AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2277260118
Éditeur : J'ai Lu (01/08/2005)

Note moyenne : 3.94/5 (sur 89 notes)
Résumé :
"Il est grand temps de s'apercevoir que ce qui divise les rameaux tient moins de leurs différences que de leurs similitudes, dont le racisme et l'autosatisfaction sont les pires exemples."
Quand les animauxvilles ont surgi dans le système solaire pour héberger les humains, ils leur ont aussi permis le voyage instantané. Alors l'humanité s'est scindée en quatre rameaux : autant de cultures, autant de modes de vie, autant de systèmes politiques. Qui se méprisen... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
finitysend
  21 novembre 2014
Etoiles mourantes est une exception ( parmi d'autres ) dans le genre SF en général et dans la SF francophone en particulier
( selon moi ) ...
C'est un texte qui est écrit par deux auteurs talentueux et le lecteur aura donc la satisfaction de lire un texte bien tourné et c'est une garantie que ne nous apporte malheureusement pas toujours les traductions d'oeuvres étrangères auxquelles sont habitués les amateurs de SF ...
Etoiles mourantes est un roman à thèse autant le dire et soulignons que ce texte qui est engagé dans l'humanisme est excessivement lucide quand il est question de faire face avec justesse à la nature humaine dans sa dimension la plus paradoxale ..
Voici donc un roman engagé dans une sensibilité humaniste lucide et insistons encore pour souligner qu'il n'a rien de politicard et de véhément ( finesse .. nuance ... étique .. interrogations ... réalpolitique et lucidité sont bien au rendez-vous ) ..
J'apprécie Etoiles mourantes parce que c'est un roman : ^pointu et la complexité des personnages et des thèses est densément posée .. Elle vient étayer et nourrir le texte ainsi que irriguer des personnages fonctionnels et denses qui agissent avec tant de subtilité qu'il n'est pas possible de ne se complaire en ne les imaginant pas réels ..
L'humanité de ce roman est diverse et fracturée en quatre groupes de post humains que tout sépare et dont le sentiment d'appartenir à la même espèce devient de plus en plus théorique .. .
Les malentendus surgissent et la guerre menace alors qu'un péril externe aux divers paysages humains menace de surcroit sous la forme d'une étrange et étrangère menace qui représente accessoirement un pur délice du point de vue de la création d'univers ( world building ) ..
Pour des raisons fonctionnelles et des raisons de rythme le récit privilégie l'éclairage de certains personnages qui ont tendance à résumer leur rameau et la civilisation dont ils sont originaires ...
C'est un univers exquis de présence qui est très satisfaisant de réalisme et de légitimité car il est le résultat d'un effort créatif élégant ...
Il faut souligner que la présence intense que cet univers affiche n'est pas le résultat d'un matraquage maladroit de données jetées à la volée mais au contraire le résultat d'une invitation très justement pensée à faire une petite visite guidée dans ces mondes subtilement révélés qui n'en doutons pas une seconde existent certainement ( sourires )et où les auteurs sont allés en douce pour en rapporter ce récit dont ils affirment que c'est une fiction ..
Mais personne n'est dupe ..

PS : étoiles mourantes est aussi une histoire d'amour ...
L'éditeur était impardonnable de ne pas rendre disponible cet excellent et riche espace opéra
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          520
SimonBrenncke
  28 août 2014
La race humaine menaçait de s'exterminer et les AnimauxVilles l'ont sauvée en dispersant les grandes tribus dans des différents coins de l'univers. L'effet n'était pas comme souhaité. Loin de prendre recul à leur conflits grâce à la distance et de s'approcher ensuite sereinement sur un pas diplomatique, les Rameaux ont exacerbé l'évolution de leurs traits séparatifs. le gouffre entre les différentes parties de l'humanité s'est élargi davantage, il règne la méfiance et le racisme entre eux et les Mécaniciens ont conçu un plan pour assujettir les autres trois Rameaux ainsi que les AnimauxVilles.
Une supernova s'annonce, singularité qui fait effondre le Ban sur un point infime avant qu'il ne se déploie à nouveau dans l'explosion cosmique successive. le Ban est le réseau qui sous-tend l'univers et dont les points nodaux servent aux AnimauxVilles pour se déplacer. Les Mécaniciens, avec l'aide d'une AnimalVille aux intentions peu claires, ont réussi à construire un vaisseau stellaire qui peut chevaucher sur le Ban. Avec ce vaisseau en état opérationnel, les Mécaniciens seront capacités de se libérer de la dépendance aux AnimauxVilles pour le transport galactique. Il leur sera possible d'atteindre les planètes des autres Rameaux qui, face aux prouesses guerrières des Mécaniciens, seront réduits à l'esclavage. En plus, les Mécaniciens veulent intervenir directement dans le cataclysme de la supernova et altérer le déploiement du Ban, en sorte que les AnimauxVilles ne puissent plus l'utiliser pour leurs sauts dans l'espace. En bref, les Mécaniciens ambitionnent la domination absolue du cosmos.
Le roman, malgré son long développement, maintient en réveil l'intérêt du lecteur pour la trame qu'il échafaude. Il achève d'intégrer l'ampleur de la conception de son monde et les univers personnels des caractères principaux.
Dans la première moitié du roman, le lecteur est conduit aux mondes des différents Rameaux et apprend à connaître la constitution civique et politique de ces mondes, ainsi que les personnages centraux qui vont influer sur le déroulement de la deuxième moitié du livre. Celle-ci s'appelle « Les Retrouvailles » et chronique le spectacle extraordinaire que les AnimauxVilles ont préparé : la réunion des représentants de la humanité dispersée. Les Retrouvailles sont, principalement, la grande réunion pour les AnimauxVilles. Pour un motif qui déjà échappe à leur mémoire, elles se réunissent chaque fois que le Ban se replie sur lui-même dans une étoile qui se consume, et elles assistent à la reconstitution du Ban dans l'explosion qui s'ensuit. Et pour un motif que lui aussi n'est pas détaillé, ils tiennent à ce que les humains soient également sur place quand la singularité se produite.
Quoique « Étoiles Mourantes » est situé dans le même univers des AnimauxVilles que son prédécesseur chronologique, « Étoiles Mortes », les deux histoires sont complètement différentes sur les plans stylistiques et sémantiques. « Étoiles Mortes » offrait une vue très intime de cet univers, depuis une perspective artistique, avec un narrateur à la première personne qui enchaînait des perceptions fortement subjectives, parfois même elliptiques, et pétillant de sous-entendus. le monde de « Étoiles Mortes » était vraiment le monde de ce narrateur, Closter, avec toutes les limitations que cette vision uniquement focalisée sur lui a signifiées pour la connaissance que le lecteur pouvait acquérir des AnimauxVilles.
Correspondant à la vaste conception de l'histoire de « Étoiles Mourantes » les auteurs ont choisi d'abandonner le discours autodiégétique et ils ont introduit le classique narrateur hétérodiégétique, ou auctorial, qui est doué d'omniscience. En même temps, c'est la focalisation zéro qui caractérise le roman – c'est-à-dire, l'histoire n'est pas raconté depuis le point de vue d'un seul caractère, ou des quelques caractères sélectionnés, mais le narrateur peut potentiellement relater tous les sentiments et pensées des agents, et c'est cela ce qu'il fait. Donc, il se trouve aussi des scènes avec des changements de focalisation rapides entre les participants aux événements.
Le roman pèche par une sorte d'ivresse d'omniscience.
Closter jouissait d'une relation exceptionnelle avec les AnimauxVilles. Sa sensibilité artistique lui permettais de se communiquer avec eux, mais cette communication était fortement imprégnée du poétique et ne se réduisait point à des causeries d'ordre quotidien. On se rappellera Closter se retirant les chaussures, marchant pieds nus sur l'épiderme des rues des AnimauxVilles pour capter les vibrations du caractère d'une ville. En « Étoiles Mourantes » les Villes parlent. Plus encore, elles bavassent. À maintes reprises elles se glissent dans la conscience des agents principaux et commentent leurs actions, répondent aux questions, relayent des messages à d'autres personnes. Il paraît que le pouvoir des Villes pour dénicher les pensées des agents est illimité, et de ce fait il est surprenant lorsqu'elles manifestent des ignorances. « Elle savait qu'aucun AnimalVille n'était capable de percer les secrets de la conscience et du subconscient humains », mais le lecteur a la forte impression que les AnimauxVilles ne font rien d'autre tout au long du texte. « Non, tout compte fait, je crois que je ne te comprends absolument pas », capitule la Ville Turquoise face au comportement altruiste d'un Mécanicien, malgré ses millénaires d'existence et sa connaissance intime des pensées d'hommes et de cet homme en particulier. Peut-être les auteurs ont-ils souhaité garder une barrière d'incompréhension, et ainsi de mystère, entre les humains et les Villes, mais le lecteur ne peut plus y croire, puisqu'ils ont déjà écarté cette barrière en transformant les Villes en une sorte de conscience sempiternellement en relais, un super-ego indiscrètement loquace : « Il débita d'un trait son insupportable vérité » – les Villes ne s'en lassent jamais.
Les Villes se humanisent, ils perdent tout à fait l'étrangeté mythique qui gardaient leurs actions en suspens dans « Étoiles Mortes ». Et non seulement les Villes s'entretiennent familièrement avec les agents humains, mais en plus le lecteur devient auditeur de leurs conversations entre eux, où, encore une fois, leurs traits très humains, comme l'ignorance des faits qu'elles devaient savoir, confondent le lecteur frappé par l'incongruité. Dans une scène les Villes Noone et Turquoise échangent leurs idées sur la structure de l'univers et Noone prouve être la mieux renseignée – « Cet univers a une fin. [sic!] Turquoise » – parce qu'elle est la seule Ville qui n'ait pas choisi d'oublier la raison du rassemblement des AnimauxVilles autour des supernovæ.
Étrangement, dans le dialogue des Villes se mêlent aussi des informations exclusivement à l'adresse du lecteur, comme quand Noone explique : « Certains d'entre eux [les humains] ont pourtant compris que l'univers est cyclique et instable, et que les alephs sont tous interconnectés. Ils savent que, lors des explosions d'étoiles, il se crée un attracteur à l'échelle du Ban. » etc. Au moins les auteurs ne poussent pas l'ignorance de Turquoise au point qu'il ne lui serait pas permis de répondre comme il le fait effectivement : « Je connais cette théorie […] Et alors ? »
La focalisation interne sur les caractères principaux se réalise jusque dans le discours indirect libre et des interjections d'un discours immédiat, sans intervention apparente du narrateur : «La dernière nanotechno, hyperstable, un coefficient de redondance multiplié par mille, promisjurécraché ; mon cul, oui ! » Mais les apparences trompent. Malgré que l'action est racontée depuis les points de vue des personnages centraux, ils ne deviennent pas intimes au lecteur. En comparaison avec le contact direct qu'on a eu avec la personnalité de Closter, ils restent même infiniment éloignés. Il y a des raisons pour cela. Premièrement, après que les personnages ont été introduits dans la première moitié du roman, on aurait pu s'attendre à l'approfondissement de leurs traits dans la dynamique de leur interaction lors des Retrouvailles. Mais non seulement des éléments propres à eux faussent la spontanéité de leurs relations, comme les armures des Mécaniciens ou le Réseau de la Connecté Nadiane – plus encore, c'est le babillage des Villes, ou de l'esprit qui habite une Ville (Marine), qui s'immisce impunément en leur discours intérieur et le mine d'un double-fond. Piégés dans ce fond, les personnages perdent leur propres caractéristiques, l'omniscience des Villes les engouffre. Et les Villes mêmes n'apparaissent point comme des personnalités distinctes, parce que leur voix est à plusieurs reprises infestée par le narrateur omniscient. Son omniscience se multiplie en eux. Leur ignorance des faits spécifiques paraît si étrange au lecteur parce qu'il les a déjà confondus avec la voix du narrateur omniscient. Pourtant, ce narrateur reste à part, il commente rarement en intervention directe, mais sa présence se fait insinuante quand des monologues explicatives des caractères, ou des dialogues entre eux, ont visiblement aucune autre fin que d'informer le lecteur sur ce qu'il ne sait pas encore. Pourtant ce narrateur ne hante pas le roman comme un spectre, il parle. Par exemple, dans l'échange mentionné entre les deux Villes, on pourrait d'abord se surprendre que leur langue est directement intelligible pour le lecteur humain. le narrateur omniscient, allant au-devant de la surprise, avoue son travail de traduction : « Retranscrit en termes humains, toutefois, cela [l'entretien] se résuma ainsi : » etc. le narrateur parle aussi lui-même quand, dû à la nature des événements qui ne peuvent pas être présentés par les caractères, il ne peut pas s'approprier de leur discours pour relater ce qui se passe : « Au sein de l'étoile primaire, dans la masse centrale constituée de noyaux de fer dégénérés, les énergies avaient atteint des proportions inimaginables. » etc. Au moment culminant du récit, le narrateur se fait même philosophe : « C'était un magnifique et inutile exemple de perfection, comme l'humanité elle-même. »
L'accès aux personnalités du roman, accès si douloureusement ouvert à l'âme de Closter en « Étoiles Mortes », est bloqué ici par la voix du narrateur omniscient qui mêle ses propres énoncés et explications aux pensées des caractères et se reproduit aussi dans les AnimauxVilles, qui font la même chose que lui, mais s'aidant en toute impunité de leur poids charnel. Une relation de coeur à coeur avec les personnages est interdite au lecteur, ils perdent leur authenticité à mesure que le narrateur omniscient s'approprie d'eux pour les rendre ses porte-parole.
La transformation des Villes, des phénomènes guère déchiffrables en demi-Dieux bavardes, est symptomatique pour un changement éminent qui a subi l'univers des AnimauxVilles par rapport à « Étoiles Mortes ». La connexion de Closter aux Villes était établie par une sensibilité artistique ouverte à la riche gamme des perceptions sensuelles. À travers la vision de Closter, l'univers des AnimauxVilles, son univers, devenait un champ de finesses sensorielles qui se livrait à l'exploration du lecteur. Mais en « Étoiles Mourantes » la sensibilité somatique a été brutalement bousculée par une voracité charnelle. Il y a des scènes de combat qui dégénérèrent « en une vulgaire formalité de boucherie ». le Mécanicien Tecamac découvrit le statut exceptionnel de son armure en copulant avec une Geisha, scène que les auteurs ne se privent pas de rapporter en tout détail. Apparemment, il fallait aussi que la relation de la Connectée Nadiane avec son frère soit incestueuse pour être profonde. Et bien sûr, les AnimauxVilles, lors des Retrouvailles, ne peuvent s'adonner qu'à une seule activité : « […] la sexualité des AnimauxVilles relève essentiellement de la mécanique céleste ! » Quand Noone et Turquoise s'accouple, le narrateur note dûment : « le contact intime de leurs chairs, face à face, éliminait les mensonges et les sous-entendus. » Pourtant, il n'y avait pas de supercherie dans la réceptivité sensuelle de Closter non plus ; et si, pour préserver les sous-entendus, pour éviter que les Villes deviennent des érotomanes radoteurs, il avait fallu garder la sensualité dans des certaines limites, ceci aurait été un prix facile à payer.
L'intrigue du livre est bien tissée, l'action vibre de suspens, les caractères, malgré éloignés, ne manquent pas en complexité. Il y a toujours des moments d'incertitude qui incitent à continuer la lecture. Évidemment il aurait été un délit bizarre en disproportion, donner moins de quatre étoiles au roman.
Mais le roman est une déception pour tous ceux qui connaissent le prédécesseur, et l'aiment autant que moi. Il faut concéder que le texte de « Étoiles Mourantes » est plus abordable, et ceci en large mesure grâce à la substitution d'un narrateur auctorial à la vision intime d'un artiste en première personne. Mais comme fan de « Étoiles Mortes » on ne peut qu'être outré par comment la substitution a été grossière. Investissant le livre avec mes expectations nourries par la lecture de l'aventure de Closter, je perçois en « Étoiles Mourantes » tout ce qu'il aurait pu être, et ce qu'il n'est pas. « Nadiane éprouva une soudaine bouffée de nostalgie en songeant à l'époque où les objets n'étaient ni des symboles, ni des codes, mais de simples présences opaques ou lumineuses ». Moi aussi j'ai songé avec mélancolie aux moments quand Closter pouvait encore s'abandonner au jeu des excitations des sens sans que cette sensibilité fluctuante débouche d'abord sur un sensualisme stérile pour ensuite se figer dans les codes de la littérature sensationnaliste, la violence et la chair. Moi aussi j'ai songé aux temps quand les présences opaques ou lumineuses de l'esprit de Closter se révélaient à moi, sans que la vision du caractère focalisé soit parasité par le didactique scientifique, moral ou autrement explicatif d'un narrateur indécemment auctorial. En effet, le frère de Nadiane « avait donné une épaisseur aux apparences et elle sut qu'un jour viendrait où elle lui en voudrait pour cela ». Pour moi le jour est déjà venu. Je vous en veux pour cela, Monsieur Dunyach.

Lien : http://simonbrenncke.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
euphemie
  14 septembre 2015
Cosmique, l'Univers respire et Ayerdal et Dunyach, nous entrainent dans ses inspirations et expirations.
Les aspirations humaines sont amenés à leurs extrémités à travers les quatre rameaux humains. Quatre partis pris d'une évolution possible pour la race humaine, selon ses "défauts" les plus marquants de notre vingt et unième siècle. Les originels; préoccupés de leur survie après la mort et de l'expression unique de leur meilleurs cotés, les organiques; ont réussi à soumettre leur corps à leur volonté, il ne les trahis jamais, encore faut il qu'ils soient capables de "donner" une partie d'eux même à quelqu'un d'autre, les mécanistes; la valeur guerrière de leur société est poussée aux paroxysmes de l'efficacité, il respire la stratégie, les connectés; en liaisons permanentes avec des centaines de milliers de membres, abreuvés en permanence d'informations, leur cerveau fonctionnent à la vitesse du bel outil qu'il est. Tous ces rameaux humains ont poussé à l'extrême ce qui caractérise les merveilleux outils que nous possédons, notre corps, notre cerceau, notre "esprit"...Mais hélas qui nous divisent dans nos aspirations à être meilleur.
A l'occasion de grandes Retrouvailles, auxquelles ils sont convoqués, pourront ils enfin trouver un terrain d'entente et apaiser leurs aversions communes? Et ainsi faire enfin avancer l'humanité....
Les animaux-villes, intermédiaires venus du fond de l'Univers, telles de gigantesques cellules, ici le microcosme rejoint le macrocosme, sont les seuls qui relient encore les rameaux de l'humanité dispersés dans la voie lactée. Accueillants, plein de sagesse et d'empathies, ils baignent dans l'infini de l'Univers.
Jadis ils ont sauvé l'humanité et aujourd'hui ils doivent renouveler cet exploit pour sauver l'Univers, tel est l'enjeu de ces Retrouvailles.
Tout au long de ma lecture j'avais en visuel, les magnifiques photos du palais de la découvertes sur les Galaxies, Nébuleuses et Nuages cosmiques, j'entendais presque le chants des étoiles.....Mes pieds avaient envie de sentir le doux pelage du sol des animaux-villes...Cosmique et magique...
Un très grand moment d'infini...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
BlackWolf
  08 décembre 2014
En Résumé : J'ai passé un excellent moment de lecture avec ce roman qui nous propose de découvrir une histoire dense, complexe, qui force le lecteur à réfléchir, proposant de nombreux axes de réflexion, principalement sur l'Homme, et qui et ne laisse pas indifférent. Un récit humaniste et efficace, bien porté par un univers pointu et des plus captivant, détaillé, qui se dévoile avec plaisir à l'imagination du lecteur sans jamais le perdre grâce à des explications abordables. Comment ne pas tomber sous le charme de ces AnimauxVilles, ces armures, ces vaisseaux etc… Les personnages ne manquent pas d'attraits et se révèlent soignés et entraînants même si j'ai trouvé que parfois l'aspect émotionnel était un peu voilé par le message que cherche à faire passer les auteurs. La plume des auteurs se révèle efficace, vivante, riche, faisant monter la tension au fil des pages pour un final explosif, immersif et flamboyant. Je regretterai juste peut-être une première partie légèrement verbeuse ainsi qu'une conclusion qui s'offre quelques facilités dans les relations des personnages et un petit peu trop happy-end par certains aspects, mais franchement des broutilles tant je me suis retrouvé happé par ce texte.
Retrouvez ma chronique complète sur mon blog
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
Chouchane
  19 janvier 2015
C'est un très grand roman de science-fiction que nous offrent Ayerdal et Dunyach. Réellement dépaysant en termes de lieux, de formes de vie, ce roman n'en est pas moins d'une brulante actualité. Il analyse différentes formes de gouvernance, de choix de vie, de… déviance politique. Les personnages très bien ciselés d'un point de vue psychologique nous donnent à voir ce qu'est l'humanité. Si parfois j'ai été perdu dans des données issues de la physique ou de l'astronomie, j'ai été transportée par la grandeur des images et des voyages proposés.
Nous sommes dans un lieu et un temps ou l'univers (encore replié sur lui-même) s'appelle le Ban, seuls les animals-villes – des planètes vivantes et pensantes- peuvent traverser cet univers de part en part. Ces êtres incarnent dans le roman une sorte de sagesse vivante, une vie bienveillante qui communique avec les hommes par une sorte de télépathie (le terme est inexact). Leur structure physique, leur « chair », se transforme en rue, avenue, beffroi… Il faut se familiariser avec ces êtres et cela m'a demandé un certain temps pour comprendre leur rôle et leur façon de fonctionner… passionnant.
Viennent ensuite les « humains » - je les appelle ainsi mais le terme est, là encore, restrictif. Ces êtres sont tous issus d'une même souche qui vivait ensemble. Suite à des guerres fratricides, qui les menaient à leur totale destruction, les animaux-villes ont décidé de les disperser aux quatre coins de l'univers. Chacun des rameaux a ensuite évolué selon ses préceptes. Chacun fait l'objet de chapitres où les personnages centraux sont présentés. Les Mécanismes, civilisation guerrière et machiste, gouvernée par des hommes, exclut les femmes de toute décision (ça évoque des choses). Ils vivent dans des armures quasi-vivante, greffées qui leur donnent une puissance physique impressionnante. Les Originels sont ceux qui ont développé un savoir pour créer des personnaes sorte de fantômes abritant la mémoire des défunts, pour cela les vivants ont besoin d'un passeur des morts. L'Artefaction est une civilisation ou femmes et hommes sont à égalité, les décisions sont collégiales, leur originalité réside dans le fait qu'ils « accouchent » d'artefact des « choses » vivantes ayant des qu'ils doivent impérativement offrir sous peine d'en mourir. Pour terminer viennent les Connectés, des êtres subtils qui sont dotés d'un flagelle dans le dos leur permettant de partager avec leur semblable un flux continue d'informations, sans cette communion avec les leurs, ils meurent.
Ces rameaux sont invités par les animaux-villes à accompagner une supernova, la mort d'une étoile. Chacun arrive avec ce qu'il est. Ceux qui veulent dominer les autres par tous les moyens, ceux qui méprisent les autres civilisations, mais aussi ceux qui voudraient redonner du sens à leur rameaux car chacun dans son coin d'univers se rabougrit. C'est là que cette fresque gigantesque nous conduit vers la réflexion sur la technologie, la différence, l'égalité homme-femme mais aussi l'amour, mais aussi les confins de l'univers, le chant des étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
euphemieeuphemie   07 septembre 2015
- Tu veux savoir qui je suis? dit il a haute voix.Très bien : je suis le Passeur des morts, celui qui manie l'aviron de la barque sacrée. Avec elle je franchis le fleuve qui n'a qu'une rive? jusqu'à ce que son sillage sombre au plus profond des eaux en entrainant le reflet des étoiles. Je suis le peseur de silence, le mesureur de mensonges, celui qui se souvient des dettes effacées, mais qui n'en réclame jamais le montant. Et, surtout, je suis celui qui va te traverser!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
euphemieeuphemie   14 septembre 2015
Les certitudes! Combien de fois me suis-je retrouvé perplexe, démuni, stupide face à votre art de la certitude? Vous consacrez vos vies à composer des certitudes pour vous mêmes et vos semblables. Vous courez après, vous les conservez jalousement, vous vous les échangez, vous vous les vendez, vous vous affrontez pour elles et vous les oubliez ou vous les jetez sans état d'âmes. Sincèrement, en une vie, depuis celles rebelles de l'adolescence jusqu'à celles réactionnaires de la sénescence, en passant par toutes les convictions de contagion nées du fait établi, pour combien de certitudes différentes et contradictoires vous damnez-vous. C'est inimaginable!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
euphemieeuphemie   08 septembre 2015
Elle venait de porter à maturité une de ces idées qui germent pendant toute l'adolescence, se nourrissent d'une force aussi bouillonnante que fictive et deviennent subitement des buts des choix de vie. Au mieux, noyée de distractions ô combien plus satisfaisantes et matérielles, elle l'oublierait doucement comme le font les adultes. Au pire, elle encaisserait quelques claques avant de passer sous le rouleau compresseur des faiseurs d'impasses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
issablagaissablaga   04 septembre 2015
En tuant la diversité, en cloisonnant le développement, en verrouillant les divergences, la ramification avait inventé la mutuelle exclusion, le principe d’inconnaissance débouchant sur la xénophobie la plus primaire. En s’emprisonnant derrière leurs propres frontières, en s’internant dans leurs seules raisons, en se nourrissant uniquement de subjectivité, les rameaux s’offraient l’autodestruction pour alternative à la destruction réciproque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
SpilettSpilett   30 janvier 2018
- Il y a des millions de façons d'utiliser un enregistrement (...) et, en politique, l'important c'est de pouvoir montrer sa bonne foi, pas d'être de bonne foi.
Commenter  J’apprécie          190
Videos de Ayerdhal (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Ayerdhal
Hommage à Yal Ayerdhal aux Utopiales avec S.Doke, M.Mazaurick, G.Francescano, P.Bordage et N.Spinrad.
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2617 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre
.. ..