AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Emmanuèle Sandron (Traducteur)
EAN : 9782226215017
300 pages
Éditeur : Albin Michel (02/06/2010)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 54 notes)
Résumé :
Honni soit qui mal y pense…

Persuadé que sa femme Hannelore, juge d’instruction, le trompe avec Valentin, un amour de jeunesse, le commissaire Van In ne décolère pas. Quelques instants après le retour de la belle (passablement éméchée) au bercail, il est appelé sur les lieux d’un suicide. Marcus Heydens, le père de Valentin, a été retrouvé pendu. Que ce bon vivant très fortuné ait mis fin à ses jours semble peu probable. Lorsqu’Hannelore disparaît, l’... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
filippo
  12 juin 2017
Comme tout le monde, le roi des Belges a eu une enfance et une adolescence. Comme tout le monde il a eu des amis plus proches que d'autres avec lesquels ces liens sont restés tissés malgré sa position.
Van In, commissaire récurant chez Pieter Aspe, a une vie pleine de blessures, de rencontres, de séparations. Sa compagne du moment a, elle aussi, connu d'autres personnes. Lorsqu'elle rencontre, Valentin, un amour de jeunesse, van In est furieux surtout lorsque sa tendre revient totalement éméchée de cette soirée.
La situation prend encore une autre tournure lorsque van In est appelé sur un lieu où l'on a trouvé un pendu et qu'il s'agit du père de Valentin.
Le roman évoque plutôt bien les luttes d'influences entre les rouages du pouvoir, les intérêts d'état, les relations dans des groupes influents.
On déambule dans Bruges mais c'est bien parce que l'on en est informé par la quatrième de couverture car le récit n'évoque pas vraiment les lieux, la priorité est donnée à la trame policière.
Je n'ai accroché que moyennement au roman, le trouvant par moment un peu confus mais je ne l'ai pas abandonné cependant et là où je trouve un peu de confusion, certains pourront y trouver un peu de piment dans le déroulement.
Un bon classique de polar qui se lit avec plaisir mais qui ne m'a pas laissé de grand souvenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
umezzu
  02 décembre 2019
La vie quotidienne du couple formé par le commissaire van In et Hannelore Martens, la très sexy juge d'instruction de Bruges, n'est pas un long fleuve tranquille. van In, manifestement déjà oublieux de ses incartades dans les tomes précédents, bougonne, persuadé que sa femme le trompe avec un ancien amour de jeunesse : Valentin. Alors quand il est appelé pour constater la pendaison du père de ce Valentin, pendaison bien peu vraisemblable, se déclenche une enquête qui va le faire fouiller avec mordant dans les dessous de la bourgeoisie brugeoise. Tous les obstacles, tenues de loges maçonniques ou interventions royales, ne sont rien devant l'ire du commissaire.
Un des plus faibles tomes de la série des van In, même si les démêlés familiaux du commissaire peuvent faire sourire, car c'est l'un des plus invraisemblables sur le plan de l'intrigue.
Commenter  J’apprécie          180
Cormorobin
  13 mai 2016
Sixième tome de la série, les aventures du policier de Pieter van In et de la substitute Hannelore Martens, sa compagne. L'auteur est flamand, et les traductions en français accusent un certain retard. Pour cet opus, 10 ans entre la sortie en langue originale et la traduction française. Je ne ne saurai dire si les querelles linguistiques de nos amis belges en sont à l'origine.
Toujours est il que ce sont d'excellents bouquins, légers, humoristiques, enfin, jusqu'au dénouement, où la situation se tend.
Dans "de sang royal", une série de crimes, des histoires de filiation un peu compliqué, un amour de jeunesse, agrémentent la lecture de ces quelques 300 pages (en format poche). Scénario habile, riche, rythmé, des personnages attachants, avec leurs défauts, on se demande vraiment comment ça va se finir !
Pour ceux qui ne connaîtraient pas, il ne faut pas hésiter. J'avais lu le premier de la série, en français, je ne regrette vraiment pas cet achat un peu au hasard.
Commenter  J’apprécie          122
sandrine57
  21 octobre 2012
Quand le commissaire van In se rend sur les lieux du suicide par pendaison du conseiller à la cour de cassation Marcus Heydens, il est lui aussi d'humeur à se pendre. Hannelore est rentrée à pas d'heure et sérieusement éméchée d'un rendez-vous avec son amour de jeunesse, Valentin qui n'est autre que le fils du suicidé. Furieux car persuadé de la trahison de sa compagne, van In n'a pas la tête à son enquête mais garde suffisamment de lucidité pour conclure qu'il ne s'agit pas d'un suicide, d'autant qu'Hannelore lui remet les lettres de menace, confiées par Valentin, que recevait régulièrement le mort. Il se lance donc dans une enquête qui va l'emmener du monde très fermé de la franc-maçonnerie jusqu'aux secrets d'alcôve du palais royal.

Encore une enquête menée tambour battant par les amants terribles de Bruges. van In, consumé de jalousie, Hannelore à deux doigts de retomber dans les bras de son premier amour et autour d'eux, leurs habituels comparses : le commissaire en chef de Kee, le juge Beekman et le fidèle brigadier Versavel. Ils vont naviguer dans les méandres d'une famille très spéciale, se frotter au goût du secret des francs-maçons, Hannelore mettra sa vie en danger et van In rencontrera le roi en personne et au final, après avoir évité le pire, ils seront encore plus amoureux qu'avant.
Un très bon opus de cette série assez inégale qui a toutefois le mérite de promener le lecteur dans les rues de la belle Bruges.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
adtraviata
  28 mai 2020
Je termine mes lectures de ce mois belge avec mon petit Pieter Aspe annuel. Ici van In et son adjoint Versavel enquêtent sur un puis deux meurtres d'hommes liés à la même femme. En effet celle-ci a eu quatre enfants de trois pères différents et l'un d'eux pourrait bien être celui qui, à l'époque, était un prince connu pour courir le guilledou et est devenu le roi des Belges : vous avez bien compris, il s'agit d'Albert II (pas nommé évidemment par Pieter Aspe), frère du roi Baudouin et père de notre roi actuel. L'affaire se corse pour van In, car le fils de la première victime, Valentin Heydens, a renoué avec Hannelore, la femme du commissaire, et que celle-ci sent renaître les braises de son ancien amour pour Valentin. de plus, un des pères a gardé son amitié royale, qui le protège notablement. Ajoutez à cela une pincée de franc-maçonnerie et de haute bourgeoisie brugeoise et cela donne un cocktail (non,non, pas une Duvel) potentiellement explosif.
Van In est effectivement en pleine forme, ses réconciliations sur l'oreiller avec Hannelore sont affriolantes (et rassurantes pour la suite) mais j'avoue que ce qui a pimenté ma lecture, c'est la mise en scène d'Albert et Paola, oh très discrète mais très réaliste et surtout les liens inévitables qu'on ne peut s'empêcher de faire avec la réalité : il y a quelques semaines seulement s'est enfin achevé le feuilleton judiciaire et médiatique qui opposait le roi Albert II et sa fille illégitime Delphine Boêl, reconnue sa fille biologique après moult négations, recours, cachotteries et autre test ADN. le roman de Pieter Aspe a été publié en flamand en l'an 2000 et « l'affaire Delphine Boël » a éclaté en 1999. le romancier a-t-il été inspiré par cela ? On sait que la réalité dépasse la fiction…
Après de nombreuses lectures très sérieuses et un peu lourdes à la longue, je suis contente de m'être divertie en compagnie du commissaire van In et de son fidèle brigadier Versavel (qui a été un peu ébranlé dans sa fidélité mais qui s'est repris – cela augure peut-être de prochaines péripéties…)
Lien : https://desmotsetdesnotes.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
CormorobinCormorobin   09 mai 2016
Après un coup d’œil au rouleau de papier hygiénique maigrichon à côté de lui dans un porte-PQ rutilant, le bourgmestre Moens calcula mentalement le nombre de feuillets nécessaires pour effacer les traces de sa turista. Il devait ce léger désagrément au diner flottant dans l'huile d'olive qu'il avait partagé la veille avec un collègue espagnol. C'était la quatrième fois de la journée qu'il devait s'isoler aussi piteusement, et il commençait, façon de parler, à en avoir ras les roupettes. Il exprima sa frustration en jurant en anglais, sans se rendre compte que le mot de quatre lettres qui venait de franchir ses lèvres seyait particulièrement bien à la situation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
CormorobinCormorobin   13 mai 2016
Qui veut rester au pouvoir doit veiller à transformer ses ennemis en amis et à faire accroire à ses amis que leur statut n'est pas inébranlable. Broos m'attendra bien un moment dans l'antichambre.
Commenter  J’apprécie          170
adtraviataadtraviata   28 mai 2020
Des touristes transis de froid bayaient aux corneilles devant la statue de Jan Breydel et Pieter De Coninck, ces bourgeois qui avaient fait mordre la poussière à la chevalerie française en l’an de grâce 1302 et que le mouvement nationaliste flamand avait récupérés au XIXè siècle pour en faire les symboles du combat pour l’émancipation, tant vis-à-vis de la France que des élites francisées de Flandre. Contrairement à ce que prétendaient les manuels d’histoire, leur lutte n’avait rien d’idéaliste. Jan Breydel était grossiste en jambons. S’il s’était insurgé contre les Français, c’était pour ds raisons avant tout commerciales. De toute façon, se disait Van In en contemplant la scène, les guerres et les révolutions ont toujours une explication financière ou religieuse. Quant aux crimes, ils ont en général pour mobile la folie ou le désir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
titoune42titoune42   24 juillet 2011
L’ironie de la vie a toujours le dernier mot. Personne ne s’éteint avec des certitudes, car la mort, c’est l’inconnu, et tout d’un coup, il faut faire face, dans l’ici et le maintenant
Commenter  J’apprécie          30
CormorobinCormorobin   08 mai 2016
Dans l'immeuble d'en face, un quadra à la bedaine rebondie - un croisement de Robert Bidochon et de Benoît Poelvoorde première période - celle de C'est arrivé près de chez vous.
Commenter  J’apprécie          30

Video de Pieter Aspe (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pieter Aspe

Pieter Aspe aux déblogueurs en 2013
Pieter était l'invité de saint Maur en poche 2013, il est passé aux deblogueurs pour se présenter et parler de ses polars. Il nous parle aussi de son dernier...
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1979 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre