AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2848762446
Éditeur : Philippe Rey (07/02/2013)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 57 notes)
Résumé :
" Je n’ai jamais été très douée avec les mots. Ceux qu’il faut prononcer, échanger. Les miens restent bloqués à l’intérieur, encombrés au moment de sortir, disparus. Ils me reviennent quand il n’y a plus personne pour les recevoir. " C’est dans une grande maison isolée au bord
d’un fleuve que Clara vient se réfugier après une rupture amoureuse. Là, elle passe ses journées dans l’atelier à sculpter d’aériennes silhouettes, des mobiles qui touchent terre. Au c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
SophieLesBasBleus
  20 septembre 2018
Clara est cette "silencieuse" aux mots "bloqués à l'intérieur". Lorsque Barnabé, son compagnon, la quitte, elle abandonne les marionnettes qu'ensemble ils animaient, à lui les voix et les paroles, à elle l'espace et les gestes. Elle quitte la ville, "un monde", pour abriter son silence dans un autre, dans celui qu'elle se crée peu à peu. Un monde dont le centre et le refuge est une vieille et grande maison, comme née de la nature qui l'entoure. Les pierres, la rivière, les arbres et le jardin sont les premiers éléments qui apportent leur consistance à cette transparence que Clara reconnaît comme partie intégrante de sa personnalité. Une transparence que les personnes rencontrées par la jeune femme dans ce village isolé assimilent plutôt à de la discrétion, et, peu à peu, les silences de Clara deviennent réceptacles pour la parole des autres : les voisins, bavards comme Thierry, secrets comme Omar, étranges comme Bertrand, ardents comme Ameline, mais aussi les textes et oeuvres des artistes qui nourrissent ses propres sculptures. Sa solitude choisie, sinon toujours acceptée, englobe les mots et les existences de ceux qui la croisent et les silhouettes qu'elle sculpte gardent la mémoire du mouvement et de l'espace.
Comme une dentellière, le personnage du roman d'Ariane Schréder raconte la trame du temps en une passementerie, trouée de silences et d'abandons, tissée de poésie et de précision, une dentelle qui arrime le territoire intérieur à l'espace extérieur. D'une grâce et d'une pureté infinies, l'écriture incarne toutes les nuances d'une histoire dans laquelle le romanesque vient se nicher discrètement, presque modestement, à l'image de Clara.
Ce roman a, pour moi, quelque chose d'une source. La limpidité sûrement, mais aussi la sensation que l'on peut s'y désaltérer quelle que soit la soif que l'on éprouve. Parce qu'il me semble aussi que sa clarté définit l'opacité et vice-versa. Je veux dire que, encore une fois comme la narratrice au prénom trompeur, la transparence enferme et enveloppe une singulière profondeur. Comme la promesse d'un charme constamment renouvelé à chaque lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
VanilleBL
  18 septembre 2013
Clara est sculpteur, habituée à créer avec ses oeuvres comme seuls témoins, comme seules présences. Discrète, secrète, elle parle peu, ne sait pas s'exprimer, dire ses émotions, raconter son histoire : elle est la silencieuse. "Je n'ai jamais été très douée avec les mots. Ceux qu'il faut prononcer, échanger. Les miens restent bloqués à l'intérieur, encombrés au moment de sortir, disparus. Ils me reviennent quand il n'y a plus personne pour les recevoir." Clara sculpte de petites danseuses, de petits animaux fragiles, aériens. Comme elle. Alors lorsque Barnabé la quitte pour d'autres projets et une autre femme, elle ne dit rien. Elle s'enfuit.
Pas à l'autre bout du monde, non, ce n'est pas l'aventure qu'elle recherche. À peine une heure trente de Paris, c'est suffisant pour pouvoir s'enfouir en pleine campagne, loin de tout, de la "civilisation" qui la brusque, dans une immense maison avec un grand atelier pour mettre ses oeuvres et en créer d'autres. Pour se (re)trouver aussi. Ce "havre" qu'elle a trouvé, elle le loue pour un an, le temps de se remettre, pense-t-elle.
Tout le monde s'étonne de cet exil, elle, la Parisienne, va s'ennuyer, perdue comme ça au milieu de nulle part. Mais Clara ne se sent pas perdue. Elle se sent bien au contraire, en solitaire, au calme, dans le silence... "Chaque atome de silence / Est la chance d'un fruit mûr" Elle sculpte, se balade, ramasse de jolies pierres, sculptures naturelles qui l'inspirent autant qu'elles l'impressionnent, observe la nature, les animaux de toutes sortes qui l'entourent. Elle rencontre quelques personnes : Omar, le voisin algérien qui s'occupe d'une maison vide, l'invite pour le couscous et lui ouvre son potager ; Thierry, l'artisan volubile qui l'aide à retaper sa maison ; l'Adorateur, un original qui se promène le long de la Loire qu'il photographie tous les jours ; Ameline, la pharmacienne divorcée qui cherche le grand amour ; le Docteur Aubier, le vétérinaire, après l'adoption d'un chaton blanc angora aux yeux tout bleus, Plume.
Sa vie est désormais rythmée par les saisons, organisée en écho à la nature qui l'entoure. Elle repense à sa rupture avec Barnabé, médite sur ce manque de poids qui la caractérise – comme ses sculptures, elle reste toujours trop légère, pas assez ancrée dans le sol, dans la vie. L'arrivée de Plume le chaton facétieux vient bousculer son existence trop isolée, elle s'attache jalousement à cette petite boule de fourrure qui, sans combler son manque le plus essentiel, rompt sa solitude voulue mais parfois pesante. Elle relit les écrits de Giacometti, qui nourrissent son art – et le roman... L'auteure a fait le choix, subtil et original, d'aborder les thèmes de la solitude et du silence, pas seulement dans le cadre de la nature environnante, mais surtout à travers le prisme de l'art, de la sculpture en particulier.
Arp et Giacometti sont les deux références principales, avec des réflexions sur la création subtilement distillées au fil des pages, jamais artificielles, toujours si justes (*)...
À partir d'une trame assez simple, assez convenue – comment se reconstruire après une rupture, la fuite permet-elle de se (re)trouver –, Ariane Schréder réussit à merveille à esquisser un portrait de femme d'une délicatesse et d'une justesse extrêmes.
Rien d'extraordinaire ne se passe dans ce roman, juste le fil des jours et des saisons, et l'on est séduit par le charme de cette écriture fluide et limpide, ce récit à la première personne, sur un mode très simple, sans sentimentalisme ni introspection exagérés. On reste dans le diffus, les nuances subtiles, une forme d'impressionnisme, de légèreté dense. Seules comptent la réappropriation de soi-même, de ses émotions, de ses désirs, et la réflexion sur ce que l'on est, sur ce que l'on veut vraiment au plus profond de soi-même.
Nous suivons Clara dans son cheminement intérieur essentiel, découvrons à travers son regard la sérénité d'une vie paisible au contact de la nature, une vie qu'elle a instinctivement choisie, trouvant dans cette maison-atelier au milieu de ses sculptures aériennes et blanches, le havre qu'il lui fallait pour vivre, pour redécouvrir son moi intérieur d'une profondeur et d'une richesse infinies.
L'écriture est pure et légère, délicate et sobre, parfaitement accordée et harmonieuse, ouvrant comme une parenthèse entre les mots pour pouvoir mieux sentir, ressentir, se connaître, s'aimer et aimer. Parce qu'il est des silences qui libèrent la parole.
Lien : http://www.paroles-et-musiqu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
keisha
  02 septembre 2015
Clara et Barnabé, c'est fini. Sans drame, comme ça. Clara n'a "jamais été très douée avec les mots. Ceux qu'ils faut prononcer, échanger." Elle sculpte, utilisant fil de fer, papier, plâtre et décide d'installer son atelier dans une grande maison à la campagne, au bord d'un fleuve. Elle se noue d'amitié avec Ameline, la pharmacienne ne rêvant que de grande ville, Omar le voisin jardinier, l'Adorateur, Thierry, d'autres. Au fil d'une année, les saisons s'écoulent, va-t-elle rester?
Son regard sur la nature environnante s'affine. "Après l'orage, j'ai fait comme les bêtes. Je suis sortie. Soulagée par la fraîcheur revenue. J'ai visité les fleurs. L'araignée à corps de bulle sur ses longues pattes fines dans le rosier, la sauterelle à l'arrêt sur la feuille de figuier, la coccinelle, plus audacieuse, sur les althéas blancs. Il faut avoir des yeux de loupe pour aimer la campagne. le regard à ras de terre, ou bien accroché aux étoiles."
Sa sculpture évolue. Elle en parle joliment, simplement. "Tout y est disproportionné. Les marcheuses, les danseuses, sont toutes petites au regard des insectes. Je les accroche aussi aux poutres, comme les carcasses vides et parfaites des cigales que je récoltais délicatement sur le tronc des arbres, enfant.
Je n'ai pas la prétention d'être une grande artiste. Ni d'être un jour reconnue. Je ne vois pas comment ajouter au monde tel qu'il est, plein comme un oeuf, encore moins comment introduire du nouveau. Je le peuple simplement, à ma manière, pour qu'il me soit habitable. je le recrée, et c'est ce que cherchent ceux qui parfois m'achètent des sculptures. Ils voient l'ensemble, et en emportent un morceau."
Un roman plein de délicatesse, un poil minimaliste, sans affèterie.
Lien : http://enlisantenvoyageant.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
VanessaV
  05 février 2014
"La silencieuse" d'Ariane SCHREDER est un roman sur l'intime de la vie au féminin.
Clara est sculpteur. Elle se laisse bercer par le quotidien, des sculptures, comme des mobiles, créées dans un atelier, des marionnettes pour accompagner Barnabé dans le théâtre pour enfants. Puis Barnabé part. Elle ne peut pas rester sur Paris, elle fuit à la campagne. Pour un an tout au plus.
