AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070372189
Éditeur : Gallimard (03/09/1980)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 53 notes)
Résumé :
Deux pièces sur le thème de la jalousie.
Orphée, violoniste, et Eurydice, comédienne en tournée, quittent tout pour accomplir leur amour. Mais la jalousie s'empare d'Orphée... Dans le second drame, Frédéric s'éprend de Jeannette, la sœur de sa fiancée. Mais sa passion de l'Absolu viendra contrarier son amour. Comment le dénouement de ces deux pièces pourrait-il être autrement que noir ? Elles disent l'exigence de la grandeur, de la beauté, de l'éternité, dans... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
LydiaB
  15 juin 2014
Comme souvent avec Anouilh, on rit et on pleure. Sachant que Roméo et Jeannette appartient à ses pièces noires, le ton est donné ! D'entrée de jeu, le titre prête à sourire, Shakespeare serait content ! On commence donc par sourire. Julia, Frédéric et la mère de ce dernier se rendent dans la famille de Julia avant le mariage. Julia avait envoyé une lettre pour demander à son père, son frère Lucien et sa soeur Jeannette, de tout nettoyer et de préparer un repas. Elle avait joint à sa missive un peu d'argent, sachant que sa famille était toujours fauchée. Bien entendu, à leur arrivée, il n'y a personne et la maison est d'une saleté repoussante. La pauvre Julia s'écroule. Mais son futur époux se montre très réconfortant et belle-maman prend les choses en main.

Le premier "personnage" de la famille de Julia qui fera son apparition est Lucien, le frère. Cynique, négatif, il n'écoute personne et parle sans écouter les autres. Il se trouvait dans la maison mais n'avait pas répondu à l'arrivée des visiteurs. Ayant vécu une douloureuse expérience amoureuse, il tourne tout au tragique, dans tous les sens du terme d'ailleurs puisque ses tirades sont dignes d'une pièce antique ou d'une pièce de Racine. Puis arrive le père, trouvé au bar-épicerie par la belle-mère partie acheter quelques conserves pour faire un semblant de repas. Il semble être un bon vivant que rien n'arrête. Pourtant, lorsque la scène (culte pour moi) du sacrifice de Léon le poulet arrive, le père se transforme, voulant ranimer la volaille. Quant à Lucien, il se révèle comme le plus grand tragédien de tous les temps ! Et c'est à ce moment, bien choisi, qu'apparaît la fameuse Jeannette, sorte de Phèdre sortie de nulle part, jetant un sort à la famille sur 10 générations (je sais, j'exagère !) pour avoir occis Léon, pour avoir fait couler le sang d'un être innocent. Et cette entrée fracassante marque le début des ennuis pour cette pauvre Julia, bien effacée face à cette famille de dingues... le sourire s'efface de nos visages car on comprend dès lors que le côté tragique va prendre le pas.

C'est avec grand plaisir que j'ai relu cette pièce, sans impression d'ailleurs de "déjà lue". Avec Anouilh, on découvre toujours quelque chose qui nous avait échappé.
Lien : http://www.lydiabonnaventure..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          640
ladyoga
  12 avril 2013
Le mythe est transposé dans les temps modernes. le décor est, tour à tour, un buffet de gare et une chambre d'hôtel ; Orphée est un petit musicien ambulant, Eurydice une petite comédienne aux aventures minables. Ils deviennent amants, mais ne peuvent être heureux ; Eurydice pourrait tout recommencer avec Orphée, si elle lui confessait son passé ; elle ne l'ose par crainte de sa jalousie ; comment lui avouer sa liaison avec Dulac, le directeur de la troupe ? Elle s'enfuit et Orphée reçoit la visite d'un jeune homme, M. Henri, qui est l'ange de la mort ; il explique à Orphée qu'Eurydice et lui sont des êtres marqués par la fatalité ; certains sont faits pour la vie : ce sont ces « gens qu'on n'imagine pas morts » ; Orphée et Eurydice ne sont pas nés pour vivre. Une jeune actrice, puis Dulac viennent apprendre à Orphée qui était Eurydice ; ils la dépeignent sensuelle et intéressée ; disent-ils vrai ? On apprend sa mort, dans la collision du car de Toulon avec un camion-citerne. M. Henri, apitoyé, accorde une seconde chance aux amants ; Eurydice ressuscite, mais Orphée ne peut oublier les révélations et les calomnies de Dulac ; il s'emporte et, exprès, il regarde Eurydice ; il la tue par jalousie. Un dernier acte nous montre Orphée exhorté par son père à oublier Eurydice : il faut vivre ! Mais M. Henri révèle à Orphée que l'amour n'est possible que dans la mort, et Orphée le suit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Orha08
  08 novembre 2017
Eurydice un de mes Anouilh préféré, j'aime beaucoup cette histoire, elle est jolie et profonde
Commenter  J’apprécie          00
Madimado
  23 janvier 2013
J'aime beaucoup le théâtre de Jean Anouilh et tout particulièrement "Antigone" et "Médée", qui forment avec "Eurydice" les "pièces noires". Je me suis donc lancée dans cette lecture pleine d'enthousiasme. Malheureusement, celui-ci a été bien vite refroidi. La transposition de l'histoire dans le monde moderne fonctionne assez mal et n'a pas très bien vieilli. Je me suis franchement ennuyée à cette lecture qui est de loin celle d'Anouilh que j'ai le moins appréciée.
Lien : http://madimado.com/2012/06/..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
LydiaBLydiaB   15 juin 2014
LA MÈRE : Julia ! Nous réussirons peut-être tout de même à faire un déjeuner convenable. J'ai trouvé un poulet dans le jardin, je l'ai saigné.

Un instant de stupeur chez le père et Lucien. Lucien glapit soudain, se dressant :

LUCIEN : Léon ! Elle a tué Léon !

LA MÈRE, regarde son poulet : Léon ? Qui ça, Léon ?

LE PÈRE, s'est dressé aussi, épouvanté : Saperlipopette ! Ça va nous faire toute une histoire...

LUCIEN crie comme un fou : Léon assassiné ! Léon occis par la belle-famille ! L'instant est prodigieux ! La minute est unique !

LA MÈRE : Mais enfin un poulet, c'est un poulet ! Demain je vous en enverrai une paire et des plus gros.

LUCIEN : Elle dit qu'un poulet c'est un poulet ! Elle dit que Léon n'est qu'un poulet !... Elle ne se rend absolument pas compte de ce qu'elle vient de faire !

JULIA : Je t'assure, Lucien, que tes plaisanteries ne font rire personne.

LUCIEN : Il ne s'agit pas de rire ! Personne n'a envie de rire ici ! Regarde papa.

LE PÈRE qui semble avoir perdu le sien : Du sang-froid ! Beaucoup de sang-froid. Est-ce qu'on ne peut pas le ranimer ? Lui faire la respiration artificielle ?

LUCIEN : Trop tard, il saigne ! Je vois le sang de Léon couler ! Léon périt entre des mains indignes. Et nous sommes là comme le chœur antique, impuissants, livides, muets...

(Roméo et Jeannette)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          312
marcelpoismarcelpois   24 février 2015
ORPHÉE : Vous croyez qu'il va nous arriver beaucoup de choses ?

EURYDICE, gravement : Mais toutes les choses. Toutes les choses qui arrivent à un homme et une femme sur la terre, une par une...

ORPHÉE : Les amusantes, les douces, les terribles ?

EURYDICE, doucement : Les honteuses, les sales aussi... Nous allons être très malheureux.

ORPHÉE, la prend dans ses bras : Quel bonheur !...
Commenter  J’apprécie          60
cathcorcathcor   28 février 2012
La mer n'est pas propre avec ses milliers de cadavres. La mort non plus. Elle ne résout rien. Elle escamote, ratant son coup, oubliant derrière elle cette grosse caricature qui se déforme et empuantit, cette énorme chose honteuse qu'on ne sait plus soudain où cacher. Il n'y a que les enfants, il n'y a que ceux qui n'ont jamais veillé de cadavres pour la parer encore de fleurs et croire qu'on doit mourir à la première ride où à la première peine. On doit vieillir. on doit sortir un jour de son monde d'enfant et accepter que tout ne soit pas aussi beau que lorsqu'on était petit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
grisettegrisette   27 septembre 2010
Mourir, ce n'est rien. Commence donc par vivre. C'est moins drôle et c'est plus long
Commenter  J’apprécie          180
marina53marina53   16 juin 2012
Ah ! l'incertain, le troublant premier jour. On se cherche, on se sent, on se devine, on ne se connaît pas encore et on sait pourtant déjà que cela durera toute la vie...
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Jean Anouilh (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Anouilh
Le magazine culturel quotidien s'associe à l'opération «Coups de théâtre» et propose toute la semaine des rencontres et des reportages sur le 6ème art. Au sommaire :
Michel Bouquet est au théâtre Hébertot jusqu'au 19 juin dans "A tort et à raison". Entrée Libre a rencontré ce "monstre" de théâtre qui a joué les plus grands rôles de théâtre de "L'Avare" à "Mac Beth", et qui a connu et interprété les auteurs les plus prestigieux : Harold Pinter, Jean Anouilh et Eugène Ionesco..
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Oh, Antigone !

Comment se prénomme la sœur d'Antigone ?

Sophie
Hermine
Ismène

10 questions
1574 lecteurs ont répondu
Thème : Antigone de Jean AnouilhCréer un quiz sur ce livre