AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : Seuil - l'Intégrale (01/01/1900)

Note moyenne : 2.81/5 (sur 13 notes)
Résumé :
L'« histoire », ici, se confond avec les histoires du texte. Autre étude de femme est en effet un « puzzle » constitué de fragments d'origines diverses. Plusieurs sont empruntés à « Une conversation entre onze heures et minuit », texte que Balzac a publié en 1832 dans Les Contes Bruns, recueil collectif et anonyme. D'autres sont plus tardifs (1838-1842). Le romancier les a réunis en 1842 dans le second volume de l'édition Furne (tome II des Scènes de la vie privée) ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
AMR
  24 mars 2017
La littérature critique nous apprend que cette étude est en fait la réunion de plusieurs textes écrits entre 1838 et 1842. le titre au singulier peut alors étonner, mais se justifier cependant, puisque le fil conducteur semble être de faire le portrait de la femme de goût, de la « femme comme il faut ».
Dans la version qui nous occupe ici, l'étude est présentée sous la forme d'une conversation entre les personnes conviées à rester en deuxième partie de soirée dans un salon où nous retrouvons des personnages connus et familiers de la Comédie Humaine. Ces « secondes soirées » réunissaient des intimes, une fois le « raout » terminé, et se prolongeaient assez tard dans la nuit selon, précisément, les hasards de la discussion, quelquefois autour d'un thème lancé par la maîtresse de maison ; ici, à partir de deux heures du matin, le débat porte sur « les changements qui se sont opérés dans la femme française ».
En plus du récit cadre à la première personne qui sert d'introduction ou de préambule, plusieurs narrateurs prennent successivement la parole et les récits s'enchainent, sans véritable plan ; j'ai eu un peu l'impression de lire des notes de travail, comme le brouillon d'un essai, comme si Balzac nous invitait dans son travail de réflexion. C'est d'autant plus vrai que, malgré une certaine progression dans les sujets évoqués, il n'y a pas vraiment de chute ou de conclusion générale.
Cela reste une lecture intéressante pour les portraits de femmes et la peinture d'une époque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
PtitVincent
  06 juin 2020
Cette nouvelle regroupe en réalité quatre textes écrits précédemment et réunis ici à l'occasion d'une édition complète de "La comédie humaine". On pourrait même dire que Balzac a inventé le recyclage (littéraire, en tout cas). Tout se passe durant le salon de Madame des Touches. Après la musique et les bons mots, en fin de soirée, quelques personnes soigneusement choisies se retrouvent autour d'une table et commencent à se raconter : ainsi de Marsay raconte son premier amour, Émile Blondet nous parle de la femme "comme il faut" (avec tous les poncifs de l'époque), le général Montriveau nous raconte le conflit entre un capitaine et un colonel autour d'une femme, enfin Bianchon rapporte aux autres invités une histoire racontée par un notaire de province, où un amant sera emmuré vivant. Mais si la construction peut paraître ingénieuse, les récits et leurs styles s'emboîtent plutôt mal et l'ensemble parait déséquilibré. L'ensemble semble plutôt bricolé à la va-vite. Certains récits auraient mérité un développement, notamment la dernière histoire, digne de certaines nouvelles De Maupassant, parmi les meilleures. le verbiage de Blondet parait en comparaison totalement insipide. Au final quelques bonnes pages, certains portraits réussis, des histoires d'amour controversées où la femme est souvent la seule et unique victime… et quelques pages ennuyeuses comme savait aussi en écrire Balzac.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Laureneb
  12 mai 2019
Dans le salon d'une femme du monde, les invités privilégiés parlent des relations hommes/femmes et de l'amour, pour parvenir à tracer le portrait de la "femme comme il faut", qui doit avoir l'élégance, l'esprit, le raffinement, la noblesse... Cette Parisienne ne peut être provinciale, cette noble oisive ne peut être une bourgeoise active, cette femme passionnée ne peut être attachée à son mari. Il y a une analyse presque sociologique De Balzac, assez drôle à lire, dans cette "étude".
Cependant, les récits s'emboîtent mal les uns dans les autres, certains sont trop allusifs - un capitaine et un colonel se disputant la même femme durant la Retraite de Russie auraient mérité un roman.
Commenter  J’apprécie          40
lehibook
  12 juin 2020
Longue nouvelle qui adopte la forme classique des récits emboîtés : des personnes réunies (ici tous de protagonistes majeurs de la Comédie Humaine) racontent chacune à leur tour une histoire . Trois de ces quatre récits sont intéressants . Celui de de Marsay explique le caractère de cet impitoyable séducteur.Celui de Blondet est le moins fort , tournant autour d'une réflexion sur les femmes.Le Général de Montriveau raconte un épisode horrible de la retraite de Russie. Enfin , le dernier rapporté par Bianchon ,La Grande Bretèche, à partir d'une situation de théâtre(je pense au mariage de Figaro) aboutit à une situation digne d'Edgar Poe en horreur.
Commenter  J’apprécie          40
DidierLarepe
  14 juillet 2016
Une histoire digne d'E.Poe : un mari qui fait emmurer vivant l'amant de sa femme après qu'il se soit caché dans un placard. L'histoire est écrite de manière très particulière, chaque invité au cours d'une soirée étant invité à raconter un histoire : on se perd assez vite dans une intrigue qui ne semble avoir aucune structure jusqu'à ce qu'on arrive à cette histoire d'un médecin et de cet emmurement, comme un dénouement qui a lui seul éclaire tout le reste et finalement ce qui pourrait être considéré que comme une attente savamment écrite pour mieux apprécier la chute.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   28 février 2014
Ces fleurs de Paris éclosent par un temps oriental, parfument les promenades, et, passé cinq heures, se replient comme les belles-de-jour. Les femmes que vous verrez plus tard ayant un peu de leur air, essayant de les singer, sont des femmes comme il en faut ; tandis que la belle inconnue, votre Béatrix de la journée, est la femme comme il faut. Il n’est pas facile pour les étrangers, cher comte, de reconnaître les différences auxquelles les observateurs émérites les distinguent, tant la femme est comédienne, mais elles crèvent les yeux aux Parisiens : c’est des agrafes mal cachées, des cordons qui montrent leur lacis d’un blanc roux au dos de la robe par une fente entrebâillée, des souliers éraillés, des rubans de chapeau repassés, une robe trop bouffante, une tournure trop gommée. Vous remarquerez une sorte d’effort dans l’abaissement prémédité de la paupière. Il y a de la convention dans la pose. Quant à la bourgeoise, il est impossible de la confondre avec la femme comme il faut ; elle la fait admirablement ressortir, elle explique le charme que vous a jeté votre inconnue. La bourgeoise est affairée, sort par tous les temps, trotte, va, vient, regarde, ne sait pas si elle entrera, si elle n’entrera pas dans un magasin. Là où la femme comme il faut sait bien ce qu’elle veut et ce qu’elle fait, la bourgeoise est indécise, retrousse sa robe pour passer un ruisseau, traîne avec elle un enfant qui l’oblige à guetter les voitures ; elle est mère en public, et cause avec sa fille ; elle a de l’argent dans son cabas et des bas à jour aux pieds ; en hiver, elle a un boa par-dessus une pèlerine en fourrure, un châle et une écharpe en été : la bourgeoise entend admirablement les pléonasmes de toilette.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
AMRAMR   24 mars 2017
Un seul mensonge détruit cette confiance absolue qui, pour certaines âmes, est le fond même de l'amour. Pour vous exprimer ce qui se fit en moi dans ce moment, il faudrait admettre que nous avons un être intérieur dont le nous visible est le fourreau, que cet être, brillant comme une lumière, est délicat comme une ombre... Eh ! bien, ce beau moi fut alors vêtu pour toujours d'un crêpe. Oui, je sentis une main froide et décharnée me passer le suaire de l'expérience, m'imposer le deuil éternel que met en notre âme une première trahison.

[…]

Il y a toujours un fameux singe dans la plus jolie et la plus angélique des femmes ! À ce mot, toutes les femmes baissèrent les yeux comme blessées par cette cruelle vérité, si cruellement formulée.

[…]

Guéri de mon rhume et de l'amour pur, absolu, divin, je me laissai aller à une aventure dont l'héroïne était charmante, et d'un genre de beauté tout opposé à celui de mon ange trompeur. Je me gardai bien de rompre avec cette femme si forte et si bonne comédienne, car je ne sais pas si le véritable amour donne d'aussi gracieuses jouissances qu'en prodigue une si savante tromperie.

[…]

Elle me dit tout ce que j'avais le droit de lui dire avec une simplicité d'effronterie, avec une témérité naïve qui certes eussent cloué sur place un autre homme que moi.
— Qu'allons-nous être, pauvres femmes, dans la société que nous fait la Charte de Louis XVIII ! ... (Jugez jusqu'où l'avait entraînée sa phraséologie.)
— Oui, nous sommes nées pour souffrir. En fait de passion, nous sommes toujours au-dessus et vous au-dessous de la loyauté. Vous n'avez rien d'honnête au coeur. Pour vous l'amour est un jeu où vous trichez toujours.
— Chère, lui dis-je, prendre quelque chose au sérieux dans la société actuelle, ce serait filer le parfait amour avec une actrice.
— Quelle infâme trahison ! Elle a été raisonnée...
— Non, raisonnable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AMRAMR   24 mars 2017
Entre tous, l'hôtel de madame d'Espard, célèbre d'ailleurs à Paris, est le dernier asile où se soit réfugié l'esprit français d'autrefois, avec sa profondeur cachée, ses mille détours et sa politesse exquise. Là vous observerez encore de la grâce dans les manières malgré les conventions de la politesse, de l'abandon dans la causerie malgré la réserve naturelle aux gens comme il faut, et surtout de la générosité dans les idées. Là, nul ne pense à garder sa pensée pour un drame ; et, dans un récit, personne ne voit un livre à faire. Enfin le hideux squelette d'une littérature aux abois ne se dresse point, à propos d'une saillie heureuse ou d'un sujet intéressant.

[…]

Ne fallait-il pas ce préambule pour vous initier aux charmes du récit confidentiel par lequel un homme célèbre, mort depuis, a peint l'innocent jésuitisme de la femme avec cette finesse particulière aux gens qui ont vu beaucoup de choses et qui fait des hommes d'état de délicieux conteurs, lorsque, comme les princes de Talleyrand et de Metternich, ils daignent conter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
AMRAMR   24 mars 2017
— Aussi l'esprit de la femme comme il faut, quand elle en a, reprit Blondet, consiste-t-il à mettre tout en doute, comme celui de la bourgeoise lui sert à tout affirmer. Là est la grande différence entre ces deux femmes : la bourgeoise a certainement de la vertu, la femme comme il faut ne sait pas si elle en a encore, ou si elle en aura toujours ; elle hésite et résiste là où l'autre refuse net pour tomber à plat. Cette hésitation en toute chose est une des dernières grâces que lui laisse notre horrible époque. Elle va rarement à l'église, mais elle parlera religion et voudra vous convertir si vous avez le bon goût de faire de l'esprit fort, car vous aurez ouvert une issue aux phrases stéréotypées, aux airs de tête et aux gestes convenus entre toutes ces femmes.[…]
Aussi, reprit Blondet, la femme comme il faut vit-elle entre l'hypocrisie anglaise et la gracieuse franchise du dix- huitième siècle ; système bâtard qui révèle un temps où rien de ce qui succède ne ressemble à ce qui s'en va, où les transitions ne mènent à rien, où il n'y a que des nuances, où les grandes figures s'effacent, où les distinctions sont purement personnelles. Dans ma conviction, il est impossible qu'une femme, fût-elle née aux environs du trône, acquière avant vingt-cinq ans la science encyclopédique des riens, la connaissance des manèges, les grandes petites choses, les musiques de voix et les harmonies de couleurs, les diableries angéliques et les innocentes roueries, le langage et le mutisme, le sérieux et les railleries, l'esprit et la bêtise, la diplomatie et l'ignorance, qui constituent la femme comme il faut.

[…]

— Où classeriez-vous la femme-auteur ? Est-ce une femme comme il faut ?
— Quand elle n'a pas de génie, c'est une femme comme il n'en faut pas, répondit Émile Blondet en accompagnant sa réponse d'un regard fin qui pouvait passer pour un éloge adressé franchement à Camille Maupin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AMRAMR   24 mars 2017
Depuis cinquante ans bientôt nous assistons à la ruine continue de toutes les distinctions sociales, nous aurions dû sauver les femmes de ce grand naufrage, mais le Code civil a passé sur leurs têtes le niveau de ses articles.
Quelque terribles que soient ces paroles, disons-les : les duchesses s'en vont, et les marquises aussi ! Quant aux baronnes, j'en demande pardon à madame de Nucingen, qui se fera comtesse quand son mari deviendra pair de France, les baronnes n'ont jamais pu se faire prendre au sérieux.

[…]

— Les comtesses resteront, reprit de Marsay. Une femme élégante sera plus ou moins comtesse, comtesse de l'empire ou d'hier, comtesse de vieille roche, ou, comme on dit en italien, comtesse de politesse. Mais quant à la grande dame, elle est morte avec l'entourage grandiose du dernier siècle, avec la poudre, les mouches, les mules à talons, les corsets busqués ornés d'un delta de noeuds en rubans. Les duchesses aujourd'hui passent par les portes sans qu'il soit besoin de les faire élargir pour leurs paniers. Enfin, l'Empire a vu les dernières robes à queue ! Je suis encore à comprendre comment le souverain qui voulait faire balayer sa cour par le satin ou le velours des robes ducales n'a pas établi pour certaines familles le droit d'aînesse par d'indestructibles lois. Napoléon n'a pas deviné les effets de ce Code qui le rendait si fier. Cet homme, en créant ses duchesses, engendrait nos femmes comme il faut d'aujourd'hui, le produit médiat de sa législation.

[…]

Notre époque n'a plus ces belles fleurs féminines qui ont orné les grands siècles de la Monarchie française. L'éventail de la grande dame est brisé. La femme n'a plus à rougir, à médire, à chuchoter, à se cacher, à se montrer. L'éventail ne sert plus qu'à s'éventer. Quand une chose n'est plus que ce qu'elle est, elle est trop utile pour appartenir au luxe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Honoré de Balzac (122) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Honoré de Balzac
À partir du 16 juin prochain, le public pourra retrouver progressivement les collections et les expositions des musées de la Ville de Paris en toute sécurité.
Les expositions temporaires :
"La Force du dessin, chefs-d'oeuvre de la collection Prat", Petit Palais
"Coeurs, du romantisme dans l'art contemporain", Musée de la Vie romantique
"Les contes étranges de N.H Jacobsen", Musée Bourdelle
"La Comédie Humaine, Balzac par Eduardo Arroyo", Maison de Balzac
"1940 : Les parisiens dans l'Exode", Musée de la Libération de Paris, musée du général Leclerc, musée Jean Moulin
Et aussi : nouveau parcours permanent du musée Cernuschi
Plus d'informations : bit.ly/PM_reouvertures
! Attention ! Pour visiter les expositions temporaires, merci de réserver votre billet horodaté (même gratuit), sur www.billetterie-parismusees.paris.fr afin de garantir un contrôle optimal de nos jauges pour assurer votre venue en toute sécurité.
+ Lire la suite
autres livres classés : comedie humaineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Connaissez-vous La Peau de Chagrin de Balzac ?

Comment se comme le personnage principal du roman ?

Valentin de Lavallière
Raphaël de Valentin
Raphaël de Vautrin
Ferdinand de Lesseps

10 questions
646 lecteurs ont répondu
Thème : La Peau de chagrin de Honoré de BalzacCréer un quiz sur ce livre