AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070373576
Éditeur : Gallimard (04/03/1982)

Note moyenne : 3.1/5 (sur 29 notes)
Résumé :
"Qu'était devenu David Silbermann, le brillant lycéen juif dont Jacques de Lacretelle a fait le héros d'un très célèbre roman ? Les hasards d'une rencontre, et une enquête presque policière, permettent à l'auteur de reconstituer ce que fut sa brève vie d'homme. D'abord en Amérique, ensuite à Paris, ce garçon si brillant s'acharne à fabriquer son propre échec. Malade, incompris de tous, trahi même par la femme qu'il aime, toujours déchiré par son problème d'identité ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
HORUSFONCK
  21 janvier 2019
Silbermann, l'écorché-vif si attachant et agaçant à la fois...
Le narrateur en retrouve la trace, le fantôme, par un hasard qui réveille curiosité et remords.
Une histoire de ruines et de déchéance...
Le destin tragique de Silbermann, n'est pas spécial à celui d'un juif: Il est celui d'un homme écartelé jusqu'à la confusion.
Parti en Amérique, Silbermann ne trouve rien aux États-Unis, à sa démesure, et revient en France finir sa brève existence.
Le livre est bref, certes, mais il est haletant, complet, compact: Il me rappelle certains chapitres du Petit Chose et précède certaines scènes de l' Arabe du futur avec cette somme d'espoir, d'exaltation et de déceptions.
Commenter  J’apprécie          260
M_a_r_c
  04 novembre 2017
Séduit par Silbermann, je me suis immédiatement attelé à sa suite, publiée sept ans plus tard, en 1929.
A la fin du premier opus, Silbermann, pour échapper à l'opprobre pesant sur son peuple, quittait le narrateur et la France et se rendait chez son oncle, lapidaire en Amérique. le second opus, au vu de son titre, laissait présager le retour triomphant en Europe d'un Silbermann ayant réalisé outre Atlantique ses rêves de grandeur littéraire.
Mais de retour, il n'est nullement question dans le Retour de Silbermann, et encore moins de triomphe…
A l'occasion d'un voyage à Marseille, le narrateur, quelques vingt ans après avoir vu son ami d'enfance pour la dernière fois, croit le reconnaître parmi les passagers d'un paquebot américain faisant le tour de la Méditerranée. Il s'agit en réalité de l'un de ses cousins, fils du joaillier qui l'avait accueilli à son arrivé aux Etats-Unis et se prénommant lui aussi David.
Ce cousin apprend au narrateur les déboires rencontrés alors par son ami d'enfance et quelques années seulement après y avoir posé le pied, son départ des Etats-Unis pour retourner en France.
Une brève enquête conduit le narrateur chez celle qui a partagé la vie de David, Simone Fligsheim, laquelle lui apprend le décès de David après de nouvelles années d'errements intellectuels ayant finalement eu raison de sa santé mentale.
Alors que le roman paru en 1922 mettait l'accent sur une amitié rendue difficile par l'antisémitisme primaire régnant en France après l'affaire Dreyfus, le Retour de Silbermann, que son auteur aurait mieux fait d'intituler « Retour Sur Silbermann » pour plus d'honnêteté, se focalise sur les déboires de celui qui fut l'ami du narrateur. Déboires présentés comme une sorte de décadence, de descente aux enfers voulue – du moins en partie – par celui qui, dans le premier opus, se croyait destiné à réaliser la grande et victorieuse synthèse entre l'esprit français et l'esprit juif.
Le ton est ici totalement différent. Tout est relaté au passé. Tout est dit dès les premières pages. Silbermann a échoué. Il n'y aura aucun retour de sa part. Et s'il a échoué, peut-on presque lire entre les lignes, c'est de sa faute et entièrement de sa faute. Une faute qu'un pas intellectuel trop aisément franchissable, rapprocherait de sa condition de Juif.
L'humanité présente dans le premier opus, les élans du coeur, la noblesse des pensées et des actes sont ici absents, comme si quelque chose avait changé chez l'auteur entre 1922 et 1929. Non pas qu'il serait devenu platement antisémite, mais son approche de la « question juive » (vous excuserez cette formule qui évoque plutôt les heures sombres du IIIe Reich) est différente et induit un sentiment de malaise certes ténu, mais que rien ne vient dissiper d'un bout à l'autre de l'ouvrage.
Bref une « suite » au mieux déroutante, surtout lue dans la foulée du premier tome et qui laisse le lecteur perplexe sur les intentions de l'auteur…

Lien : https://livrelecteur.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Spania
  05 décembre 2014
L'auteur dont il est lui même le narrateur, reconstitue la vie de son ami du collège.
Biographie de son ami tant aimé le conduit à mener une enquête émouvante.
Au fil des pages, il découvre plusieurs aspects de la personnalité de son ami : malade et incompris de tout son entourage parfois trahi.
L'auteur fait une description du personnage comme une éloge qui s'avère parfois ennuyeuse par des phrases trop longues cependant le style de Jacques de Lacretelle est bon d'où mon intérêt pour lire ce roman biographique.
Néanmoins ce livre reste un récit descriptif de ce personnage triste qui complète le portrait du premier roman "Silbermann", lu dans les années lycée.
Et si finalement, l'auteur jouait sur ce qu'avait trouvé Albert Camus : ce style de "la répétition " ...à vous de voir !
Commenter  J’apprécie          20
EstelleRomano
  11 mars 2017
Une suite éclairante au roman "Silbermann" qui montre toute la capacité de destruction du harcèlement, antisémite en particulier, mais aussi l'isolement intellectuel, moral et psychologique d'un enfant précoce. Car ce sont d'abord ces deux éléments qui vont ruiner petit à petit la vie de Silbermann.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
RJuilletRJuillet   09 décembre 2012
Je m'amusais à étudier le visage et les mouvements de mes voisins lorsque j'entendis le portier de l'hôtel crier un nom à travers le hall. Puis il avança dans les salons, les groupes ; il tenait une dépêche à la main. Comme il passa près de moi, il répéta le nom. Je sursautai : ce nom était David Silbermann.
Commenter  J’apprécie          20
genougenou   20 septembre 2013
Mais je connaissais mieux qu'un autre une inclination tout opposée, cachée au fond de sa nature, comme un grain de poison capable de tout détruire : une admiration secrète pour les malheurs de sa race.
Commenter  J’apprécie          30
Video de Jacques de Lacretelle (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques de Lacretelle
« Tout un monde : Jacques de Lacretelle et ses amis » Anne de Lacretelle, Éditions de Fallois, février 2019.
Figure de la vie littéraire à partir des années 1920, Jacques de Lacretelle (1888-1985), prix Femina en 1922 avec « Silbermann », a côtoyé des écrivains tels que Marcel Proust, Paul Morand, Jean Cocteau ou François Mauriac. Sa fille décrit l'intimité de ces personnages, leur vie mondaine, leurs voyages. ©Electre 2019
autres livres classés : harcèlementVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Vie de l'auteur

Qui est l'auteur de cette histoire ?

Mozart
Homere
Jaacques de Lacretelle

3 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Le retour de Silbermann de Jacques de LacretelleCréer un quiz sur ce livre