Dans cette maison louée, elle peut enfin rester sans parler. Parce qu'elle ne sait pas s'exprimer, les mots sont coincés dans sa gorge depuis quelques temps déjà.
Elle est encore inachevée.
Les promenades au bord du fleuve avec la chienne des voisins lui apporte réconfort. Elle se construit aussi avec la rencontre des villageois: Omar le taiseux et son couscous hebdomadaire pour apprendre à dire non parce qu'elle a le choix, l'Adorateur et ses retranchements pour profiter des petits riens, Ameline la pharmacienne qui s'ennuie en campagne et les choix de vie d'une femme, mais aussi la cousine adorée Lise et Julie, cette nièce au début de sa vie de femme. Tous vont l'aider à se positionner par leurs choix propres.
Et puis la vie reprend son cours, elle apprend le lâcher prise. Des question sur l'art, entre débat sur la forme, l'épaisseur, avec Jean ARP, et Alberto GIACOMETTI, qui peuvent aussi être des réflexions sur la vie.
Clara a besoin de prendre de l'épaisseur, du poids, de la consistance. Ces sculptures évanescentes sont plus marquées quand elles représentent des personnes réelles. Elle même doit se façonner pour ne pas devenir folle pour ne pas s'enliser dans une maison comme la Robinsonne. Il ne manque plus que l'intervention d'un chaton pour bousculer la vie, lui rendre de la folie, de la spontanéité, des craintes et des joies.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Yuko
  16 juin 2014
C'est entre silence et méditation qu'Ariane Schréder situe son personnage principal. Clara a du mal à ne pas devenir trop légère pour rester sur terre, mi-ange solitaire, mi personnage de fiction, elle incarne l'évanescence et s'isole de la souffrance dans une nature sauvage accueillante. de rencontres tendres en échanges fugaces, elle portera sur le monde extérieur un regard apaisé et salvateur.
Premier roman d'Ariane Schréder, on ne peut qu'être surpris par l'ambiance feutrée qui s'en dégage et par l'incroyable fragilité de l'écriture. Une fragilité souhaitée et maitrisée qui rend ses personnages tendres et attachants. Un beau travail a par ailleurs été réalisé sur les décors et les liens tissés entre les personnages nous ouvrent les portes d'un monde amical et enjoué.
Une lecture douce et apaisante qui présage d'une belle carrière pour l'auteur.
Lien : http://art-enciel.over-blog...
Commenter  J’apprécie          80

critiques presse (1)
Lexpress   14 mars 2013
Sur une trame assez convenue - comment trouver sa voie dans la fuite ? - Ariane Schréder nous livre un portrait de femme d'une justesse et d'une délicatesse extrêmes.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
montgesoyemontgesoye   22 août 2013
L'écriture m'a plu tout de suite. Fluide et sobre, mais pas sèche. Elle donne envie de tourner les pages encore et encore.
Le thème était a priori peu attirant pour moi, mais je me suis laissée toucher par cette solitaire par nécessité qui renoue petit à petit avec les autres avec délicatesse. La créativité est omniprésente (l'héroïne sculpe), c'est un personnage en soi, tout comme le silence et la nature.
Vraiment un beau moment de lecture.
Seule la fin est un peu "trop", mais après tout, ce happy end, on le lui souhaite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
YukoYuko   16 juin 2014
Je n'ai jamais été très douée avec les mots. Ceux qu'il faut prononcer, échanger. Les miens restent bloqués à l'intérieur, encombrés au moment de sortir, disparus. Ils me reviennent quand il n'y a plus personne pour les recevoir.
Commenter  J’apprécie          100
VanessaVVanessaV   31 janvier 2014
Avant, je passai des heures à travailler dans l'atelier, et puis je sortais marcher, à la tombée du jour quand toutes les lumières s'allument et que la nuit n'est pas encore là. C'était l'heure que je préférais. Ou parfois plus tard, surtout quand la pluie faisait briller les trottoirs et que les fenêtres s'éclairaient en grands rectangles jaunes, avec cet exhibitionnisme tranquille des gens des grandes villes. Après les longues heures à travailler dans le corps à corps avec la sculpture, à lutter avec la matière récalcitrante, à tâtonner laborieusement dans l'attente que quelque chose s’impose enfin, je m'exaltais de voir la vie autour de moi, ravie de son indifférence. Je captais les lumières, les mouvements, les bruits, aux aguets de tout après le grand silence de l'atelier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AifelleAifelle   13 janvier 2014
"J'aspirais sans doute à la disparition. Me fondre dans la campagne comme l'insecte vert sur la tige. M'engloutir dans le blanc et la poussière du plâtre, devenir translucide et aérienne comme mes sculptures patientes sur leurs poutres".
Commenter  J’apprécie          60
littleonelittleone   19 novembre 2013
Il faut avoir des yeux de loupe pour aimer la campagne. Le regard à ras de terre ou bien accroché aux étoiles. (p. 80)
Commenter  J’apprécie          60
Video de Ariane Schréder (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ariane Schréder
Ariane Schréder - Et mon Luth constellé
autres livres classés : natureVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2237 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre
.. ..