AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226179798
Éditeur : Albin Michel (03/10/2007)

Note moyenne : 3.68/5 (sur 995 notes)
Résumé :
Après avoir rencontré Zeus au sommet de la montagne d'Aeden, Michael Pinson retrouve sa classe d'élèves dieux pour la partie finale. Ayant échoué à cet examen, il commet l'irréparable : tuer un autre élève dieu.
Alors condamné à redevenir un mortel, le pire châtiment, il va connaître les affres d'une vie normale avec la perspective qu'offre le savoir divin. Pourtant, l'épreuve s'avère moins dure qu'il ne le redoutait. Sur Terre 18, il rencontre le grand amour... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (55) Voir plus Ajouter une critique
nekomusume
  18 mars 2012
J'ai fait un grand break entre les 2 premiers tomes et le 3ème de cette trilogie des Dieux. Et puis les thanatonautes sont loin (15 ans) et comme c'est toujours l'histoire de Michael Pinson...
En même temps il y a beaucoup de rappels.
J'ai retrouvé les ingrédients d'un bon Werber, s'extraire de son plan pour avoir une vision globale, encyclopédie du savoir relatif et absolu, un peu d'ésotérisme équilibré d'un peu de sciences, les formules qui ont jalonné le cheminement de l'âme de Michael. En même temps je ne sais pas s'ils étaient placés au bon endroit : les dieux utilisent la science pour atteindre le monde des mortels (le passage d'un plan à un autre se fait par extraction dans une seringue en laboratoire, passage à la centrifugeuse, sublimation, condensation… ; et les humains utilisent la méditation et la décorporation pour atteindre les dieux ?
Et puis la super révélation de la fin, qu'y a t'il au dessus des dieux? Un peu décevante : la fin tire en longueur parce que Michael n'arrive pas à admettre qu'il ne peut pas passer au plan supérieur ni communiquer avec lui...
Pas mal de longueur aussi, et puis cette terre 18 qui reproduit l'histoire de terre 1 même sous l'influence de nouveaux dieux qui ont vécu cette histoire... l'explication des idées qui diffusent ne me convainc pas : Pourquoi des gens qui connaissent et admettent que les génocides et les guerres qui ont fait notre histoire sont des erreurs atroces de l'humanité, manipulent leurs pions de façon à ce qu'elles se reproduisent ?
Attention Spoilers : ET puis que va-t-il arriver à l'enfant que Michael a conçu avec une habitante de Terre 18? Sera-t-il une réincarnation de Mata Hari? Proudhon mettra-t-il cette terre à feu et à sang ou les delphiniens sauront-ils résister? Bref encore beaucoup de choses passées sous silence ce qui est logique dans une saga de cette importance même si on a réussi à avoir des info sur les âmes que Michael suivait quand il était ange.
Donc à suivre encore? Mais Michael est trop géniard, trop humain pour que j'arrive à comprendre pourquoi il a réussi à devenir Dieu...ou plus
Dans cette série de Werber nous sommes dans l'univers des fractales ; la même structure qui se répète à l'infini de l'infiniment petit à l'infiniment grand. C'est la mise en abime ultime, infinie. Ce qui m'étonne le plus avec lui c'est que ses théories trouvent toujours des justifications dans la science, la théologie, les mythologies. Comment arrive-t-il a absorber cette somme d'information, à les digérer ; les synthétiser et élaborer un scénario aussi impressionnant.
Je ne sais toujours pas si je l'ai aimé ou non mais je suis contente de l'avoir lu. Pour passionnés de Werber donc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
keria31
  18 juin 2015
Le tome le plus décevant dans l'ensemble.
Même si on a plaisir à retrouver Michael et ses amis dans cette aventure, même si on est curieux de découvrir enfin le secret des dieux, l'histoire, elle, malheureusement traîne en longueurs et devient trop confuse.
