AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070696693
Éditeur : Gallimard Jeunesse (30/11/-1)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 298 notes)
Résumé :
Saba vit dans un monde régi par aucune loi. Quand son frère jumeau est enlevé, elle n'hésite pas à se lancer seule à la poursuite des ravisseurs. Dans une quête peuplée de créatures féroces, Saba va devoir se transformer en une impitoyable guerrière pour survivre... Mais elle va également apprendre à ouvrir son cœur.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (92) Voir plus Ajouter une critique
DoVerdorie
  22 février 2016
Je pensais être gênée par le style d'écriture dans lequel descriptions et dialogues s'enchaînent sans distinction de ponctuation, mais il n'en a été rien. Au contraire, le texte, avec son vocabulaire simple et phrases courtes, exprimant ainsi avec force les sentiments des protagonistes, a capté mon attention.
Malgré quelques invraisemblances et l'ordonnancement des aléas au timing un peu trop parfait... bien que peu sensible aux émois sentimentaux un brin harlequinesques (Je t'aime, moi non plus), j'ai apprécié la lecture de cette SF-jeunesse et surtout le personnage de Saba. Ce n'est pas une super-héroïne, mademoiselle je-sais-tout-faire : Saba est une jeune femme, certes extrêmement résistante, mais faillible et qui sait admettre ses défauts et ses torts.
J'étais donc rapidement accaparée par cette tornade féminine pleine de fureur dans sa quête et course-poursuite afin de récupérer son frère jumeau kidnappé, dans un monde post-apocalyptique quasi désertique...
Commenter  J’apprécie          5012
reveline
  20 janvier 2012
Un coup de coeur. Débarrassons-nous en premier lieu des choses qui m'ont dérangée avant de rentrer dans ce qui a fait battre mon petit coeur de lectrice.
En fait, le seul réel défaut du roman c'est son style, mais le style de ce roman est aussi sa force, vous me suivez toujours là ? Je m'explique : le style lapidaire voire télégraphique est rebutant mais en même temps les phrases courtes et sèches donnent du rythme. le plus gênant a été pour moi la grammaire très déroutante de l'auteure avec escamotage systématique de la négation et une utilisation bizarre du discours indirect, notamment en ce qui concerne les marques de locuteur,  le pronom et le verbe sont constamment inversés dit-elle devient « elle dit », pareillement pour dis-je qui devient « Je dis », et c'est comme ça tout au long du roman et au début c'est plutôt agaçant. Cependant, j'ai lu un article dans lequel l'auteure, Moira Young, expliquait que c'était la façon dont pour elle, Saba, jeune fille dans un monde post-apocalypstique, analphabète et sans instruction, s'exprimait. Saba ne sait pas lire et a un vocabulaire limité car la culture, l'instruction ont disparues avec l'ancienne civilisation après un événement, sans doute une guerre nucléaire, dont on ne saura rien ou presque dans ce premier tome. Au final, le style très particulier du roman s'explique de manière logique. (Cette civilisation tentant de se reconstruire sur les ruines de l'ancienne m'a un peu fait songer au Cycle de l'Autremonde de Maxime Chattam. le Roi auto-proclamé que combat Saba rappelle en effet la reine Malronce dans la saga de Chattam mais la comparaison s'arrête là. La saga de l'Autremonde est beaucoup plus axé sur le fantastique que celle de Moira Yioung qui mélange la SF et une pointe de fantasy).
Le début est un peu plat mais passées les 50 pages, j'ai été littéralement happée par l'histoire et je n'ai plus réussi à fermer le livre. J'ai trouvé qu'il y avait quelques invraisemblances au récit, notamment en ce qui concerne les scènes d'action, et un manque global d'originalité surtout dans l'univers mis en place qui a un air de déjà vu. Ce qui fait surtout la réussite du roman, c'est l'univers dense qu'il propose, son intrigue réellement captivante et ses personnages solides et charismatiques.
