AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782226458490
256 pages
Éditeur : Albin Michel (03/03/2021)

Note moyenne : 3.3/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Lorsqu'elle perd son poste de rédactrice dans une agence de pub, Dija se voit proposer de rejoindre une entreprise d'insertion par la cuisine. L'atmosphère est chaleureuse et sympathique, les effluves délicieux et le casting relevé : il y a Véronique, l'infirmière en burn-out ; Jean, le grand timide ; Gérald, un repris de justice à la petite semaine ; Johnny-Bryan, un altruiste opposé à l'idée même de travail... d'autres personnages non moins attachants et hauts en ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
beatriceferon
  08 mai 2021
A-t-on idée de s'appeler Khadija Ben-Abdelhilalilakbir ? Dans une société où « la communication est "com" et la publicité "pub" », elle, elle se nommera Dija Ben. Dans l'agence, elle travaille comme rédactrice, ce qui lui plaît car elle aime le beau langage et les mots. Malheureusement, elle se rend compte que tout ça, c'est du passé. « Je n'ai pas su négocier le virage du numérique, alors que les publications dont j'avais la charge s'allégeaient et se dématérialisaient. » Aussi, tout comme on l'a dépossédée de son nom, on l'a « spoliée de [son] gagne-pain ». En quelques minutes, sa vie vole en éclats. Elle est priée de « 1. Ramasser [ses] effets personnels. 2. Libérer le bureau . 3. Rentrer [se] reposer chez [elle]. »
C'est au moment où elle touche le fond que le grand patron « d'Araknid » envisage la création d'une cellule de reconversion qui accueillera chômeurs longue durée, migrants, exclus de la société. Ils travailleront en cuisine sous la houlette du chef Achour et prépareront le repas des employés. Une page web mettra en valeur cette innovation, c'est Dija qui en sera la responsable.
Après avoir lu « Le ciel sous ses pas », j'étais curieuse de découvrir ce que nous réservait Leïla Bahsaïn dans ce roman au titre surprenant.
En pénétrant dans le domaine d'Achour, on surprend sa brigade en plein coup de feu, l'un coupant les aubergines en tranches, l'autre préparant la garniture, de sorte qu'en formant une chaîne, ils arrivent en quelques minutes à un résultat qui aurait demandé plusieurs heures à un seul homme. Car c'est dans une cuisine que nous conduit l'auteure. C'est là que se retrouvent des êtres que la vie a malmenés et qui doivent suivre un stage destiné à les remettre sur pied et à les réinsérer.
Mais ne vous attendez pas à trouver ici une version papier des émissions culinaires à la mode. Leïla Bahsaïn a choisi cet endroit particulier pour croquer des portraits réalistes et très réussis de personnages assez surprenants. de cet introverti qui n'arrive pas à prononcer deux mots distinctement et sans bégayer, au repris de justice qui s'insurge contre tout ce qu'on lui propose, cachant sous sa jambe de pantalon un bracelet électronique et sous ses airs bravache et bougon un coeur somme toute assez tendre, en passant par l'infirmière énergique et grande gueule et l'adulescent désemparé, l'auteure aligne d'une plume alerte les situations cocasses ou dramatiques. Ou plutôt non. Car ce n'est pas elle qui parle. Ce rôle, c'est celui de Dija. le zèle qu'elle apporte à sa tâche n'est plus reconnu en cette époque où, au travail bien fait, on préfère rapidité et tape-à-l'oeil. Comme on a donné sa place à un plus jeune, elle occupe ici, à l'essai, un poste d'observatrice. Après avoir fait connaissance avec « Les gens de la cuisine », elle en tirera des profils et fera connaître le rôle qu'ils jouent.
Leïla Bahsaïn excelle dans l'art de narrer avec verve mille épisodes du quotidien de ces mal aimés de la vie et du monde qui les entoure. Elle cible le détail qui fait mouche, telles ces « mains en pinces de crabe [qui] dessinent des filets d'huile et d'or. » Ce sont celles de la fille qui tente de manipuler légumes et ustensiles avec des doigts terminés par de faux ongles, beaucoup trop longs et épais. Les images sont justes et étonnantes. « Un bruit de gargarisme : la cafetière italienne sifflote ». Les passages comiques cèdent la place à l'émotion, voire aux larmes. « Vous connaissez pas la tétine ? C'est le pis de la meuh-meuh, le mamelon de la vache si t'aimes mieux », explique celle qui se délecte de ce mets étrange. Tandis que, lorsqu'on s'interroge sur les raisons de la désertion d'un des leurs, on apprend que « Elle l'a quitté (…) Elle les a abandonnés, le copain, le môme et même le clebs ». Pire, la gorge se noue quand on se rend compte qu'un des amis « est mort d'un coeur flemmard qui se laissait vivre. Ses problèmes de santé, il n'en avait jamais parlé. »
Pour diriger cette improbable brigade, il y a le chef Achour, toujours en train de houspiller les membres de son équipe : « Et vas-y battre ne serait-ce qu'une omelette avec des bras cassés ». « Vous passez au lavabo vous désinfecter les paluches, je vous équipe et Arbeit ! » Pourtant, malgré ses dehors bourrus, il a bon coeur. Il accueille tout le monde avec un surprenant café aromatisé à la cannelle, écoute avec patience chacun raconter sa vie, et, mine de rien, réussit à remonter le moral en soulignant les qualités de tous.
C'est un livre qui parle de valeurs fondamentales, d'entraide, de solidarité et transmet, malgré les mauvais coups du sort une formidable dose d'optimisme. Il m'a beaucoup plu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
livreclem
  16 avril 2021
Un livre un peu décevant qui pourtant trait une belle idée.
Celle d'un atelier de cuisine pour réinsérer des chômeurs de longue durée ou autre problèmes persistants. La narratrice vient de perdre son emploi, elle se fait recruter en free-lance par son ancien employeur pour raconter l'expérience d'un atelier de cuisine montée par la boîte pour redorer son blason au niveau "image sociale".
les personnages sont intéressants mais ça reste plat, banal, l'écriture est très scolaire, bref je ne suis pas rentrée dans le récit.
Commenter  J’apprécie          160
nouramarrakch
  17 avril 2021
Ce deuxième roman est pour moi un coup de coeur qui confirme le talent de l'auteure.
J'ai trouvé magique d'aborder d'une telle manière les thèmes sérieux du social tout en apportant de l'optimisme.
Le style est très bien travaillé avec des dialogues qui respectent le phrasé de chaque personnage, et la narratrice qui fait preuve de poésie, surtout pour parler d'amour. La cuisine est le prétexte du mille-feuille social.
J'ai trouvé le roman à la fois drôle et touchant. Je le recommande !
Commenter  J’apprécie          40
audeLOUISETROSSAT
  29 mars 2021
Des personnages malmenés par la vie vont être réinsérés par la cuisine. Leur projet : faire un repas inoubliable pour le Préfet. Malgré leurs vécus et leurs caractères, ils vont s'entraider, s'attacher les uns aux autres et relever les défis. Mention spéciale et réaliste pour les moments de solitude avec les conseillers ANPE 😱. Une plume drôle et bienveillante. Un agréable moment dans cette brigade !
Lien : https://www.instagram.com/p/..
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
audeLOUISETROSSATaudeLOUISETROSSAT   29 mars 2021
Sans m’avertir, ma mère maniait la propagande en mon nom. "Dija et Les Gens dans La Cuisine", c’est ainsi qu’elle a appelé la page Facebook dédiée aux amputés du travail et qui compte plus de trois mille abonnés.]
Commenter  J’apprécie          00

Video de Leila Bahsain-Monnier (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Leila Bahsain-Monnier
Leila Bahsaïn - Le ciel sous nos pas
autres livres classés : insertionVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les nourritures livresques : la cuisine dans la littérature

Qui est l'auteur de la célèbre scène où le personnage principal est assailli de souvenirs après avoir mangé une madeleine ?

Emile Zola
Marcel Proust
Gustave Flaubert
Balzac

10 questions
375 lecteurs ont répondu
Thèmes : gastronomie , littérature , cuisineCréer un quiz sur ce livre