romans de l'auteure qui trainent dans ma PAL depuis bien trop longtemps : La maison des hautes falaises et La mémoire des embruns.
Lien : https://missmolko1.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
Palmyre
  21 mai 2017
Abby est une jeune biologiste, elle termine sa thèse, elle étudie les kangourous des montagnes. Souvent seule pour faire ses observations et ses relevés, elle parcoure la vallée des monts de Brindabella, située au sud-ouest de Canberra.
Un jour, un journaliste, Cameron, vient l'interviewer sur son travail. Elle n'est pas très enchantée et elle fera tout pour s'éloigner de lui. Mais…
Dans ce parc national, Abby fait également la connaissance d'une vieille dame, Daphne. Instinctivement, les deux femmes se rapprochent. Elles partagent leur amour de cette terre, et au fur et à mesure des confidences plus personnelles.
Leur relation devient fusionnelle, elles ont besoin l'une de l'autre. Ce lien intergénérationnel nous le retrouvons également dans le premier roman de Karen Viggers, La mémoire des embruns, où Mary se confiait au jeune garde forestier. Comme a pu l'expliquer l'auteure, ce lien lui est très cher. Elle s'inspire de sa relation qu'elle avait avec sa grand-mère et essaie de la retranscrire dans ses romans.
Cette volonté de transmission, d'échange, semble bien plus que nécessaire à la vie entre tous. Elle permet la construction d'un lien social fort. Cette communication se déroule autour des lieux qu'elles visitent, où chacune se remémore des événements du passé qui ont marqué leurs vies. Mais également par le biais de boîtes où sont entassées pêle-mêle des souvenirs, comme une très belle robe de bal que Daphne porte pour la montrer à Abby.
L'autre fil conducteur de ce roman, c'est les kangourous. Ici, nous semblons fascinés par ces animaux. Mais il faut savoir qu'en Australie, ils peuvent être considérés comme nuisibles. Car au moment des périodes de sécheresse, les kangourous s'attaquent à l'herbage d'autres animaux comme les moutons ou les vaches. En surnombre, l'abatage est l'une des solutions. D'ailleurs, si vous êtes sensibles, l'une des scènes du roman est extrêmement bien décrite. Mais il existe d'autres solutions, c'est ce que l'auteure a expliqué lors d'une scène du roman, lors d'un colloque entre biologistes, écologistes et représentants du pouvoir public.
Vous l'aurez compris ce roman est d'une extrême richesse au niveau thématique, et parfois j'ai peut-être eu quelques difficultés à suivre le mouvement. Mais si je devais vous convaincre de lire les romans de Karen Viggers, je vous dirai de vous lancer immédiatement. Car elle a le don de décrire les paysages comme si vous y étiez. Vous avez vraiment l'impression d'y être, les scènes sont vivantes. Elle choisit ses personnages avec précision qu'elle fait évoluer au fil des pages. Amoureuse de la nature, elle s'attache à nous transmettre des émotions et la force que nous donne cette nature si riche.
Je vous laisse donc découvrir les oeuvres de Karen Viggers et voyager jusqu'au pays des kangourous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
ladesiderienne
  01 avril 2018
Ma première rencontre avec Karen Viggers s'est faite avec "La Maison des hautes falaises" qui avait pour thème principal la protection des baleines. Ce que j'aime beaucoup chez cette auteure australienne c'est sa façon de nous faire découvrir à chaque fois une facette de son pays puisque dans "Le Murmure du vent", elle se penche sur le sort des kangourous. Certes ses livres sont bâtis sur une intrigue amoureuse mais les qualifier de romans sentimentaux serait beaucoup trop réducteurs. Se servant de cette trame, grâce à une étude précise de ses personnages, de leur vécu, elle nous tisse l'histoire de l'Australie, aussi bien son passé que son présent.
Abby est une future biologiste qui fait une thèse sur le comportement des kangourous. En Australie, c'est un sujet très sensible entre les fermiers favorables à l'élimination de ces animaux qu'ils voient comme des nuisibles et les protecteurs de la faune sauvage. Elle accepte que Cameron, un jeune journaliste qui souhaite écrire un article sur le sujet, l'accompagne dans l'observation de ces marsupiaux. Il tombe rapidement sous le charme d'Abby, mais la jeune femme, empêtrée dans un passé familial douloureux ne souhaite pas s'engager. Lors de ses pérégrinations en montagne, elle fait la connaissance de Daphné, une vieille femme malade qui vient se ressourcer de temps en temps sur les terres qu'elle a exploitées autrefois et dont elle a été expropriée par l'état désireux de faire un parc national. Petit à petit, leurs confidences mutuelles vont aider Abby à avoir enfin confiance en l'avenir.
Dans un décor somptueux, Karen Viggers nous propose une belle histoire d'amitié intergénérationnelle, grâce à un attachement commun à la terre. Dans ses romans, la nature est vraiment un personnage à part entière. En racontant sa vie de labeur, Daphné va nous révéler une partie de l'histoire de l'Australie avec l'arrivée des colons dont elle faisait partie, qui ont pris le terrain aux aborigènes et qui, à leur tour, ont été expropriés par le gouvernement. Abby, elle, mettra plus de temps à se dévoiler et parler de ce passé familial difficile, vécu autour de la bipolarité de sa mère. Orpheline à treize ans, il reste un frein à son engagement d'aujourd'hui.
L'auteure soulève dans ce roman le problème de la surpopulation des kangourous qui menace l'écosystème. Elle nous propose diverses solutions dont la plus cruelle consiste en des abattages organisés, sans prendre parti. Au lecteur de se faire sa propre opinion : le débat est ouvert.
Des thèmes variés comme l'attachement à ses racines, l'influence du vécu personnel, la résilience après le deuil, l'écologie, la communion de l'homme et de la nature. La mise en valeur des sentiments aussi beaux que l'amitié, l'amour, l'attachement familial. Un écriture magnifique qui sait se faire aussi bien poésie que violence. Le tout dans un décor somptueux. Pour moi, le voyage en vaut la chandelle et c'est un 19/20 final. Mon seul regret consiste en un questionnement sans réponse sur l'avenir professionnel d'Abby.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
spleen
  27 novembre 2017
4 - 3 - 2
Ce n'est pas le top départ d'une course mais le nombre d'étoiles attribué au fur et à mesure de mes lectures des romans de Karen Viggers ...
J'aime la nature et ses grands espaces , les descriptions des paysages australiens me plaisent mais cette fois le coté trop romanesque l'a emporté et j'ai eu , en plus , beaucoup de mal avec le style "scolaire " de l'auteur .
Je laisse donc au beau milieu du bush , Abby, la jeune spécialiste des kangourous, l'élégant journaliste Cameron dont elle est tombée amoureuse et la vieille Daphne avec ses souvenirs de l'ancien temps !
Je ne suis pas sûre de tenter le prochain roman pour ne pas me retrouver dans le vide stellaire !
Commenter  J’apprécie          263
Ariane84
  07 mai 2017
Un joli roman sur le poids du passé et de l'héritage familial, mais également une belle ode à la nature australienne.
Nous suivons Abby jeune chercheuse qui étudie les kangourous dans une quête pour sa construction personnelle, qui l'amènera à faire plusieurs rencontres décisives, tout d'abord Cameron jeune journaliste, puis Daphne vieille dame.
Les sentiments sont bien décrits, et les évocations de la nature (faune, flore, paysages de montagne) sont très belles.
J'ai trouvé que l'histoire était belle malgré quelques clichés et des personnages pleins de bons sentiments.
Une lecture sympathique.
Commenter  J’apprécie          251
Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   10 juillet 2019
Et puis, elle se demande comment sortir son père de l’embarras, son père qui refuse le plus souvent de discuter de quoi que ce soit, son père qui sait si bien se cacher. Derrière les femmes ou l'alcool.
A la mort de Grace, il a émis de tels appels à l'aide que les femmes ont fondu sur lui tel un vol de cacatoès blancs sur les branches d'un grand eucalyptus.
Commenter  J’apprécie          120
piccolaninapiccolanina   16 septembre 2018
Si Kevin est distant et détaché , c'est qu'il dépend de ce travail pour vivre .
C'est dur et déplaisant , mais pas pire que de bosser dans un abattoir .
Tant que les hommes mangeront de la viande , des animaux devront être mis à mort .
Pourquoi cela serait-il pire avec les kangourous ? Qu'importe si ce qui les tue est une balle ? Ils n'ont été ni rassemblés , ni enfermés , ni transportés , ni forcés à piétiner , affamés , assoiffés , avant d'être poussés dans des couloirs vers une mort certaine . Peut-être leur sort est-il plus enviable que celui des bestiaux destinés à la consommation . Le kangourou , lui , mène une vie libre jusqu'à l'instant où un coup de feu la lui enlève , sans qu'il ait le temps de s'en rendre compte , et sans douleur .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
PalmyrePalmyre   20 mai 2017
Cette vieille maison en bois nichée au fond de la vallée servait souvent de refuge à Abby quand le temps se gâtait. C'était une merveilleuse construction très ancienne imprégnée d'histoire, hantée par les vies oubliées des familles de colons dont les voix avaient résonné entre ses murs de planches.
Commenter  J’apprécie          180
PalmyrePalmyre   19 mai 2017
C'est sans doute pour cela que je ne me suis jamais résolue à la jeter. Elle me rappelle cette manie qu'à la vie de vous réserver des surprises. Vous croyez que rien ne va plus, et tout à coup, on ne sait comment, vous vous trouvez au bon endroit.
Commenter  J’apprécie          200
ladesiderienneladesiderienne   31 mars 2018
Hier, elle est restée une heure au jardin à écouter les oiseaux : les cris des wattlebirds, des pies, des perruches. Elle les a regardés manger et voleter entre les buissons et les arbres - de minuscules troglodytes sautillants, des réveilleurs noirs déployant leurs ailes dans le ciel. Quant aux nuages, on aurait dit de fins écheveaux de coton se déplaçant sur un fond de satin bleu pâle.
Quel dommage qu'on ne puisse pas toujours être aussi présent au monde, se dit-elle, et qu'on ne puisse mettre en bouteille ces moments de lucidité comme du parfum.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
Videos de Karen Viggers (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Karen Viggers
Retrouvez vos "Live Books" du dix-septième numéro saison 2 de Gérard Part En Live ici :
X-Men : Grand Design T01 de Ed Piskor aux éditions Panini https://www.lagriffenoire.com/131696-achat-bd-x-men---grand-design-t01.html
X-Men : Grand Design T02 de Ed Piskor aux éditions Panini https://www.lagriffenoire.com/1001738-achat-bd-x-men---grand-design-t02.html
Poisons de Golo Zhao aux éditions Pika https://www.lagriffenoire.com/1000391-livres-mangas-poisons.html
Le cahier de recettes de Jacky Durand aux éditions Stock https://www.lagriffenoire.com/146941-divers-litterature-le-cahier-de-recettes.html
Stray bullets T01 de David Lapham aux éditions Delcourt https://www.lagriffenoire.com/147916-achat-bd-stray-bullets-t01.html
Un manoir en Cornouailles de Eve Chase et Aline Oudoul aux éditions 10-18 https://www.lagriffenoire.com/1002225-nouveautes-polar-un-manoir-en-cornouailles.html
La Disparition de Stephanie Mailer de Joël Dicker aux éditions de Fallois https://www.lagriffenoire.com/1002577-poche-la-disparition-de-stephanie-mailer-poche.html
Le bruissement des feuilles de Karen Viggers et Aude Carlier aux éditions Les Escales https://www.lagriffenoire.com/148246-divers-litterature-le-bruissement-des-feuilles.html
La Mémoire des embruns de Karen Viggers aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/6940-divers-litterature-la-memoire-des-embruns.html
Le Murmure du vent de Karen Viggers aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/108896-divers-litterature-le-murmure-du-vent.html
Godman, Tome 1 : Au nom de Moi de Jonathan Munoz aux éditions Fluide Glacial https://www.lagriffenoire.com/111366-achat-bd-godman.html
Godman, Tome 2 : Au nom de Möa Godman, Tome 2 de Jonathan Munoz aux éditions Fluide Glacial
La disparue de Saint-Maur (T.3) de Jean-Christophe Portes aux éditions City poche https://www.lagriffenoire.com/1002685-nouveautes-polar-la-disparue-de-saint-maur-t3.html
La Prisonnière du temps de Kate Morton et Anne-Sylvie Homassel aux éditions Presses de la Cité https://www.lagriffenoire.com/147457-divers-litterature-la-prisonniere-du-temps.html
Ragdoll de Daniel Cole et Natalie Beunat aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/104626-polar-livres-de-poche-ragdoll.html
L'Appât de Da
+ Lire la suite
autres livres classés : kangourouVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Qui est Jules ?

Indissociable de son frère Edmond, célèbre pour son journal rempli de médisances, il a donné son nom au plus célèbre des prix littéraires.

Jules Renard
Jules Verne
Jules Laforgue
Jules de Goncourt
Jules Vallès
Jules Roy
Jules Beaujoint, dit de Grandpré
Jules Barbey d'Aurevilly
Jules Supervieille
Jules Romains

10 questions
7 lecteurs ont répondu
Thèmes : prénoms , écrivain homme , xixème-xxème sièclesCréer un quiz sur ce livre
.. ..