AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9781511553858
48 pages
Éditeur : CreateSpace Independent Publishing Platform (01/04/2015)
3.75/5   2 notes
Résumé :
La Médée de Jean de la Péruse est quasi totalement oubliée d’autant que les trois seules éditions modernes sont désormais épuisées[1]. Elle est pourtant la première tragédie imprimée en français en 1556, ouvrant ainsi en France la voie à un genre délaissé depuis l’antiquité : la tragédie à fond mythologique. Son auteur est un jeune étudiant de vingt-quatre ans, qui vient tout juste de jouer dans la première tragédie humaniste de son ami Etienne Jodelle, Cléopâtre ca... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
5Arabella
  04 juin 2020
C'est la seconde tragédie française imitée du théâtre antique, issue du milieu lettré parisien. L'auteur fait partie de la première Pléiade ( la Brigade) et il a même joué dans Cléopâtre captive d'Etienne Jodelle à sa création. La pièce survivra à la mort prématurée de son auteur à 25 ans, sans doute de la peste, ses amis la publieront en 1556, après sa disparition. Une représentation fastueuse est encore mentionnée en 1572 à Parthenay, avec feux d'artifices et machineries. L'oeuvre est inspirée d'Euripide, mais surtout de Sénèque, dont l'esthétique de la fureur est considérée comme définissant la tonalité tragique par excellence par les écrivains humanistes.
Le premier acte débute par les imprécations de Médée, qui appelle les châtiments divins sur Jason, sa nouvelle femme, et le roi. La nourrice l'adjoint à plus de mesure, pour ne pas redoubler encore ses malheurs. Un message vient lui ordonner de la part du roi de partir au plus vite avec ses deux fils. Les imprécations de Médée redoublent.
Dans le deuxième acte, le gouverneur des enfants est inquiet pour eux, il craint les réactions de leur mère. Survient Médée, devant ses fureurs, le gouverneur fuit avec les enfants.
Au troisième acte, a lieu la confrontation entre le roi Créon et Médée. Il se méfie d'elle, elle tente de le persuader de ne pas la chasser, de justifier en partie sa conduite. Il reste inflexible.
Le quatrième acte voit la rencontre entre Médée et Jason. Elle lui reproche sa conduite, il est sans vergogne et sans regrets. Médée ruse : elle promet d'envoyer une belle couronne à Glauque, la nouvelle épouse de Jason, pour permettre à ses enfants de rester avec leur père. Jason est enchanté de l'idée. Jason parti, Médée dévoile son plan : la couronne enflammera celle qui la porte, et tous ceux qui voudront lui porter secours. Sa vengeance est prête.
Dans le cinquième acte, le messager raconte la mort de Glauque et de Créon, ainsi que l'incendie du palais provoqué par la fatale couronne. Médée projette la mort de ses fils. Lorsque survient Jason pour venger la mort de Glauque et Creon, Médée lui jette les cadavres, et part sur un chariot ailé, en persiflant Jason.
Nous sommes vraiment dans les premières tentatives de produire des oeuvres de théâtre complètement différentes de celles qui étaient pratiquées au moyen-âge. Malgré les modèles antiques, les auteurs cherchent une nouvelle esthétique, à créer quelque chose d'original. La Péruse, comme ses amis de la Brigade, sont des hommes de lettres, pour qui le texte est le plus essentiel. Ils n'ont pas réellement de pratique théâtrale, la représentation est seconde par rapport au texte, elle peut même ne pas avoir lieu sans remettre en cause la qualité de la pièce. D'où sans doute un côté quelque peu statique, accentué par les interventions du choeur à la fin de chaque acte. Il y a une forme de répétitions dans les imprécations de Médée, qui sont un peu superposables. le personnage est tout d'une pièce, il n'y a aucun regret de la mort de ses enfants, aucune hésitation. Un peu plus intéressant, une sorte de folie prend place à la fin de la pièce, lorsqu'elle croit voir son frère mort. Glauque n'apparaît même pas, Créon et Jason sont très simples aussi, le premier dans une forme de rejet violent, le deuxième dans une sorte de veulerie, Médée ne lui étant plus utile, il prend une autre femme. Aucun amour ni tendresse ne s'expriment.
Si les morts de Glauque et Créon sont uniquement racontées, en revanche nous avons droit à la mort des enfants en direct, ce qui rapproche la pièce du théâtre romain, très friand de l'action violente sur scène. Il y a aussi un côté très spectaculaire, avec le chariot qui amène Médée. La pièce ne donne pas dans la demie mesure : entre violence verbale et physique, et le grand spectacle à machines. Nous assistons à une escalade dans la violence, dans « la fureur » c'est le moteur de la pièce. C'est un théâtre de la démesure, qui sera exclue progressivement des scènes par les conventions tragiques qui vont se construire.
Un maillon intéressant du théâtre humaniste français.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          155
Virgule-Magazine
  23 juin 2015
En 1556, Jean de la Péruse consacre une tragédie à Médée. Inspirée d'Euripide et de Sénèque, parfois presque traduite, la pièce présente cependant une Médée plus humaine, moins magicienne, plus digne de pitié et moins cruelle que dans les tragédies grecques et latines, alors que Jason est plus méprisable. La conclusion de la tragédie est une sorte de morale prononcée par Médée, qui part sur le char du Soleil, et une condamnation de Jason.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
5Arabella5Arabella   03 juin 2020
Medée, trop heureuse
Et hors de tous regrets,
Si par mer fluctueuse
N'eusse suivy les Grecs!

Encore plus heureuse
Si ton mal-heureux sort
Ne t'eust faict amoureuse
De l'aucteur de ta mort!

Encor plus fortunée
Si, sans plus long sejour,
Tu fusses morte et née
En un et mesme jour!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
5Arabella5Arabella   02 juin 2020
Et vous, ombres d'Enfer, tesmoins de mes secrets,
Oyez ma triste voix, oyez mes durs regrets!
Furies, accourez, et dans vos mains sanglantes
Horriblement portez vos torches noircissantes!
Venez en tel estat, tel horreur, tel esmoy,
Que vinstes à l'accord de Jason et de moy,
Les yeux estincelans, la monstreuse criniere
Siflante sur le dos d'une horrible maniere!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Virgule-MagazineVirgule-Magazine   23 juin 2015
Qui aura désormais de faux amant le blâme,
À l'exemple de toi se garde du danger
Par qui j'apprends mon sexe à se pouvoir venger !
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
autres livres classés : 16ème siècleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Devenez très fort en citations latines en 10 questions

Que signifie Vox populi, vox Dei ?

Il y a des embouteillages partout.
Pourquoi ne viendrais-tu pas au cinéma ?
J'ai un compte à la Banque Populaire.
Voix du peuple, voix de Dieu.

10 questions
503 lecteurs ont répondu
Thèmes : latin , Citations latines , antiquitéCréer un quiz sur ce livre