Le récit débute par la finale du jeu Y qui elle, est captivante, mais ensuite, on tend à se perdre : Michaël, sanctionné par les dieux, revient sur Terre 18 sous la forme d'un être humain. Ce passage est non seulement digressif, à mes yeux, mais surtout il soulève de nouvelles questions qui ne seront pas résolues à la fin du roman : Que va-t-il advenir de Delphine et du bébé ? Proudhon va-t-il mener l'humanité à une nouvelle guerre ? le monde virtuel (via le jeu vidéo sur les dieux) va-t-il complètement façonner la réalité de demain sur Terre 18 ? A lui seul, on pourrait dire que ce passage pourrait faire l'objet d'un nouveau roman.
Quant à la suite de l'aventure, le retour de Michaël en Aeden, elle aussi soulève des questions sans réponse : Comment la guerre entre les dieux va t-elle finir ?(pas de réponse) Pourquoi Zeus ou le grand Dieu a-t-il choisi de mettre un terme à l'expérience de l'école-dieux ?(pas de réponse) Autrement dit, on reste sur sa faim. Et, d'ailleurs, à cause de cela, l'objectif de Michaël pour trouver la seconde montagne devient ambiguë : veut-il trouver le grand dieu pour sauver Aeden en ramenant la paix ou pour répondre au mystère qu'il ne cesse de se poser dans les 2 premiers tomes ? En plus le passage en Enfer n'a pas été, non plus, convaincant : le décor est plutôt bien vu, impressionnant même, mais les propos d'Hadès sur le mal (qui ronge les âmes) sont très réducteurs. Comme si tous les maux de l'homme venaient de sa seule culpabilité !
Reste que l'on a toujours plaisir à lire les articles du Savoir relatif et absolu qui sont toujours aussi instructifs : Werber est impressionnant par la somme des connaissances qu'il sait si bien articuler. Le récit, aussi, recèle toujours autant de rebondissements et de fantaisies qui rendent l'aventure plutôt prenante.
Enfin, malgré tout, j'ai été déçue par ce tome d'autant plus que je ne sais pas quoi penser de la fin. Certes, elle est originale et rend hommage au rôle du lecteur pour l'écrivain mais je crois qu'on attendait quand même autre chose : notamment plus de réponses aux questions qui sous-tendent le récit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
brigittelascombe
  14 octobre 2012
Michael, en hébreu, signifie "qui est comme un dieu". Michael Pinson, lui, après avoir été un simple mortel médecin anesthésiste, puis Ange chargé de trois âmes, est devenu un élève dieu (amant de Mata Hari qu'il trompe avec Aphrodite: il ne se refuse rien!! mais comment résister à la déesse de l'amour?)s'apprêtant à jouer la finale des dieux dans des arènes divines. "Aimable", "peu charismatique", "angoissé", peu sûr de lui et gaffeur, son "projet de paix mondiale", est un échec car il n'a pas donné les armes à son peuple des Dauphins "pour lutter contre ses persécuteurs".
Après la mort de Mata Hari et son procès,endossant la personnalité du romancier Gabriel (tiens un prénom d'ange!) Askolein, il subira moult épreuves (au côté de Delphine, simple mortelle mais vrai "pétillement de neurones) et parviendra à savoir ce qui se cache au-delà de l'au-delà.
Entrecoupé de passages de L'encyclopédie du savoir relatif et absolu d'Edmond Wells, "instructeur" de Michael, ce récit complètement déjanté (on croise Simone Signoret "déesse des Hérons ou Toulouse-Lautrec dieu des "hommes-chèvres"; les Anges ont des "slogans"...) est très imaginatif et plus profond qu'il n'y parait au prime abord.
