AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Sylvie Baron (Autre)
EAN : 9782290238462
352 pages
J'ai Lu (16/09/2020)
3.35/5   493 notes
Résumé :
Cycliste de haut niveau, Adrien Darcy est aussi journaliste sportif. Le vélo, c'est sa passion. Mais depuis son accident, ses récentes blessures le font terriblement souffrir et le laissent affaibli et écoeuré. Lui qui ne vivait que pour la compétition se voit forcé d'admettre qu'il n'est pas près de remonter sur un vélo. Aussi, quand le rédacteur en chef de La Montagne lui propose de mener l'enquête sur trois meurtres de libraires, le jeune homme relève le défi. Ma... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (154) Voir plus Ajouter une critique
3,35

sur 493 notes

Quand un groupe de libraires décide de créer un cercle afin de lutter contre le fléau qu'est Amazon, ça donne un polar léger et sympa.

De plus, rien que le titre est, selon moi, accrocheur pour tous les amoureux des livres.

Ce roman est un vrai hommage à nos libraires. J'ai apprécié les petits clins d'oeil qui ont ponctué ma lecture.

Un roman qui se lit vite et bien.

Si la mise en route est assez longue, il faut reconnaître qu'on finit par s'attacher aux personnages. Mais ceux-ci auraient mérité d'être travaillé un peu plus, même si ils gagnent en qualité au fils des pages.

L'intrigue est intéressante et se tient bien.

Une lecture agréable car l'écriture de l'auteure est fluide et prenante.

Je vais surveiller cette auteure avec attention, car le lecture de se roman fut une vraie détente...

Merci a Babelio et aux éditions j'ai lu pour cette découverte.

Commenter  J’apprécie          970

Lecture très mitigée pour moi, qui penche plus vers le côté "je n'ai pas aimé".

Au début ça m'a fait un peu penser à du Agatha Raisin. Un décor rural magnifique, un détective amateur, un polar plutôt léger (malgré les meurtres).

Le point positif c'est que l'intrigue démarre rapidement, on ne tergiverse pas, mais malheureusement ça s'essouffle très vite. Au fur et à mesure de la lecture je me suis laissée gagner par l'ennui. Parfois j'ai eu l'impression que l'histoire des meurtres devenait vraiment secondaire et que le but de l'autrice était simplement de défendre le métier de libraire indépendant. Chose faite très maladroitement, de mon humble avis.

Je n'ai pas du tout aimé le personnage principal. Au départ il est absolument imbuvable, exécrable, prétentieux, hautain, condescendant, il a des a priori sur tout le monde, enfin bref vous avez compris. Pas étonnant qu'un des personnages le prenne pour un parisien (je précise au cas où que je suis parisienne donc ce stéréotype ne me dérange pas).

Et puis, et puis ...il suffit d'une nuit pour changer totalement !

Une nuit à l'écart de tout à écouter un taureau meugler sous sa fenêtre et à regarder le paysage nocturne de la montagne et bim ! Changement de personnalité !

J'ai trouvé la psychologie du personnage extrêmement mal gérée. Comment peut-on passer en quelques pages d'un abruti qu'on a envie de baffer à un mec sensible et compréhensif ???

Ça résume assez bien le bouquin dont j'ai trouvé l'écriture très inégale. Il y a des passages très bien écrits et puis d'autres où on se croirait dans un roman Harlequin avec une histoire d'amour culcul la praline comme pas possible qu'on voyait venir à 10 000 km à la ronde...

Les personnages sont assez caricaturaux dans l'ensemble, et surtout très manichéens. Il y a d'un côté les gentils de l'autre les méchants. Point.

Cette dualité mal gérée se retrouve dans tout le récit malheureusement. Avec d'un côté l'arrogance du citadin contre les très ouverts et serviables ruraux. le grand méchant Amazon contre les petits libraires indépendants. Les intellectuels contre les gens moins portés sur les bouquins. D'ailleurs je n'ai pas du tout aimé la façon dont le personnage d'Adrien, journaliste sportif, passe pour un abruti juste parce qu'il aime le sport. Personnellement j'aime beaucoup le sport et je lis la presse spécialisée et des bouquins sur les sports qui m'intéressent. Il y a énormément de journalistes sportifs qui sont extrêmement cultivés. Ce stéréotype du sportif crétin m'a vraiment agacée.

Bref tout est très tranché. Pour moi c'est trop facile et pas assez travaillé.

Mon plus gros reproche sur ce roman ce trouve dans la partie spoilers.

Et pour continuer sur Jane Austen, ce n'est pas non plus anodin si la meurtrière de notre roman s'appelle Lizzie... C'est tellement gros que c'était impossible de ne pas le voir venir.

L'autre grande inspiration pour ce roman est bien évidemment Agatha Christie. L'intrigue est exactement la même que celle de ABC contre Poirot. Je l'ai lu il y a trèèèès longtemps et pourtant l'histoire m'est revenue immédiatement en tête. le problème c'est que c'est plus qu'une inspiration ou un hommage c'est carrément un copier-coller.

- dans les deux cas il y a l'histoire de l'ordre alphabétique

- la première victime meurt violemment, c'est une femme battue et son mari est accusé

- la deuxième victime est étranglée

- il y a un personnage sur lequel portent tous les soupçons (dans le cas présent il y a en a 2)

- le(s) coupable(s) est/sont un membre de la famille

- la plupart des meurtres sont gratuits, seul un "compte" vraiment, la série étant commise uniquement pour que l'attention ne se porte pas sur ce meurtre en particulier

En gros on pourrait renommer ce roman ABC contre Darcy (ou Agatha vs Jane)

Dans la biographie de l'autrice il est précisé qu'elle est une admiratrice d'Agatha Christie, Patricia Wentworth, Patricia Mac Donald, ... Je trouve ça décevant et un peu insultant à l'égard du lecteur qu'elle n'ait pas su s'éloigner de ses modèles et qu'elle ait carrément réécrit la même histoire en changeant juste quelques petits trucs par-ci par-là.

Commenter  J’apprécie          324

Un polar qui se passe dans le monde des librairies, c'est juste le rêve (désolée pour les victimes libraires). J'adore flâner dans les librairies. Et du coup j'étais ravie que les livres soient au coeur du roman.

Au niveau de l'intrigue, un journaliste sportif passionné de vélo mais qui a eu un gros accident est envoyé enquêter sur le meurtre de trois libraires dans la région auvergne (ça aussi j'ai bien aimé retrouver ma région au coeur de l'intrigue). Ce journaliste, Darcy (oui oui comme dans le roman) déteste les bouquins mais au moins l'enquête lui change les idées. il finit par découvrir au contact d'Emma une libraire, que les trois libraires assassinés faisaient partie d'un cercle. Il s'agissait de promouvoir la lecture et de lutter contre la vente sur amazon.

L'intrigue policière est un peu légère. Il ne se passe pas grand chose et il n'y a pas vraiment de suspense. Les personnages sont assez caricaturaux et pas franchement attachants.

Il m' a manqué quelque chose pour avoir un coup de coeur pourtant ce roman avait vraiment du potentiel.

Commenter  J’apprécie          392

Voici mon retour de lecture sur le cercle des derniers libraires de Sylvie Baron. Cycliste de haut niveau, Adrien Darcy est aussi journaliste sportif. le vélo, c'est sa passion.

Mais depuis son accident, ses récentes blessures le font terriblement souffrir et le laissent affaibli et écoeuré. Lui qui ne vivait que pour la compétition se voit forcé d'admettre qu'il n'est pas près de remonter sur un vélo.

Aussi, quand le rédacteur en chef de la Montagne lui propose de mener l'enquête sur trois meurtres de libraires, le jeune homme relève le défi.

Malgré ses réticences à pénétrer dans cet univers du livre qui lui semble à l'opposé du monde sportif, Adrien se lance à la recherche du meurtrier.

Premier indice : les trois victimes appartenaient au Cercle des derniers libraires. Qui se cache derrière cette association ?

Qui lui en veut au point d'en supprimer les membres ?

C'est bien ce qu'il compte découvrir !

Le cercle des derniers libraires est un petit policier fort sympathique, léger et agréable à lire.

Un cercle de libraires décide de se réunir pour lutter contre amazon. Quand des meurtres se succèdent, touchant les membres de ce club, un journaliste enquête. Il s'appelle Adrien Darcy, oui oui Darcy comme un célèbre personnage de roman. Il ne comprend pas pourquoi tout le monde tique sur son nom de famille car il ne lit pas, et ne connaît donc pas les références littéraires. Cela donne des passages amusants et fort sympathiques.

La rencontre entre Adrien et la jeune libraire, Emma Pélissier, est un peu explosive au début. Avant de s'unir tous les deux pour trouver le coupable.

Adrien est un personnage avec lequel je n'ai pas toujours accroché. Il m'a parfois un peu agacé le sportif qui se repli sur lui même, qui se plaint. Certes, il a des raisons de tirer la tronche mais son comportement m'a parfois lassé.

Par contre, j'ai bien aimé Emma, le fait qu'elle soit libraire, qu'elle aime son métier.

Ce roman est un vrai hommage à nos libraires.

L'enquête est plutôt bien ficelée, ça se lit rapidement et j'ai passé un bon moment de lecture.

Ma note : 4 étoiles.

Commenter  J’apprécie          270

Une enquête dans l'univers des livres et des libraires, ça ne court pas les rayons de librairie. C'est la principale raison de mon achat.

L'auteur, Sylvie Baron, serait spécialisée dans le "whodunit".

Kesako ?

Jamais entendu ce mot...

Whodunit, contraction de "Who (has) di dit ? Qui l'a fait ?".

Il s'agit donc de "gentil" roman policier mené par un/e détective amateur/trice au profil (forcément) inattendu.

C'est vrai que tout y est : l'enquêteur ici s'avère être un sportif blessé en convalescence très autocentré.

Commençons pas le positif, j'ai au départ apprécié l'intrigue et trouvé le style plaisant, bien développé notamment quand l'auteure pose le décor et ses personnages.

S.B. défend intelligemment le métier de libraire et en dévoile quelques facettes intéressantes, un peu moins le tempérament des Auvergnats, qui sont tous (ou presque) selon elle, "solidaires et aimables à pas toute épreuve" (!!!). On comprend vers quel électorat elle est tournée.

Bref !

Là s'arrêtent les points positifs que j'ai relevés. Mon plaisir s'arrêtera net quand l'amourette (vraiment facile) démarrera et que le changement de personnalité de Dracy s'opérera par magie.

Jane Austin a révélé Darcy avec d'autres moyens...

Bon, vous l'aurez compris, je n'y ai pas cru un quart de seconde. Ni à l'un ni à l'autre.

Trop de manichéisme avec le très gentil et les autres tellement moins intelligents, tellement moins cultivés. Tous ces pseudo héros sont comme figés dans leurs caractères stéréotypés. Les pauvres !

Et puis, il y a trop de dialogues qui tentent de cacher une intrigue qui m'a parue molle, mal servie par une plume inégale, un champ lexical irrégulier comme j'en ai rarement relevé.

"Pleutre" "pusillanime" côtoient " ils s'embrassèrent comme des furieux ".

Et je ne parle pas du dénouement spectaculaire. Même Joséphien ange gardien y met plus de temps.

Je comprends qu'on puisse aimer ce genre de lecture ; ce n'est pas mon cas actuellement. Un jour peut-être ?


Lien : http://justelire.fr/le-cercl..
Commenter  J’apprécie          280

Citations et extraits (67) Voir plus Ajouter une citation
Gérer l'espace relevait d'un véritable casse-tête. Emma réorganisait sans cesse sa vitrine avec l'idée permanente de donner envie d'entrer. Il fallait suivre l'actualité, sans courir pour autant derrière, tout en mettant en avant les livres qu'elle aimait, sachant qu'ils n'étaient pas forcément ceux qui se vendaient. Impossible toutefois de n'exposer que des choix personnels. Pour attirer le chaland, il convenait d'avoir des repères rassurants et bien médiatisés comme ces guides à destination des touristes visitant la cathédrale et la vieille ville.
A l'intérieur du magasin, pour interpeller les lecteurs, elle utilisait les traditionnelles tables, parsemées de petits mots sur les livres : fiches, bandeaux, articles de presse, coups de coeur... La jeune femme y passait un temps fou. A ce jeu quotidien, elle était devenue très habile pour donner du relief, chercher des thèmes, tricher avec le mouvement, la couleur. ... Malgré son talent en ce domaine, elle ne pouvait cependant pas se résoudre à réduire la vente des livres à une simple question de présentation.
Commenter  J’apprécie          142
_Le temps s'arrange un peu on dirait, ça ne doit pas être facile l'hiver ici!
_Alors ça, c'est vraiment une réflexion d'urbain! C'est peut-être ma saison préférée, il y des lumières magnifiques les ciels pétillent dans la nuit glacée, la pureté de l'air qui nous traverse. Ce pays va bien avec l'hiver, c'est l'occasion de se réunir, de se serrer, de se tenir chaud, de lire, de réfléchir surtout.
Commenter  J’apprécie          130
J’ai l’impression très nette que les livres bavardent entre eux dès que j’ai le dos tourné, je ne voudrais surtout pas interrompre leurs conciliabules. Ça te paraît probablement absurde, mais j’aime assez imaginer un orgueilleux classique dire à un petit nouveau qu’il ne lui cédera pas sa place sur le présentoir de caisse ou au contraire qu’il s’en fiche, car il est sûr d’y revenir très vite.
Commenter  J’apprécie          100
Emma reçut ces mots avec gratitude. Elle avait besoin de les entendre, de se rassurer. Elle comprenait parfaitement sa peur, ses réticences. S’engager est terrible. Terriblement beau aussi. Elle savait qu’elle donnerait tout pour lui, prête même à sacrifier quelques heures de lecture . Ca ne lui était jamais arrivé, c’était le meilleur signe qu’elle pouvait trouver.
Commenter  J’apprécie          70
Malgré les difficultés rencontrées dans son métier, elle savait pourtant qu'elle n'aurait jamais pu en choisir un autre. Toute sa vie tournait et tournerait autour des livres.
Les jours les plus clairs, elle se voyait même en véritable passeur de mots, quelqu'un qui affirmait librement ses choix littéraires tout en instaurant un lien privilégié avec des lecteurs en partageant avec eux toutes ses découvertes. Un bon libraire, après tout, devait connaître autant ses livres que ses clients, leurs goûts, leurs attentes. Elle se sentait de cette veine-là, surtout au moment de la rentrée littéraire, quand les titres s'avéraient aussi nombreux et variés que les demandes de son public.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Sylvie Baron (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvie Baron
Découvrez le nouveau titre de Sylvie Baron, Deux justicières paru le 1er septembre 2022. Deux jeunes filles de 17 ans renversées par un chauffard qui prend la fuite. Et s'il ne s'agissait pas d'un accident mais bien d'un meurtre ?
autres livres classés : librairieVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2502 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre