AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782330026936
153 pages
Actes Sud (08/01/2014)
3.57/5   14 notes
Résumé :
Grandeur et dégringolade de Lili Riviera., ex-star du porno mondialement connue pour ses avantages mammaires hors normes : son enfance confinée dans la respectabilité rancie, son adolescence violemment travaillée au corps, sa jeunesse confisquée par divers amants qui comptent bien tirer profit de l'exhibition de ses appâts spectaculaires, la gloire de pacotille sur des podiums éclairés par le jour cru des projecteurs. Les opérations chirurgicales qui en font bientô... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
MissG
  11 novembre 2014
Lili Riviera, ex-star du porno sculptée au scalpel chirurgical pour offrir rêves, désirs et fantasmes à tous les mâles vient d'être retrouvée morte chez elle.
Même les pompiers qui accourent à son domicile rêvent de la sauver, ce nom synonyme pour eux d'images devant lesquelles ils assouvissent leurs fantasmes : "Lorsque l'appel était parvenu aux pompiers, ils s'étaient même battus pour se rendre sur place et peut-être la sauver, cette bombe que certains avaient placardée dans leur casier, sa poitrine de foire au niveau du regard ou sa bouche-ventouse à hauteur de queue, au choix. Souvent les deux, en fait. Les clichés d'elle, très clairement conçus pour faire bander et non rêver - tout comme son corps réinventé d'ailleurs-, ne manquaient pas.".
Mais à l'arrivée la déception est grande, car de la Lili Riviera provocante et objets de tous les fantasmes plus ou moins avouables il ne reste qu'un pantin disloqué n'attirant que la pitié et le dégoût : "C'est une pauvre fille qui est là, dans un fouillis de draps et de peluches ridicules. Une créature dont la solitude effroyable saute au visage et force à détourner les yeux.".
Poussière tu fus et poussière tu es redevenue, mais qui étais-tu Lili Riviera ?
C'est à cette question que Carole Zalberg répond dans ce roman, en s'intéressant à Lili petite fille, son enfance entre une mère la brimant systématiquement et un père s'écrasant en carpette devant sa femme; à Lili adolescente trop tôt tombée dans les griffes d'un vilain garçon qui la transforme en carpette à hommes, il offre son corps à tous les hommes qui veulent et de cela Lili en gardera toute sa courte vie le besoin viscéral d'être serrée dans des bras masculins pour faire taire ses angoisses : "La nuit, rien d'autre ne chasse ses terreurs que des bras d'hommes. Pas leur sexe ni leurs prouesses, contrairement à ce qu'ils croient tous. Elle veut seulement des bras forts entre elle et le froid de la mort. Car Lili, qui ne croit pas et se sait nécessairement guettée par la défaillance à force de se malmener, est terrifiée à l'idée de sa propre fin."; et enfin à Lili adulte dont il ne reste plus grand chose d'origine puisque patiemment et méthodiquement elle a tout effacé d'elle pour se faire construire par la chirurgie un sarcophage protecteur : "Plus elle s'éloignait de son vrai visage et plus elle se libérait de toute pudeur, de toute idée de faute; moins elle savait qui elle était et plus elle se sentait à l'abri.".
Lili a cru que le bistouri ferait son bonheur, il a au contraire continué à l'enfoncer un peu plus dans le malheur et dans une spirale dont elle n'a jamais eu la moindre chance d'en sortir : "Elle a rêvé autrefois qu'au fond de ce corps elle serait tranquille et bien cachée, mais les yeux, quand ils sont sans désir, percent la chair et ses déguisements.".
Alors oui, Lili a attiré sur elle le regard des hommes, à suscité chez eux l'envie et elle n'a jamais su leur dire non, elle s'est étourdie dans les nuits de musique, d'alcool, de paillettes et d'exhibitions pour s'oublier, enfouir son moi le plus profond et n'être qu'une apparence aux yeux des autres.
Dans le fond, Lili n'a pas grandi dans son esprit, elle a remplacé le nounours de son enfance par un homme différent chaque nuit et elle a passé sa vie à quémander l'amour des hommes pour remplacer celui que ses parents n'ont jamais su lui donner, par méchanceté pour sa mère et par lâcheté pour son père.
La véritable Lili Riviera, c'est une petite fille qui hurle et pleure d'angoisse dans le corps d'une femme devenue poupée qui dit oui à tout et à tous.
C'est une histoire dure qui est ici racontée, j'ai été beaucoup touchée par le destin de Lili Riviera et plus d'une fois j'ai eu envie de la prendre dans mes bras et de prendre le temps de parler avec elle pour essayer de l'aider.
Dans le fond, le personnage de Lili Riviera canalise certaines de nos envies, celles de se dire que si on était comme-ci on aurait plus de succès et que c'est parce que l'on est comme-ça que l'on en a moins voire pas, on est attiré par tout ce qui brille mais on ne réalise pas toujours à quel point on pourrait s'y brûler les ailes; Lili Riviera est là pour nous aider à y voir plus clair et à arrêter d'espérer qu'être une autre pourrait radicalement améliorer notre vie et nous amener le bonheur.
De toute façon, il n'y a pas de recette miracle pour le bonheur.
A travers cette histoire, on y voit aussi un peu plus clair concernant les personnes toxiques que l'on peut un jour croiser, pouvoir les reconnaître afin de les éviter.
La structure du titre du roman est bâtie à l'image de la structure narrative : le roman s'ouvre par la mort de Lili Riviera, ensuite vient sa naissance et son enfance, puis les derniers mois de sa vie, son enfance à l'école et ainsi de suite.
Le récit est un dialogue permanent entre le présent et le passé, la mort et la vie de Lili Riviera.
J'ai beaucoup apprécié la structure de ce roman qui permet de bien saisir toutes les nuances du personnage et d'en comprendre le fonctionnement intérieur, et surtout, de ne pas le juger mais de ressentir pour lui une empathie profonde et sincère.
J'aime énormément le style de Carole Zalberg découverte avec "A défaut d'Amérique", ici encore j'ai retrouvé toute la beauté, la richesse et la justesse de sa plume, un pur moment de bonheur littéraire.
A toi qui rêves de strass, de paillettes, de projecteurs et de coups de bistouris pour te donner un physique de rêve, prends donc le temps de lire "Mort et vie de Lili Riviera", l'histoire déchirante d'une femme qui n'a cessé de quémander un peu de tendresse et qui pour cela n'a pas hésité à se dé-construire et à se dé-former, pour finir dans le dénuement affectif le plus complet.
Un très beau livre, un véritable style.
Lien : http://lemondedemissg.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
MarianneL
  23 mars 2014
La dissociation fatale d'un être de son corps.
«Ce serait un conte.
On retrouverait le corps sans vie de Lili Riviera. Son visage et ses reliefs improbables, oeuvre folle des bistouris, luisant comme une cire tiède dans la pénombre.
Ses seins énormes flottant bêtement ; non plus des masses chaudes qu'on aurait voulu caresser, masser, soupeser, mais deux ballons perdus sur l'océan satin des draps.»
Inspirée par la vie de Lolo Ferrari Carole Zalberg raconte, dans ce roman de 2005, le destin au départ terriblement banal d'une enfant mal aimée, la trajectoire tragique d'une femme transformée en objet sexuel à coups de bistouri, créature «charcutée» pour provoquer le désir – devenue monstre de foire suscitant à la fin surtout écoeurement et rejet.
Ce roman qui démarre aux deux bornes de la vie de Lili Riviera, sa mort et son enfance, est au départ pesant : les traits outrés de l'histoire sont posés d'entrée de jeu. Et puis, touche par touche, à la façon d'un peintre, Carole Zalberg donne de la profondeur, de la subtilité à ses personnages, évoquant les démons intérieurs de Lili, l'absence du père, cet homme presque invisible, ses amours destructrices et enfin l'amitié qui la lie à Cédric, son ami depuis le collège, au destin parallèle moins voyant mais tout aussi fatal.
Au coeur du voyeurisme sans en avoir aucun, «Mort et vie de Lili Riviera» renoue les fils de cette trajectoire entre sa fin et son enfance, et les failles de l'enfant rejoignent le gouffre ultime quand Lili Riviera, entraînée par sa volonté d'être absorbée dans le désir des autres, se laisse disparaître dans son corps méconnaissable.
«Lili, elle, n'a plus d'idée précise de ce que lui renvoie son reflet. Ce qui la prend à la gorge, elle, quand, pour se préparer, elle est obligée de se regarder, c'est seulement cette impression, non, cette certitude de n'être personne, de ne ressembler à rien de vivant. Dès sa deuxième opération du visage elle a eu ce sentiment. Elle n'en a rien dit parce qu'il était trop tard et qu'il fallait maintenir l'illusion. Mais surtout, elle aimait cela : la destruction de ses traits, leur transformation, ce masque greffé sur sa chair, la dissimulaient.»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Mimeko
  01 septembre 2014
C'est presque un roman a deux voix que nous propose Carole Zalberg : Lily (ou doit -on plutôt l'appeler Lolo F dont les prothèses mammaires en faisaient un phénomène de foire) et l'autre Lily, la petite fille qui veut exister et être aimée mais l'est mal.
La belle écriture sans concession et la construction du roman ajoutent à l'intérêt de ce roman : la vie dissolue de Lily est reconstituée à rebours, à partir de sa mort, celle de Lily la jeune fille en recherche d'amour est déroulée dans une chronologie habituelle.
Une lecture enrichissante.
Commenter  J’apprécie          120
seriephile
  24 janvier 2014
Carole Zalberg propose un livre poétique sur un thème difficile, celui de la prostitution. L'auteure ne tombe pas dans le misérabilisme. Elle dépeint la vie de cette jeune fille devenue femme, en commençant par aborder sa mort. de chapitre en chapitre, le lecteur découvre de manière non linéaire, les événements marquants de la vie de Lili. Pas de rebondissements, car on sait comment l'histoire se termine dès la première page. Alors on prend le temps de lever le voile sur ce parcours qui laisse un goût amer. On découvre ainsi comment une fillette traverse seule et avec peine l'enfance et l'adolescence, pour finir sa course dénudée sur un podium, faisant de ces seins son gagne-pain. Comment ne pas se poser de questions sur les tourments de l'existence, les chemins de traverse, qui, s'ils sont trop tôt empruntés peuvent marquer à vie et vous changer à jamais.
J'ai beaucoup aimé le style et l'écriture de Carole Zalberg, et je serais heureuse de découvrir les autres oeuvres de cette auteure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
CHRISREUNION
  04 mai 2014
Une belle écriture ...cette histoire d'une femme objet laisse dans le coeur un profond dégoût et un certain accablement.
Parfaite illustration de l'essai de Nancy HUSTON ' Reflets dans un oeil d'homme" !

Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
MimekoMimeko   01 septembre 2014
Francky se disait manager d'artistes. Iil était surtout beau parleur et prince des nuits crues.Il connaissait tous ceux qu'il y avait à connaitre quand on voulait aller de fête en fête sans jamais laisser à l’ivresse le temps de retomber.
Commenter  J’apprécie          80
MissGMissG   11 novembre 2014
Lorsque l'appel était parvenu aux pompiers, ils s'étaient même battus pour se rendre sur place et peut-être la sauver, cette bombe que certains avaient placardée dans leur casier, sa poitrine de foire au niveau du regard ou sa bouche-ventouse à hauteur de queue, au choix. Souvent les deux, en fait. Les clichés d'elle, très clairement conçus pour faire bander et non rêver - tout comme son corps réinventé d'ailleurs-, ne manquaient pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
CHRISREUNIONCHRISREUNION   04 mai 2014
Elle a laissé émerger un décor qui ressemble à sa vie gâchée, défaite et refaite à l'envi. C'est une présence vivante, une excroissance mêlant objets et déchets liés à elle, une tumeur qui pousse autour d'elle plutôt que dans son corps trop artificiel. Le parfait reflet de sa dérive.
Commenter  J’apprécie          50
CHRISREUNIONCHRISREUNION   04 mai 2014
La nuit, rien d'autre ne chasse ses terreurs que des bras d'hommes. Pas leur sexe ni leurs prouesses, contrairement à ce qu'ils croient tous. Elle veut seulement des bras forts entre elle et le froid de la mort.
Commenter  J’apprécie          70
MimekoMimeko   01 septembre 2014
Ma petite fille.
Les mots, qui se plantent dans le cœur de Lili, qui lui font mal parce qu'ils sont en retard d'une vie, flottent encore au dessus d'elle quand l'eau l"accueille.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Carole Zalberg (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Carole Zalberg
Rencontre avec Carole Zalberg “Tes ombres sur les talons” (Grasset) Rencontre présentée par : Pierre Mazet
Jeune fille au parcours scolaire sans faute, Melissa paraît s'intégrer au mieux dans la vie professionnelle… sans réellement trouver sa place. Fragilisée par un manque d'assurance sociale, elle perd le fil, se lie avec une autre jeune femme, désorientée comme elle, qui l'entraîne à de mystérieuses réunions. À travers la trajectoire individuelle de Melissa, Carole Zalberg aborde ici la question de la radicalisation, des rêves déçus, de ces dons que la société ne sait pas toujours exploiter, décourage souvent et, pire, pervertit.
Retrouvez son livre chez vos librairies indépendantes : https://www.librairies-nouvelleaquitaine.com/
Inédite édition de l'Escale du livre, du 24 au 28 mars 2021 et durant tout le printemps https://escaledulivre.com/
Suivez nous Youtube : Escale du livre - Bordeaux https://www.youtube.com/channel/UCPVtJFeOHTTNtgQZOB6so1w Facebook : escale.dulivre https://www.facebook.com/escale.dulivre Instagram : escaledulivre https://www.instagram.com/escaledulivre/?hl=fr Twitter : escaledulivre https://twitter.com/escaledulivre

© musique : Hectory - Réalisation et sound design : Grenouilles Productions - création graphique : Louise Dehaye / Escale du livre 2021 - Inédite édition
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature francophoneVoir plus





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3064 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre