AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782376650263
176 pages
Contre Allée (18/02/2022)
3.25/5   8 notes
Résumé :
Elvire et Yann d’ un côté, Mina de l’autre. Trois personnages que tout oppose, qui n’ auraient sans doute jamais dû se rencontrer. Elvire, violoncelliste de renom ; Yann, prêt à tout pour conserver l’ amour de la musicienne ; et Mina, femme de ménage qui n’aurait rien contre le fait de mettre un peu de piment dans son existence. Des parcours différents, des milieux sociaux et culturels éloignés, trois personnalités, trois corps, qui vivent l’ ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
hcdahlem
  31 mars 2022
Tous des sauvages
Pour son second roman, Nathalie Yot a décidé de réunir un improbable trio, Elvire et Yann, un couple très amoureux et Mina, agente d'entretien. Un roman qui mêle avec délectation instinct animal, fantasmes et comédie noire.
C'est un de ces instants de plénitude comme il y en a peu. Elvire laisse ses pensées vagabonder jusqu'à imaginer qu'elle pourrait croquer davantage que la vie à pleines dents. Elle pourrait manger Yann, son amour.
Bien entendu, il rit quand elle lui raconte ce fantasme. Rit avant de l'embrasser, rit avant qu'elle ne quitte Bordeaux pour aller jusqu'à Rouen où elle a été engagée pour une série de concerts. Car Elvire est une violoncelliste talentueuse aux mains magiques.
Pendant ce temps, Yann ira à Saint-Aubin-de-Médoc où de riches propriétaires lui ont confié les clefs de leur domaine. Il est chargé de menus travaux d'entretien et d'assurer la sécurité de la propriété.
Avant le départ, ils se retrouvent au café où ils croisent le regard de Mina. D'origine marocaine, elle a fui son pays pour échapper à un mariage forcé et travaille comme agent d'entretien. La conversation s'engage alors jusqu'à ce qu'Elvire propose à Mina un autre emploi, surveiller Yann durant son absence. Car elle pense qu'il ne supportera pas cet éloignement forcé.
C'est alors que les choses vont prendre une tournure dramatique. À Rouen Elvire fait l'admiration du chef d'orchestre, mais se met aussi à dos la quasi-totalité des musiciens. La tension monte sur les bords de la Seine, mais aussi dans le bordelais. Yann n'a pas seulement fait visiter la propriété qu'il est censé surveiller à Mina, il l'a séquestrée. Son idée est alors d'offrir un joli cadeau à Elvire à son retour, lui permettre d'assouvir son fantasme et de manger la prisonnière!
Mina parviendra-t-elle à ce sortir de ce piège mortel? C'est tout l'enjeu de la dernière partie de ce roman qui flirte avec le fantastique, pour ne pas dire la folie.
Nathalie Yot ménage le suspense tout en explorant la psyché de chacun des membres de cet improbable trio. En creusant dans leur passé, en explorant leur milieu culturel et social, en cherchant ce qui les motive, on va finalement se rendre compte qu'ils ont bien davantage à partager que ce qu'à priori ils imaginent.
Comme dans le Nord du monde, son précédent roman, la romancière construit son roman autour de scènes fortes et réserve à ses lecteurs un épilogue des plus surprenants. Et en refermant le livre, vous pourrez vous interroger sur la part animale qui est en vous et que vous cachez peut-être derrière le vernis des conventions.

Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          391
Annette55
  25 mars 2022
Voici un livre étonnant, porté par la musique ,ce qui lui donne de la force mais un soupçon d'étrangeté, entre désir d'absolu, quête insoutenable , besoin d'aller loin, très loin jusqu'aux limites interdites , différents questionnements, aux frontières de tabous….. pour vivre , vraiment aimer fort, mais à quel prix .!
Entre Cauchemar et songe !

Un ballet qui dérange et déstabilise, où les mains y sont une obsession ….
Mains esclaves , mains soumises ,mains virtuoses, mains intelligentes ….
N'en disons pas plus ….
Trois personnages se rencontrent qui n'avaient , à priori , aucune chance de le faire et que tout oppose: Elvire , musicienne : violoncelliste talentueuse.
.Elle joue avec précision et générosité , parfaitement intégrée à l'orchestre , donne corps à l'ensemble , Elvire , l'emmerdeuse, celle qui déborde et éblouit aussi, seule la pratique intensive du violoncelle lui procure une jubilation : elle aime Yann, personnage dont on ne sait pas grand chose au fond, lui aussi éperdument amoureux, sans limites , sauf qu'il fera tout pour conserver l'amour d'Elvire , là où c'est interdit …
Enfin Mina venue de son Maroc pour être libre , femme de ménage surnommée «  Éponge » à cause de sa tendance à absorber , intégrer le malheur des autres …..dans la dépendance et la soumission à ces deux - là , en fait elle est très seule ….elle cherche à bouleverser son existence …
Elle n'a jamais eu d'ennemi : Yann devient le premier , comme une laisse, à l'autre bout d'elle …
Un roman qui m'a mise un peu mal à l'aise , entre morsures , bagarre, domination ,désir de meurtre ,écarts , pulsions , imperfections, horreur …..questionnements entre attirance et répulsion, désir fou d'absolu , trois existences se croisant , trois parcours de vie , une quête fascinante , sans limites …..
Le lecteur , pétri d'émotions contraires , perçoit la beauté incomparable d'un amour , une ode à la musique , une dévotion jusqu'à assouvir l'insensé : un parcours culturel humain original !
Très difficile de commenter cette oeuvre vantée par mon libraire !
Une deuxième lecture ne sera pas de trop , plus tard !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Wherethelightis
  20 février 2022
Ce court roman réussi à plonger le lecteur dans une ambiance très particulière, entre songe et cauchemar où l'étrange est poussé aux limites du dégoût et de l'interdit. On lit par voyeurisme, on tourne les pages comme on arrive pas à détourner le regard d'un accident de voiture. A l'image des personnage, on satisfait nos pulsions malsaines au fil de cette lecture.
Il y a dans le style d'écriture quelque chose de particulier aussi, étrange, percutant mais poétique.
Mais il y a aussi un petit quelque chose qui manque. Peut-être un peu plus de développement des personnages, de leurs relations ? Un peu plus de temps de narration ? Une fin plus inattendue ? Ce roman ferait une excellente adaptation en pièce de théâtre.
Merci à Babelio et aux Editions La Contre Allée pour cette proposition de lecture. On aime se faire un peu bousculer de temps en temps et pour le coup, ce n'est pas loupé.
Commenter  J’apprécie          150
RJuillet
  18 février 2022
Un drôle de roman. Ce roman ne nous raconte pas l'histoire d'une gentille famille recomposée, bien dans l'air du temps, comme on pourrait se l'imaginer bêtement.
Mais plutôt l'histoire de prédateurs.
Un drôle de couple, Elvire et Yann qui vivent violemment un amour passionnel. Et vont entraîner dans leur étrangeté, Mina, repérée à une terrasse de café.
Car il s'agit bien de cela. Une chasse tribale. Un rituel. Des personnages dérangeants, surprenants, aux instincts primitifs et violents qui s'affrontent, qui se reconnaissent, s'allient pour continuer d'avancer.
Il faut attendre la fin du roman pour en comprendre le titre, Tribu. Une appartenance. Un état d'esprit.
J'ai été surprise par cette curieuse histoire. Elle est dérangeante. Immorale. Et une fois terminée, j'ai eu envie de la relire une deuxième fois pour mieux comprendre les personnages, leur partition.
Pour mieux entendre la musique.
Merci aux Editions La Contre Allée et à Babelio (Masse Critique) pour cette découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Sisters_books
  11 février 2022
Mon avis sur ce livre est plutôt mitigé, cette lecture a été un peu déstabilisante. J'ai trouvé l'histoire très spéciale, et les protagonistes totalement étranges. Mais pourtant j'ai été captivée par cette folie. A chaque pages tournées je voulais savoir ce que Yann, Elvire et Mina allaient faire, jusqu'où ils seraient capables d'aller.
J'ai apprécié l'écriture du roman. Un roman avec des phrases courtes et lyrics, ce qui accentue l'omniprésence de la musique et rend la lecture fluide et simple. Cela crée également un contraste avec la sauvagerie des protagonistes.
Une lecture aussi bien captivante que déstabilisante.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
hcdahlemhcdahlem   31 mars 2022
(Les premières pages du livre)
Elvire se sent bien. Bien comme tranquille. Comme après un bain de mer. La peau détendue, lâchée. Elle ne veut rien. Elle n’a pas d’avis. Ça la repose de ne pas avoir d’avis, d’être neutre. Et la neutralité fait son effet habituel. Celui de laisser les gens en paix cinq minutes. Elle se frotte les yeux exagérément et ça aussi ça la détend. Les mains dans les yeux, on ne le fait jamais assez. On oublie.
Dans cet état, il n’y a plus rien de chamaillé en elle, le tracas s’est effondré, à même le sol. Elle pense à Yann.
Elle se dit que l’autre compte. Tous les autres. Et elle se frotte à nouveau les yeux. Ce soir, j’ai un concert. Faut que je me concentre un peu.
Elle est dans sa douche. Celle d’avant l’entrée en scène. Depuis cet après-midi, elle expulse. Ses pensées vont faire un tour dehors. Dedans, c’est blanc maintenant. L’eau glisse sur son corps et finit le travail d’épuration. Puis elle se sèche lentement, se prépare lentement et s’étend jusqu’à ce qu’on vienne la chercher. Ça toque à la porte. Il est temps d’y aller.
Elle marche au ralenti. On marche toujours au ralenti quand on va monter sur scène. Elle traverse le rideau, comme si elle traversait un mur de beurre et avance sans hésiter, toujours au ralenti, jusqu’à son instrument installé au milieu de la scène face au public. Elle salue, s’assoit et attaque le prélude de la Suite n° 1 en sol majeur de Bach.
Les yeux du public sont rivés sur elle, sur ses doigts qui dévoilent toute la blancheur du dedans. Un homme crie dans la salle. Immédiatement les « chut » fusent et les regards se tournent vers celui qui perturbe. La musicienne n’entend rien, elle joue, mais elle sait. Elle sait à qui appartiennent ces cris d’orage. C’est Yann.
Il ne s’est rien passé. Rien de catastrophique. Yann s’est tu et elle a continué de jouer sa suite en sol majeur. Jusqu’à la fin. Jusqu’aux applaudissements. De longs applaudissements. C’est après qu’elle est devenue étrange. La transformation, c’est après qu’elle a eu lieu, quand le théâtre s’est vidé. Presque une bête. Avec des mouvements incertains, vifs et maladroits. À se cogner aux murs, aux chaises, aux coins de tout. Je vais manger quelqu’un, a-t-elle pensé. C’est sûr, il faut que je dévore. Je veux ce gout dans ma bouche. Un gout de chair. Il me faut ça.
Elle a un peu bavé seule dans sa loge. Elle a grogné aussi. Puis le calme est revenu. Quelques tics cependant.
Manger quelqu’un, ce n’est pas la première fois qu’elle y pense. Ce n’est pas la première fois que cette envie surgit. Elle sait que c’est impossible. On ne mange pas les gens. Les faits divers, elle les connait. C’est un écœurement pour tout le monde. On est complè¬tement fou si on mange de la chair humaine. Elle en a bien conscience. Mais elle aimerait qu’il existe la possibilité de le faire. Alors elle le ferait. Elle sourit en y pensant. Elle sourit d’être différente. Ça lui va de l’être. Elle fait déjà le boulot de la musique qui n’est pas si courant, qui étonne quand elle le dit. Je suis violoncelliste. Oui, c’est mon métier. Ça épate et ça fait froncer les sourcils. La singularité fait froncer les sourcils. On ne sait pas si c’est bien ou si c’est mal. On se dit juste que ce ne doit pas être facile.
Quand le régisseur du théâtre vient lui dire qu’il va fermer, elle le regarde avec appétit puis elle détourne les yeux en rangeant ses affaires et le suit vers la sortie. Il n’y a plus de spectateurs sur le parvis, elle en est soulagée, ce soir elle n’avait pas envie de parler, d’écouter les compliments, de sourire pour faire plaisir. Son état ne lui aurait pas permis de se plier aux convenances d’usage. Parfois, elle y va. Elle va recevoir quelques flatteries. Mais très souvent, elle reste terrée dans sa loge. Ses proches le savent et l’acceptent. Elvire est un peu sauvage, disent-ils entre eux.
Dehors, l’air vivant circule. Elle avance dans cette circulation. Elle voudrait remuer l’espace. Elle fait des détours pour rentrer chez elle, traverse quelques terrasses en essayant de renverser une table ou au moins un verre sur une table. Un verre qui tombe ce n’est rien. C’est un accident. On peut s’excuser. On peut toujours s’excuser.
La nuit piétine. Il n’y a pas de cadre bousculé.
Elle prend son téléphone et appelle Yann. Pourquoi a-t-il hurlé dans la salle ? Ça ne lui a pas plu. Ça complique. Pour créer un évènement, dit-il. Tu sais bien que cette ambiance est étouffante. Tous ces regards sur toi. Ce besoin qu’ont les gens d’être en osmose avec ta musique. On ne le supporte pas tous les deux. Il faut que quelque chose d’autre se passe. Et mes cris sont sortis tout seuls. Pour toi. J’ai cherché un endroit opportun dans ta parti¬tion. Tu n’as pas trouvé qu’on était ensemble à ce moment-là ? Tu n’as pas trouvé ? Hein ? Tu n’as pas trouvé ?
Elle laisse courir le discours de Yann sans y prêter attention. Elle admet tout de lui. C’est une histoire réglée. Il peut tout faire, même n’importe quoi.
Elvire est seule dans son appartement maintenant. Elle jette ses habits par terre, comme ça d’un seul coup, comme elle en a l’habitude. Ses habits épar¬pillés. Taches de tissu sur le carrelage. Elle n’allume aucune lampe. Les lumières extérieures, celles de la rue, suffisent. Cette pénombre lui permet d’être elle-même. Plus précisément. La femme qu’elle sait qu’elle est. Dans la pénombre, elle sait.
Elle attendra Yann toute la nuit, ce qu’il reste de toute la nuit. Elle est persuadée qu’il finira par venir. Même à l’aube, elle sera là à l’attendre. Cela existe, les nuits de certitude.
Elle regarde le dessus de ses mains. Elle lit sa vie sur le dessus de ses mains. Pas à l’intérieur comme les gitanes. Non, dessus. La vie c’est dessus. Et elle répète deux mots en boucle, comme un mantra.
Mes mains. Mes mains. Mes mains. Mes mains. Mes mains. Mes mains. Mes mains. Mes mains. Mes mains. Mes mains. Mes mains. Mes mains. Mes mains. Mes mains. Mes mains. Mes mains. Mes mains. Mes mains. Mes mains. Mes mains. Mes mains. Mes mains. Mes mains. Mes mains.
À chaque syllabe, elle enfonce un clou. Cette litanie la berce, la console, de quoi elle l’ignore, on a toujours besoin d’être consolé. Un réconfort se fait sentir, elle embrasse chacune de ses mains, les lèche un peu aussi, puis elle se tait.
Ma peau est un couloir qui résonne à mort, pense-t-elle encore. Ensuite elle ne pense plus rien. Elle reste une heure ou deux à savoir qui elle est, puis elle entend des clefs tourner dans la serrure. Yann.
Il entre. N’allume pas la lumière. Ce serait enfreindre leur consentement à l’obscurité. Il se tient aux murs pour avancer. Elle l’observe tâtonner, hésiter, trébucher. Elle rit de notre inaptitude à nous diriger sans y voir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Annette55Annette55   25 mars 2022
«  Elle entre dans la salle de répétition , s’installe en râlant, déteste être là aujourd’hui .
Elle voudrait tous les insulter , leur arracher les doigts, les yeux, tout ce qu’il y a de plus arrachable.
Elle leur en veut d’y arriver, d’être une entité , une famille, quand elle ne fait que se dresser contre , se rebeller.
Elle est dans la plus mauvaise des humeurs » ….
Commenter  J’apprécie          60
Annette55Annette55   23 mars 2022
«  Lorsque je sors de chez moi, je compte sur un événement qui bouleversera ma vie » …

EMMANUEL BOVE, Mes amis.
Commenter  J’apprécie          100
WherethelightisWherethelightis   20 février 2022
Les compliments en général, elle n'y croit pas, ne les écoute même pas. Elle sait que les autres s'émoussent, que de dire du bien leur fait du bien, elle sait que la réalité de l'émotion est ailleurs. Dans le mutisme. Les émotions sont muettes. Et sourdes aussi.
Commenter  J’apprécie          40
RJuilletRJuillet   18 février 2022
Il y avait des choses impensables qu'il était pourtant possible de faire sans que cela ne change rien pour personne, sauf pour moi. Mon terrain de jeu devenait immense.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Nathalie Yot (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nathalie Yot
Nathalie Yot présente... Tribu (Sortie le 18 février 2022)
autres livres classés : cannibalismeVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4574 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre