AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2812923113
Éditeur : Editions De Borée (13/09/2018)

Note moyenne : 3.35/5 (sur 20 notes)
Résumé :
Cycliste de haut niveau, Adrien Darcy est aussi journaliste sportif. Le vélo, c'est sa passion. Mais depuis son accident, ses récentes blessures le font terriblement souffrir et le laissent affaibli et écoeuré. Lui qui ne vivait que pour la compétition se voit forcé d'admettre qu'il n'est pas près de remonter sur un vélo. Aussi, quand le rédacteur en chef de La Montagne lui propose de mener l'enquête sur trois meurtres de libraires, le jeune homme relève le défi. Ma... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
Valmyvoyou_lit
  16 février 2019
Adrien Darcy est un journaliste sportif, passionné de cyclisme. Un accident l'oblige à plusieurs mois de convalescence sans pouvoir faire de vélo. Afin de le sortir de la déprime qui le guette, Charles, le rédacteur en chef du journal La Montagne, lui donne un défi à relever : mener l'enquête sur trois meurtres. Ces crimes ont de nombreux points communs : ils ont eu lieu le 20 de trois mois successifs, les victimes sont des libraires qui appartiennent au Cercle des derniers libraires, etc.

Adrien découvre un monde qu'il ne connaît pas : celui des livres et des passionnés de littérature. Un univers inconnu pour lui qui ne sait pas qu'il est l'homonyme d'un héros de Jane Austen.

J'ai adoré ce roman.

La première raison est l'hommage rendu aux libraires, qui mettent toute leur énergie et leur créativité pour faire vivre les livres. J'ai été subjuguée par l'amour que Sylvie Baron leur transmet. Elle décrit leur profession, des difficultés aux joies, de la gestion d'un commerce au plaisir du partage d'une passion. Pour une amoureuse des livres, celui-ci est un déferlement d'émotions. En parlant des libraires, l'auteure le fait aussi des lecteurs et de la littérature.

Ensuite, le Cercle des derniers libraires traite d'une enquête. Qui a tué ces trois personnes ? Quel est le mobile ? Qu'ont-elles en commun ? Je n'ai jamais trouvé la réponse. A chaque fois que je pensais à un coupable, il y avait un élément qui ne concordait pas. le suspense est très bien construit, l'auteure nous emmène dans plusieurs directions et à la fin, tout s'imbrique parfaitement. J'ai vraiment été menée par le bout du nez, car je n'ai jamais soupçonné le véritable meurtrier.

Je n'ai pu m'empêcher de voir dans la mort des libraires un lien avec celle des librairies.
La suite ici :
Lien : http://www.valmyvoyoulit.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
Josephine2
  25 juin 2019
3 meurtres. Pas n'importe lesquels. Des libraires qu'on assassine. Mais qu'ont-t-ils fait pour ça ? C'est ce que va tenter de découvrir Adrien DARCY, cycliste de haut niveau, mais également journaliste sportif, victime d'un accident, qui ne peut plus exercer sa passion.
Son rédacteur en chef et ami du journal « La Montagne », va lui proposer de se lancer dans cette enquête. Un peu ronchon au départ, il va se prendre au jeu, d'autant plus qu'il va également s'attacher à une libraire…
Ce livre aborde également les difficultés rencontrées par les libraires indépendants, notamment dans les petites villes. Monde que DARCY va devoir apprendre à connaître, et mettre de l'eau dans son vin, s'il veut dénouer le sac de noeud de ces meurtres.
Un bon polar, à l'anglaise, où j'ai pris plaisir à suivre les pérégrinations de DARCY et à suivre l'enquête. Suspens jusqu'au bout.
Commenter  J’apprécie          160
loup0
  21 mai 2019
Lecture très mitigée pour moi, qui penche plus vers le côté "je n'ai pas aimé".

Au début ça m'a fait un peu penser à du Agatha Raisin. Un décor rural magnifique, un détective amateur, un polar plutôt léger (malgré les meurtres).
Le point positif c'est que l'intrigue démarre rapidement, on ne tergiverse pas, mais malheureusement ça s'essouffle très vite. Au fur et à mesure de la lecture je me suis laissée gagner par l'ennui. Parfois j'ai eu l'impression que l'histoire des meurtres devenait vraiment secondaire et que le but de l'autrice était simplement de défendre le métier de libraire indépendant. Chose faite très maladroitement, de mon humble avis.

Je n'ai pas du tout aimé le personnage principal. Au départ il est absolument imbuvable, exécrable, prétentieux, hautain, condescendant, il a des a priori sur tout le monde, enfin bref vous avez compris. Pas étonnant qu'un des personnages le prenne pour un parisien (je précise au cas où que je suis parisienne donc ce stéréotype ne me dérange pas).
Et puis, et puis ...il suffit d'une nuit pour changer totalement !
Une nuit à l'écart de tout à écouter un taureau meugler sous sa fenêtre et à regarder le paysage nocturne de la montagne et bim ! Changement de personnalité !
J'ai trouvé la psychologie du personnage extrêmement mal gérée. Comment peut-on passer en quelques pages d'un abruti qu'on a envie de baffer à un mec sensible et compréhensif ???

Ça résume assez bien le bouquin dont j'ai trouvé l'écriture très inégale. Il y a des passages très bien écrits et puis d'autres où on se croirait dans un roman Harlequin avec une histoire d'amour culcul la praline comme pas possible qu'on voyait venir à 10 000 km à la ronde...

Les personnages sont assez caricaturaux dans l'ensemble, et surtout très manichéens. Il y a d'un côté les gentils de l'autre les méchants. Point.
Cette dualité mal gérée se retrouve dans tout le récit malheureusement. Avec d'un côté l'arrogance du citadin contre les très ouverts et serviables ruraux. le grand méchant Amazon contre les petits libraires indépendants. Les intellectuels contre les gens moins portés sur les bouquins. D'ailleurs je n'ai pas du tout aimé la façon dont le personnage d'Adrien, journaliste sportif, passe pour un abruti juste parce qu'il aime le sport. Personnellement j'aime beaucoup le sport et je lis la presse spécialisée et des bouquins sur les sports qui m'intéressent. Il y a énormément de journalistes sportifs qui sont extrêmement cultivés. Ce stéréotype du sportif crétin m'a vraiment agacée.
Bref tout est très tranché. Pour moi c'est trop facile et pas assez travaillé.

Mon plus gros reproche sur ce roman ce trouve dans la partie spoilers.



Dans la biographie de l'autrice il est précisé qu'elle est une admiratrice d'Agatha Christie, Patricia Wentworth, Patricia Mac Donald, ... Je trouve ça décevant et un peu insultant à l'égard du lecteur qu'elle n'ait pas su s'éloigner de ses modèles et qu'elle ait carrément réécrit la même histoire en changeant juste quelques petits trucs par-ci par-là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
polacrit
  19 octobre 2018
Le cercle des derniers libraires, édité par les éditions de Borée, est paru en septembre 2018. Chaque roman de Sylvie Baron puise sa raison d'être pour une cause à défendre, que ce soit un terroir, une profession, comme dans Les ruchers de la colère , ou encore des valeurs humaines, comme dans Rendez-vous à Bélinay
Le style de Sylvie Baron se caractérise par une fluidité qui rend l'histoire très accessible; le lecteur n'éprouve aucune difficulté à s'y insérer. le vocabulaire est riche, parfois familier en fonction du personnage qui parle, mais jamais vulgaire. Sylvie Baron est une grande dame qui sait se tenir!!Les nombreux dialogues sont vivants, parfois drôles, percutants; bien construits, ils font réellement progresser l'enquête. Pas de bla-blas inutiles...
L'auteure possède le sens de la formule, comme en témoigne cet extrait, mais on pourrait en trouver tant d'autres tout au long du roman: "Interroger les libraires, ce n'est pas non plus interviewer les lauréats du Goncourt. Et puis tu m'emmerdes avec tes minauderies de dame patronnesse." (Page 17). Contrairement aux précédents romans, les descriptions de paysages sont beaucoup moins présentes, mais toujours aussi lyriques: "Derrière les maisons hautes et sévères percées de rares ouvertures, derrière les portes fières solidement fermées se cachaient en fait de nombreux hôtels avec d'admirables fenêtres à meneaux, des échauguettes en encorbellement et des cours Renaissance entourées de splendides balustrades. Quelle harmonie entre le vieux pont de la ville basse, les maisons agrippées au rocher et toutes les ruelles de la ville haute qui convergeaient vers la place d'Armes, où se trouvait la cathédrale!" (Page 32)...et poétiques: "En cette fin d'après-midi automnale, les pâles rayons du soleil jetaient des traînées de lumière qui ruisselaient comme des diamants sur les pierres grises des façades. Sur la montagne, en quelques jours, les arbres avaient sorti le grand jeu en répandant partout leur flamboyante chevelure ponctuée d'or." (Page 105).
Les thèmes: les librairies, la culture littéraire, la lecture, remparts contre un monde de plus en plus dépersonnalisé, anonyme et indifférent.
L'intrigue:
Adrien Darcy, cycliste de haut niveau et journaliste sportif, victime d'un grand accident qui l'empêche de remonter sur son vélo, se voit confier par son rédacteur en chef une mission pour le moins insolite: mener une enquête sur les trois meurtres de libraires perpétrés ces trois derniers mois à Aurillac, Brioude et Chamalières. La police, qui ne semble pas avoir abouti dans ses investigations, n'a ni suspect, ni piste sérieuse.
Les trois victimes, propriétaires de librairies indépendantes, appartenaient toutes au Cercle des Derniers Libraires, association créée par Emma, libraire à Saint-Flour. Hasard? Vengeance? Jalousie? Les mobiles ne manquent pas, tout comme les suspects, malgré la difficulté d'établir un lien entre les trois meurtres. Si Adrien veut obtenir des informations de la part d'Emma afin de démêler cet écheveau inextricable, il n'a pas le choix: l'associer à son enquête. C'est à prendre ou à laisser!! Et les voilà embarqués dans une sordide histoire de jalousie...Sauront-ils démasquer l'assassin avant que celui-ci ne tue sa quatrième victime, le 20e jour du mois de novembre? Rien n'est moins sûr...
Lien : https://legereimaginarepereg..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
chardonette
  18 novembre 2018
Tout d'abord, un grand merci à la masse critique Babelio et la maison d'édition de Borée pour l'envoi de ce livre. C'est une très belle découverte.
Amoureux des livres, ce roman va vous plaire. Tout commence avec Adrien Darcy avec un nom pareil impossible de ne pas penser au roman de Jane Austen intitulé Orgueil et Préjugés. Mais cet homme ignore l'existence même de ce personnage, il est journaliste sportif sur la touche malgré lui.
Difficile pour lui de remonter la pente et de garder le moral, mais il peut compter sur son rédacteur en chef qui va lui proposer une véritable enquête.
Depuis trois mois, trois libraires ont été assassinés. Et a chaque fois c'est le 20 du mois. le premier crime à eu lieu le 20 août.
Adrien va petit à petit prendre goût à son nouveau travail. Il va faire la connaissance d'Emma, la présidente du Cercle des derniers libraires. Une association ayant pour but de « se rencontrer, échanger, développer la solidarité et de mettre avant un engagement local … ».
En avançant dans l'enquête Adrien et Emma vont se rendre compte que l'affaire est loin d'être simple et que la liste des coupables est loin d'être évidente. Ils vont interviewer les familles des libraires touchés et aussi le professeur Crispin, pro Amazon. Et de plus, la date fatidique du 20 novembre approche à grands pas. Date du futur crime ?
J'ai aimé cette histoire qui respire l'amour du livre, l'auteur, Sylvie Baron valorise et décrit l'importance du travail des librairies indépendantes, des contacts humains, des conseils aux lecteurs et de dynamiser les villes et villages de France.
C'était la première fois que je lisais l'auteur et je suis certaine que ça ne sera pas la dernière. L'écriture est tellement limpide, dynamique et agréable. Et l'on ressent très bien l'attachement de l'auteur à la terre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   30 septembre 2018
J’ai l’impression très nette que les livres bavardent entre eux dès que j’ai le dos tourné, je ne voudrais surtout pas interrompre leurs conciliabules. Ça te paraît probablement absurde, mais j’aime assez imaginer un orgueilleux classique dire à un petit nouveau qu’il ne lui cédera pas sa place sur le présentoir de caisse ou au contraire qu’il s’en fiche, car il est sûr d’y revenir très vite.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   30 septembre 2018
Être entouré de tant de livres le rassurait, il y cherchait sans cesse une phrase sublime qu’il torturait ensuite des heures durant pour la faire sienne, la magnifier. Il excellait dans l’art du pamphlet, fustigeait la société moderne dans des esquisses satiriques qu’il aurait voulues piquantes, qui n’étaient bien souvent que de ternes réflexions plus haineuses que révolutionnaires, trop laborieuses en tout cas pour être originales.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   30 septembre 2018
Seuls des gens intellectuellement supérieurs, forts dans leur tête, pouvaient se dégager de l’asservissement de la société de consommation. Il en faisait partie, évidemment, de même qu’Emma avec ses « Livres penseurs » qui montraient une bien belle liberté d’esprit.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   30 septembre 2018
Une librairie est un commerce si particulier, un lieu de vie, de rencontres, de partage, un relais pour les événements culturels, un lieu d’exposition, d’idées, d’annonces. C’est si triste, une ville sans librairie ! Une ville sans âme, une ville sans cœur.
Commenter  J’apprécie          10
polacritpolacrit   19 octobre 2018
Pour les membres du cercle, la librairie est certes un lieu culturel, mais elle ne se place pas sur la même marche que le théâtre ou le musée. C'est une porte d'entrée plus simple, abordable pour tout un chacun, vers les lettres et la culture
Commenter  J’apprécie          10
Video de Sylvie Baron (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvie Baron
Belle plume de la collection "France de toujours et d'aujourd'hui", Sylvie Baron nous parle de son écriture et de son rôle d'écrivain.
autres livres classés : librairieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
268 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre