AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2707313394
Éditeur : Editions de Minuit (31/08/1990)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Cette femme qui marche dans la nuit, un manuscrit sous le bras, le long d’une avenue déserte, a-t-elle ou non rendez-vous avec la mort ? Elle semble connaître la réponse mais que sait-elle exactement ? Toute son existence est liée à un livre, une immense anthologie dont les pages tracent le portrait d’une époque fictive – le II° siècle –, et tentent d’élucider les sombres mystères d’une société – la “ Renaissance ” – ; comme le ferait une mémoire contrainte, sous la... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Charybde7
  20 juin 2014
«Lisbonne dernière marge», premier roman publié par Antoine Volodine aux éditions de Minuit (1990), après ses quatre premiers livres parus chez Denoël, est un récit extraordinaire et vertigineux, dont chaque lecture approfondit l'abime.
Se fondant dans la foule des touristes de Lisbonne, Ingrid Vogel, militante de la guérilla urbaine, est en fuite après le démantèlement de son groupe par le BKA, accompagnée de Kurt Wellenkind, qu'elle appelle son dogue, un policier allemand membre du "Sicherheitsgruppe" qui a organisé par amour sa disparition et son exil. Elle doit embarquer d'ici quelques jours, seule, sur un bateau en direction de l'Asie pour échapper à la police allemande, après la défaite et l'écrasement de son mouvement.
«Elle aimait Lisbonne, et pas seulement à cause de la lueur rouge qui s'y était allumée, lors de ce fameux été, pour d'ailleurs presque immédiatement se ternir et agoniser ; elle aimait Lisbonne, ses habitants des années trente l'avaient conquise, son atmosphère d'Atlantide passive, de ville méditerranéenne transplantée, condamnée, par un mauvais sort, à la non-exubérance et au remâchement anachronique des souvenirs.»
Regardant avec terreur ce qui l'attend, l'exil lointain et solitaire sous une fausse identité, la fuite vers une forme d'inexistence, et se retournant sur l'histoire du XXème siècle, elle imagine une nouvelle forme de résistance par l'écriture après le désastre de la défaite, un roman crypté pour qu'on ne puisse pas remonter jusqu'à son auteur, assemblage vertigineux d'histoires qui sont emboîtées - table des matières et récits - à l'intérieur de ce roman où la mémoire d'Ingrid et la culture de la guérilla sont transposées en littérature, une littérature hantée par la passion jusqu'au-boutiste de la lutte, l'angoisse du combattant solitaire, et par l'horreur de la propagande et de la répression.
«Rue de l'Arsenal, à Lisbonne, les potences abondent.
"Les quoi ?" demanda-t-il, s'étonna-t-il. "Qu'est-ce que tu as dit ?
- Les potences", confirma-t-elle, avec un mouvement provocant de l'épaule.
Et : J'ai toujours voulu faire démarrer ainsi mon roman, par une phrase qui les gifle. Et lui : Ton roman ? Tu as vraiment l'intention d'écrire ? Qui gifle qui ? Et elle : Qui les gifle, eux, les esclaves gras de l'Europe, et les esclaves boudinés, et les cravatés, et les patrons militarisés par l'Amérique, et les serfs du patronat, et tous ces pauvres types asservis par tous, et les sociaux-traîtres et leurs dogues, et toi aussi, mon dogue, toi aussi.»
Alors qu'elle est au bord de la folie, reflet de sa rage et de son angoisse devant la vie aux marges qui l'attend, son récit éclaté en de multiples narrateurs hétéronymes, collectif de voix qui sert à brouiller les pistes, fait surgir par fragments un monde fictif et noir, la Renaissance du IIème siècle, se situant après un désastre qui ressemble à la seconde guerre mondiale et pose cette question obsédante de la fabrique de l'histoire, tout en faisant exploser, comme autant de feux d'artifice, des visions et un imaginaire foisonnant.
«La solitude de la lune des pirates, lorsque la nuit marbrée de bleu s'engrave, étouffante et elle-même vidée de toute substance, exsangue, la solitude de la lune des pirates est infinie.»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
nadejdanadejda   15 mai 2015
Dehors, l'air vibrait, bruissait, scintillait. A l'intérieur des murs, par contraste, les néons éclairaient mal des entrepôts nains où régnaient l'entassement et l'étroitesse, où trônaient les sacs ouverts et, sur les sacs, des tiroirs en équilibre, sur des fûts d'huile, des dames-jeannes. Une multitude d'épices en vrac, safran, curry et poivres de diverses qualités, corrigeaient les effluves lancinants de bacalhau, les tempéraient d'un piquant oriental. Ils burent un café au comptoir d'une pâtisserie et reprirent leurs zigzags au milieu de la foule. Avec une bonne heure et demie de retard, les bureaucrates portugais , tirés à quatre épingles, se hâtaient vers les ministères de la place du Commerce. p 14
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
nadejdanadejda   16 mai 2015
Il arrive que les lampadaires ne soient pas allumés, et que seule la lune consente à dispenser un peu de sa clarté sur la rue à l'abandon. Le vent chaud soulève un morceau de papier illisible, aux caractères décolorés, brouillés. L'homme s'accroupit, il se sent plus en sécurité lorsque sa cervelle se rapproche de l'asphalte ou de la terre. Presque invisible, à l'autre extrémité de la rue, la police vient également de s'accroupir. Là encore, il est impossible de dire qui a imité l'autre, si c'est la police qui a reproduit les gestes de l'homme, ou le contraire. Tout se calme, excepté cette feuille qui palpite contre une fenêtre avec des spasmes d'oiseau aveugle. Si la lune disparaissait derrière un nuage, que resterait-il ici-bas ? p 48
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Lire un extrait
Videos de Antoine Volodine (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antoine Volodine
Lutz Bassmann - Black Village
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Des romans sur une ile

Roman de l'auteur anglais William Golding publié en 1954 qui montre la fragilité de la civilisation. Il décrit le parcours régressif d'enfants livrés à eux-mêmes.

L'île
Robinson Crusoé
L'Île mystérieuse
Le Comte de Monte-Cristo
Shutter Island
L'Île au trésor
L’Île du docteur Moreau
Sa Majesté des mouches
L’Île du jour d’avant
Paul et Virginie

10 questions
81 lecteurs ont répondu
Thèmes : îles , mer , navire , pirates , corsaires , marinsCréer un quiz sur ce livre