AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070441512
Éditeur : Gallimard (15/03/2012)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Éclate dans ces pages un étourdissant plaisir de jouer avec les mots, avec les images. Chaque poème, en lisière du réel et des songes, dessine sa ligne de fuite, son désir, ses secrets. Pas de message, pas de mots d'ordre : une fête de sonorités, de couleurs, un élan vigoureux pareil à la course du soleil en été, un bain radieux de poésie pure.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
PhilippeSAINTMARTIN
  05 novembre 2016
Lire et relire 'Marin à terre" de Rafael ALBERTI. Au réveil, tout doucement.
Mer
Chaque nuit je te vois
tenture qui s'accroche
au tournesol du rêve
Sur celle-ci des voiles
qui semblent des mouchoirs
s'agitent pour me dire
adieu, à moi qui dors.
Commenter  J’apprécie          90
michfred
  09 décembre 2016
Délicieux poète, insolent et piquant, plein de trouvailles et d'humour. Une découverte, à déguster en édition bilingue, pour en conserver le sel!
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
HardivillerHardiviller   16 juin 2017
Quiconque , à 18 ans , n'a pas connu l'irrépressible nécessité de secouer son destin , vivra dans la norme , comme s'il n'était que sa propre doublure . Il y a toujours une prise de risque initiale , absolue , pour accéder à soi . Rafael Alberti , en 1920 , au sortir de l'adolescence , s'engage-t-il tout entier : " Je voulais seulement être poète . Et je le voulais avec fureur " . De ce pari , chimérique entre tous , il ne reviendra plus . " Mon terrible , mon féroce et angoissant combat pour être poète avait commencé " , notera-t-il dans son autobiographie , insistant sur cet acharnement à se réaliser poète , mais n'accordant aucune attention au credo de la prédestination poétique . La publication des trois recueils composés pendant cette période décisive permet d'affirmer que chez Alberti la volonté n'a pas brimé la grâce . Éclate au contraire dans ces pages un étourdissant plaisir de jouer avec les mots , les images ; et passe l'insouciante liberté de qui se tient à l'écoute de son chant originel . Même la sombre nostalgie qui semble l'inspiratrice première de " Marin à terre " doit faire place à la fougue de la création , à ce trop plein de sève qui soudain s'émerveille aux rythmes de ses mélodies .
Chaque poème , en lisière du réel et des songes , dessine sa ligne de fuite , son désir , ses secrets . Le poète perçoit , avec une évidente jubilation , l'émergence de sa voix . Déjà virtuose , il célèbre , par delà l'univers maritime de son enfance au Puerto de Santa Maria , l'immense territoire poétique qui affleure au fond de ses yeux . Et , pour l'heure , il ne célèbre que cela . " Ici nul ne vend rien de rien " proclame-t-il . Pas de message , pas de mots d'ordre : une fête de sonorités , de couleurs , un élan vigoureux pareil à la course du soleil en été , un bain radieux de poésie pure .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
PiatkaPiatka   18 avril 2015
Ma chérie porte gravé
à la cambrure du pied
le nom de son adoré.

- Déchausse-toi, ma chérie,
livre tes jambes au vent,
et sur l'eau douce et glacée
laisse flotter tes souliers.

Marin à terre - 1924
Commenter  J’apprécie          263
PiatkaPiatka   19 avril 2015
MA LYRE
Laredo

Ma lyre, quand tu n'auras plus
de lit ouvert à ton repos,
regarde : il te reste la mer
joyeuse, fraîchette et douillette,
ma lyre !

Un drap bleu, avec un rabat
de blanche écume délicate !
Des oreillers de sable : taies
joyeuses, fraîchettes, douillettes,
ma lyre !

Et qui me déshabillera
au pied de cette eau de saphir ?

- La reine des sirènes
et le fils du roi de la mer
ma lyre.


L'amante - Vers les rivages du Nord - 1925
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
coco4649coco4649   13 mars 2018
L'AUBE DE LA GIROFLÉE


16

Il est toujours une chevrette
qui se fourvoie sur le chemin
et qui tourne à un autre coin.

Toujours, aussi, un chevrier,
de porte en porte, par les rues,
qui demande : L'avez-vous vue ?

p.283
Commenter  J’apprécie          100
michfredmichfred   09 décembre 2016
L'amante

Sous le peuplier noir, mon amour,
sous le peuplier noir, non.
Au pied du peuplier, oui,
du peuplier blanc et vert.
Feuille blanche, toi,
feuille verte, moi.
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Rafael Alberti (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Rafael Alberti
Le galop, Rafael Alberti lu par Marcel Lupovici guitare Jean Borredon
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
803 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre