AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Jacques Roque (Traducteur)
EAN : 9782262023249
640 pages
Perrin (01/12/2004)
3.65/5   23 notes
Résumé :

Au commencement était l'eau... La mer, les marais, les terres inondées où vivait le petit peuple des lagunes et des roselières. Et là allait se développer la Cité-Etat dont l'histoire rejoint la légende et dont la puissance dura mille ans. Cette monographie, fondée sur une documentation d'une très grande rigueur scientifique, est la fascinante évocation d'une ville magique qui sut faire naître et... >Voir plus
Que lire après Histoire de Venise : La République du LionVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
J'ai trouvé et acheté ce livre chez un libraire-bouquiniste de Chinon en croyant avoir trouvé une histoire de Florence. C'est seulement quelques heures plus tard, en le prenant pour le lire que j'ai découvert une histoire de Venise. On a parfois des absences…

Qu'à cela ne tienne, c'est passionnant dès le début. Pour ceux qui se demandent comment s'est créée l'Italie morcelée en cités-états et provinces sous domination étrangère, jusqu'au Risorgimento du XIXe siècle, on a ici un exemple typique. Sur les décombres de l'empire romain, dès le haut moyen-âge, la géopolitique a horreur du vide et de nombreuses ambitions s'affrontent : l'empire romain d'Orient (Byzance) qui tient le nord-est jusqu'à Ravenne ; les Lombards, des germains qui descendent, s'installent à Turin, Milan, Pavie et poussent pour atteindre la côte Adriatique ; le pape qui, depuis Rome, appelle les Francs pour les contenir et Charlemagne qui envoie son fils Pépin ; les Vénètes, peuple antique local, qui se réfugient dans les lagunes et les îles comme depuis toujours dès que le danger vient de la terre. Et qui y fondent la ville de Venise.
Des chefs de guerre sont nommés, ou se proclament, ou sont élus par leur pairs, et deviennent ducs ; le mot « doge » est d'ailleurs un duc dans le patois local. Mais les Vénitiens, déjà très commerçants, sont rétifs au pouvoir personnel et encore davantage aux dynasties ; ils inventent une république qui s'enrichit d'organes représentatifs au fil du temps (assemblée, conseil majeur, conseil mineur, conseil des Dix, Sénat…) comme autant de contre-pouvoirs.

Et puis ça se complique : pour défendre ou élargir son empire commercial en Méditerranée, la République de Venise prend part aux croisades et à la démolition de l'empire byzantin, qui lui disputait la prééminence en Dalmatie (l'actuelle Croatie) et donc le verrouillage de l'Adriatique d'où partent les navires commerciaux vénitiens.
Et puis ça se complique encore : la rivalité commerciale avec les Génois qui tourne à l'affrontement ; les Turcs qui entrent dans le jeu et le nouvel empire Ottoman qui lui dispute la Méditerranée et la Dalmatie ; la Lombardie grandissante des Visconti et Sforza qui l'oblige à assurer ses arrières et à s'engager dans le « grand jeu » de la politique intérieure italienne du haut moyen-âge et de la Renaissance.
Du coup, en même temps que Venise devient plus riche et plus puissante, ça se complique de plus en plus : le pape qui veut agrandir ses états, la Lombardie et Florence, les royaumes de Hongrie, de France et d'Espagne qui entrent dans le jeu, l'empire d'Autriche qui se constitue… parfois quasiment tous ligués contre Venise qui fait alors figure de puissance montante et menaçante, jusqu'à la soupçonner de vouloir reconstituer l'empire romain sous sa férule. Ses cent cinquante mille habitants à la fin du XVe siècle en font la plus grande ville d'Europe.

Au XVIe siècle, son apogée, ce n'est plus la Sérénissime mais la Richissime : ses industries du luxe, en partie complètement locales (les verreries de Murano), en partie alimentées par les matières premières ou précieuses qui convergent vers son port, sont renommées dans toute l'Europe. Mais question sérénité, on est loin du compte. D'une part, les grandes découvertes font que les circuits commerciaux vers l'Europe débordent de la Méditerranée où les marins et commerçants vénitiens régnaient en maîtres. D'autre part, Venise se retrouve coincée entre François 1er et Charles Quint au moment où les Turcs se réveillent. La perte de la Crète, après Chypre au siècle précédent, malgré la ligue chrétienne qui s'était constituée et sa victoire à Lépante, sonne l'essoufflement parce les moyens exigés par les guerres de cette époque commencent à excéder les ressources de la République.

Côté géopolitique, c'est donc très mouvementé mais Venise et ses élites demeurent constantes : une puissance maritime et une diplomatie très actives au service du développement commercial de la ville et donc de sa richesse, laquelle richesse permet des rentrées fiscales importantes pour financer les forces armées (notamment marines) et défendre cette puissance. Et puis un état de droit dans un espace européen très féodal, ce qui fait que les citoyens sont relativement protégés, donc attachés à la République, et participent activement aux luttes contre les envahisseurs successifs.
Et ces fondamentaux assurent sa survie dans les périodes difficiles.

La République de Venise résistera ainsi comme état indépendant jusqu'à la fin du XVIIIe siècle puis, épuisée financièrement par les guerres de succession d'Espagne et un nouvel assaut (repoussé) des Turcs, elle s'efforcera de louvoyer dans la neutralité avant de tomber en contre coup de… la Révolution française. le Directoire, au prétexte de contrer les Autrichiens et surtout pour faire main basse sur la riche Italie du Nord, envoie Bonaparte s'en emparer. La Vénétie terrestre est rapidement conquise, puisque désarmée. Puis dans une suite d'épisodes diplomatico-guerriers invraisemblables, la République s'auto-dissout le 12 mai 1797, surtout par l'effet de la trouille qu'inspire au doge et au grand conseil le général français.
Lequel s'empresse de la refiler à l'empire austro-hongrois, ainsi que ses possessions du nord et de l'est de l'Adriatique, sur lesquelles les Habsbourg lorgnaient depuis des siècles, en gage de bonne volonté et pour apaiser les relations entre la France et ces derniers. Puis la reprend et l'incorpore au royaume d'Italie, possession française, après avoir défait l'empire austro-hongrois. Qui revient aux commandes à la fin de l'empire napoléonien. Bref, Venise n'est plus qu'une cité exsangue, ballottée au gré de circonstances qui désormais la dépassent totalement. Elle participera finalement au Risorgimento et sera intégrée dans l'Italie unifiée moderne.

L'auteur, descendant de patriciens vénitiens, dont quelques doges, n'est évidemment pas un historien d'une neutralité complète. Il a l'amour de sa ville chevillé au corps. Ce qui n'empêche pas l'objectivité de ses jugements sur les comportements des différents acteurs de cette très longue histoire. Et la teinte juste d'une passion qui la rend si agréable à lire.
Commenter  J’apprécie          6925
Par un Vénitien de pure souche, le comte Alvise Zorzi, qui s'enorgueillit de compter un Doge parmi ses ancêtres, une histoire passionnante et assez chauvine de la grandeur de Venise, qui culmine avec la prise de Constantinople en 1204, de sa rivalité multi séculaire avec Gênes pour la maîtrise du commerce maritime en Méditerranée, de son lent déclin, dès lors que la découverte de l'Amérique (n'oublions pas que Colomb était génois) et les conquêtes qui s'ensuivent, affaiblissant le rôle clé de Venise, au carrefour des routes commerciales méditerranéennes et de l'Europe.
La spécifité politique de Venise, sérénissime République, même au Moyen Âge, gérée par une assemblée de nobles familles marchandes, et dirigé par un Doge issu de leurs rangs, fait réfléchir sur les rapports entre mer, commerce, et république... En sont symboliques les noces rituelles du Doge avec la mer sur sa galère le Bucentaure.
Une histoire très documentée, et d'un part pris émouvant, qui peut montrer que Venise n'est pas encore tout à fait un musée en péril.
Commenter  J’apprécie          60
Ecrit par un authentique vénitien (et d'une grande famille de surcroît) ce livre permet de se faire une idée d'ensemble de l'aventure improbable que fut la naissance et le développement de cette cité qui fut refuge et devint puissance européenne avant de ne survivre que par son incroyable patrimoine artistique et peut être (hélas trois fois hélas) de disparaître sous la montée des eaux. A lire pour tout amoureux de la Sérénissime …
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
(Vers 1350)
La légende prétend que le doge, fort vieux et de nature irascible, aurait eu une femme jeune et légère, et qu'un jeune patricien, Michele Steno, peut-être parce qu'il avait été repoussé par la dogaresse, aurait gravé sur le trône ducal le fameux distique :
Marin Falier da la bella moier
Altri la galde e lui la mantien
(Marin Falier à la belle épouse
D'autres en jouissent et lui l'entretient)
Devant l'Impunité dont aurait joui le jeune homme, le vieillard, touché dans son honneur, méprisé par ses proches, aurait cherché à se venger des patriciens en les exterminant et en instaurant un gouvernement populaire.
Commenter  J’apprécie          30
Après la honte de Zonchio, le sultan Bajazet pouvait dire ) l'envoyé vénitien Alvise Manenti que jusque-là ,le doge avait pu épouser la mer , mais que désormais c'est à lui qu'elle appartenait , à lui, le Grand Turc. Et le poète Joachim Du Bellay de commenter férocement :
"..ces vieux coquz vont espouser la me
dont ils sont les maris et le Turc l'adultère."
Commenter  J’apprécie          10

Dans la catégorie : Histoire de VeniseVoir plus
>Histoire de l'Europe>Histoire de l'Italie>Histoire de Venise (16)
autres livres classés : veniseVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (67) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3285 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *}