AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782378804077
240 pages
L' Iconoclaste (25/01/2024)
4.09/5   50 notes
Résumé :
Depuis l'adolescence, Jean-Philippe Blondel se vit comme un survivant, après avoir perdu ses parents et son frère dans deux accidents de voiture. En dépit de cette tragédie qui l'a rendu « sans famille » à 21 ans, il s'est construit une existence heureuse. Il est professeur d'anglais, métier qu'il adore, a fondé une famille, est devenu écrivain.
Mais, à l'hiver 2021, apprenant qu'il est atteint d'un cancer, il se retrouve brutalement projeté dans ce qu'il app... >Voir plus
Que lire après Traversée du feuVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
4,09

sur 50 notes
5
13 avis
4
10 avis
3
7 avis
2
0 avis
1
0 avis
Jean Philippe Blondel est un auteur qui compte énormément pour moi, je l'ai déjà dit mais je le redis. Pourquoi? Sans doute parce que ses livres parlent de la vie , celle que je connais , anonyme, marqué au fer rouge par le drame, l'amitié , la simplicité .

Ici, c'est sa vie qu'il nous raconte , sa vie que l'on a effleurée si souvent à travers ses romans . Les accidents de voiture , la G229, Troyes, la prépa, la musique , la relation à trois ...tout.
Quand j'ouvre un de ses livres , je suis chez moi et sa vision de la course à pied ne peut que me conforter dans mon sentiment. Oui courir , c'est divaguer , c'est tellement vrai. le premier chapitre de cette traversée du feu m'a parlé comme il y a longtemps qu'un livre ne l'avait fait.

Au fil des pages , on accompagne l'auteur dans son combat récent, source de souvenirs égrainés au cours du récit.

C'est touchant, profondément humain. C'est une explication de texte de tous ses autres livres . Une lecture nécessaire pour les fans , une introduction pour les autres .
Pas envie d'en dire plus, si ce n'est merci collègue !
Commenter  J’apprécie          479
Lorsque j'ai reçu un mail de Babelio me proposant de recevoir ce livre dans le cadre d'une masse critique privilégiée, j'ai tout de suite accepté, juste sur le nom de Jean-Philippe Blondel. Son roman "1979" m'avait beaucoup plu et je m'étais promis de revenir tôt ou tard vers cet auteur. Mais il s'agit ici d'un témoignage dévoilant des pans entiers de sa vie et principalement les épreuves les plus dures qu'il a dû traverser.
C'est toujours délicat, ce besoin de se livrer aux regards des autres, sans pudeur, dans quel but ? Simplement pour mettre des mots sur des événements, les exorciser en quelque sorte, ou pour partager, espérer être utile à ceux qui peuvent se retrouver dans ces situations, leur montrer qu'ils ne sont pas seuls.
De lecteur, on peut se sentir voyeur, partagé entre l'empathie pour l'auteur, le soulagement d'avoir soi même, du moins pour l'instant, échappé à de telles épreuves ou juste indifférent suivant nos sensibilités propres, nos vécus...
Chacun abordera cet écrit différemment, pour ma part je l'ai trouvé extrêmement intime, on oublie l'auteur et on trouve l'homme, démuni face à la maladie. On pénétre dans ses pensées, son quotidien, son histoire déjà marqué par de lourds épisodes. Jean-Philippe Blondel, touchant et sincère, fait preuve d'honnêteté, il ne semble rien cacher de ses sentiments, de ses réflexions.
Une existence parmi tellement d'autres confrontées aux mêmes maux mais qui nous rappelle que la vie continue et que malgré les épreuves qu'il subit, l'homme a la capacité de continuer, d'aller au delà et d'encaisser, se remettre debout pour soi et ses proches.
J'ai également apprécié les quelques confidences que l'auteur nous donne sur son processus de création.
Un grand merci à Babelio et aux éditions l'Iconoclaste pour l'envoi de ce livre.
Commenter  J’apprécie          302
Après sa première traversée du feu à l'âge de 18 ans, lorsqu'il a perdu sa mère et son frère aîné dans un accident de voiture puis, 4 ans plus tard, son père de la même manière, Jean-Philippe Blondel ne s'attendait pas à se retrouver de nouveau confronté si tôt à la mort, la sienne cette fois... Alors, quand on lui diagnostique un cancer du système lymphatique à l'âge de cinquante-six ans, cet homme jovial et simple, qui a consacré sa vie à l'enseignement et à l'écriture, ne sait pas s'il aura la force de faire face à cette nouvelle épreuve…

De Jean-Philippe Blondel, j'avais lu il y a quelques années le joli roman intitulé “6h41”, dans lequel de anciens amants se retrouvaient, par hasard, à bord du même train et se demandaient s'il fallait, ou non, renouer avec le passé. Avec sa “Traversée du feu”, l'auteur prend cette fois un virage à 180°, plongeant de plain-pied dans le récit autobiographique. C'est loin d'être un genre que j'affectionne, car il a tendance à me laisser en marge de son histoire dont l'intimité me gêne voire, pire, m'indiffère…

Je comprends néanmoins ce livre, l'importance qu'il a dû avoir pour son auteur dans le processus de guérison ainsi que le courage qu'il a dû nécessiter de part sa mise à nue presque totale. On sent derrière chaque mot le travail d'introspection et la sincérité de monsieur Blondel. J'ai parfois été touchée, mais sans doute pas assez étant donnée la violence du sujet… On sent l'auteur apaisé, réconcilié avec son passé. Pour autant, le chaos des émotions contradictoires ne transparaît pas dans cette écriture, toute en douceur et en détachement. Un récit sensible, certes, empreint de résilience et de paix, mais qui malheureusement ne me marquera pas.

Je tiens tout de même à saluer le magnifique travail d'édition de l'Iconoclaste. J'ai trouvé la couverture particulièrement soignée et réussie avec son impression qui joue sur les textures et les reliefs.

Merci à Babelio et à l'éditeur pour ce partenariat!
Commenter  J’apprécie          230
Un livre qui se lit facilement, rapidement, mais qui ne me retient pas. La vie que l'auteur raconte, a pourtant tout pour toucher et émouvoir. Orphelin brutalement, très jeune, et atteint d'un lymphome à l'approche de la soixantaine, alors que son existence semblait lui offrir une sérénité rudement gagnée, comment ne pas compatir ?
Je devrais donc m'intéresser à ce que dit J.Ph. Blondel de son parcours de patient, du diagnostic à la rémission, puisqu'on ne sait jamais, tant qu'on ne l'a pas vécu soi, comment on réagit à la maladie quand elle s'appelle cancer, et qu'on se pose toujours la question quand elle attaque les proches.
Mais quelque chose de ma mémoire – souvenirs de choses vues et entendues - me souffle que ce qui vaut pour J. Ph. Blondel, ne vaut pas forcément pour les autres.

Le livre ne s'adresse vraiment à moi que lorsqu'il évoque les proches ; dans ces instants-là, oui, je retrouve des impressions qui me parlent, que chacun a connues, un jour ou l'autre.

Le plus beau passage du livre est dans les dernières pages : l'auteur évoque avec une précision très imagée, un souvenir rare, magnifique, de ses parents, rajeunis par des vacances heureuses, dansant sous le regard médusé de leur fils adolescent, lui souriant et faisant signe pour qu'il les rejoigne sur la piste de danse.

C'est pourtant cette invitation que J.Ph. Blondel interprète, quarante ans après, comme une incitation venue de ses morts, à laisser la maladie l'emporter. Pourquoi pas ? Mais pour ma part, je reste dans l'incompréhension.

Merci à Masse critique et aux éditions L'Iconoclaste de ce livre. S'il ne m'a pas vraiment séduite, il m'a permis de découvrir l'auteur, prolifique semble-t-il, et sa vie, dont je ne savais rien.
Commenter  J’apprécie          190
Livre reçu lors d'une masse critique privilège, un grand merci à Babelio et L'iconoclaste.

J'avais déjà lu certains livres de l'auteur et j'en garde plutôt un bon souvenir, je n'ai donc pas hésité à demandé ce livre et très rapidement j'ai trouvé un point commun de vie la course à pied.

Comme l'auteur après le confinement et cet enfermement j'ai eu ce besoin comme également beaucoup de gens de me mettre au sport pour me défouler et profiter de cette liberté du grand air retrouvé.

J'ai beaucoup aimé ce récit sans doute le plus personnel de l'auteur sur son vécu et les épreuves qu'il a du traverser, elles ont pourtant été nombreuses et ce dès un jeune âge mais Jean-Philippe Blondel raconte cela avec beaucoup de pudeur et nous transmet ces ressentis sans jamais tombé dans le pathos.

Malgré les accidents et les pertes dans sa famille que cela a engendrer ainsi que son cancer plus récemment, il nous montre sa joie incroyable d'être parmi les vivants et que la mort fait malheureusement partie de la vie et que nous y serons tous confrontés un jour ou l'autre en ce qui nous concerne ou en ce qui concerne nos proches.

Un très beau récit de résilience qui m'a beaucoup touché, malgré le faible nombre de page l'auteur a su mettre de l'émotion dans cet ouvrage.
Commenter  J’apprécie          190


critiques presse (3)
LaLibreBelgique
11 mars 2024
Dans Traversée du feu, il évoque ces épreuves avec légèreté. Ce qui ne signifie absolument pas que son témoignage soit dénué de profondeur. Que du contraire !
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LaLibreBelgique
08 mars 2024
Jean-Philippe Blondel n’a pas été épargné par la vie. Dans “Traversée du feu”, il évoque ces épreuves.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Culturebox
05 février 2024
Jean-Philippe Blondel use d'une langue lumineuse dans son récit autobiographique pour narrer son combat contre le cancer et le deuil. Un livre bouleversant, plein de vie et de joie.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
Il y a des gens tapis dans les replis de votre existence et qui ne se montrent qu'au détour de circonstances exceptionnelles.Ces êtres là, auxquels vous ne pensez pas immédiatement, semblent évoluer à la périphérie de votre champ de vision. Vous cheminez à leur côtés , et vous oubliez pourtant leur présence .Je me promets de porter désormais plus d' attention à ces personnages de mon roman intérieur, que je croyais secondaires mais qui se révèlent primordiaux.
Commenter  J’apprécie          207
C'est la première fois que je témoigne de mon état en public. Une étape dans l'acceptation de la maladie. D'un coup, toutes les bouches se ferment. On s'écarte même un peu - ce n'est pas contagieux au moins, comme le sida ? On me plaint aussi. Si jeune. En pleine possession de ses moyens. On anticipe. Dans leurs yeux, la scène se met en place. Les costumes noirs. Le corbillard. L'épouse et les enfants en pleurs. Et autour, sur l'avenue Gallieni, la vie continue son chemin. La caméra s'éloigne en contre-champ. Vue d'ensemble. Le quartier. La ville. La région. Nous ne sommes qu'un point dans l'univers. Nous vivons. Nous mourons. C'est important, de tout remettre en perspective.
Commenter  J’apprécie          200
L’affection.
C’est un drôle de mot, l’affection.
Les multiples sens qui miroitent.
Un vrai kaléidoscope.
J’ai de l’affection pour toi.
J’ai été affecté dans cet établissement.
Je suis très affecté par cette perte.
Cette affection qui prend de l’ampleur à l’intérieur de moi.
Commenter  J’apprécie          183
Nous avons la douleur de vous faire part du décès de Jean-Philippe Blondel, professeur d'anglais au lycée Édouard-Herriot de Sainte-Savine (10) depuis le début des années 90, écrivain à succès modéré et au lectorat fluctuant malgré une base fidèle, racontant des his- toires de la vie quotidienne, sans grands événements historiques ni sujets sociologiques. De la part de son épouse, Véronique, et de ses filles, Éva et Lola. De son presque frère Jean-Marc (quelle guigne d'être né dans ces années 60 où fleurissaient les prénoms composés). De sa presque soeur Valérie. De ses amis et collègues.

Pas de ses parents, parce que ça fait belle lurette qu'il les a perdus en route -cest le cas de le dire, ils sont morts dans des accidents de voiture, emportant le frère aîné avec eux, et tu te retrouves à vingt et un ans formidablement libre, terriblement seul, ne pouvant compter que sur l'aide de ta fiancée et de ton meilleur ami, qui, par ailleurs, viennent de se découvrir de nombreuses affinités.
Commenter  J’apprécie          30
Laurent demande si la maladie remet tout en perspective, comme on le dit souvent, et juste après il s’excuse de la platitude de cette question. C’est que c’est difficile, ajoute-t-il, de savoir comment s’adresser à une personne souffrante.
Commenter  J’apprécie          140

Videos de Jean-Philippe Blondel (60) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Philippe Blondel
Attention !!! Nouvel horaire pour l'émission "Le coup de coeur des libraires" sur les Ondes de Sud Radio. Valérie Expert et Gérard Collard vous donnent rendez-vous chaque samedi à 14h00 pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • • 10, villa Gagliardini de Marie Sizun aux éditions Arléa https://www.lagriffenoire.com/10-villa-gagliardini.html • Odette Froyard en trois façons de Isabelle Monnin aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/odette-froyard-en-trois-facons.html • La femme de ménage de Freida McFadden et Karine Forestier aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/la-femme-de-menage-2.html • Traversée du feu de Jean-Philippe Blondel aux éditions Iconoclaste https://www.lagriffenoire.com/traversee-du-feu.html • Accès direct à la plage de Jean-Philippe Blondel aux éditions Pocket 9782266137553 • Café sans filtre de Jean-Philippe Blondel aux éditions Blacklephant https://www.lagriffenoire.com/cafe-sans-filtre-1.html • 06h41 de Jean-Philippe Blondel aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/06-h-41.html • Comment j'ai retrouvé Xavier Dupont de Ligonnès de Romain Puértolas aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/comment-j-ai-retrouve-xavier-dupont-de-ligonnes.html • Dans la ville de Élodie Fiabane aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/dans-la-ville-1.html • le tirailleur inconnu de Éric Revel aux éditions du Lizay • La seconde vie d'Eva Braun de Grégor Péan, Françoise Carrière aux éditions Robert Laffont https://www.lagriffenoire.com/la-seconde-vie-d-eva-braun.html • le Ciel t'attend de Grégor Péan aux éditions Robert Laffont https://www.lagriffenoire.com/le-ciel-t-attend.html • Pascal Thomas, souvenirs en pagaille de Pascal Thomas, Alain Kruger aux éditions Séguier https://www.lagriffenoire.com/pascal-thomas-souvenirs-en-pagaille.html • Jean-Louis veut une mouche de compagnie de Emmanuel Bergounioux et Mayana Itoïz aux éditions Casterman https://www.lagriffenoire.com/jean-louis-veut-une-mouche-de-compagnie.html • Manu et Nono en plein conte de fées de Catharina Valckx aux éditions École des Loisirs https://www.lagriffenoire.com/manu-et-nono-en-plein-conte-de-fees.html • Petit Bonheur de Yue Zhang, Florence Seyvos aux éditions École des Loisirs https://www.lagriffenoire.com/petit-bonheur.html • • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com •
+ Lire la suite
autres livres classés : cancerVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (137) Voir plus



Quiz Voir plus

Jean-Philippe Blondel (assez facile pour les fans)

Année de naissance ?

1964
1970
1976
1982

12 questions
67 lecteurs ont répondu
Thème : Jean-Philippe BlondelCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..