Au début du roman, Saba pourrait faire passer Katniss (Hunger Games) pour une sentimentale, tant elle est dure, intraitable voire cruelle. L'une des choses qui m'a le plus séduite dans ce roman, c'est que pour une fois on voit vraiment l'héroïne évoluer et changer du tout au tout en l'espace de 300 pages. Au fil des épreuves traversées et des rencontres effectuées, Saba s'humanise de plus en plus sous nos yeux. Comme nombre de lectrice, mon côté midinette a succombé au charme gouailleur et décontracté de Jack, le mystérieux et intrépide compagnon de route de Saba. En revanche, Lugh, le frère jumeau de Saba, ne m'a pas fait grosse impression, il faut dire qu'on le voit peu. A l'inverse, Emy, la petite soeur de Saba, m'a donné envie de la baffer tout le long de l'histoire. Quelle peste, cette gamine, elle n'est pas attachante pour un sou et si au départ je trouvais Saba trop dure et injuste envers elle, je peux vous dire qu'à la fin, j'avais radicalement changé d'avis et que j'aurai voulu voir Saba moins « cool » et compréhensive envers elle au vu des catastrophes qu'elle provoque sur son passage. Tous les personnages voient leur existence légitimée par l'histoire, beaucoup sont très attachants et c'est triste de les quitter lorsqu'on tourne la dernière page ou lorsqu'une flèche les fauche en pleine jeunesse (snif, snif).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          154
basileusa
  16 avril 2014
Voilà une nouvelle dystopie que j'ai découvert grâce à Babelio et que j'ai dévoré !!!
Saba vit avec son père,son frère et sa jeune soeur dans un coin assez isolé et ils survivent tant bien que mal en attendant la pluie qui tarde et dont ils ont besoin pour nourrir les récoltes. Mais un jour ,des hommes mystérieux viennent enlever son frère jumeau. C'est le monde qui s'écroule pour Saba ,qui décide ,coûte que coûte ,de le retrouver. Ainsi ,elle part à sa recherche dans un monde hostile ,ravagés par les Hommes d'autrefois ,appelés les destructeurs.
J'ai adoré le monde décrit par l'auteure ,l'ambiance du roman et ses personnages ,si attachant ! L'action et l'aventure sont au rendez-vous ,de même que de belles rencontres entre les personnages. Saba est l'héroïne courageuse par excellence et j'ai hâte de lire la suite !
Commenter  J’apprécie          210
Kelith
  07 novembre 2012
L'univers de Saba est très original et unique en son genre. Il ne ressemble à rien de ce que j'ai pu voir ailleurs. J'ai d'ailleurs adoré cette ambiance à la Gladiator dans les combats, les paysages désertiques et le climat rude. Mais aussi la présence des traces de notre civilisation actuelle, qui semble avoir été détruite ici. Certains mots ont d'ailleurs été modifié par le temps et le monde semble avoir régressé par rapport au progrès technologique d'aujourd'hui. Cela donne vraiment un mélange intéressant qui nous fait nous poser beaucoup de question sur les raisons d'un tel changement (un changement qui va bien plus loin que l'on ne se l'imagine).
Cependant, l'univers paraît avoir tellement de potentiel qu'il est d'autant plus dommage qu'il reste en surface et manque de profondeur. On est exclusivement limité à la vision de Saba, la narratrice, qui raconte son histoire sans prendre de gants, sans s'embarrasser des détails et nous livre sa vision des choses en allant droit au but. Je peux donc comprendre qu'on n'aille pas plus en profondeur dans ce premier tome.
Mais dans l'ensemble, si les péripéties sont plutôt prévisibles et banales, je ne me suis pas ennuyée du tout. Il se passe toujours quelque chose et le voyage de Saba pour retrouver son frère jumeau est semé d'embûches. En revanche, la raison de l'enlèvement de Lugh m'a paru assez grotesque, pour ne pas dire ridicule... Je m'attendais à des enjeux plus importants.
Saba est, au début, une jeune fille peu attachante. Je l'ai trouvé bien trop dure, particulièrement envers sa petite soeur, Emmi. Saba la tient pour responsable de la mort de leur mère et se montre sans pitié avec elle, et c'est ce qui a fait que je n'ai pas du tout aimé Saba lors des premiers chapitres. Car la pauvre petite Emmi est adorable, courageuse et obstinée, et elle n'y peut rien si sa mère est morte en la mettant au monde ! Emmi m'a d'autant plus attendrie qu'elle a grandi sans sa mère et avec un père dévasté par la mort de sa femme. Et pourtant, Emmi reste profondément attaché à sa grande soeur, Saba, qui, elle, se fiche pas mal du sort d'Emmi. Saba ne s'occupe de sa petite soeur que parce que Lugh, son frère jumeau idéalisé le voudrait. En effet, dans la vie de Saba, seul Lugh, son frère jumeau, compte. Toute sa vie tourne autour de lui seul.
Bref, tout ça a fait que je n'ai pas du tout accroché à Saba dés le début. Cependant, c'est un personnage qui va être amené à évoluer tout au long de son périple. Et surtout dans ses relations avec les autres. Elle apprend véritablement à se socialiser, à fréquenter des personnes en dehors du cercle familial. Elle va également apprendre à connaître sa soeur et à s'y attacher. Et cette évolution dans leur relation entre soeurs est très touchante. C'est certainement l'un des points que j'ai le plus aimé.
Une des autres relations que j'ai apprécié est celle de Jack et Saba. C'est tellement rempli de disputes, de regards furieux, de non-dits et en même temps d'attirance, que je n'ai pu que sourire en lisant les passages entre ces deux-là. Jack, qui m'a pas mal plu, fait tourner Saba en bourrique jusqu'au bout avec son air charmeur et ses répliques taquines, et elle le lui renvoie bien à coup d'insultes, d'ingratitude et de râleries.
Cependant, je regrette que les personnages secondaires soient trop peu approfondis, même si j'ai beaucoup aimé ce gros bonhomme d'Ike. Les personnages qui sont le plus à l'affiche sont clairement Saba, Emmi et Jack. Heureusement, je les ai suffisamment apprécié pour ne pas me focaliser sur les personnages secondaires peu travaillés et assez anecdotiques.
Quant au style de l'auteur, il est assez spécial. J'en avais beaucoup entendu parler et j'avoue que j'appréhendais pas mal ma lecture de ce côté-là. Pourtant, je m'y suis faite très rapidement. Saba raconte comme elle parle et ne met pas de négation. Et je dois dire que ce style m'a aidé à être emportée par le récit puisqu'il rend les évènements très vivants et très cinématographiques.
Par contre, les tirets pour les dialogues manquent cruellement. Certes, je m'y suis très vite habituée et cela ne m'a pas plus dérangé que ça au final, mais cela pourrait perdre d'autres lecteurs. Surtout que ça ne rajoute pas plus d'originalité au texte de ne pas mettre les tirets, alors que les ajouter n'enlèverait strictement rien à la nature du roman. Bref, je trouve que l'absence de tiret pour les dialogues est une originalité qui ne sert à rien, juste à perdre quelques lecteurs. Mais bon, ça n'a rien à voir avec la traduction française, qui a scrupuleusement suivi le roman original de ce côté-là.
Quelques petites choses m'ont paru également assez maladroites de la part de l'auteur. Surtout du côté de la mort des "gentils". J'ai eu l'impression que l'auteur avait pensé au dernier moment qu'il fallait peut-être qu'elle fasse aussi mourir des "gentils" pour que ce soit plus réaliste et moins facile. du coup, je trouve que ces fameuses morts arrivent toujours un peu comme un cheveu sur la soupe.
Je me pose toutefois encore des questions concernant la suite du roman. Car la fin ressemble à s'y méprendre à une véritable conclusion. Et ça ne me donne pas l'impression que l'auteur a une véritable intrigue principale pour toute sa trilogie, et une fin de prévue. J'espère qu'elle ne s'y prend pas à l'aveuglette, parce que c'est l'effet que ça me fait. J'espère également que l'univers encore un peu trop survolé ici sera un peu plus travaillé dans la suite.
Pour conclure (parce que je reconnais que ma chronique est bien trop longue...), voilà une lecture très agréable dans un univers original même si trop peu développé. L'héroïne revêche et peu sentimentale saura évoluer au cours de son aventure et je ne me suis pas ennuyée une seule seconde dans ce récit rempli d'action. J'ai également apprécié la romance tumultueuse et la relation entre soeurs particulièrement touchante. Une trilogie que je suivrai à l'avenir. Petit bémol cependant pour l'intrigue un peu trop simpliste et les personnages secondaires trop peu mis en avant.
Lien : http://lesvictimesdekelith.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ennapapillon
  30 novembre 2012
J'ai abandonné ce roman jeunesse au bout de 40 pages mais je ne peux même pas vous dire si le sujet me plaisait ou non car ce n'est pas l'histoire qui m'a déplu... Je n'ai pas pu aller plus loin car j'ai été vraiment trop gênée par le style. Je n'arrivais pas du tout à me concentrer sur le fond tant la forme me gênait...me "faisait mal aux yeux"...
Je ne saurai vous dire si c'est mal écrit ou mal traduit (ça vaudrait le coup de jeter un oeil sur la version original car si c'est du à la traduction, c'est vraiment dommage...)
Alors qu'est-ce qui m'a tant posé problème ?
Tout d'abord, l'absence quasi systématique de négations. Je ne sais pas si c'était pour faire "langage parlé" mais ce n'était à mon avis pas nécessaire car le narrateur à 18 ans et pas 8 ans et parfois je commençais à lire certaines phrases pensant qu'elles étaient affirmatives pour passer immédiatement à une négation :
"Pa a jamais dit ce qu'il voyait." "Y a pas eu une goutte de pluie." "Ça a pas suffit" (etc, etc.....)
Et puis c'est une succession de phrases très (trop) courtes. Ce qui pourrait être pour donner du rythme perd tout son sens quand le procédé est utilisé tout le temps. Voici un court extrait parmi tant d'autres car tout ce que j'ai lu est écrit comme ça :
"T'as pas encore compris? Tout est dans sa tête. Il a tout inventé. Y a rien d'écrit dans les étoiles. Y a pas de grand projet. La terre tourne, c'est tout. On est en train de gâcher notre vie dans ce coin désert, c'est tout. Et ça va continuer jusqu'à notre mort, Saba. J'arrive plus à le supporter."
Et la dernière chose qui m'a beaucoup gênée, c'est l'absence de signes de ponctuation pour marquer les dialogues, pas de guillemets ou de tirets et une accumulation à outrance d'incises, sorte de catalogue de synonymes de "dire" et sans inversion sujet verbe...
"[...] J'en ai une, il annonce.
Je m'approche en courant.
Elle est pas aussi bien que la mienne, je commente.
Je vais faire huit ricochets aujourd'hui, il déclare. Je le sens dans mon corps.
Dans tes rêves, je proteste. Moi je dis sept.[...] "
Bref, je n'ai pas pour habitude « d'analyser » l'écriture d'un roman comme ça, sans doute parce que j'ai rarement été aussi dérangée par des problèmes de style de ce genre. Mais j'ai choisi d'en parler quand même parce que je suis vraiment ennuyée qu'un roman jeunesse, inscrit dans la sélection des Incorruptibles accumule autant de défauts d'écriture...
Je suis peut-être la seule à avoir été autant gênée, je verrai ce qu'en pensent les élèves qui le liront...
Lien : http://ennalit.canalblog.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
Citations et extraits (59) Voir plus Ajouter une citation
MyrtleMyrtle   11 septembre 2011
Il me demande, Tu savais que chaque fois que tu fabriques quelque chose, une petite part de ton esprit s'y glisse?
Non.
Alors... Arrange-toi pour que ça soit une bonne part de toi, pas une mauvaise.
Je crois que j'ai plus de bonne part en moi depuis un moment déjà, je dis.
Moi aussi, sans doute.
Il me fait son sourire de travers, et mon cœur s'envole.
Je suis désolée, je lui glisse.
De quoi?
D'être toujours... Tellement...
Ingrate?
Ouais.
Désagréable?
Je crois.
Grincheuse? Têtue? Violente?
Je suis pas violente!
Oh, si. Beaucoup, même. Mais ça me plaît chez une femme.
J'éclate de rire.
T'es fou, je dis.
J'étais normal avant de te rencontrer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
CielvariableCielvariable   06 avril 2014
Les gardiens retirent mes chaînes pour que je puisse bouger.
Les hommes sont dans leur cour d'exercice, près de la nôtre. Ils commencent à faire comme chaque fois qu'ils me voient.
Ils s'entassent près du grillage en faisant des bruits de baiser et ils crient, Au secours ! C'est l'Ange de la Mort ! Sauvez-moi !
Avant, je les regardais, mais ça les excitait encore plus. Maintenant, je les ignore.
Il y en a un qui s'approche pas du grillage. Il est adossé dans un coin, une jambe croisée sur l'autre, il se cure les ongles avec un petit bout de bois comme si rien comptait pour lui.
Je l'ai encore jamais vu. Il est pas couvert de bosses comme les autres, donc, il doit être nouveau. Il a même pas encore la tête rasée.
Il sent que je l'observe, et il arrête. Il lève la tête. Nos regards se croisent. Il jette son bout de bois, s'approche du grillage et y accroche ses mains.
Il dit pas un mot. Il promène lentement son regard sur moi. Les autres sifflent et huent. Je sens la chaleur envahir ma poitrine et mon cou jusqu'à mes joues. Je dois être écarlate. Puis il sourit. Un sourire de travers.
Je serre les poings. Le salopard. Il se prends pour qui ?
Alors je lui rends la pareille. Je crois les bras sur ma poitrine et je le détaille de haut en bas. Il a des cheveux bruns qui lui retombent sur les épaules, des yeux argentés et un visage tanné. Des pommettes hautes, un peu de barbe. Un nez tordu, comme s'il avait été cassé. Mince mais fort. Il sait s'entretenir.
Nos regards se croisent à nouveau.
- Ca te plaît, ce que tu vois, l'Ange ? il demande.
Je m'approche du grillage. J'y accroche mes mains près des siennes. Je me penche. Il a des petites rides autour des yeux à force de les plisser. Ou peut-être de sourire. Il sent la poussière chaude et la sauge.
- T'es pas mon genre, je lance.
Alors que je tourne les talons et que je m'éloigne, l'un des types crie, Elle t'a bien eu, Jack !
J'entends son rire.
Il s'appelle Jack.
La chaleur me consume. Une goutte de sueur perle sur ma poitrine. Ma main touche la pierre autour de mon cou. Chaude. Non, brûlante.
C'est étrange. Je regarde le ciel. Le soleil est en train de se coucher à l'ouest. La température devrait baisser.
Mais j'ai aussi chaud qu'à midi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MyrtleMyrtle   11 septembre 2011
Il y a de l'agitation partout. Des gens passent près du Cygne dans des nuages de poussière sur des chariots tirés par des chiens-loups à l'air méchant, des chevaux, des mules, des chameaux ou encore à pied. Ils se dirigent tous vers un grand trou dans la palissade de fortune qui encercle Hopetown. J'ai jamais vu autant de gens de toute ma vie. J'ai les yeux partout.
Emmi surgit près de moi. Les Pinch nous surveillent pas. Je soulève ma main enchaînée et elle se glisse dessous. Elle passe les bras autour de ma taille et elle me serre fort. Les Pinch la font travailler si dur qu'elle est encore plus maigre qu'avant.
Et voilà, je dis. Hopetown.
Qu'est ce qui va se passer, maintenant? elle me demande.
Je sais pas, mais on va vite le découvrir, je crois. En tout cas, quoi qu'il arrive, oublie pas de chercher Lugh.
A cet instant, j'entends un croassement familier. Je lève la tête. Un gros oiseau noir décrit des cercles dans le ciel. Je reconnaîtrais ce vol entre mille.
Nero! je m'écrie.
Il plonge, passe juste au-dessus de nos têtes, puis repart dans le ciel. Mon coeur s'envole avec lui. Des larmes jaillissent de mes yeux. Il nous suit depuis qu'on est prisonnières.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
cho0kettecho0kette   20 février 2012
Ton manège, Jack, c'est que... tu essaies de me faire tout le temps passer pour une idiote !
Oh ?
Arrête, tu sais très bien ce que tu fais !
Dans ce cas, je m'en excuse. Sincèrement.
Il me fait un sourire. Un beau sourire. Ni effronté ni arrogant. Je sais plus quoi dire.
Bon... Essaie juste de pas recommencer.
Je te promets, il déclare, que la prochaine fois que tu passeras pour une idiote, ça sera entièrement ta faute.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
MyrtleMyrtle   11 septembre 2011
Lugh est né d'abord. Au solstice d'hiver quand le soleil est bas dans le ciel.
Je l'ai suivi. Deux heures après.
Et là, tout est dit.
Lugh est devant, et moi derrière.
Mais ça me va.
C'est bien comme ça.
C'est comme ça que ça doit être.
Tout est écrit. Tout est réglé.
La vie de tous les gens nés.
La vie de tous les gens qui vont naître.
C'est écrit dans les étoiles depuis le commencement du monde. Quand on naît, quand on meurt. Et quel genre de personne on va être, bonne ou mauvaise.
Si on sait lire dans les étoiles, on peut connaître l'histoire de la vie des gens. Et l'histoire de sa vie à soi. Son passé, son présent et son avenir.
Quand Pa était petit, il a rencontré un voyageur, un homme qui savait beaucoup de choses. L'homme lui a appris à lire dans les étoiles. Pa a jamais dit ce qu'il voyait dans le ciel la nuit, mais ça doit être lourd à porter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
autres livres classés : dystopieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les chemins de poussières. Saba, ange de la mort.

Comment s'appelle le frère de Saba?

Emmi
Jack
Lugh
Caleb

10 questions
65 lecteurs ont répondu
Thème : Saba, Ange de la Mort de Moira YoungCréer un quiz sur ce livre
.. ..