AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791027805389
Éditeur : Le Castor Astral éditeur (16/08/2018)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Tout Paris est en émoi : la Joconde a été volée ! Très vite, les soupçons se tournent vers un improbable trio : Picasso, un mystérieux Géry et Apollinaire. Tandis que les deux premiers ont pris la fuite, le poète est incarcéré à la Santé. Dans le temps suspendu de la cellule, le romancier présente non plus un poète en vogue, avant-gardiste, mais un homme emmuré dans son corps et dans ses doutes. Une première épreuve, avant celle du front, et le retour à Paris du sol... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
fuji
  15 août 2018
Cet opus est découpé en trois zones.
Zone est le premier poème écrit par Apollinaire dans Alcools. Ce poème est la quintessence de son auteur, sans ponctuation ni métrique donc sans entraves, ces vers libres chantent la mélancolie de celui qui écrit pour exister. Les vers sont irréguliers ainsi que la strophe mais les images ainsi véhiculées sont abondantes, disparates entre monde ancien(mythologie) et monde moderne. le rythme est celui de l'imagination qui vagabonde comme l'eau coule dans une rivière et parfois en déborde.
Zone 1 :
Regard en retrait de ce qui arrive lorsque 3 trentenaires Picasso, Guillaume Apollinaire et Géry Pieret se mettent en tête de voler la Joconde. L'instigateur Picasso, fait faux bond aux deux autres pour cause de conquête amoureuse, mais nos deux lascars iront.
Le musée de nuit, l'errance qui s'en suit, la sortie victorieuse avec le trophée.
Regard affectueux, Franck Balandier s'amuse de cette situation avec toute la tendresse qu'il a pour son Apo. Tel un père qui raconterait les frasques de son fiston.
Puis c'est la prison « Il pose. Cette ardoise entre les doigts. Il aime bien l'identification, le numéro. Il réalise que, peut-être, cette image restera la seule, au plus profond de cette petite mort. Il faut sourire. Faire semblant. Il se demande à qui il devrait mourir, maintenant. Il se trompe de mot. Il a voulu dire sourire. La mort ne serait-elle qu'une affaire de sourire ? »
Incarcéré le jeudi 7 septembre 1911 à la maison de correction de Paris la Santé, il en sortit le mardi 12 septembre 1911, faute de preuves tangibles retenues contre lui.
Regard coloré voire bigarré pour nous faire vivre l'époque à travers les personnages : le gardien de musée aussi à l'étroit dans sa vie que dans sa cabine de fonction, la concierge qui voit la vie et les autres par le prisme de sa vie uniquement la sienne, les enquêteurs qui eux ont d'autres distractions que cette enquête. Pour le juge chargé de l'affaire un certain Joseph-Marie Dray, l'auteur a eu raison de changer son patronyme, car son portrait page 44 est un exemple pour illustrer la liberté du romancier face à la réalité, et combien l'imaginaire peut être ardent.
Dans cette zone souffle le comique d'un Chaplin, du grand art qui va du registre de la tendresse à celui de la bouffonnerie comme un fil tendu au-dessus de la réalité.
Zone 2 :
La mort. « Il n'avait pas si peur de mourir, Wilhem, il craignait seulement une mort trop ordinaire pour lui, trop triviale pour correspondre à l'idée qu'il se faisait de ses funérailles. Lui, qui avait mis tant d'années et consenti tant d'efforts pour devenir un « garçon bien », un « bon Français », pour effacer l'image du Russe émigré qui lui collait à la peau, pour obtenir enfin ses papiers, en bonne et due forme, Wilhem Kostrowitsky, dit Guillaume Apollinaire, homme de lettres, de nationalité française acquise par naturalisation, ce n'était déjà pas si mal, allait mourir français, emporté par la grippe espagnole. »
Apo s'éteint, Paris est fébrile, la guerre se termine, les rues bruissent des flots de Bretons qui arrivent pour s'installer dans la capitale.
Franck Balandier nous peint cela, en tableaux colorés et sensuels à la manière de Renoir.
Zone 3 :
L'auteur sait de quoi il parle « Les murs quand ils sont suffisamment hauts, sont des pansements. Ils cachent. Il en va ainsi des hôpitaux, des prisons et des cimetières. »
Là l'imaginaire l'emporte, le poète se réveille, telle une amazone chevauchant sa monture, sous les traits d'Elise, la cellule d'Apo est visitée une dernière fois, avant la démolition de la Santé, un poème reste écrit sur le mur… ?
Les poètes meurent mais leurs poèmes vivent, pour nous faire exsuder les bons et moins bons souvenirs. Ainsi voguent les réminiscences sur lesquelles se construisent les adultes que nous sommes, consentants ou pas.
Une lecture comme je les aime, d'un opus inspiré, porté par une écriture poétique et des flamboyances stylistiques que n'aurait pas renié Apollinaire lui-même.
Un poète qui est depuis longtemps le compagnon de route de l'auteur.
Franck Balandier commence sa partition en soliste virtuose et entraîne dans le sillage de ses mots tout l'orchestre des lecteurs.
Chantal Lafon-Litteratum Amor 15 aout 2018.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
DOMS
  27 août 2018
APO, un roman que l'on ne peut pas lâcher tant l'envie est forte de suivre Apollinaire à deux moments de sa vie, dans ses frasques, ses amours, son écriture, mais aussi sa guerre, sa mort.
Il y a trois Zones dans APO, trois époques, trois tranches de vie.
De la vie d'Apollinaire d'abord. En 1911, sans doute sur l'impulsion de Picasso, Apollinaire et Géry décident d'aller de nuit au Louvre pour tenter de rapporter au peintre les statuettes qu'il leur a demandé… de rapporter allez-vous dire ? Enfin, de voler, ou d'emprunter bien sûr. Au hasard des galeries passant sans vergogne devant les gardiens endormis, ils trouvent leurs statuettes et décident d'emporter également le tableau le plus célèbre du musée, La Joconde de Léonard de Vinci… Mais les enquêteurs ont tôt fait de remonter jusqu'au poète, et APO va passer quelques jours dans la cellule 5 de la déjà sordide prison de la Santé à Paris sous le numéro de matricule 123 216, du 7 au 12 septembre 1911.
Et l'auteur nous régale avec un juge comme on n'en fait plus, des policier enquêteurs amateurs de catch, des photographes de prison qui n'ont rien d'artistique. Il restitue également les états d'âme d'un Guillaume Apollinaire qui pense si fort à sa Marie (Laurencin) et au ciel par-dessus les toits, même en captivité son imagination et son talent s'expriment, même pour dire le vide, l'ennuie ou l'absence. Cette expérience le marquera, y compris dans sa créativité.
Des derniers jours de la vie d'Apollinaire ensuite, quand en 1918, revenu du front, survivant des horreurs de cette guerre, il se meurt à Paris de cette grippe espagnole qui a décimé tant d'hommes en Europe. le poète se remémore ses amours enfuis, les prénoms de ses belles, leurs caresses et celles du soleil sur sa peau, mais il sait aussi que sa fin est proche, inéluctable.
Enfin, l'auteur nous entraine en 2015 dans la cellule d'Apollinaire, dans cette prison de la Santé insalubre qui va enfin être rénovée. En conservant toutefois le mur extérieur classé monument historique (on a les monuments qu'on peut dans certains quartiers !). Il fait entrer en scène la belle Elise.
Lisez ce livre, et peut-être comme moi allez-vous suivre le poète, ses vers, sa folie douce, ses espoirs et ses aventures, apprécier la langue et les mots de Franck Balandier, denses, mordants, et tellement réalistes dans leur démesure.
Chronique complète sur le blog Domi C Lire : https://domiclire.wordpress.com/2018/08/23/apo-franck-balandier/

Lien : https://domiclire.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
bananenstrat
  28 septembre 2018
Apo, livre de Franck Balandier .
Apo, diminutif de Apollinaire, car c'est bien Guillaume Apollinaire qui est le personnage central de ce livre. Central car l'auteur va développer toute une galerie de personnages secondaires.
Le livre se divise en 3 « zones », le terme « zone » renvoyant au célèbre poème du même nom.
La première zone nous raconte l'histoire du vol de la Joconde par Apollinaire et un de ses acolyte, opération commanditée par Picasso lui-même. Cette frasque va conduire le poète entre les murs d'une cellule de la prison de la Santé.
La seconde zone représente les derniers jours de la vie du grand homme qui, ayant échappé à la mitraille de la grande guerre, et au maladies vénériennes, va succomber à la gripper espagnole.
La troisième zone met en scène une jeune chercheuse qui part à la recherche d'elle même, en examinant les traces laissées par Apollinaire lors de son passage en prison.
Enfin le livre se conclut sur un épilogue en forme d'apothéose absolu où tous les liens sont rompus.
Ce livre est une très bonne surprise. On suit les péripéties méconnues de la vie du poète à travers la plume agile de Franck Balandier. Une plume agile et lyrique mais qui nous entraîne vers des recoins tourmentés et poisseux de l'âme humaine.
Les personnages secondaires ouvrent des tableaux digressifs noirs et riches d'expériences sordides. Ils forment un réseau qui rend parfaitement l'ambiance début de siècle dans laquelle sont nés les poèmes d'Apollinaire.
On sent d'ailleurs la présence d'Apollinaire dans le style, les images, tout au long du livre. Et les références poétiques sont nombreuses.
Le roman condense aussi tout un questionnement sur l'enfermement : l'enfermement pénitentiaire, mais aussi l'enfermement dans un cadre qui perturbe la jeunesse du personnage féminin de la troisième zone.
On pourrait aussi parler de l'enfermement dans un délire, ce qu'il arrive à l'Apollinaire mourant, avant la délivrance de son dernier soupir.
Un livre que je recommande sans hésiter pour sa densité et sa profondeur.
Je salue au passage le travail d'édition du Castor Astral, avec cette couverture en forme d'oeilleton très astucieuse.
Je remercie donc cet éditeur, ainsi que Babelio de m'avoir donné l'opportunité de découvrir ce livre via l'opération Masse critique de Septembre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
jostein
  21 août 2018
2018, centenaire de la mort d'Apollinaire mais aussi centenaire de la fin de la grande guerre et année de réouverture de la prison de la Santé. Des liens qui permettent à Franck Balandier de construire son récit pour nous faire découvrir Guillaume Apollinaire, poète célèbre mais surtout un homme sensuel voire lubrique et fantaisiste.
Le roman se compose de trois parties.
Tout commence dans la fantaisie. Nous suivons Apollinaire et son ami douteux Géry en plein cambriolage au musée du Louvre. Ils fuient sous une pluie battante avec deux statuettes et la célèbre Joconde. Picasso qui devait être de la partie ne fut pas au rendez-vous. Ce don juan devait être bien occupé.
Si Géry s'enfuit avec le butin, Guillaume est arrêté pour complicité. En septembre 1911, le poète passe cinq jours à la prison de la Santé. Ce qui nous vaut le plus beau moment du livre. Balandier, ancien éducateur de prison, connaît bien cette atmosphère.
« La prison est une interminable attente. »
Guillaume s'évade avec ses mots, pensant à Marie Laurencin.
La seconde partie nous emmène en novembre 1918, à la fin de la grande guerre. Wilhelm Kostrowitsky, émigré russe, dit Guillaume Apollinaire ne mourra pas de cet éclat brillant à la tempe mais de la grippe espagnole qui finira par faire plus de ravage que la guerre et autant de peur et de scandale que notre virus H1N1.
« Il est des maladies inventées, dont les morts, au fond du couloir, en sortant de l'ascenseur, sont des promesses de fortunes immédiates. »
Quelle tristesse de mourir la veille de l'armistice alors que ce grand poète au regard brouillé espérait encore étreindre le jeune corps de Mona rencontrée au café de Flore.
« Homme à femmes. Il aime que ses amis le voient ainsi. Et même s'il ne possède pas le physique de l'emploi. »
L'homme séduit par sa poésie.
Même un siècle plus tard…En 2015, Elise Seyveras se rend à la prison de la santé juste avant sa démolition. Dans le cadre de sa thèse, elle veut visiter la cellule où Apollinaire a passé quelques jours.
« Les murs de prison sont des histoires à fleur de peau. »
Ceux-ci lui rappellent les heures sombres de l'internat où ses parents l'avaient envoyée.
Quel enchantement quand elle découvre un poème de la main d'Apollinaire sur le mur à côté des latrines!
« Où vont mourir les poètes aux murs des prisons, quand ils ont déjà fini d'exister?
Un homme est passé par là. Il se nommait Guillaume Apollinaire. Il écrivait. Il n'a pas cessé d'écrire. Sur des papiers, des bons de cantine, des vieux journaux, sur les murs aussi. Il a écrit partout. Et tout doit disparaître. »
Dans ce roman, Franck Balandier compose autour de faits réels. Sur ce fil ténu du passé d'Apollinaire, il brode des vies. Une ronde de personnages ( un gardien de musée, un voisin, un catcheur, un arbitre, un gardien de prison, un tenancier de bordel…) s'invite et accompagne le poète. Jusqu'à cette jeune étudiante, son amour de jeunesse et sa mauvaise rencontre qui nous vaut une fin spectaculaire.
Le tout dans un style remarquable, non dénué d'humour et de fantaisie, et avec un regard acéré sur la société actuelle.
Lien : https://surlaroutedejostein...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Antoine_Libraire
  28 septembre 2018
Entre déclaration d'amour à la poésie et regard acéré sur le milieu carcéral, Franck Balandier nous offre une fois de plus un roman où son mordant et sa justesse font des merveilles.
Apollinaire est le personnage idéal pour un roman de Franck Balandier qui mélange poésie et gouaille, sensualité et humour avec bonheur et sensibilité.
Fondant en un seul récit fiction et réalité, l'auteur imagine, autour de l'incarcération du poète en 1911 à la prison de la Santé, un récit où se mêlent grands noms de la littérature et petites gens du Paris populaire.
En hommage à celui qui écrivit « l'enlèvement des Sabines » et « Mon très cher petit Lou », Franck Balandier érotise toutes ces petites histoires dans la Grande.
Le récit est découpé en 3 zones (qu'on se souvienne du poème qui ouvre Alcools).
Si la dure réalité rattrape le noceur des nuits parisiennes en l'enfermant en cellule, c'est le monde mis à feu et à sang qui aura raison du poète.
Et la zone 3 n'est pas très optimiste puisque la barbarie semble être de retour aujourd'hui nous dit Franck Balandier. Déjà que les murs des prisons deviennent des monuments historiques pendant que l'on enseveli sous les gravats les mots du poète. de nouveaux « va t en guerre » font leur apparition.
Mais ne vous laissez pas abattre ! Ce livre est plein d'humour, de tendresse et de sensualité.
Franck Balandier a la plume équilibriste lui permettant de succiter chez le lecteur et la lectrice rire et émoi, peine et joie.
Son Apo se jour des codes dans un long poème qui rend un hommage vibrant et sensuel à celui par qui la poésie entra dans le 20ème siècle.
L'auteur en profite pour tailler un costard au monde carcéral (qu'il connaît bien) en sortant des statistiques pour replacer au plus près de la peau l'ignominie de l'enferment et de la déshumanisation.
Gros coup de coeur de cette rentrée.
Lien : https://bonnesfeuillesetmauv..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
david19721976david19721976   18 septembre 2018
Jonas. Janus. Un petit dieu perdu dans les entrailles de la prison. La prison, monstrueuse baleine qui engloutit, mais ne broie jamais ses proies. Qui les recrache au rivage lorsqu'elles ont suffisamment expié, prié. Qui les régurgite sur un trottoir, au 42, rue de la Santé.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Franck Balandier (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Franck Balandier
Franck Balandier vous présente son ouvrage "Apo" aux éditions Castor astral.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2235876/franck-balandier-apo
Notes de Musique : Audio Library YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : prisonsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1544 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre