AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782072853807
Éditeur : Gallimard (03/01/2020)

Note moyenne : 3.31/5 (sur 36 notes)
Résumé :
«Quand on ne connaît pas sa mère, on ne comprend pas ce qu’on fait sur cette terre», m’avait dit Caroline.

J’avais voulu en savoir plus sur Elissa Landi, j’étais servie. Sa vie tout entière était là, sous forme de coupures de presse, photographies, contrats avec ses agents et ses producteurs, programmes, agendas et lettres. Des milliers de lettres. Mais ce n’était pas tout. Dans ces cartons il y avait aussi la vie de la mère d’Elissa, Karoline Zanardi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
Cath_perrin
  19 juin 2020
Elizabeth Impératrice d'Autriche (Sissi) aurait accouché d'une fille cachée, à Sassetôt le Mauconduit en 1882. En 1914, la comtesse Karoline Zenardi Landi publie un livre « The secret of an empress ». Elle y affirme être cette enfant, ce que confirme Marie Larisch, la très controversée nièce de l'impératrice.
Les historiens sont tous d'accord : cette enfant n'a jamais existé, mais Nelly Alard ne se contente pas de ses affirmations. Et si c'était vrai ? Certaines coïncidences sont troublantes, Elissa, la fille de Karoline ne ressemble-t-elle pas à Elizabeth ?
L'auteur enquête pendant trente ans, elle ne fait pas que ça, bien sûr.
J'ai beaucoup aimé ce livre avec le jeu de miroir entre Elissa Landi et la narratrice. Sa structure complexe est parfaitement maîtrisée et le sujet m'a séduite.
La première partie, l'enquête est excellente, j'ai été moins séduite par la deuxième partie, l'évocation de la vie d'Elissa Landi.

Lien : https://dequoilire.com/la-vi..
Commenter  J’apprécie          260
Agathethebook
  03 janvier 2020
Nous sommes nombreuses à être fascinées par la vie de Sissi. À visiter Vienne et son musée, à admirer ses robes, à frissonner en lisant sa biographie. Nombreuses à transmettre à nos filles notre amour pour les films, les livres, ses poèmes. Mais à la lecture de ce livre d'une grande envergure, je dois bien admettre que Nelly Alard nous bat à plates coutures. Elle a consacré sa vie à enquêter sur l'histoire de Karoline Zanardi-Landi, la prétendue fille cachée de Sissi, et surtout sur Elissa Landi, fille de Karoline et actrice hollywoodienne désormais oubliée du grand public. C'est justement la fille d'Elissa qui a demandé un jour à Nelly Alard de finir l'enquête. « Quand on ne connaît pas sa mère, on ne comprend pas le sens de sa vie ».
À partir d'une correspondance foisonnante, de photos et coupures de presse, Nelly dresse le portrait d'Elissa et de plusieurs générations de femmes, elle déblaie parmi les décombres les mystères les plus enfouis. Il en a fallu, des années de recherche, de patience et de déconvenues pour mener à bien ce roman. Insaisissable Elissa, était-elle vraiment la petite-fille cachée de Sissi ? Et qu'importe au fond, si ce que nous croyons nous emmène là où nous le désirons ?
En parallèle, nous suivons le parcours de l'auteure par le prisme de son enquête : Nelly Alard et ses débuts d'actrice, (comme Elissa), ses voyages, ses rencontres, ses rôles, le temps qui passe, et ses rêves déplacés. Enfin ce texte, oeuvre colossale, fruit de multiples projets et versions. C'est réellement une enquête inédite rassemblant les propos contradictoires au sujet de « l'enfant caché de Sassetot ».
Combien de vies ce livre rassemble-t-il, combien de romans dans le roman ? de Vienne à Sassetot en passant par Hollywood et New York, on croise à travers les pages le monde entier, c'est un ballet virevoltant d'écrivains et d'acteurs, passionnant et romanesque ! À découvrir si le sujet vous fascine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
ExLibris59
  30 mars 2021
La véritable héroïne du livre nous la connaissons tous, pour nous avoir ému, fait rêver enfant dans les films d'Ernst Marishka. Figure de légende des têtes couronnées européennes, Elisabeth de Wittelsbach, impératrice d'Autriche, reine de Hongrie, de Bohême et de Lombardie Vénétie, celle qui est devenue Sissi par la grâce du cinéma, est omniprésente dans « la vie que tu t'étais imaginée » de Nelly Alard.
Tout part d'une note en bas de page d'un livre que l'auteure Nelly Alard lit sur Sissi, passionnée qu'elle est par le personnage. ll y est précisé que l'impératrice aurait eu une enfant cachée, née en Normandie à Sassetot lors d'un séjour de cette dernière pour une chasse à courre.
Dès lors Nelly Alard n'a de cesse d'en savoir plus. Elle rencontre Caroline, américaine vivant à New York qui serait l'arrière petite-fille de Sissi. Celle-ci lui confie les archives familiales qui vont permettre à l'auteure de mener une véritable enquête à la manière d'un Cold Case et nous révéler peu à peu, entre Paris, Londres et New-York cette histoire stupéfiante.
Mythe ou réalité que celle-ci … on ne saura probablement jamais, malgré des révélations troublantes de l'entourage de l'impératrice, les réactions bizarres de la cour autrichienne lorsque l'enfant de Sassetot, la troublante et fantasque comtesse Caroline Zanardi Landi sortira un livre sur ce sujet en 1914.
L'auteure parvient peu à peu à recréer le fil de l'histoire, et remonte à Elissa Landi, la fille de la comtesse Caroline Zanardi Landi. Star de cinéma dans le Hollywood des années 20/30, Elissa vit fastueusement dans un eldorado américain où on se préoccupe bien peu de la montée du nazisme. le livre prend alors une autre tournure et se recentre sur l'actrice, étoile filante du cinéma qui finira dans l'anonymat. Il devient pour Caroline, la fille d'Elissa une quête sur son passé familial, tout en passionnant Nelly Alard, qui rêve d'une carrière américaine, comme si Elissa était pour elle le miroir d'un rêve impossible….
Nelly Alard nous révèle également une Elisabeth d'Autriche au portrait plus nuancé que le mythe connu, une Femme révélant sa part d'ombre comme il y en a chez toute femme.
Car ce livre est aussi un beau portrait de femmes, aux destins ratés, étonnants, surprenants ou le réel croise l'imaginaire, la fiction la réalité, et où Nelly Alard finit elle-même par devenir personnage.
La structure du livre, un peu complexe, mélangeant plusieurs histoires, tient le lecteur en haleine. L'écriture est fluide, agréable à lire, sans excès, conduisant rapidement à l'essentiel.
Ce livre est une agréable découverte, car il révèle plusieurs histoires qui sont toutes réelles ou proches du réel, et pourtant méconnues. Car si tout le monde connaît Sissi, qui connaissait Elissa Landi et l'enfant de Sassetot ?
Bonne lecture
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
IZZYVIVI
  08 mars 2020

[ 𝘓𝘢 𝘷𝘪𝘦 𝘲𝘶𝘦 𝘵𝘶 𝘵'é𝘵𝘢𝘪𝘴 𝘪𝘮𝘢𝘨𝘪𝘯é𝘦. 𝘕𝘦𝘭𝘭𝘺 𝘈𝘭𝘢𝘳𝘥 ]
Pour les gens de ma génération Elisabeth d'Autriche = Sissi = Romy. Des "dégoulinades " de kitch et de mièvrerie devant lesquelles on a rêvé , gamines, lors des rediffusions annuelles.
Pour Nelly Alard, Elisabeth est avant tout une impératrice au caractère un peu fantasque, qui ne voulait pas être ennuyée par la politique et qui a utilisé de très nombreuses fois des photos truquées pour ne pas paraître âgée. Photoshop avant l'heure!
Une petite annotation en bas de page d'un livre et voilà Nelly partie à la recherche de la vérité sur une enfant cachée et un accouchement secret en France, au château de Sassetot. L'enfant caché d'Elisabeth ?
Voici donc un roman qui conte une, non deux, ou plutôt trois, quatre histoires ... Elles se croisent, se mêlent .
Nelly Alard glisse doucement sa propre histoire au milieu de celles d'Elissa, Karolina et Caroline et nous emmène à travers l'Europe ainsi qu'en Amérique, à New-York et à Los Angeles . Et nous entraîne dans un tourbillon hollywoodien, car "la vie est un roman".
"C' est un beau roman, c'est une belle histoire, " et malgré ça, je n'ai pas accroché. Je l'ai lu, mais j'ai parfois eu l'impression de tourner en rond, de relire ce que j'avais déjà lu sous une forme différente...
Peut-être que lire ce roman immédiatement après "La Soustraction des possibles" n'était une bonne idée.
Car je n'ai pas réussi à trouver "son côté subtil" comme le dit oliviadelamberterie dans sa chronique littéraire. Et pourtant que ce soit lors de cette émission TV ou dans les pages Livres de Elle, tout ce qui a été dit ou écrit était très alléchant et me donnait envie de découvrir la plume de cette auteure . Mais, malgré un style agréable, je suis restée sur le côté, je n'ai pas réussi à entrer dans l'histoire . J'ai été une simple spectatrice - lectrice .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
Olivia-A
  23 juin 2020
Intriguée par cette histoire d'enfant caché de Sissi, j'avais acheté ce livre sur une impulsion, sans vraiment savoir à quoi m'attendre. Dès les premiers chapitres, j'ai compris que le récit que j'avais entre les mains serait bien loin de ce que ma petite tête avait bien pu imaginer. A la fois roman, enquête et autobiographie, c'est un livre hybride qui surprend et captive, un livre sur les femmes fantasques et ambitieuses, qui se laissent guider par leur passion et suivent la vie là où elle veut bien les mener.
Nelly Alard nous livre les dessous de l'enquête obsessionnelle qu'elle a mené sur l'enfant de Sassetot, prétendue fille cachée de l'impératrice d'Autriche, alors même qu'elle cherchait à percer à Hollywood et au théâtre. de châteaux en archives, elle parvient petit à petit à reconstituer l'histoire de Karoline Zanadi Landi, avant de s'intéresser de près à celle de sa fille, Elissa Landi, actrice de cinéma dans les années 1920. A partir de là, son récit prend un tout autre tour et se recentre sur cette femme au destin peu commun, soi-disant petite-fille d'impératrice, étoile montante d'Hollywood, qui finit pourtant sa vie dans l'anonymat le plus total. C'est sa fille, Caroline, qui ouvre à l'auteure les portes de l'histoire familiale, et s'émerveille, de coïncidences en coïncidences, de voir en elle le double romanesque de sa mère.
D'abord présenté comme une simple enquête sur l'enfant de Sassetot, ce livre est finalement plutôt une quête d'identité pour Caroline et un voyage initiatique pour Nelly – autant vous dire que la quatrième de couverture ne lui fait pas justice. J'ai été entièrement happée par ce récit, mené d'une main de maître par cette auteure-actrice à l'honnêteté désarmante et à l'entêtement inébranlable. Ce fut l'occasion de découvrir un portrait plus nuancé d'Elisabeth d'Autriche, de m'immerger dans les années 1930 où crise économique en Europe rime avec essor du cinéma hollywoodien dans un eldorado américain où on se préoccupe bien peu de la montée du nazisme. Avec ses multiples facettes, c'est un récit d'une richesse et d'une densité rare, magnifiquement bien écrit, qui propose une analyse très fine de ses divers personnages féminins, tous pourtant de caractères bien différents. Vous l'aurez compris, c'est un coup de coeur.
Lien : https://theunamedbookshelf.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (1)
LeFigaro   16 janvier 2020
Sur les traces de la fille cachée de l’impératrice d’Autriche, la romancière livre aussi un superbe autoportrait.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Olivia-AOlivia-A   13 juin 2020
Pour le reste, je ne savais pas ce que je voulais, je ne voulais pas le savoir. Je savais, plus ou moins, ce que je ne voulais pas : les vies ordinaires me semblaient ennuyeuses. Je ne rêvais pas tant d'amour que de gloire. Le bonheur ne me tentait guère. Je voulais avant tout que la vie me surprenne, je voulais des aventures, des accidents, des voyages. Ce jour-là, en regardant l'énorme disque rouge s'enfoncer dans l'océan, ma main dans celle d'Henry, dans un état d'euphorie augmenté de mon extrême fatigue, j'ai eu le sentiment que cela s'annonçait bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Olivia-AOlivia-A   13 juin 2020
Et elle avait su qu'elle en avait fini avec l'Europe, et la "civilisation" et les trivialités. Et elle avait compris pourquoi elle aimait tant ses parents et pourquoi malgré toutes leurs bagarres et leurs tribulations ils étaient toujours ensemble et le resteraient jusqu'à ce que la mort les sépare, pourquoi ils étaient si étroitement tricotés ensemble : parce que Pi était un homme proche de la Terre et pas du tout civilisé, un homme avec ses mains, un chasseur, un homme parmi les Bêtes - et elle, Karoline, malgré Vienne, malgré ses livres et son passé, était avant tout une Mère, une fée du logis et une aventurière. Et Elissa avait réalisé qu'elle aussi était restée, au fond d'elle, une petite Indienne, le galopin de Vancouver qui grimpait aux arbres, courait vite et sautait des toits. Oh, qu'ils attendent un peu, et tous ensemble ils s'installeraient dans la montagne, comme des fous illuminés - il fallait juste la laisser gagner beaucoup d'argent et ensuite ils vivraient sur le petit revenu qui ne serait pas énorme mais ils seraient si heureux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Cath_perrinCath_perrin   19 juin 2020
Si Karoline était mythomane, elle avait manifestement réussi à embarquer dans son délire sa famille toute entière.
Commenter  J’apprécie          80
Olivia-AOlivia-A   13 juin 2020
D'où me venait cette passion pour le XIXème siècle ? J'avais la nostalgie d'un monde que je n'avais pas connu. Sitôt passé l'âge des contes de fées, j'avais découvert Balzac. Je rêvais de fiacres et de crinolines. J'aimais les chevaux, les châteaux, les appartements haussmanniens. Peu de choses fabriquées par les hommes me semblaient belles qui avaient moins de cent ans et je cherchais partout les traces de ce monde englouti, furieuse de l'injustice qui m'avait fait naître un siècle trop tard. A l'époque où je rencontrai Henry, j'habitais dans un immeuble construit, selon le Dictionnaire historique des rues de Paris, à l'emplacement de ce qui avait été l'hôtel particulier de Necker. Je me plaisais à imaginer qu'à l'exact endroit de mon lit se trouvait autrefois celui de la petite Germaine, future Mme de Staël - à moins que ma chambre n'ai été le salon où sa mère avait reçu le baron von Grimm, Diderot et d'Alembert. Partout, je voyais les fantômes d'un passé enfui. Sans cesse, je me racontais des histoires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Olivia-AOlivia-A   13 juin 2020
Depuis le départ d'Elissa, Karoline ne cessait de tourner en rond et de méditer sur le sens de sa vie. Bien sûr, on grandissait toujours avec toutes sortes d'espoirs, dont peu devenaient réalité - sans compter que vingt-cinq ou trente ans plus tôt, les femmes avaient encore moins d'opportunités que maintenant de réaliser leurs ambitions. Elle avait raconté maintes fois à Elissa comment, en revenant de sa lune de miel en 1902, elle avait regardé autour d'elle et s'était dit qu'il lui serait impossible de vivre pendant quarante ou cinquante ans ce genre d'existence. Quand le krach était arrivé, elle l'avait pris avec une certaine légèreté - c'était une aventure. Même aujourd'hui, combien de femmes au bout du compte pouvaient vivre autrement que par procuration ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Nelly Alard (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nelly Alard
Critique de "La vie que tu t'étais imaginée" par Olivia de Lamberterie dans Télématin du 11/01/2020
autres livres classés : rechercheVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1106 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..