Sous le couvert d'un humour corrosif et de l'auto dérision, ce roman un (gros) brin fantastique, parle de mondes parallèles, d'adversité,de compétition et de mégalomanie (Michael "élève dieu" sait qu'il y a une entité plus grande que lui), de qui écrit l'histoire,du pouvoir de l'imaginaire,des épreuves à surmonter pour atteindre la sagesse et la "qualité de l'âme". le mystère des dieux interroge qu'est-ce que la vie? qu'est-ce que la mort?, qu'est-ce que l'au-delà?,"qu'est-ce qu'un homme?", qu'est-ce qu'un dieu?, qui est Dieu? et y-a-t-il un plus que Dieu lui même?
Nous retrouvons ici avec plaisir l'ami Raoul Razorbak rencontré dans Les thanatonautes, dont le slogan était "Ensemble contre les imbéciles" et "En avant vers l'inconnu".
Et nous retrouvons surtout ici le brillant Bernard Werber qui a obtenu le grand prix des lectrices de Elle roman 1993 avec le jour des fourmis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Kenehan
  30 mars 2013
A croire que j'ai un problème avec les fins de trilogie de Bernard Werber. Mais je pourrais également poser cette hypothèse : "Et si Bernard Werber n'était pas fait pour écrire des trilogies ?"
Le Cycle des Dieux, est donc un triptyque faisant suite au Cycle des Anges (composé lui de deux tomes). Cela nous amène donc à cinq romans apparemment intitulé "La Pentalogie du Ciel". Mais là où dans le Cycle des Anges les tomes peuvent se lire relativement bien indépendamment les uns des autres, dans le Cycle des Dieux ce n'est pas le cas.
Et malheureusement, à l'instar de la Trilogie des Fourmis, le dernier tome, concluant la saga se révèle assez décevant. Pourquoi ? En lisant le roman, on a la désagréable impression que l'auteur ne sait plus quoi inventer pour parvenir à sa conclusion. On tourne en rond, une impression de déjà-vu s'impose dans notre esprit et on a qu'une hâte, connaître le fin mot de l'histoire.
Là aussi, bien que tout à fait dans l'esprit et la continuité de ce que Bernard Werber a déjà produit par le passé, la révélation finalement est un chouïa attendue. Pour autant, elle reste sympathique et amusante et porte à une certaine réflexion.
Bon je passerais sur le style étant donné que je n'aime pas du tout la plume de Bernard Werber et ce depuis ma première lecture. Heureusement, le fond peut sauver pas mal de chose ! Sauf qu'ici, c'est pas vraiment le cas.
Alors oui j'ai adoré les deux tomes ouvrant cette trilogie, oui j'ai adoré cette idée de côtoyer les dieux mais aussi des personnalités et célébrités, oui l'encyclopédie du savoir relatif et absolu qui émaille beaucoup de romans de Werber m'a toujours autant passionné, oui je voulais à tout prix découvrir l'ultime vérité et oui...il s'agit encore une fois du tome de trop !
Bien heureusement pour moi, ce dernier tome du Cycle des Dieux est bien plus digeste et rapide à lire que celui concluant la Trilogie du Fourmi. Comme quoi tout n'est pas si noir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          63
Iam13I
  08 août 2012
Adolescente, j'adorais déjà tout ce qui touchait à l'imaginaire et à la science-fiction, faisait de Bernard Werber un de mes auteurs favoris. La saga Nous, les dieux me paraissait super prometteuse avec sa part de mythologie. J'ai hélas du faire une – très – longue pause dans cette série ...
Après cette longue pause, de plusieurs années, c'est avec joie que je retrouvais Aeden, l'univers de nos chers élèves-dieux.
J'avoue, qu'au départ, j'ai eu du mal à me remettre dans le bain. Peut-être aurais-je dû relire les deux premiers tomes avant de commencer celui-ci !? Mais pas de soucis, après quelques dizaines de pages, j'ai (ré)accroché à l'intrigue.
L'histoire prend une autre dimension dans ce dernier tome. Nous avions laissé notre héros, Michael Pinson, au pied de la montagne de Zeus. Et on le retrouve qui s'apprête à jouer la finale de Terre 18 qui ferait du vainqueur le Dieu de tous les Dieux. Nous laissant dans le mystère le plus absolu ... L'auteur nous dévoilera petit à petit ce que Michael a vécu pour arriver en haut de cette montagne.
Jusqu'ici, nous étions habitué à voir certains de nos plus illustres personnages tels de Gustave Eiffel, Mata Hari,... devenir élèves-dieux. Dans ce troisième tome, notre personnage principal, va subir une rétrogradation sensée le punir. Mais par cette punition, il évoluera bien mieux qu'en étant au même statut.
Le menant d'aventures en aventures !
Quant à la fin, c'est la fin la plus extraordinaire, le plus improbable que je n'ai jamais lue ... mais J'ADORE ! J'adore ce concept !
Ce que j'ai particulièrement aimé dans cette saga, et qui est un peu la marque de fabrique de notre auteur, c'est ce mélange explosif de sciences, de philosophie, de mythologie et de réalité. Un mariage parfait qui se fait tout à fait naturellement.
Quand je dis philosophie, il s'agit en fait de petites réflexions faites à partir d'extraits de l'encyclopédie du savoir relatif et absolu. Très intéressants !
En conclusion, même si vous n'êtes pas fan de Bernard Werber, ne passez pas à côté de ce roman. La fin en vaut le détour !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (68) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   23 avril 2013
Dans le corps humain toutes les cellules sont constamment en train de demander au cerveau quelle est leur utilité et leur mission. Le cerveau indique à chaque cellule comment croître et évoluer, mais à certaines il peut demander de mourir.
La compréhension du phénomène d' apoptose ouvre des voies dans la recherche, notamment sur le cancer. Le cancer résulte en effet de cellules qui refusent d' obtempérer aux messages d' apoptose. Elles continuent de croître malgré tous les signaux de demande d'autodestruction que leur envoie le cerveau. Certains scientifiques estiment que c'est parce que ces cellules refusent de se suicider et recherchent de manière "égoïste" l'immortalité par la prolifération que l'ensemble du corps va finalement périr.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ladesiderienneladesiderienne   24 avril 2013
Ils avaient dit : " Ce qui nous fait souffrir c'est de savoir. Tant qu' on ne sait pas c'est supportable." Maintenant que je sais ce qu'il y a au-dessus, ma perspective du monde des hommes est évidemment très différente.
Redevenir mortel pour un dieu, c'est comme redevenir singe pour un homme, ou redevenir musaraigne pour un singe. Un retour en arrière dans l' évolution de la conscience.
C'est assurément la pire punition.
Savoir et ne pas pouvoir transmettre ce savoir à ses congénères trop primitifs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
ladesiderienneladesiderienne   24 avril 2013
Si vous croyez que c'est facile de créer un monde essayez d'en fabriquer un vous-même. C'est aussi difficile de le créer, de le contrôler et de l' empêcher de s'effondrer que de préparer un soufflé au fromage. La voie naturelle de ce monde est d'aller vers l'effondrement et il faut déployer une énergie considérable pour le réparer en permanence et lui donner un sens.
Commenter  J’apprécie          90
ladesiderienneladesiderienne   07 avril 2012
Cela me rappelle que quand je faisais du vélo je rêvais de posséder une voiture, qui me semblait la dimension supérieure. Je l' ai eue. Et un jour, alors que j' étais coincé à faire l' escargot dans un embouteillage, j' ai vu un vélo me doubler et j' ai compris que finalement le vélo pouvait être plus intéressant que la voiture.
Commenter  J’apprécie          100
nekomusumenekomusume   18 mars 2012
Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on peut le reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligué contre lui. ( d'après Jonathan Swift)
Commenter  J’apprécie          230
Videos de Bernard Werber (103) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernard Werber
Extrait de "La Boite de Pandore" de Bernard Werber lu par Aurélien Ringelheim. Editions Audiolib. Parution le 13 mars 2019.
Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/la-boite-de-pandore-9782367628479
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





.. ..