AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782909020730
51 pages
Éditeur : L'Association (30/11/-1)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 147 notes)
Résumé :
David B. a entamé avec cet album une travail autobiographique relatant son enfance auprès de son frère épileptique (le Haut Mal en vieux français) en y mêlant visions oniriques et considérations sur l'époque (les années 70) et sur le monde d'aujourd'hui.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
colimasson
  17 mai 2013
Lorsqu'ils étaient enfants, Jean-Christophe s'emparait toujours des textes écrits par David pour les raturer, les corriger et imposer la marque de son esprit sur le sien. Devenus adultes, Jean-Christophe n'écrit plus. On le découvre dans les premières pages, traînant les pattes dans la salle de bains, complètement abruti par des années de médicamentation brutale. David continue quant à lui à écrire et cette fois, personne ne l'en empêche plus. Aux histoires de guerriers a succédé l'histoire de sa famille, c'est-à-dire l'histoire de Jean-Christophe et de son épilepsie. Même si les premières crises d'épilepsie de son frère ne se manifestent pas tout de suite dans son enfance, tout ce qui les précède semble devoir en expliquer la cause.

David et Jean-Christophe grandissent ensemble et ce qui sépare les deux frères est infime. On imagine qu'avec ce récit, David cherche à analyser ce qui l'a différencié de son frère et ce qui lui a permis d'échapper au « haut mal » qui n'a pas épargné Jean-Christophe. Culpabilité ou envie ? David est conscient de sa chance de n'être pas épileptique mais, enfant, lorsqu'il voit son frère entrer dans ses transes incontrôlables, c'est aussi de la jalousie qu'il ressent. Jean-Christophe lui échappe –il a maintenant accès à une dimension de l'existence que David ignore, et qui dit qu'il ne s'agit pas là d'un monde merveilleux ? Un monde aussi endiablé que celui de Michel Strogoff de Jules Vernes, où les combats sanguinolents font frissonner comme sous le règne de Gengis Khan ? David et Jean-Christophe avaient toujours partagé un intérêt intarissable pour ces histoires qui permettaient à leur violence de trouver un exutoire mais avec l'épilepsie, la violence devient réelle ; elle s'exprime à présent de manière incontrôlable, sans qu'on ne la convoque.

David et Jean-Christophe font l'apprentissage de la réalité. La guerre leur avait toujours semblée drôle –les grandes personnes qui l'ont vécue leur font comprendre qu'elle est tragique ; le mal leur avait toujours paru dérisoire –il devient paniquant lorsqu'il se trouve en soi et qu'il est incontrôlable. Anubis surgit une nuit dans les rêves de David et le guérit de sa peur des figures d'angoisse fictives pour lui inoculer la peur du réel.

« Je rêvais du dieu des morts Anubis. Il s'avançait vers moi, j'étais terrorisé. Je me suis réveillé. Anubis était toujours là, il continuait d'avancer. Soudain, tout s'est arrêté. Il n'y avait plus que l'ombre de l'armoire qui avait vaguement la forme d'un chacal. Depuis, je peux avoir peur des gens, de la vie, de l'avenir. Mais je n'ai pas peur des fantômes, des diables, des sorcières, des vampires »

L'épilepsie de Jean-Christophe perturbe aussi la famille et David raconte leur « grande ronde des médecins ». On imagine une époque moins sensibilisée que la nôtre à l'épilepsie. le cas de Jean-Christophe est atypique et suscite différentes réactions du milieu médical, de l'incompréhension avouée au fanatisme inquiétant en passant par l'incompétence dangereuse (« Madame, votre fils est méchant ! »). Alors que Jean-Christophe doit bientôt se faire lobotomiser partiellement, celui-ci découvre la macrobiotique de Georges Oshawa. C'est l'occasion ou jamais d'échapper aux chirurgiens, même s'il faut pour cela changer tout le mode de vie d'une famille qui, jusque-là, avait vécu sans jamais se soucier des préceptes macrobiotiques.

L'ascension du haut mal n'est que le premier volume d'une série qui en comporte six. La conclusion de ce premier épisode paraît donc surprenante pour ne pas dire tristement cynique : effectuer l'ascension du haut mal semble devoir nécessiter de passer par la phase de la guérison. Utiliserait-on trop souvent ce terme à mauvais escient ? La guérison n'est-elle qu'une aggravation d'un état pathologique ? Un terme servant à masquer l'incompétence du corps médical et de l'entourage ? Il nous faut retrouver David rapidement pour le savoir.
Lien : http://colimasson.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
jamiK
  01 janvier 2018
J'avais été habitué dans mes lecture de l'oeuvre de David B. à quelque chose qui se rapproche plus du conte. Ce roman graphique est en fait une autobiographie où ressort en particulier la présence de ce frère épileptique, d'où le titre « Le Haut Mal ». Mais on découvre l'origine de son goût pour les scènes de batailles chevaleresques, l'histoire héroïque, à travers son enfance, avec toutes ses dérives d'alors, fascination de la guerre, de l'héroïsme, de la force et de la puissance (Michel Strogoff, Gengis Khan, et jusqu'à Hitler...). Et on suit son évolution à travers ses questionnements, la première guerre mondiale avec son grand-père maternel, la seconde guerre avec l'autre grand-père, la guerre d'Algérie, le racisme, et puis d'un autre côté, la maladie de son grand frère, les charlatans qui essaie de profiter de la crédulité de ses parents... Les illustrations sont en noir et blanc, uniquement en aplats, fortement contrasté, avec un côté naïf qui dérive vers le fantastique, reprenant le style d'anciennes gravures et enluminures, historiques, religieuses ou carrément mystiques. Les sujets graves sont abordé comme il a pu les concevoir dans son enfance, avec un détachement naïf, parfois maladroit et c'est de là que naît la grandeur de cette oeuvre, impressionnante, tragique. J'ai adoré le décalage entre l'illustration fantastique et le texte plus prosaïque, j'ai adoré ce voyage initiatique raconté avec les yeux de l'enfant qui rêve de héros, ce jeu de contraste entre le monde idéalisé et le monde réel. J'avoue avoir été surpris et secoué par cette lecture, vraiment très forte, très marquante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
Vexiana
  12 mars 2017
A travers cette BD, David B. revient sur un son enfance et sa vie par le biais de la maladie de son frère : l'épilepsie, le Haut Mal.
Dans ce premier tome, c'est les début du calvaire. David B. (alias Pierre-François) est encore un tout petit garçon et ces premières pages sont racontées comme nous apparaissent nos souvenirs les plus anciens : quelques scènes, un peu décousues, qui se succèdent sans trop de cohérence. Les passions de chacun, les histoires qu'on raconte, la vie d'une fratrie avec ses aventures, ses amis...Et puis arrive la première crise suivie des premiers examens. Le reste du quotidien commence a devenir secondaire face aux crises qui arrivent sans prévenir...Une histoire sincère et profonde qui utilise de façon magistrale un symbolisme intelligent et abouti.
Commenter  J’apprécie          92
TwiTwi
  01 septembre 2010
L'Ascension du Haut Mal est l'histoire autobiographique d'un petit garçon fasciné par l'histoire et les grandes batailles, dont le grand frère est sévèrement épileptique. La dynamique familiale est toute entière accaparée par la maladie du fils aîné et va façonner la vision du monde de Pierre-François, de façon plutôt torturée.
David n'est autre que le Pierre-François du début de l'histoire, qui changera de nom en grandissant. Cette histoire vraie est poignante de justesse et d'introspection. Dans les tomes où il est enfant, le lecteur pourra littéralement ressentir ses sentiments d'enfant face à la maladie de son frère et l'obsession de sa guérison qui oriente toute la famille dans une même direction. Il parle par association d'idées, un peu comme s'il se trouvait sur le divan d'un psychanalyste. Car on sent dans cette série dessinée le besoin d'exorciser ce malheur qui a conditionné sa vie.
Enfant il nous raconte son attirance pour les grandes batailles, adulte il nous fait part de ses rêves. Tout cela avec une honnêteté qui lui vaudra même de se disputer avec ses parents après la parution du troisième tome.

Le dessin est en noir et blanc, pesant, surtout les pages où il raconte ses rêves. Des monstres animent fréquemment les planches, ces démons intérieurs et la personnification de l'épilepsie de son frère aîné. On pourra littéralement voir sur le dos des bandes dessinées, ainsi que sur la couverture et la quatrième de couverture "l'ascension du haut mal". le haut mal étant le nom ancien donné à l'épilepsie.
L'Ascension du Haut Mal n'est pas une lecture facile mais c'est une lecture nécessaire pour les vrais amateurs de bandes dessinées, de part l'originalité du dessin mis au service du fond et pour ceux qui s'intéressent aux "tranches de vie".

Lien : http://ledragongalactique.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Gregor
  10 octobre 2011
Un classique du neuvième art tiré de faits bien réels. Des trouvailles narratives à la pelle. Cette série a marqué de nombreux lecteurs par son expression émouvante et passionnante. David B. est d'ailleurs aujourd'hui un auteur reconnu par son style onirique et la force de ses récits. Celui-ci est certainement le plus intime, le plus incarné aussi. Raconter la maladie et l'inquiétude qui va avec demande toujours beaucoup de recul et de gravité. David B. s'y emploie avec brio et un aplomb intrinsèque. Ses pages sont pour moi l'exposé d'un refuge, le parcours d'une souffrance latente, le témoignage d'une enfance privée d'insouciance. Il affronte des fêlures intérieures inguérissables.
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
colimassoncolimasson   29 mai 2013
Je me bats contre la blanquette de veau, contre le bœuf aux carottes, contre le steak saignant, contre les saucisses de Strasbourg et de Francfort. Je ne sors pas souvent vainqueur de ces combats.
- Fafou, tu ne sors pas de table tant que tu n’as pas fini !
A présent, je suis ravi. J’adore le riz, ça tombe bien ! J’ai plein d’amis : le riz complet, le boulgour, le miso, le gomasio, le tamari, le Kouzou, le thé mu, le thé de trois ans, les izikis, les umebozis… C’est vrai, ce changement d’alimentation me soulage. Je commençais à renâcler contre la nourriture. C’est elle qui me mangeait. Je ne trouve pas la paix intérieure, mais je fais la paix avec mon assiette.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
colimassoncolimasson   19 mai 2013
Je n’ai pas peur. Je n’ai plus peur depuis un rêve que j’ai fait. Je dormais chez mes grands-parents. Je rêvais du dieu des morts Anubis. Il s’avançait vers moi, j’étais terrorisé. Je me suis réveillé. Anubis était toujours là, il continuait d’avancer. Soudain, tout s’est arrêté. Il n’y avait plus que l’ombre de l’armoire qui avait vaguement la forme d’un chacal. Depuis, je peux avoir peur des gens, de la vie, de l’avenir. Mais je n’ai pas peur des fantômes, des diables, des sorcières, des vampires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
colimassoncolimasson   23 mai 2013
Puis les crises reviennent petit à petit. On sait quand il va en avoir une. D’un coup, il s’arrête de parler et de bouger. Il devient tout rouge, prend un sourire idiot et nous cherche des yeux comme pour se raccrocher à nous. Tout à coup, il part sur le côté en gémissant. Ses membres sont raides, il a les yeux révulsés, il bave un peu. Parfois, la crise s’arrête là, parfois, il revient un peu à lui, se détend, mais garde les yeux vagues. On dirait qu’il hésite, à la lisière entre deux mondes. Puis il replonge à nouveau. Quand il émerge, il nous regarde étonné.
- Tu as eu un malaise mon chéri.
- C’est pas vrai !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
VanessaVVanessaV   19 mars 2015
J'observe bien les crises de mon frère et un jour je me lance dans un jeu terrible.
- C'est facile de te faire avoir une crise. J'ai bien vu moi, t'as un malaise quand t'es énervé!
C'est vrai quand il est contrarié ou mal à l'aise ça ne rate jamais.
- Hé, hé, hé! Tu vas avoir une crise!
- Arrête! T'es fou!
- Hé, hé, hé! Regarde! T'es déjà tout rouge!
Soudain, j'ai peur de ce que je suis en train de faire. J'ai un pouvoir terrifiant sur mon frère, j'en prends conscience. Je ne recommencerai jamais ce jeu. J'ai le sentiment d'avoir grandi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
colimassoncolimasson   25 mai 2013
Il explique que c’est une opération très délicate, que si son bistouri taille un demi-millimètre à côté, mon frère sera aveugle. Il énumère tout ce qui risque d’arriver s’il loupe son coup. S’il taille là, mon frère perd l’usage de ses membres, là, il perd l’usage de son bras droit, là de ses jambes, là il sera sourd… Ma mère s’évanouit. Le professeur T. la rassure : rien de tout ça n’arrivera car il est d’une habilité hors du commun. Les dégâts seront limités. Il perdra son champ visuel sur les côtés.
- Alors il ne pourra plus voir sur les côtés ?
Et il sera paralysé deux jours après l’opération.
- S’il veut regarder sur les côtés, il tournera la tête, c’est tout !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de David B. (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David B.
David B. et Giorgio Albertini en interview sur planetebd.com
autres livres classés : epilepsieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
969 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre