AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2818042674
Éditeur : P.O.L. (17/08/2017)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 24 notes)
Résumé :
Automne 1952 : dans un château délabré de l'Eure, Éric Rohmer tourne Les Petites Filles modèles. C'est son premier long métrage. Presque achevé, jamais sorti au cinéma, il a disparu.Printemps 2016 : Sophie, une prof d'université à la retraite spécialiste de la comtesse de Ségur, et Paul, un jeune homme qui consacre sa thèse à des films introuvables, traversent ensemble la Normandie à la recherche de traces, de témoins, d'explications : Joseph Kéké, l'étudiant bénino... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
motspourmots
  22 août 2017
Avouez que publier, en pleine rentrée littéraire un roman intitulé Les Vacances témoigne d'un certain goût de la facétie. Voire d'un certain humour. Intuition confortée par ce dialogue inaugural :" - Mon vrai prénom est Sophie. - Je sais. Moi c'est Paul. - Vous vous foutez de ma gueule ?". le sourire pointe déjà, ne reste plus qu'à embarquer dans l'intrigue tricotée par une Julie Wolkenstein en pleine forme qui transporte l'univers de David Lodge dans sa Normandie de prédilection.
Lorsque Sophie rencontre Paul dans le bâtiment historique qui abrite désormais l'IMEC (Institut Mémoire Contemporaine) dans la banlieue de Caen, elle le considère surtout comme un gêneur qui a réservé à l'institut le dossier qu'elle tenait à consulter. le professeur Sophie Bogoroditsk, spécialiste mondiale de l'oeuvre de la comtesse de Ségur a accepté l'invitation de l'université de Berkeley afin d'y tenir une conférence sur le premier film d'Eric Rohmer, une adaptation des Petites filles modèles qui n'a jamais vu le jour. Proche de la retraite, Sophie n'a rien d'une cinéphile, elle a accepté cette invitation uniquement parce qu'elle n'est jamais allée en Californie. Alors ce Paul qui monopolise le fameux dossier qui pourrait lui donner le début d'une idée, il va bien falloir qu'elle le convainque de lui laisser la priorité. D'ailleurs lui-même a un curieux sujet de mémoire... Les films invisibles... des films dont les images n'ont jamais été visionnées par personne... et donc ce fameux Rohmer. Qu'ils le veuillent ou non, les destins de Sophie et Paul sont à présent irrémédiablement liés et même plus qu'ils ne l'imaginent. Tout comme les prénoms qu'ils portent, ceux des héros du roman de Ségur, Les Vacances...
"Ce que je me demande, c'est si (...) nous n'avons pas tous tendance à nous raconter nos vies en prenant modèle sur des histoires que nous avons lues, ou vues."
Quelques dialogues savoureux viennent assaisonner les recherches de Sophie et Paul, prétextes à observations bien senties sur la vie universitaire et ceux qui l'animent. Mais la quête de nos deux héros ne sera pas vaine cette fois et les masques derrière lesquels ils ont tendance à se cacher vont peu à peu faire place à des visages plus proches de la réalité. Car finalement, comment Sophie a-t-elle décidé de vouer sa vie aux personnages de la Comtesse de Ségur ? Quel lien existe-t-il entre la famille de Paul vivant au "château de Freneuse" et le producteur du film de Rohmer, un étudiant béninois du nom de Joseph Kéké ?
Julie Wolkenstein nous offre un jeu de pistes littéraire réjouissant, sur son terrain de prédilection, cette Normandie où se trouve le château des Nouettes, demeure de la comtesse, celui du Champ de Bataille où Rohmer tourna ce fameux film. Les lecteurs de son précédent roman Adèle et moi se réjouiront de retrouver les environs de Granville, une villa à Saint-Pair qui jouxte aussi la plage de Jullouville, décor de Pauline à la plage... Les grands enfants que nous sommes ne boudent pas leur plaisir de renouer avec les lectures de leur enfance tout en appréciant le voyage entre fiction et réalité et l'ironie bienveillante avec laquelle l'auteure moque ses personnages.
Le bon plan pour une rentrée souriante, avec une mention spéciale à la B.O. qui accompagne les virées de nos héros sur les routes de Normandie au son de radio Nostalgie. Un roman malin et délicieusement mordant.
Lien : http://www.motspourmots.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
lucia-lilas
  12 décembre 2017
Ce livre-là, voyez-vous, c'est mon petit bonbon, ma petite douceur à moi dont j'ai dégusté chaque page, une à une, désespérée de voir mon roman fondre à vue d'oeil. A vrai dire, je l'ai su tout de suite, en lisant les premières lignes de la quatrième de couv', qu'il serait pour moi, celui-là : il était question de Rohmer et de la Normandie. Je vous explique et vous allez tout de suite comprendre pourquoi ce livre avait vraiment tout pour me plaire :
1. Rohmer est mon cinéaste préféré : j'ai tout vu (ou presque) et revu de lui. Et Les Vacances est non seulement un roman dans lequel il est question de Rohmer mais c'est aussi un livre rohmérien. Qu'est-ce qu'un livre « rohmérien » me direz-vous ? Comment définir d'abord le film rohmérien ? Alors là, vous me coincez. Mon frère, féru de cinéma et qui déteste Rohmer, vous répondrait que ce sont des films chiants et mal joués. C'est une façon de voir les choses. Moi qui ai un avis évidemment plus nuancé hum, hum... je le définirais plutôt comme un cinéma très écrit, dans lequel la parole est primordiale et qui a quelque chose à voir avec le marivaudage.
2. La Normandie : j'y habite depuis heu… fort longtemps maintenant, depuis que l'Éducation Nationale m'a obligée à quitter ma capitale natale du jour au lendemain. Alors, les lieux dont il est question : c'est CHEZ MOI !!! Caen et notamment la fac de Caen dont il est largement question dans l'oeuvre, je l'ai fréquentée. Les Nouettes, le château de la comtesse de Ségur dans l'Orne ? J'y ai amené mes enfants (petits... maintenant, plus rien ne les intéresse) pour une fête de l'âne (la nostalgie me prend à l'idée que j'en faisais ce que je voulais, avant, de mes gamins, jusqu'à les traîner à une fête de l'âne): imaginez des ânes déguisés avec chapeaux de paille, dentelles ajourées, rubans colorés, jambières en velours. Et moult petites filles tout de blanc vêtues et courant ça et là, tresses au vent, devant la belle bâtisse du XIXe siècle. Je fus évidemment ravie d'y retourner avec un des personnages du roman !
3. Les histoires de profs de fac, j'adore ça, et là, avec Sophie, j'ai été servie.
4. Quant aux romans policiers, je m'en délecte.
Bref, tout ça réuni avec humour (qu'est-ce que j'ai ri!) : un PUR délice plein de fantaisie et d'invention...
Alors, maintenant, le sujet (sans aller trop loin…, suspense oblige...)
Deux personnages : Sophie et Paul. Un remake de la Comtesse de Ségur ? Non, pas vraiment : Sophie Bogoroditsk a 68 ans, est prof à la fac de Caen (comme l'auteur, je crois...), spécialiste internationale de Ségur et bientôt à la retraite.
Paul de Freneuse est nettement plus jeune, il écrit une thèse sur les films qui n'ont jamais vu le jour et travaille notamment sur un film de Rohmer qui n'a a priori jamais été achevé : Les Petites Filles modèles,1952 , considéré comme le premier film de la Nouvelle Vague (mais les livres de Ségur, il ne les a pas lus.) Il a pour projet d'analyser le film sans l'avoir vu. Ah, ces universitaires !
Comment Sophie rencontra-t-elle Paul ?
Sophie a reçu une invitation pour une intervention à Berkeley sur l'adaptation cinématographique des Petites filles modèles par Rohmer (mais Rohmer, elle ne connaît pas.) de même qu'elle ne connaît pas la Californie et que dire non à une telle occas', ce serait quand même dommage… surtout que tous les frais sont payés par l'université !
Donc Sophie et Paul vont se rencontrer à l' Abbaye d'Ardennes, siège de l'IMEC (l'Institut Mémoires de l'Édition Contemporaine), près de Caen, autour du fond Rohmer nommé RHM…
Vont-ils s'aimer ou se haïr ? Qui sait ?
 Pt'êt' ben qu'oui, pt'êt' ben qu'non ...
Nos deux détectives en herbe vont-ils trouver ce qu'ils cherchent ? D'ailleurs, connaissent-ils vraiment l'objet de leur quête ? Un film qui n'existe pas ? le pourquoi de son inachèvement ou de sa disparition ? Des acteurs qui ne sont plus ? Des producteurs envolés dans la nature ? Des témoignages sur le lieu du tournage ? Ou bien... le sens de leur vie ? Ce qu'ils ont été et ce qu'ils seront après leur rencontre ?
Vont-ils se trémousser plus ou moins discrètement sur les airs de Radio Nostalgie, manger des crêpes, fumer clope sur clope, boire de la vodka ou du calva, Normandie oblige ? Ah, ça, oui, oui, oui !!!
Allez, j'arrête là, je ne vous raconte pas l'affaire Pottier qui va vous faire hurler de rire, ni la façon dont on survit en Normandie, ni qui détient le n°20 du magazine Frou Frou…
Croyez-moi sur parole, tous en voiture pour un road trip peu ordinaire ! Foncez ! Vous verrez, en vacances, qu'est-ce qu'on s'amuse !
Lien : http://lireaulit.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
val-m-les-livres
  02 décembre 2017
Coup de coeur.
J'ai découvert Julie Wolkenstein lorsque j'étais membre du jury du prix Elle pour la deuxième fois et ce fut un coup de foudre. Seulement, Adèle et moi n'a pas passé les pré-sélections cette année-là, c'est dire si je suis représentative du prix. Et comme Les vacances est dans la pré-sélection de février cette fois, je croise les doigts pour que mon coup de coeur ne signifie pas qu'il sera recalé . Depuis, j'avais relu des romans écrits avant Adèle mais je n'y retrouvais pas ce que j'avais tant aimé, l'ambiance de bord de mer normand, l'écriture, l'humour aussi. Les vacances faisait bien sûr partie de mes toutes premières envies de rentrée et je n'ai pas été déçue. J'aime tout dans ce roman, le lien entre cette femme au bord de la retraite et ce jeune homme, tous deux un peu perdus dans leurs amours, l'humour de l'auteure qui joue sur les décalages entre notre quotidien et comment cela peut être perçu par un novice (la scène du Starbucks est représentative), les références aux romans de la Comtesse de Ségur qui font partie de mes premiers souvenirs de lecture (je ne faisais pas dans la modernité). Je me suis rendue compte que mon goût pour ces romans va pourtant à l'encontre de mon aversion pour la lecture de pièces de théâtre ( ô toi qui viens de m'offrir une pièce de théâtre en livre, retiens ton soupir, tu vois qu'il y a peut-être un espoir que je finisse par aimer le genre), puisqu'en effet, comme le fait remarquer Sophie, le choix narratif de la Comtesse s'approche du théâtre. Il faut aussi avouer que ce roman a sans doute été écrit pour moi parce qu'en plus de la Comtesse de Ségur, j'y ai reconnu des lieux que je connais très bien, la gare Saint Lazare et son piano (même si moi, je serais bien incapable de reconnaître le générique de Games of Throne) et quelle ne fut pas ma surprise de me retrouver au Neubourg, petite bourgade qui se trouve à dix kilomètres de chez moi et que je connais par coeur. Si moi j'ai adoré ce roman, j'en connais un autre qui doit être ravi d'être à l'honneur, le chanteur Alex Beaupain. Un roman rythmé par les chansons de Nostalgie, il y avait plus de quoi séduire la fille que moi à la base (oui, je sais, ma fille est un OVNI à sa manière) mais séduite, je fus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
som
  27 novembre 2017
Posons le cadre : Sophie, une spécialiste de la comtesse de Ségur à quelques mois de la retraite, rencontre par un des plus heureux des hasards Paul, jeune thésard qui planche sur les films inachevés par conséquent introuvables comme « Les petites filles modèles » d'Eric Rohmer, tourné dans l'Eure en 1952. On voit le tableau. Afin de mener l'enquête dans une Normandie bien énigmatique, de rivaux, ces deux chercheurs vont s'allier, sans pour autant se faire confiance à 100%. Ce mariage du carpe et du lapin donne matière à une drôle et sympathique comédie romantique dans l'univers restreint de la recherche universitaire.
On trouvera un peu de David Lodge dans la démarche, un poil de l'auteur (elle-même professeure de littérature à l'Université de Caen) et un brin de Miss Marple indigne dans cette quête du saint Graal. le résultat est d'autant plus réjouissant si l'on a quelques goûts pour les oeuvres de la Comtesse née Rostopchine ou de la figure emblématique de la Nouvelle vague.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Eroblin
  09 décembre 2017
J'ai lu ce livre dans le cadre du Grand prix des Lectrices de Elle et je dois dire que sa lecture m'a laissée quelque peu perplexe. J'ignorais d'ailleurs qu'Eric Rohmer avait eu l'intention d'adapter « Les Petites filles modèles », je suis allée vérifier pour savoir si c'était un fait inventé ou avéré. Eh bien, il est vrai qu'en 1952, Rohmer a commencé à réaliser un film sur ce livre de la Comtesse de Ségur. Moi qui ai lu dans mon enfance tous les ouvrages de la Comtesse, j'aurais été curieuse de voir le résultat ! Ceci dit, revenons au livre qui narre la rencontre d'une spécialiste de la Comtesse de Ségur –Sophie- et d'un étudiant spécialiste des films au destin brisé, abandonnés en cours de tournage ou maudits –Paul ! Eh oui, ce n'est pas une blague, nous suivons les aventures de Paul et Sophie dans le monde du cinéma. Les voilà partis en vadrouille sur les lieux de tournage du film, sur la trace aussi d'un certain Joseph Kéké, producteur éphémère de Rohmer et qui le planta en plein tournage. Si le début du roman est bien enlevé et assez drôle dans ses dialogues, très rapidement, j'ai eu la sensation de tourner en rond : en quoi est-il essentiel de savoir ce que sont devenues certaines actrices du film inachevé ? Sans parler de ce Joseph Kéké qui surgit de temps en temps des pages du roman, histoire de relancer une intrigue qui s'essouffle. J'ai été gênée aussi par l'emploi abusif des parenthèses que l'auteur sème à tout va dans toutes les pages ou presque et qui alourdit la lecture du roman. Non vraiment, ces vacances m'ont laissé une impression d'inachevé.
Lien : https://labibliothequedeneko..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

critiques presse (5)
LeFigaro   31 janvier 2018
Un récit romanesque autour d'un tournage des Petites Filles modèles par Éric Rohmer à l'automne 1952. Cinquante ans plus tard, une spécialiste de la comtesse de Ségur et un étudiant mènent l'enquête.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Culturebox   31 janvier 2018
Un roman vif et léger sur les traces de la comtesse de Ségur et d'un film disparu d'Éric Rohmer.
Lire la critique sur le site : Culturebox
LeMonde   15 septembre 2017
A la recherche d’un long-métrage fantôme sur les petites routes du Cotentin. « Les Vacances » est une vraie bouffée d’air vif.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Bibliobs   07 septembre 2017
Dans “les Vacances”, la romancière de “Colloque sentimental” mène l'enquête sur le mystérieux premier long-métrage tourné par le cinéaste, à 32 ans. Une adaptation des “Petites filles modèles”.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LaCroix   01 septembre 2017
Julie Wolkenstein lance ses personnages à la recherche de deux figures d’un monde disparu, la comtesse de Ségur et Éric Rohmer.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   16 octobre 2017
Quand on travaille sur Ségur, on a beaucoup d’occasions de voyager : elle se prête, on ne le croirait pas quand on la connaît mal, à toutes sortes d’approches, et, rien que ces cinq dernières années, j’ai été invitée à parler d’elle par des historiens (un colloque sur « L’émigration russe à Paris à l’époque postnapoléonienne », organisé à Corte, je n’étais encore jamais allée en Corse), par des comparatistes (« Représentations de la Russie dans la littérature française du XIXe siècle », à Turku, en Finlande, j’y suis restée une semaine de plus, que j’ai passée dans un spa sur la Baltique), et des pédiatres (on sait peu que Ségur a commencé, à cinquante-six ans, par écrire un ouvrage sur La Santé des enfants : j’en ai profité pour découvrir l’Italie du Sud, le congrès avait lieu à Naples, mais un laboratoire pharmaceutique, qui finançait le congrès, sans doute induit en erreur par le titre de ma communication, m’a défrayée très largement, et je suis descendue jusqu’à Salerne, en prenant mon temps). Bref, je suis assez heureuse à Caen, même si l’atmosphère s’est un peu dégradée depuis « l’affaire Pottier », mais je ne suis pas mécontente d’arrêter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   16 octobre 2017
Il est difficile d’obtenir un silence total, dans une bibliothèque, c’est une des raisons pour lesquelles je les fréquente le moins possible (et parce qu’on ne peut y fumer, surtout).
Dans celle-ci on entend, pour commencer, le bruit du vent. Je ne dis pas qu’elle est mal isolée, mais c’est inévitable : les bourrasques qui balaient généralement la plaine de Caen faisaient trembler les vitres, au-dessus de moi.
Et ma voisine, sous son bandeau violet, reniflait. Tout le temps. Soit elle n’avait pas de mouchoir, soit elle était trop absorbée par sa lecture. Je n’avais pas pensé à prendre avec moi mes boules Quies.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   16 octobre 2017
Une semaine a largement suffi pour que je me sente ici chez moi. Les règles de vie, à l’image de celles qu’y observaient au XIIe siècle les chanoines de Prémontré (à l’exception des vigiles nocturnes : en fait, rien de nocturne n’est prévu, ou en tout cas codifié par l’IMEC), sont simples, routinières, beaucoup plus reposantes que celles, non écrites, et que j’enfreignais apparemment sans arrêt, de la vie conjugale selon Marina.
Les chambres actuelles sont certes beaucoup plus vastes que les cellules d’origine, mais tout aussi dépouillées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   16 octobre 2017
J’ai mis quelques secondes à comprendre que la musique qui résonnait à l’étage supérieur, celui qui donne accès aux quais, ne sortait pas d’un haut-parleur, mais qu’on jouait bel et bien du piano, dans cette gare déguisée en galerie commerciale. Comme dans le hall de la Trump Tower, la première fois que je suis allé à New York avec mon grand-père, il y a des siècles, un Noir en smoking qui enchaînait des standards des années 1940 sur un quart de queue au milieu du hall en marbre rose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   16 octobre 2017
Quand j’ai commencé mes recherches sur la comtesse de Ségur, je suis très vite tombé sur le nom de Sophie Bogoroditsk, et j’ai été regarder sur Google à quoi elle ressemblait, mais ça ne donnait pas grand-chose : il s’agissait sans doute d’une capture d’écran extraite d’une visioconférence, le genre de photo où tout le monde a toujours l’air de grimacer.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Julie Wolkenstein (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julie Wolkenstein

Julie Wolkenstein Traduire "Ethan Frome" d'Edith Wharton
Julie Wolkenstein Traduire Ethan Frome, d'Edith Wharton éditions P.O.L : Où JUlie Wolkenstein tente de dire pourquoi elle a eu envie de traduire Ethan Frome ...
autres livres classés : campus novelVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
4812 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre
. .