AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782352042211
200 pages
Éditeur : Les Arènes (04/10/2012)

Note moyenne : 3.31/5 (sur 53 notes)
Résumé :
Tué par une tortue tombée des serres d'un rapace, le tragédien grec Eschyle est l'une des plus anciennes personnalités victimes d'une mort stupide.
Après lui, le Romain Pline l'Ancien meurt d'avoir voulu observer de trop près l'éruption du Vésuve, l'empereur Frédéric Barberousse disparaît pour s'être baigné en armure, le roi de France Louis III se fracasse le crâne en poursuivant une femme et Adolphe-Frédéric de Suède expire en prenant pour la quatorzième foi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
gill
  27 juillet 2015
Ce livre, annoncé comme peu banal et premier du genre, est un ouvrage réalisé à quatorze mains : douze pour la plume et deux pour l'illustration.
Il s'ouvre, après une petite citation de Sacha Guitry - mais quel recueil n'a pas sa petite citation personnelle du maître ! -, sur une rapide présentation des auteurs.
Ces derniers s'annoncent comme des gens sérieux qui, une fois n'est pas coutume, ont pris parti de rire avec l'Histoire et avec la mort, en déclinant de courtes biographies comme autant de d'anecdotes saugrenues et drôles.
L'idée était tentante tant il est vrai que L'Histoire dissimule souvent la fin sordide, le trépas ridicule afin de conserver pour la postérité le poids politique de son héros disparu.
Mais très vite, la lassitude s'installe.
Le propos se transforme en une énumération fastidieuse et lourde.
De plus le ton, appuyé par un style souvent familier, par des raccourcis parfois trop approximatifs, quelquefois par des jugements de valeur personnels, ne m'a pas laissé une bonne impression.
Les illustrations réussissent à alourdir encore l'ensemble et ne retiennent l'attention qu'avec une caricature particulièrement laide et ratée de l'inégalable Fernand Raynaud.
Au final, la lecture rapide de ce livre, qui semble venir de la toile et s'y prolonger, s'achève sans qu'il n'en reste rien ou pas grand-chose d'autre qu'une impression d'ennui.
Pour l'éclat de rire, c'est raté !
Derrière un petit air prétentieux, l'ouvrage semble avoir été réalisé à la hâte, sans vraiment avoir mobilisé aucun des talents que l'on croit deviner derrière la présentation des auteurs.
La montagne n'aurait-elle pas accouché d'une souris ? ...

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
umezzu
  16 mars 2020
J'ai reçu ce livre à l'occasion d'une Masse Critique. Merci à l'éditeur, car en d'autres temps j'aurai grandement apprécié ce recueil, mi-historique, mi-humour noir. Mais en ces temps de virus affectant notre vie quotidienne, la lecture, commencée depuis plusieurs jours, de ce livre a sur la fin trouvé un écho angoissant.
Cet ouvrage présente prés de 120 personnages qui ont connu une mort absurde : par curiosité insatiable (comme Pline l'Ancien s'approchant de l'éruption du Vésuve en 79), par goût du sexe (comme Félix Faure, président falot de la Troisième République), par professionnalisme (Marie Curie et le radium), ou trop actifs (comme René Goscinny mort durant un test d'effort cardiaque ; tous ses personnages de BD le pleurent encore…).
Les six auteurs qui ont recensé ces « morts stupides »de l'Histoire ne se sont pas arrêtés aux cas connus et multiplient les rappels biographiques sur des politiciens, écrivains, artistes, dont la notoriété s'est érodée avec le temps. L'occasion de redécouvrir de nombreuses personnalités, parfois déroutantes.
Bref, un livre finalement plus intéressant que son titre pourrait le laisser penser et gorgé d'humour (noir). Mais, encore une fois, dommage que la période…
Pensée à tous les amis Babelio : restez chez vous, n'amplifiez pas la progression du virus en sortant inutilement, et lisez, lisez, lisez… Portez vous bien et à bientôt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          211
Mladoria
  30 août 2019
C'est l'histoire d'une bande de potes férus d'Histoire qui décident de dédier un petit opus à toutes ces morts historiques mais loin d'être héroïques tant elles sont stupides !
Le destin est parfois bien capricieux et la roue s'enraye parfois d'un grain de sable appelée imprudence, orgueil, pingrerie, curiosité, sensibilité, malchance, totale incongruité. Quelles qu'elles soient ces diverses morts de célébrités plus ou moins connues sont toutes insolites et prêtent à sourire pour une grande majorité d'entre elles : du trop gourmand roi qui mange trop de dessert aux amateurs de sensation trop fortes jusqu'à ce pauvre Eschyle qui donne son nom à cet opus, qui reçut pour son malheur une tortue tombée des serres d'un rapace en vol en plein sur le crâne. Et paf !!!
Instructif, ludique, la construction thématique vous fera naviguer à travers les siècles, car tout homme est mortel, le tout est de ne pas louper sa sortie !
Commenter  J’apprécie          190
stokely
  16 janvier 2016
Un petit livre qui se lit assez rapidement mais dont il faut picoré les anecdotes je lisais en général deux catégories par soir afin de ne pas me lasser. Seul une catégorie ne m'a pas plus intéressée que cela celle des "trop exposés" ou il est souvent question d'hommes politiques. On apprend pas mal d'anecdotes et avant d'évoqué la mort des personnes une mini biographie de celles-ci sont développées afin que le puissent comprendre le contexte.
Un livre qui au final nous apprends pas mal de chose et qui au début m'a juste séduite par son titre. Un beau travail de recherche de la part des auteurs.
Commenter  J’apprécie          150
AugustineBarthelemy
  05 mars 2020
On change radicalement de registre avec ce petit livre d'historiettes biographiques, ou plutôt, nécrographiques. Car ce qui intéresse ici nos auteurs, c'est la mort. Terrible issue qui nous attend tous, me direz-vous. Mais ici, le but n'est pas d'en pleurer et de s'en attrister mais bien d'en rire, ou du moins, d'être frappé par l'ironie du sort, le pied de nez permanent du destin. En sachant que quelques uns des personnages que l'on nous présente ne sont restés célèbres que par l'incongruité de leur trépas, à qui ils doivent une fière chandelle puisqu'ils échappent ainsi à l'oubli de l'Histoire : qui se souvient en effet de Louis III et de son action politique ? Personne, à l'exception de Charlemagne et mise à part les historiens spécialistes de cette période, les rois carolingiens sont de tristes inconnus dans l'ensemble. Heureusement pour lui, Louis III aura la bonne idée de mourir en se prenant violemment le linteau d'une porte, alors qu'il poursuit à cheval une jeune femme qu'il a bien envie de trousser, même si la demoiselle n'est visiblement pas d'accord. Et paf ! le roi.
Il paraît que l'on meurt par là où l'on a péché, c'est pourquoi nos auteurs taxinomistes en diable ont décidé de chapitrer leurs anecdotes selon le type de morts : ceux qui n'ont pas survécu à leur gourmandise, ceux qui ont succombé à leur avarice, ceux qui ont payé cher leur curiosité ou encore ceux qui, trop sensibles, n'étaient pas taillés pour survivre dans ce monde bien trop cruel. Hommes politiques, scientifiques adulés, acteurs ou chanteurs de variétés, tout fait ventre pour nos auteurs : tant que c'est comique, tout est permis. Ce mélange hétéroclite, cet inventaire à la Prévert, est plaisant, mais sans plus. J'ai quelques doutes parfois sur la pertinence de certaines entrées : si effectivement le décès de Jack Daniel (fondateur de la marque du célèbre whisky) est ridicule – il meurt d'une septicémie après avoir donné un coup de pied sur son coffre-fort qui refusait de s'ouvrir, je ne vois pas en quoi la mort de Marie Curie ou Rosalind Franklin est stupide : deux femmes scientifiques, qui ont été victimes de leur découverte en faisant progresser la science (sans oublier que Rosalind Franklin, dont les recherches ont permis de découvrir la structure en double hélice de l'ADN s'est fait voler ses recherches et que le prix Nobel a été décerné à des voleurs tandis qu'elle a payé chèrement sa découverte – cancer des ovaires). de même, je ne crois pas que l'on puisse attribuer la crise cardiaque de Boris Vian à la mauvaise adaptation cinématographique de son livre – j'y vois là plutôt une fâcheuse coïncidence – ni ne pense qu'il soit particulièrement pertinent de voir un coup du sort dans la mort de Guillaume Seznec, renversé par une voiture.
Nos auteurs pensent aussi que ces décès, plus ou moins prématurés, auraient pu changer la face du monde s'ils avaient été évités. Je n'en suis pas aussi sûre qu'eux. Si effectivement, la mort du général Patton a peut-être permis d'éviter à terme un conflit ouvert avec l'URSS (ce monsieur était très anticommuniste, peut-être encore plus que McCarthy et était prêt à s'allier aux nazis restants pour manger du soviet) ou celle de Sanjurjo (général espagnol qui participa au coup d'État de 1936 et qui devait prendre la tête de la dictature. Son décès plaça finalement Franco sur le haut de la liste), le décès de Claude François ou du pape Étienne II (mort avant d'avoir pu exercer son pontificat) me laisse un peu plus circonspecte. Disons que la rêverie uchronique n'est pas le meilleur argument pour donner envie de feuilleter ce livre.
La tortue d'Eschyle et autres morts stupides de l'Histoire est un ouvrage sympathique mais anecdotique. Les petites biographies qui accompagnent le récit de la mort de nos personnages apportent un éclairage succinct sur leur vie et sont plutôt orientées pour démontrer le ridicule de leur mort. On sourit parfois, mais la plupart du temps, un sentiment mitigé envahit le lecteur circonspect : la drôlerie ou le ridicule de la situation sont plus ou moins appréciables. Si mourir de septicémie après avoir été mordu par un singe est peu courant, mourir dans un accident de voiture ne me semble pas suffisamment pertinent pour être inclus dans ces historiettes, même si les accidentés donnaient des conseils pour éviter d'être renversé par une voiture (c'est le cas de Pierre Curie, Roland Barthes ou Italo Svevo). Et certaines morts sont un peu sujettes à caution : surtout celles qui nous viennent de la période antique ou qui touchent à des textes bibliques ou hagiographiques : devait-on vraiment inclure la mort d'Holopherne dans le chapitre « Trop libineux » ou la mort de Saint Macaire (qui se punit d'avoir tué une puce en passant six mois dans le désert) dans celui des « Trop sensibles ». Des exemples à prendre avec des pincettes, donc. D'autant plus qu'eux-mêmes ont inclus un chapitre qui vise à démystifier certaines morts « trop belles pour être vraies » : pour le coup, l'exemple de l'homme politique Biaka Boda était particulièrement éclairant : sénateur de Côte d'Ivoire, militant pour l'indépendance de son pays, il disparut mystérieusement. le bruit courut qu'il fut victime d'une tribu anthropophage alors qu'il travaillait sur un rapport sur les besoins alimentaires de la population ivoirienne. Une bonne trace de l'esprit colonial français….
En conclusion, un livre d'amis avec lequel on passe un bon moment, avec des anecdotes plus ou moins loufoques, qui illustrent plus ou moins bien le sens inné de l'Histoire à être ironique.
Je remercie Babelio et les éditions Tallandier pour l'envoi de cet ouvrage.
Lien : https://enquetelitteraire.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (2)
Liberation   07 janvier 2013
Une bande d’amis, six précisément, se sont donné pour mission de répertorier les morts étranges, idiotes ou inattendues des personnages célèbres [...] ces destinées tragicomiques font l’objet d’un jubilatoire ouvrage
Lire la critique sur le site : Liberation
Culturebox   15 octobre 2012
Certes, ces histoires sont faciles à trouver sur la toile, mais reste à bien les raconter. C’est sans doute le plus apporté par la bande d’amis qui signe ce livre.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
fichetouxfichetoux   01 décembre 2012
Le philosophe, géomètre et astronome Thalès de Milet ( v. 625-547 av. J.-C.), l'un des Sept Sages de la Grèce, le premier à avoir donné une mesure juste du temps, se dit un jour de grand soleil qu'il fallait se reposer les méninges et alla voir une compétition athlétique : il mourut de déshydratation sur les gradins. On ne saurait trop combattre la croyance selon laquelle le sport entretient la santé: la natation, la course, le vélo et autres modalités de l'effort inutile sont à l'origine de nombreux drames, dont les protagonistes auraient vécu plus vieux s'ils n"avaient exagérément chercher à bouger, agir et s'activer. "La mort attrape d'abord ceux qui courent", disait Giono.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
umezzuumezzu   11 mars 2020
On l'ignore souvent mais Henri de Bourbon n'aurait jamais dû devenir roi de Navarre et encore moins roi de France, sous le nom d'Henri IV. En effet, il n'est que le deuxième fils de Antoine de Bourbon et c'est son frère aîné, Louis-Charles de Bourbon, qui était promis à régner. Mais le destin en décidera autrement. En effet, à peine âgé de deux ans, sa nourrice et un gentilhomme s'amusait à se lancer le nourrisson solidement emmailloté dans son linge. Une pratique locale semble-t-il destinée à vivifier le nourrisson. Mais, au cours de la partie, le gentilhomme tente une feinte et le bébé passe par la fenêtre du premier étage du château de Pau. Charles-Louis de Bourbon meurt des suites de ses blessures une semaine après l'accident. Le Béarn est une terre de rugby.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
gillgill   27 juillet 2015
... Il n'existait pas d'ouvrage sur le sujet, d'ailleurs, seulement des listes en ligne très approximatives, mêlant aux cas les mieux attestés d'invraisemblables légendes urbaines : il a fallu fouiller les dictionnaires et les biographies, vérifier, confronter, pour aboutir finalement à cent vingt destinées stupidement brisées ...
Commenter  J’apprécie          120
fichetouxfichetoux   01 décembre 2012
Le 13 décembre 1974, le groupe berlinois Tangerine Dream et Nico se produisent en la vénérable cathédrale de Reims. La belle Allemande interprète son répertoire en s'accompagnant à l'harmonium. L'effet produit est magnétique, lorsqu'elle chante "This Is The End", de son camarade Jim Morrison, ou encore une version bien à elle de "Deutschland Über Alles". Cinq mille personnes assistent à cette messe psychédélique. Un opaque nuage de fumées malhonnêtes stagne à mi hauteur de la nef. A la suite de cette prestation, l'archevêché renonce à organiser des concerts de musique profane dans l'édifice.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
umezzuumezzu   09 mars 2020
Charondas interdit aux veufs d'imposer une belle-mère à leurs enfants : « Car, disait-il, si leur premier mariage a été heureux, ils devaient s'en tenir là et si au contraire il a été malheureux, il faut qu'il aient été bien insensés pour en risquer un second»
Commenter  J’apprécie          100

Videos de David Alliot (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Alliot
Quand la science explore l'histoire : Médecine légale et anthropologie de Philippe Charlier et? David Alliot aux éditions Tallandier
De nouveaux experts, utilisant de véritables techniques de police scientifique, traquent dorénavant les moindres zones d'ombre du passé. Empoisonnements, meurtres, disparitions, filiations contestées... Plus rien n'échappe à la science. Philippe Charlier n'en finit plus d'exhumer des personnalités du passé. En 2013, son enquête pour identifier l'encéphale de Henri IV a fait les titres des journaux de la France entière. Il a récidivé avec une étude sur l'embaumement de Richard coeur de Lion. Dans cet ouvrage, il revient sur de nombreuses énigmes de l'histoire. Grâce aux nouvelles méthodes scientifiques, nous pouvons aujourd'hui savoir si une partie de la famille des Romanov a été sauvée ou si Toutankhamon est bien le fils d'Akhenaton. Entre autres performances, Philippe Charlier et son équipe ont pu prouver en 2009 que la présumée relique de Jeanne d'Arc appartenant à l'archevêché de Tours était un faux, renfermant les restes... d'une momie.
https://www.lagriffenoire.com/9507-entreprise-quand-la-science-explore-l-histoire.html
Vous pouvez commander Quand la science explore l?histoire sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
autres livres classés : histoireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2297 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre