AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782889276202
128 pages
Editions Zoé (03/01/2019)
3.39/5   70 notes
Résumé :
Issue de grandes dynasties viennoises et anglaises au cosmopolitisme vertigineux, Antonia est mariée à un nanti de Palerme. Soumise et contrainte à l'oisiveté, mais lucide, elle rend compte dans son journal de ses journées-lignes et du profond malaise qu'elle éprouve. Suite au décès de sa grand-mère, Antonia reçoit quantité de boîtes contenants lettres, carnets et photographies. En dépouillant ces archives, elle reconstruit le puzzle du passé familial et de son iden... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (45) Voir plus Ajouter une critique
3,39

sur 70 notes

LoloKiLi
  06 mars 2019
Me rappelant "Inconnu à cette adresse" par son éloquente concision, Antonia aussi est un texte court qui progresse habilement vers la métamorphose d'une existence ordinaire.
Ici toutefois, pas d'échange épistolaire mais des fragments de journal intime, les mots d'une jeune femme des années soixante qui suffoque en son quotidien de grande bourgeoise palermitaine. Un monologue intérieur pour ne pas sombrer, pour se convaincre de se sauver, dans les deux sens du terme.
Chronique touchante que celle d'Antonia que l'on découvre au fil de ses confidences et de ses pensées, mais hélas un peu trop succincte pour que l'on parvienne à s'y attacher vraiment. Je referme ce Journal assez dubitative, partagée entre la délicatesse du propos et la trop légère empreinte qui subsistera dans mes souvenirs de lecture (et accessoirement les deux ou trois fautes d'accord qui m'ont grave picoté la rétine).

Lien : http://minimalyks.tumblr.com/
Commenter  J’apprécie          6215
Kittiwake
  20 avril 2020
Comme l'indique le titre, il s'agit du journal d'une jeune femme de trente ans, mariée à un italien très pris par ses occupations professionnels, maman d'un petit garçon qui lui inspire peu de sentiments maternels,
Au fil des pages qui recueillent ses confidences , et partir de documents et de photos récupérés à la mort de sa grand-mère maternelle, on découvre peu à peu son histoire, celle d'une famille assez chaotique pour l'époque, en raison des recompositions familiales mais aussi de la période complexe que fut la seconde guerre mondiale, et ce d'autant que l'on est juif an Autriche.
Ce journal aurait pu s'intégrer dans un récit plus complexe, débordant du simple ennui quotidien et de l'amertume de cette femme malheureuse.
C'est un peu trop léger pour susciter un intérêt majeur et c'est dommage car le sujet était intéressant.
Roman en partie autobiographique, dont l'écriture a sans doute un raison d'être et une utilité pur l'auteur, mais trop court pour avoir une valeur de témoignage historique et trop superficiel pour marquer la mémoire.

Lien : https://kittylamouette.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          593
Ptitgateau
  14 avril 2020
Antonia est mariée à un homme pour qui elle n'éprouve aucun sentiment, Antonia se sent prisonnière de son entourage et d'elle-même, Antonia est mal aimée, il est vrai qu'Antonia semble avoir subi les avances de son beau-père il y a quelques années, essuyant la colère de sa mère qui l'incrimina, elle et elle seule... Antonia se voit priver de son rôle de mère par une gouvernante qui la domine, Antonia a pourtant essayé à certains moments, d'après ses écrits de refaire surface…

Un petit roman très court mais très superficiel et confus et qui manque grandement d'intérêt :
superficiel parce qu'écrit sous forme de journal, que peu d'informations sont délivrées clairement, que l'on n'a sous les yeux que la version des faits de notre héroïne et donc une facette unique du personnage et la vision dont l'auteur veut bien nous faire part et qu'il serait bon de pouvoir sonder un peu plus l'entourage, parce que de rapides allusions au passé des protagonistes sont mentionnées, sans plus...
Et confus parce que l'on s'y perd, que l'on a bien des difficultés à établir le lien entre les personnages, (je ne me suis aperçue de la présence d'un arbre généalogique qu'en fin d'ouvrage), parce que l'auteur saute rapidement d'un personnage à l'autre, parfois sans information sur son identité, parce que les informations n'arrivent que par bribes, à coup de lettres et photos sorties des caisses qu'Antonia explore après la mort de sa grand-mère.
Et puis cette héroïne qui se vautre dans son malheur, victime de son entourage et de son refuge dans un mariage qui lui permettrait d'échapper à son enfance et à sa famille, ne montre
aucune qualité qui permettrait au lecteur de s'y attacher.
Un roman d'une grande banalité que j'oublierai rapidement.
Je remercie les 68 premières fois pour ce partenariat.
Lien : https://1001ptitgateau.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          480
hcdahlem
  25 avril 2019
Gabriella Zalapi a trouvé une façon originale d'entrer en littérature. Elle a imaginé un journal illustré de photos de famille pour raconter la vie d'Antonia dans les années soixante et transcrire la chronique d'une émancipation.
Arrêtons-nous une seconde sur le genre littéraire choisi par Gabriella Zalapi pour son premier «roman». le journal intime, en rassemblant les «trois je», c'est-à-dire le «je» de l'auteur, celui du narrateur et celui du personnage principal donne davantage de force au récit. Il est aisé de s'identifier ou d'entrer en empathie avec la rédactrice, surtout quand des photos d'archives – comme c'est le cas ici – viennent conférer davantage d'authenticité à la chronique proposée. Les dates au début de chacune des entrées permettent de parfaitement situer l'action dans le temps, au milieu des années 60, et de nous projeter à cette période.
Nous voici donc le 21 février 1965, au moment où Antonia prend la plume pour dire son mal-être. Son mari entend la confiner à un rôle de maîtresse de maison et n'hésite pas à la sermonner dès qu'elle déroge à sa mission. Frieda, la nurse, entend s'arroger un droit exclusif sur l'éducation de son fils Arturo, lui interdisant – entre autres – d'allaiter et de le garder auprès d'elle durant la nuit. Quelques rares dîners mondains lui offrent un peu de diversion: «Je ne serai plus seule avec cette bouche qui mastique bruyamment. Avec cette tête qui se penche si bas sur l'assiette qu'elle pourrait se décrocher et se noyer dans le gaspacho.»
Le testament de Nonna va lui apporter le moyen d'oublier quelques instants ce sentiment d'oppression en lui offrant de se replonger dans l'histoire familiale via une boîte remplie de documents et de photos. Comme par exemple celle du second mariage de sa mère: «Dans une enveloppe vierge, j'ai trouvé la photo de mariage de Maman et de Henry, qui avait eu lieu à l'ambassade de Nassau. C'est aux Bahamas qu'elle a trouvé son deuxième mari. Combien de temps après la mort de Papa? Quelques mois? Peu après, Maman m'a annoncé qu'elle était enceinte de Bobby, ce demi-frère, ce petit putto. Son arrivée a tout modifié: j'étais devenue un rappel encombrant d'une vie passée, il fallait que ma naissance reste un acte invisible. J'ai littéralement sursauté en revoyant le visage d'Henry. le jour de leur mariage, Maman, avec une voix mielleuse, m'avait dit: "C'est lui ton nouveau papa. Il faudra l'appeler Daddy."»
On l'aura compris, la belle vie espérée est vite devenue une prison dorée. le miel s'est transformé en fiel. Mais dire les choses et poser sur le papier un diagnostic implacable apporte déjà une voie vers davantage de liberté. le constat nourrit la volonté, donne de la force. Et si quelquefois, le doute s'installe, c'est plutôt dans l'envie de trouver le mot juste que de renoncer à la liberté. Quitte à en payer le tribut.
En creusant l'histoire d'Antonia et de sa famille – sans oublier de la romancer ici et là – Gabriella Zalapi anon seulement fait un travail de généalogiste et d'historienne, mais aussi admirablement illustré le combat d'une femme prête à tout pour se défaire de ses chaînes. Fort, violent et sans aucun doute jubilatoire.

Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
llamy89
  03 septembre 2020
Années 60, Antonia est mariée à Franco. Bourgeoise oisive, elle laisse la nurse la priver de son fils Arturo. La honte de ne pas se battre pour honorer une toute petite promesse : je t'emmènerai à l'école la paralyse, tout la plonge dans une atmosphère ouatée, sans saveur... Son mari lui reproche avec condescendance d'être trop gentille avec le personnel.
Elle s'ennuie. Se laisse porter par une langueur angoissée, son mariage n'a plus de sens. Sa grand-mère décède, son mari s'occupe de la succession et lui fait livrer des cartons remplis de lettres, photos et carnets.
Elle apprend ce que les femmes de sa famille ont vécu. Les secrets. Alors jour après jour, Antonia s'extrait de sa torpeur en ouvrant frénétiquement les cartons. Elle pose les mots dans ce journal, raconte avec justesse la lente sortie de l'abattement pour reprendre sa vie en mains.
"On serait tenté de dire "ce ne sont que des mots", mais au moment important de l'histoire, les mots sont des actes" Clément Attlee.
C'est ainsi que les mots qu'elle lit, la porte, lui insufflent le courage de se battre pour changer sa condition de femme malgré la violence de la société.
Difficile, tant elle est détachée, d'être touchée par cette femme qui pourtant est touchante, enfermée dans la condition que son époque a voulue pour elle. Une femme tout simplement bridée par les conventions qui choisit la Liberté, quelle que soit l'époque, est toujours une héroïne dont il faut connaître l'histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210


critiques presse (1)
LaLibreBelgique   12 février 2019
À travers ces pages d’une écriture raffinée et dense, se dessine la figure d’une jeune femme prise au piège d’un mariage qui n’en est pas un.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
hcdahlemhcdahlem   25 avril 2019
INCIPIT
21 février 1965
Ce matin, lorsque j’ai ouvert les yeux, j’étais incapable de bouger. Mon corps semblait s’être dissous dans les draps et baignait dans une sueur toxique. Ce n’est qu’en entendant la gouvernante – Nurse comme elle désire être nommée – que j’ai sauté du lit. Elle était sur le pas de la porte avec Arturo. Où allez-vous? «Nous allons à l’école, of course», a-t-elle dit de son petit air choqué. Elle m’a pratiquement claqué la porte au nez. Puis je me suis souvenue qu’hier soir au dîner, j’avais promis à mon fils de l’emmener en classe ce matin. J’ai eu honte.

3 mars 1965
Je perds mes cheveux. J’ai des migraines. Je grossis à vue d’œil et ne rentre plus dans mes habits. Ma nouvelle habitude : dès que Franco part travailler, j’étends des draps noirs sur les miroirs.
Hier il m’a reproché de ne pas savoir donner des ordres aux domestiques. D’être trop gentille avec eux. Il y avait du mépris dans sa voix. En disant trop gentille, il a bien décomposé les syllabes et des bulles de salive s’accumulaient sur les côtés de sa langue qui roulait. Il persiste à appeler Maria «la bonne».

4 mars 1965
Nurse m’épie l’air de rien avec sa tenue d’infirmière. J’aurais dû la faire partir dès le début. C’est elle qui m’a interdit d’allaiter Arturo et de le garder près de moi la nuit. Elle a pris trop de place entre lui et moi, avec son chignon parfait, sa peau lisse, sa petite moustache drue, ses règlements, ses yeux bleu glace.

12 avril 1965
Rendez-vous ce matin à 9h au cabinet du notaire Via Cavour avec Oncle Ben. Nous avons finalement résolu les derniers petits conflits liés au testament de Nonna.
Tout s’est passé dans le calme. J’étais anesthésiée. J’ai hérité de ce qui revenait à Papa: une importante somme d’argent, la moitié des meubles de Villa Clara (où vais-je les mettre?) et les six appartements de Florence (une entrée d’argent mensuelle). Cette affaire qui a traîné si longtemps est finalement close. Je suis heureuse de savoir que jamais je ne dépendrai financièrement de Franco.
Chez le notaire, j’ai réalisé que cinq ans se sont écoulés depuis la disparition de Nonna. Pourtant je me surprends encore, quand le téléphone sonne, à croire, à espérer entendre sa voix. Et cette sidération qui suit. Cette déception.
Quand est-ce que je reverrai Oncle Ben? À l’aéroport, j’ai mesuré à sa démarche combien il a vieilli. Lui rendre visite à Londres absolument.

30 avril 1965
Dîner à la maison avec Valentina, Felice, Matilde et époux.
Menu:
Timbalines de macaronis à la sauge
Filets de soles à la Diplomate
Petits pains de foie gras à l’aspic
Salade Jockey-Club
Mousse aux abricots
Ces dîners mondains sont une manière de faire diversion aux interminables tête-à-tête avec Franco. Je ne serai plus seule avec cette bouche qui mastique bruyamment. Avec cette tête qui se penche si bas sur l’assiette qu’elle pourrait se décrocher et se noyer dans le gaspacho. Ce soir, pas de «Quoi, qu’est-ce que tu as dit?»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
hcdahlemhcdahlem   25 avril 2019
Dans une enveloppe vierge, j’ai trouvé la photo de mariage de Maman et de Henry, qui avait eu lieu à l’ambassade de Nassau. C’est aux Bahamas qu’elle a trouvé son deuxième mari. Combien de temps après la mort de Papa? Quelques mois? Peu après, Maman m'a annoncé qu’elle était enceinte de Bobby, ce demi-frère, ce petit putto. Son arrivée a tout modifié: j’étais devenue un rappel encombrant d’une vie passée, il fallait que ma naissance reste un acte invisible. J’ai littéralement sursauté en revoyant le visage d’Henry. Le jour de leur mariage, Maman, avec une voix mielleuse, m’avait dit: "C’est lui ton nouveau papa. Il faudra l’appeler Daddy." 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
hcdahlemhcdahlem   25 avril 2019
10 mai 1965
Franco, avec son dos de prêtre, m’exaspère. Je n’en peux plus:
de ses petits gestes maniaques lorsqu’il plie ses habits
de sa manie de se moucher bruyamment avant de se coucher
de ses affreux pyjamas rayés, cadeaux de sa mère
de ses crachats sonores lorsqu’il se lave les dents
de son corps blanc et flasque
Avant, pour l’éviter, j’invoquais une excuse en m’éclipsant de la chambre, maintenant je ne dis plus rien. La répétition a engendré un silence complice. Je sors et vais m’asseoir au pied du lit d’Arturo qui dort comme un petit ange. Dans la pénombre, son visage et son souffle m’apaisent. Lorsque je quitte Arturo, cette sorcière de Nurse ouvre immanquablement la porte et me demande d’une voix basse et pourtant aiguë « Est-ce qu’il y a quelque chose qui ne va pas ? »
J’ai repensé à ce mot, « Nurse ». Je réalise qu’il contribue à mon sentiment de vivre avec une étrangère. Elle reste impénétrable. Qui est cette Frieda? Oui, elle a de la famille dans le Nord de l’Angleterre ; oui, elle aime la musique classique ; oui, elle suit un régime très strict; oui, elle va à la messe tous les matins. Franco dit «Qu’elle fasse son métier, c’est tout ce qu’on lui demande.» Il l’a recrutée via une agence très réputée de gouvernantes professionnelles et elle exerce ce métier depuis trente ans. Et alors? Je rate des occasions d’aimer mon fils.
A faire:
Aller chez le coiffeur
Acheter les médicaments pour Arturo
Commander du champagne
Lampe
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
pgremaudpgremaud   07 février 2019
Franco, avec son dos de prêtre, m'exaspère. Je n'en peux plus :
de ses petits gestes maniaques lorsqu'il plie ses habits
de sa manie de se moucher bruyamment avant de se coucher
de ses affreux pyjamas rayés, cadeaux de sa mère
de ses crachats sonores lorsqu'il se lave les dents
Commenter  J’apprécie          40
ArthoreArthore   30 août 2019
Il paraît qu’un jour on se réveille affamé de ne pas avoir été ce que l’on souhaite. Où ai-je lu cette phrase? depuis, au lever, je regarde autrement ce qui m'entoure. Le monde prend de l’ampleur, du volume, une odeur. Ce petit miracle s’ecanouit Très vite pour être remplacé par une implacable journée-ligne.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Gabriella Zalapì (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gabriella Zalapì
Payot - Marque Page - Gabriella Zalapi - Antonia
autres livres classés : emancipationVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Autres livres de Gabriella Zalapì (1) Voir plus




Quiz Voir plus

LNHI-44259

Qui chantait ceci en 1977? On a tous dans le coeur une petite fille oubliée Une jupe plissée, queue de cheval, à la sortie du lycée On a tous dans le cœur un morceau de ferraille usé Un vieux scooter de rêve pour faire le cirque dans le quartier Et la petite fille chantait (et la petite fille chantait) Et la petite fille chantait (et la petite fille chantait) Un truc qui me colle encore au cœur et au corps Everybody's doing a brand-new dance now Come on babe do the locomotion I know you gonna like it if you give it a chance now Come on babe do the locomotion

Alain Souchon
Laurent Voulzy
Eddie Mitchell

12 questions
68 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson française , années 60 , enterrement , animauxCréer un quiz sur ce livre