AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070437736
Éditeur : Gallimard (02/09/2010)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 360 notes)
Résumé :
C'est l'histoire de Sliv, agent spécial du CFR (Consortium de Falsification du Réel), qui veut comprendre pour quoi et pour qui il travaille. C'est l'histoire d'une organisation secrète internationale, qui tente d'influer sur l'histoire des hommes, et dont l'existence est brutalement remise en cause un certain 11 septembre 2001. C'est l'histoire de Youssef, tiraillé entre sa foi et son amitié ; de Maga, jeune femme moderne que son mariage précipite dans une famille ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (46) Voir plus Ajouter une critique
Patience82
  30 avril 2016
Je pourrais résumer mon avis sur ce livre en ces quelques mots : vivement que je puisse lire la suite !
J'ai adoré retrouver liv, ses amis et son travail pas ordinaire. Ce roman n'est certes pas parfait, il y a quelques longueurs, parfois on se demande où veut nous emmener l'ateur. Mais l'idée de départ m'a vraiment séduite, on se croirait dans une histoire écrite par un adepte de la théorie du complot.
Et le sujet de ce deuxième tome touche un sujet on ne peut plus d'actualité, et ça me touche beaucoup.
En revanche, il est noté que les 3 livres peuvent se lire séparément, ce qui n'est pas faux, mais je conseille de les lire tout de même dans l'ordre, pour mieux saisir les personnage.
Commenter  J’apprécie          170
aaahhh
  24 avril 2012
Après la fin en queue de poisson des Falsificateurs, il va sans dire que je me suis jetée sur cette suite que j'ai lu presque d'une traite! Quel plaisir de retrouver ce cher Sliv dans ses aventures! le Consortium de Falsification du Réel commence ici enfin à révéler ses secrets car notre talentueux héros monte les échelons de la hiérarchie et ne tardera pas à se retrouver au sommet, où se trouvent les réponses à toutes ses questions...
Personnellement je trouve qu'un roman aurait suffit et qu'Antoine Bello aurait pu raccourcir "Les falsificateurs" et "Les éclaireurs" pour les rassembler en un seul livre. En effet, avec les nombreuses histoires de falsifications parallèles des Éclaireurs, on s'éloigne de la trame principale et je trouve que l'histoire traine un peu en longueur. Mais bon, en même temps on sent bien le plaisir qu'à pris l'auteur à revivre l'histoire et à refaire le monde en s'imaginant ces scénarios farfelus de falsification alors on lui pardonne volontiers!
Le style est fluide et efficace, les personnages se développent et sont toujours aussi attachants que dans le premier tome, l'intrigue est haletante! Une très bonne suite et fin des Falsificateurs!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Ellettres
  18 mai 2017
J'ai eu plaisir à retrouver Sliv Dartunghuver et toute la bande du Consortium de Falsification du Réel (ou CFR), d'autant plus que le roman commence avec le mariage au Soudan des deux meilleurs amis de Sliv : Maga et Youssef. Deux musulmans de cultures très différentes : Maga vient d'une famille libérale et aisée d'Indonésie ; Youssef vient d'une famille soudanaise à la limite de l'intégrisme. Jour du mariage : 11 septembre 2001.
Faire vivre le 11 septembre à Sliv en apnée dans un milieu islamiste du tiers-monde, on peut dire qu'il fait fort, le Bello ! D'ailleurs, quasiment toute l'action de ce deuxième tome est ramassé autour de cet événement inaugurant tragiquement le troisième millénaire dont les répercussions sont gigantesques. Contrairement au premier tome qui s'étendait de 1991 à 1998, ici on se concentre sur les deux années cruciales séparant l'attaque des tours jumelles par Al-Qaida et l'attaque de l'Irak par les Etats-Unis en 2003. le ton est donc clairement plus géopolitique que dans le premier tome, d'autant que... mais oui forcément... le CFR a partie liée avec l'attentat du 11 septembre ! Evidemment : face à un événement que le scénariste le plus brillant n'aurait eu l'audace d'imaginer, le CFR avait au moins l'obligation d'avoir trempé dans ses prolégomènes. L'auteur imagine brillamment comment le président du conseil exécutif du CFR, le Camerounais Angoua Djibo, a imposé l'idée qu'il fallait alerter les Etats-Unis de la dangerosité montante d'un nouvel ennemi après la chute de l'URSS en 1991, celle d'un certain islamisme prônant la guerre contre l'Occident. Comment il a manipulé la réalité, faisant du ramassis de moudjahidines rescapés de la guerre entre l'URSS et l'Afghanistan un groupe très structuré commandé par un certain Ben Laden. Et comment Djibo a joué la stratégie de la tension en allant jusqu'à rédiger lui-même la fatwa émise par Ben Laden contre les Américains en 1998.
Evidemment, LA grande question qui parcourt tout le roman c'est : le CFR est-il directement responsable du 11 septembre 2001 ? Et si oui, l'a-t-il provoqué pour de mauvaises raisons ? Cette question va torturer Sliv mais heureusement, il va commencer à avoir quelques réponses à ses questions en se rapprochant du sommet du CFR et donc de la révélation de sa finalité... Une révélation pleine d'enseignements qui résume selon moi toute la vision du monde de l'auteur.
Parallèlement, on se refait toute la séquence 2001-2003 avec ses réactions en chaîne : les discours de Bush et Colin Powell devant les Nations-Unies, les positionnements des autres puissances, le jeu du chat et de la souris avec Saddam Hussein et l'intoxication de l'opinion américaine autour de l'existence des armes de destruction massive en Irak, une opération de mystification qui battrait presque les analystes du CFR sur leur propre terrain ! Ça tombait bien, ce semestre avec mes étudiants, on a notamment étudié le néo-impérialisme américain en Irak à partir de 1991, et je peux vous dire que j'ai pioché dans certaines références du bouquin pour étoffer mes reprises en TD ! En prenant garde de citer des événements conformes à la réalité "vraie" !! C'est qu'il ne manquerait plus que j'enseigne à mes petits jeunes la réalité falsifiée du CFR !!! Car alors là, la fiction déborderait complètement du cadre de la littérature, ce serait borgesien en diable ! XD
Bon, le risque, c'est qu'avec tous ces détails techniques le roman devienne un peu... aride. Heureusement, il y a toujours la froide Lena pour réchauffer les aventures de Sliv. Episode passionnant et savoureux au Timor-Oriental à ce propos. Il y a aussi une nouvelle venue, Nina. Chose curieuse, elle n'appartient pas aux rangs des initiés du CFR, mais elle est employée par le cabinet d'études environnementales qui sert de couverture aux activités de Sliv en Islande. C'est une ancienne camarade de promo de Sliv, le genre de pasionaria sur laquelle tout combat politique en faveur des opprimés de la terre, même le plus désespéré, peut compter en tant que porte-parole et activiste. Je n'ai pas encore trop accroché à son personnage, trop caricatural, même si elle apporte une touche de fantaisie.
Bref, encore un très bon cru que ce deuxième tome de la trilogie des Falsificateurs. Bello a le mérite de nous faire réfléchir sur les grandes tendances de notre monde et quelle peut y être notre part à nous, microscopiques humains certes, mais acteurs quand même. Même si le côté un poil auto-satisfait de Sliv m'agace un peu (en plus j'ai l'impression d'entendre un double de l'auteur, car évidemment j'ai lu plein d'interviews d'Antoine Bello), il faut dire que l'auteur conjugue admirablement les lois de la fiction avec celles de la géopolitique la plus récente, en les faisant toujours coïncider parfaitement. Grâce à cela, le lecteur apprend tout en se divertissant. Chapeau !
Lien : https://ellettres.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
matt3743
  26 avril 2014
Comment ? Vous n'avez pas lu « Les falsificateurs » d'Antoine BELLO ? Il va falloir que vous vous y mettiez. « Les éclaireurs » est la suite de ce grandiose roman qu'est « les falsificateurs ». L'histoire en est très simple (du moins au départ). Imaginez qu'une société secrète nommée le CFR (Consortium de Falsification du Réel) se permette de reboucher tous les oublis des livres d'histoire et crée de toutes pièces des scénarii qu'ils implantent en falsifiant jusqu'au moindre petit détail leur scénario créé. Edifiant, non ?
« Les falsificateurs », c'est l'histoire de Sliv Dartunghuver, personnage principal et narrateur de cette histoire qui est embauché au CFR et qui petit à petit monte les échelons, car il est obsédé par une question : Quelle est la finalité du CFR ? Il passe ainsi du niveau 1 au niveau 3 et cela nous permet de comprendre l'organisation de cette société. le roman ne permet pas de répondre à la question mais termine sur un engageant « A suivre ».
« Les éclaireurs » est donc la suite. A l'innocence de Sliv dans le premier tome, on retrouve un jeune homme qui n'a pas changé son but mais qui est une pièce majeure de l'organisation du CFR : il fait partie des opérations spéciales et est chargé de ce que l'on pourrait appeler le sauvetage de dernière minute : Un scénario se passe mal, on envoie les opérations spéciales. Sliv va donc avancer dans son enquête dans un contexte particulier : le 11 septembre 2001.
Comme je l'ai dit plus haut, finie l'innocence du premier tome. Là où on voyait Sliv découvrir petit à petit le gigantisme de cette organisation (et son danger), ici on suit ses aventures avec un esprit de découverte émoussé, mais toujours avec beaucoup de plaisir. Au final, cela revient à lire une enquête policière, à la différence près que le sujet est éminemment original.
Enfin, il ne faut pas oublier le principal : le plaisir. Car Antoine BELLO est un extraordinaire conteur. Tout ce qu'il raconte s'enchevêtre parfaitement, son style est fluide, son histoire passionnante, ses dialogues évidents. Il a une érudition impressionnante et il mélange l'Histoire avec des scénarii ou des idées de son cru. Tout cela avec une simplicité et une évidence confondante.
D'ailleurs, ce roman inquiète. Nous savons tous que les médias nous manipulent (ou mentent, c'est selon) par ce qu'ils nous montrent (pour la télévision) ou disent (pour la radio) ou racontent (pour la presse écrite) ou omettent. On ne peut s'empêcher avec ces deux romans de devenir paranoïaque. Et de chercher pour chaque information qu'on nous assène plusieurs sources pour essayer de séparer le vrai du faux.
Sur la quatrième de couverture, il est dit que les deux romans peuvent se lire séparément. Je vous conseille très fortement de commencer par le premier. D'autant plus qu'il est sorti chez Folio et donc pas cher. Vous passerez forcément un excellent et inquiétant moment. Vivement le prochain Antoine Bello !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          01
PierreF
  01 mars 2011
Comment ? Vous n'avez pas lu « Les falsificateurs » d'Antoine BELLO ? Il va falloir que vous vous y mettiez. « Les éclaireurs » est la suite de ce grandiose roman qu'est « les falsificateurs ». L'histoire en est très simple (du moins au départ). Imaginez qu'une société secrète nommée le CFR (Consortium de Falsification du Réel) se permette de reboucher tous les oublis des livres d'histoire et crée de toutes pièces des scénarii qu'ils implantent en falsifiant jusqu'au moindre petit détail leur scénario créé. Edifiant, non ?
« Les falsificateurs », c'est l'histoire de Sliv Dartunghuver, personnage principal et narrateur de cette histoire qui est embauché au CFR et qui petit à petit monte les échelons, car il est obsédé par une question : Quelle est la finalité du CFR ? Il passe ainsi du niveau 1 au niveau 3 et cela nous permet de comprendre l'organisation de cette société. le roman ne permet pas de répondre à la question mais termine sur un engageant « A suivre ».
« Les éclaireurs » est donc la suite. A l'innocence de Sliv dans le premier tome, on retrouve un jeune homme qui n'a pas changé son but mais qui est une pièce majeure de l'organisation du CFR : il fait partie des opérations spéciales et est chargé de ce que l'on pourrait appeler le sauvetage de dernière minute : Un scénario se passe mal, on envoie les opérations spéciales. Sliv va donc avancer dans son enquête dans un contexte particulier : le 11 septembre 2001.
Comme je l'ai dit plus haut, finie l'innocence du premier tome. Là où on voyait Sliv découvrir petit à petit le gigantisme de cette organisation (et son danger), ici on suit ses aventures avec un esprit de découverte émoussé, mais toujours avec beaucoup de plaisir. Au final, cela revient à lire une enquête policière, à la différence près que le sujet est éminemment original.
Enfin, il ne faut pas oublier le principal : le plaisir. Car Antoine BELLO est un extraordinaire conteur. Tout ce qu'il raconte s'enchevêtre parfaitement, son style est fluide, son histoire passionnante, ses dialogues évidents. Il a une érudition impressionnante et il mélange l'Histoire avec des scénarii ou des idées de son cru. Tout cela avec une simplicité et une évidence confondante.
D'ailleurs, ce roman inquiète. Nous savons tous que les médias nous manipulent (ou mentent, c'est selon) par ce qu'ils nous montrent (pour la télévision) ou disent (pour la radio) ou racontent (pour la presse écrite) ou omettent. On ne peut s'empêcher avec ces deux romans de devenir paranoïaque. Et de chercher pour chaque information qu'on nous assène plusieurs sources pour essayer de séparer le vrai du faux.
Sur la quatrième de couverture, il est dit que les deux romans peuvent se lire séparément. Je vous conseille très fortement de commencer par le premier. D'autant plus qu'il est sorti chez Folio et donc pas cher. Vous passerez forcément un excellent et inquiétant moment. Vivement le prochain Antoine Bello !
Lien : http://black-novel.over-blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations & extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
RamhioneRamhione   21 mars 2013
Premièrement, l'Amérique s'était durablement aliéné le monde musulman par sa politique incohérente : elle prêchait la démocratie mais soutenait le régime autocratique du shah d'Iran ou la monarchie saoudienne; elle exigeait l'abandon du programme nucléaire pakistanais mais fermait les yeux sur celui d'Israël.
Deuxièmement, elle avait pris vis-à-vis des musulmans des engagements qu'elle n'avait jamais eu l'intention de tenir. Au cours des quarante dernières années, la CIA avait systématiquement soutenu les mouvements islamistes qui cherchaient comme elle à contrarier les velléités hégémoniques de l'Union soviétique (en Afghanistan par exemple) ou l'ascension politique des dirigeants arables nationalistes comme Nasser alors que, sur le fond, elle se moquait comme d'une guigne de la cause musulmane.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Le_chien_critiqueLe_chien_critique   06 avril 2016
Vois-tu, toute organisation finit par engendrer sa propre rébellion. Les démocraties ont leurs anarchistes, les armées leurs traîtres, les services secrets leurs agents doubles mais le principe est toujours le même : une minorité plus ou moins structurée conspire à dynamiter le système. Même une société aussi hiérarchisée que le IIIe Reich n’a pas échappé à cette règle. S’élevant par-delà l’endoctrinement, la tradition militaire ou la peur des représailles, une poignée d’hommes se sont révoltés contre le nazisme parce qu’ils estimaient qu’il contrevenait à leurs valeurs fondamentales. Vois-tu où je veux en venir ?
- Le CFR n’a pas de rebelles…
- Précisément. Ne te méprends pas, je ne conteste nullement le caractère démocratique du CFR, encore qu’on pourrait débattre longtemps des vices de la cooptation. Tu es bien placé pour savoir qu’il arrive que certains membres du Comex s’opposent à son président. Mais qui s’oppose au CFR ?
- Personne, murmurai-je, sidéré qu’il m’ait fallu douze ans pour dresser un constat aussi simple.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
sevm57sevm57   01 juillet 2017
Nous n'avons pas le pouvoir de les éradiquer mais nous pouvons aider les Etats-Unis à discerner la menace qu'ils représentent. L'expérience prouve que les sociétés ne se mobilisent que lorsqu'elles ont conscience d'avoir affaire à un adversaire structuré et déterminé.
Commenter  J’apprécie          70
tesdichititesdichiti   16 avril 2014
Mandela a fait les choses dans l'ordre. Il s'est d'abord forgé des convictions morales si solides que trente années d'incarcération n'ont pas réussi à les ébranler. Il possédait sa boussole avant de prétendre guider son peuple, alors que la quasi-totalité de ceux qui recherchent le pouvoir n'ont jamais refléchi à ce qu'ils en feraient maisne s'interdisent aucune bassesse pour le conquérir puis le conserver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
sevm57sevm57   30 juin 2017
-j'ai entendu dire qu'elle se spécialisait dans le piratage informatique.
-voilà bien un domaine qui me paraît bien fait pour elle. En tête à tête avec son ordinateur toute la journée sans risque de frayer avec quelqu'un de moins intelligent qu'elle.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Antoine Bello (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antoine Bello
Une revue de la trilogie d'Antoine Bello (Les Falsificateurs, les Eclaireurs et les Producteurs).
autres livres classés : manipulationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Découvrez Antoine Bello

Le détective Achille Dunot souffre d’une étrange forme d’amnésie. Depuis un récent accident, sa mémoire ne forme plus de nouveaux souvenirs, si bien qu’il se réveille chaque matin en ayant tout oublié des événements de la veille.

La résurrection d'Emilie Brontë
La disparition d'Emilie Brunet

10 questions
18 lecteurs ont répondu
Thème : Antoine BelloCréer un quiz sur ce livre
. .