AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

François Truchaud (Traducteur)
EAN : 9782266046688
223 pages
Pocket (30/11/-1)
3.7/5   68 notes
Résumé :
Quand Albert Keith a vu ce tableau, il n'a pas pu résister : il l'a acheté. De fait, on a rarement vu oeuvre d'art plus répugnante, plus digne de séduire un authentique amateur d'insolite. Lovecraft a même décrit, dans une nouvelle célèbre, une toile tout à fait semblable : le grand écrivain disparu, connu pour son imagination débordante, aurait-il, pour une fois, décrit ce qu'il voyait ? Albert Keith pense tout de suite à un canular monté par le vieux Maître avec l... >Voir plus
Que lire après Retour à Arkham (Etranges éons)Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
3,7

sur 68 notes
5
4 avis
4
4 avis
3
3 avis
2
4 avis
1
0 avis
Il s'agit là d'un hommage évident à Lovecraft.
L'ambiance, l'écriture, le scénario rappellent véritablement le maître de Providence.
On descelle également une volonté d'aller plus loin que le maître, une tentative de prolonger le mythe de Chtulhu, d'aller au delà de ce qu'avait pu proposer Lovecraft, de poursuivre l'aventure et faire perdurer sa mémoire, sans doute même d'apporter comme une conclusion, provisoire certes, mais bien présente, comme pour passer à autre chose, ouvrir d'autres portes, et prolonger encore le mythe, le développer, le pérenniser...
Mais Robert Bloch, aussi doué soit il, n'est pas H.P.Lovecraft. On ne retrouve pas dans son style, la magie évocatrice qui caractérisait son maître, la poéie terrifiante qui convoquait chez le lecteur les émotions les plus fortes comme la terreur, le dégoût, l'horreur.
Malgré l'effort, et je n'enlève rien à la qualité de ce livre que j'ai trouvé plutôt agréable à lire, je ne me suis pas senti happé par le récit, pas absorbé par l'ambiance, et même limite à peine concerné par les personnages et leur sort.
J'ai même eu le sentiment que les références en hommage finissaient par étouffer le récit, pourtant prometteur que proposait Robert Bloch. Malgré les bonnes idées du troisième acte (le livre est découpé en trois parties) qui apportent fraîcheur, continuité et nouveauté au mythe (et on sent là la volonté de Bloch de se détacher de Lovercaft), le récit finit par "s'auto mutiler", s'étouffer lui même, ne parvenant jamais finalement à s'extirper pour exister de lui même.
Commenter  J’apprécie          110
J'aime les livres qui ont une histoire. C'est pour cela que j'en achète beaucoup d'occasion. Celui-ci ne déroge pas à la règle. Acheté 0,50€ dans une foire aux livres d'une ONG quelconque, j'ai bien failli passer à côté.

En effet, à peine passé la porte, direction les tables où s'accumulent livres de SF, fantastiques, thillers, polars... avec l'espoir d'y trouver des romans de Robert Bloch, Jim Thompson, Fredric Brown, Jean Ray, etc. Et au milieu de ces centaines de livres déjà lus et parfois maltraité, j'aperçois le dos reconnaissable du NéO. Mais je vois aussi très vite qu'il a subit une reliure de bibliothèque, pas très belle, et souvent en piteux état. Ce type de reliure est toujours signe de la présence de tampon et autres pochettes pour fiches d'identification. Vadé rétro satanas ! Ce livre n'entrera pas dans ma bibliothèque. Quoique !! Arrivé à l'autre bout de la salle, un flash : Ce livre abandonné à son triste sort est un roman de Robert Bloch. Demi-tour ! Heureusement personne ne l'a pris. Alors oui. Ce livre est un livre qui échappe au pilon avec ces tatouage et son costume de bagnard. Sans doute peu lu. Il est encore propre et sa reliure (moche) solide.

Et me voilà en train de lire un roman de Robert Bloch très spécial, à mi-chemin d'un roman fantastique et de la biographie de HPL.

Mais plus qu'une biographie de HPL, ce roman tourne à la bibliographie de Lovecraft. Très bel exercice : écrire un roman qui reprend le plus possible d'idées extraites de ses oeuvres. C'est bien écrit, l'histoire tient la route. Est-ce dû au thème ? à la reprises d'idée déjà utilisées ? Je ne sais. Une chose est certaine : il ne m'a pas emballé. Première déception à la lecture d'un Robert Bloch.

En bref : Si vous êtes un aficionado des mythes Cthulhu, ce roman devrait vous plaire. Si vous ne connaissez pas cet univers, ce roman vous en donnera un bon aperçu. Si vous appréciez l'oeuvre de Bloch mais n'êtes pas dan d'un fantastique lovecraftien, vous pouvez sérieusement envisager de passer votre chemin... ce que j'aurai pu ou du faire.
Lien : http://livres.gloubik.info/s..
Commenter  J’apprécie          120
Alors adolescent, Robert Bloch était un lecteur assidu de Weird Tales et entretenait une correspondance avec l'un de ses plus illustres contributeurs: H.P. Lovecraft.
En 1979, plus de 40 ans après la disparition du maître de Providence, Robert Bloch, désormais auteur reconnu -on lui doit notamment Psychose, adapté à l'écran par Alfred Hitchcock-, décide de lui rendre hommage avec Strange Eons.

Découpé en trois parties liées entre elles mais pouvant se lire comme plusieurs nouvelles, le roman aborde le mythe de Cthulhu sous divers angles.
La première partie nous propose un récit fantastique construit comme une enquête policière et tournant autour du travail de Lovecraft. Bourré de références explicites à diverses nouvelles et constituant un véritable guide de lecture, l'auteur y prolonge et renouvelle le Mythe de Cthulhu en lui donnant une réalité quasi-tangible.
Le second récit est également une enquête, nous plongeant cette fois-ci dans l'univers des sectes, pullulant de plus en plus suite à d'étranges phénomènes... le roman se termine ensuite avec une courte nouvelle à la chute indicible et bien poulpeuse comme il faut.

Avec Retour à Arkham, Robert Bloch nous livre un bel hommage à HPL et apporte sa contribution au mythe tout en le renouvelant d'une certaine façon. Je recommanderais toutefois Retour à Arkham aux lecteurs déjà familiers avec l'univers de Lovecraft, sans quoi ils risqueraient de passer à côté de nombreuses références et/ou de se faire spoiler la fin de quelques nouvelles.

CTHULHU FHTAGN !!
Commenter  J’apprécie          72
Quelques mots sur l'auteur : Robert Bloch adolescent devient un fervent lecteur de Weird tales un magasine américain célèbre pour avoir publié dans ses pages des récits et nouvelles, appartenant principalement au genre du fantastique et de la fantazy, écrits par certains des auteurs les plus emblématiques du genre dont l'écrivain Lovecraft. A quinze ans il écrit à ce dernier. A dix-sept ans, il est publié à son tour dans Weird Tales. Malgré le triomphe de Psychose, il n'oublie pas de retourner à Arkham.
Arkham est une ville imaginaire du Massachusettss , imaginée par l'écrivain Lovecraft. Elle apparaît dans ses récits, surtout ceux concernant le Mythe de Cthulhu.

L'histoire: le quatrième de couverture résume très clairement le départ de l'intrigue, dans les années 70 Albert Keith amateur d'art achète un tableau intriguant, pour nombre de raisons. Il le montre à un ami bibliophile qui va tout de suite penser aux nouvelles de Lovecraft. Intrigués les deux hommes vont cherchez à découvrir s'il s'agit d'un tableau suggéré par l'écrivain fantastique ou bien l'oeuvre d'un peintre obnubilé par les nouvelles du conteur.
Ils vont alors découvrir le monde étrange de Lovecraft.

Mené comme un roman policier, enquête, coups de théâtre, meurtres et suspicion Robert Bloch va parvenir à nos entraîner dans les brumes profondes, cauchemardesques et fantasmagoriques de Lovecraft avec une écriture intelligente et sans temps morts.
L'auteur imbrique avec maestria le mythe de Cthulhu, imaginé par Lovecraft à notre réalité. Ce roman est un hommage incommensurable au génie de Lovecraft maître incontestable de l'univers fantastique.
Cette lecture a été un véritable plaisir, celui de redécouvrir avec nostalgie l'atmosphère des nouvelles de Lovecraft évoquées page après page et la découverte de Robert Bloch dont l'écriture ne m'a pas lassée une seconde et qui a su me tenir en haleine tout au long du roman.
Je recommande ce roman aux amateurs de Lovecraft qui retrouveront avec plaisir son imaginaire si spécial et également aux néophytes qui je l'espère apprécieront cette lecture qui pourrait presque être initiatique vis à vis de l'oeuvre de Lovecraft et qui sait vous laisserez vous peut être submerger par ces brumes mystérieuses, par ses légendes irréelles et angoissantes.
Commenter  J’apprécie          30
Hommage à Lovecraft, certes. Sous la forme de 3 nouvelles au cours desquelles les protagonistes découvrent que Lovecraft était un visionnaire, une sorte de prophète des derniers temps.

Contrairement à beaucoup d'auteurs qui pastichent Lovecraft, Bloch n'hésite pas à faire sombrer dans la folie ou dévorer ses personnages principaux. il n'hésite pas à donner un nom et une unité à toute la mythologie lovecraftienne: le mythe de Cthulhu. le nom est resté sauf chez les puristes qui continuent à le clamer: il n'y a pas de mythe unifié chez Lovecraft.

L'histoire est plaisante, mouvementée, une sorte d'enquête qui aboutit à une véritable suspension d'incrédulités pour le lecteur, comme si tout était vrai… J'avoue que je me suis bien amusé.

Sans doute pourrait on reprocher au texte d'être trop démonstratif, de manquer de mystère, mais contentons nous de dire que c'est un hommage, car c'est très distrayant à lire, et vraiment inspiré par le maître de Providence…
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (1)
SciFiUniverse
21 mai 2019
Avec trois nouvelles liées formant le roman et un style prenant, Robert Bloch écrit avec Étranges éons un hommage de qualité au maître de Providence pour les connaisseurs et une façon accessible et moderne de le découvrir pour les curieux.
Lire la critique sur le site : SciFiUniverse
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
L'humanité toute entière avait en commun cette nécessité de briser le dôme de la réalité qui l'enfermait. Dans la plupart des cas, les moyens d'y parvenir étaient simples : les films, la télévision ou les comic books. Même les moins favorisés ressentaient cet attrait pour l'inconnu : personne, même le plus humble des êtres humains, n'est insensible face à l'énigme de la vie, encore moins face à celle de la mort. Il y a quelque chose en chacun de nous qui recherche l'étrange, l'anormal, l'inexplicable. Et grâce à cela, en diminue l'emprise sur nos esprits. Les défenseurs du réalisme le plus absolu, ceux qui se proclament sceptiques ou qui dénigrent le surnaturel, ce sont eux qui sont les plus à même de sombrer dans la folie.
Commenter  J’apprécie          50
- "Le monde d'aujourd'hui semble rempli de gens incapables d'affronter leurs problèmes. Les drogues et l'alcool aident à gommer la distinction entre la réalité et l'imaginaire, mais cela ne suffit pas. C'est insuffisant pour oublier ses peurs, pour exorciser ses démons familiers. Alors ils tapent dans des balles au lieu de frapper des visages, ils jouent au bowling et visent des quilles au lieu de fracasser des têtes, ils se vautrent dans une violence de substitution en regardant un écran de cinéma."
Commenter  J’apprécie          20
- "Ils se souvenaient des Grands Anciens.
Et les Grands Anciens se souvenaient d'eux.
Car ils ne sont pas morts. Des entités capables de franchir l'immensité de l'Espace du Dehors sont immortelles. Enterrés, ils peuvent bien l'être sous des masses titanesques de glace, ou emmurés dans de grandes citadelles de pierre sous la mer, au fond des abysses... enterrés, mais toujours conscients. Ils dorment depuis des éons qui ne sont qu'un instant pour eux ; ils s'agitent dans leur sommeil et ils rêvent. Leurs rêves qui envahissent les esprits des incroyants sous la forme de cauchemars... mais aux croyants, ils apportent une foi régénéré, un espoir sans cesse renouvelé... annonçant le jour où les Grands Anciens réapparaîtront pour régner à nouveau. Dans sa demeure de R'lyeh, la ville morte, le Grand Cthulhu attend, plongé dans ses rêves. Il attend le moment où les étoiles seront en place... le retour du pouvoir qui lui permettra de se libérer. Ce moment est proche, à portée de main, et le pouvoir a été efficacement préservé, contenu dans des écrits secrets que les vrais croyants ont conservés à travers les siècles. C'est ce pouvoir, cette connaissance, qu'incarne la Sagesse des Étoiles."
Commenter  J’apprécie          00
La logique fleurit à la lumière du jour, mais dès que la nuit vient, elle se fane rapidement dès qu’une ombre l’effleure. Alors s’épanouissent les fleurs des ténèbres, qui se tordent et exhalent l’odeur de la peur. Elles dansent au sein des ombres et les ombres ondoient avec elles.
Commenter  J’apprécie          30
Connais-toi toi-même. Même si c'était possible – et cela ne l'est pas, pas d'une façon significative –, quel avantage présente cette connaissance de soi ? Notre seul espoir de salut réside dans la connaissance du monde qui se trouve en dehors de nous-mêmes, le monde de l'espace et des étoiles.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Robert Bloch (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Bloch
Chronique consacrée aux grands noms de la littérature policière, et animée, depuis octobre 2018, par Patrick Vast, dans le cadre de l'émission La Vie des Livres (Radio Plus - Douvrin). Pour la 25ème chronique, le 07 novembre 2018, Patrick présente Robert Bloch. Patrick Vast est aussi auteur, notamment de polars. N'hésitez pas à vous rendre sur son site : http://patricksvast.hautetfort.com/ Il a également une activité d'éditeur. À voir ici : https://lechatmoireeditions.wordpress.com/ La page Facebook de l'émission La Vie des Livres : https://www.facebook.com/laviedeslivres62/
autres livres classés : horreurVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (193) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4866 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..