AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070392650
120 pages
Éditeur : Gallimard (31/01/1995)
3.48/5   45 notes
Résumé :
C'est en quelque sorte le journal intime de l'acteur qui évoque les amis absents et présents, dans un style heurté et presque incantatoire. "Je ne suis pas un gars de la syntaxe. Je suis de la syncope".
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
TerrainsVagues
  08 mai 2019
Le bord intime des rivières… Je n'ai pas encore accosté à la première page que je suis déjà sous le charme de ce titre
Le bord intime des rivières, c'est avant tout une voix. C'est une signature vocale qui ne quitte pas le lecteur du premier au dernier mot. Un timbre imprimé sur chaque page comme sur celles d'un livre de Bohringer.
Le bord intime des rivières, un livre de Bohringer. Autant dire que mon objectivité (quasi légendaire… ou presque) m'a définitivement quitté le temps trop court de cette lecture.
Ami babelioteur, si ton truc c'est une histoire bien ficelée, avec suspens, histoire d'amour, de gore, si t'es un peu intégriste dans tes goûts (je le suis dans les miens) qu'il te faut un truc bien structuré genre sujet verbe complément où la route est bien tracée, tu peux oublier ces instantanés de vie car sur le bord intime des rivières, la vie n'est pas un long fleuve tranquille.
Vous dire que j'ai aimé naviguer entre la source et l'océan, que j'ai savouré les méandres de la scène qu'est une vie, que j'ai adoré me perdre sur les rivages inaccessibles de l'ami Richard, vous dire tout ça serait tellement loin de la vérité que si je vous le dit quand même, c'est juste que s'il existe des mots plus puissants pour un ressenti, ils ne me viennent pas.
Oui je dis l'ami Richard. Ce n'est pas que je le connaisse, malheureusement, mais que ce soit dans ses livres, ses interviews, ses coups de gueule et ses indignations, ses mots sont toujours gorgés de bienveillance comme seuls peuvent l'être ceux de quelqu'un qui vous veut du bien.
« J'ai eu du mal à approcher le bonheur, le mien, avec cette putain d'envie que les autres aient le même au moins. Ce songe lointain. Bonheur humain où l'amour sera roi».
Ah ça castagne aussi avec la vie. Les portes de l'intime entre-ouvertes claquent entre une paresse et une conscience en alerte. le ring est dressé et les coups d'enfance répondent aux coups de sans, les coups de coeur aux coups de blues, les coups de point aux coups de soleil. Reprise après reprise, à grands coups de main, à grands coups d'amour, l'ami richard s'éloigne du chaos.
Il écrit comme il parle avec cette spontanéité qui cueille au menton le masque du premier fourbe qui passe, le dissimulateur, le fuyant, le calculateur. Chaque respiration est sincère, chaque mot transpire l'authenticité, chaque silence donne le temps d'apprécier l'instant. Sur le bord intime des rivières, d'un regard triste et blessé, Richard a su redonner vie à la petite étincelle au fond des yeux qui lui donne ce regard pétillant, généreux, fraternel, humain.

D'une salle de boxe miteuse qui mènera à la ceinture mondiale en passant par une enfance à cicatrices, des frissons donnés par un saxo au fond d'un bar, d'un concert blues, de l'amitié, les femmes, ses enfants et puis l'Afrique, de tous les alluvions qui font des rives de Bohringer un quai très attachant, il ressort un sentiment de bien être.
« Je veux écrire de la musique avec les mots. Je veux être guitare héros ».
J'aime vraiment beaucoup cette mélodie du bonheur. de la poésie à l'état brut.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4212
HORUSFONCK
  20 février 2017
Le beau livre de Richard Bohringer!
le ton est rugueux comme une écorce d'arbre, râpeux comme une toile de jute... le mot est juste, affûté comme la note sourde et tendre du saxo.
Le désert? nous y sommes! à peine éloignés du village, déjà perdus!
La boxe? une danse de coups, de sueur et de douleurs!
La musique?... La grâce la visite parfois;
Richard Bohringer raconte, éructe, ajuste sa phrase en jeteur de mots..qui tombent juste et heurtent précis!..puis explosent dans la tête du lecteur émerveillé, sidéré, captivé.
Quelle voix!
Commenter  J’apprécie          214
Epictete
  01 janvier 2014
On a tous vu ou entendu une interview de Richard Bohringer. On l'a tous entendu s'indigner ou s'exprimer (souvent c'est pareil, chez lui) sur le nord, les hauts-fourneaux,l'Afrique, le show-biz, la politique, etc.
On l'a tous entendu également s'extasier, évoquer avec nostalgie des choses qui lui tiennent à coeur, avec une petite lueur (larme ?) au coin de l'oeil..
Eh bien, je trouve qu'il écrit comme il crie.
Il y a énormément de sensibilité dans ses textes. Ce n'est pas de la grande littérature, mais sait-on jamais.
Commenter  J’apprécie          151
breba
  06 novembre 2011
j'ai lu tous ses livres et à chaque lecture , je suis bouleversée
son écriture est magnifique : poétique, chaleureuse, fraternelle , écorchée
il écrit avec son coeur, son ventre , ses révoltes et ses passions.
on aime ou on est agacé par l'homme , l'acteur , l'écrivain , le poète
mais on ne peut y être indifférent ....
sachez que moi J ADORE et cours acheter chacun de ses livres
Commenter  J’apprécie          161
marlene50
  28 juillet 2018
Quelle belle envolée de mots, de courtes phrases pour raconter les joies, mais surtout les peines, les douleurs, les belles années envolées, le temps qui passe, les erreurs, les souffrances, le mal être, l'amour des êtres, l'amour pour les boxeurs, l'amour pour la musique, l'amour de l'Afrique et tant d'autres sentiments qui jaillissent au détour des mots, des phrases jetées sur le papier pêle-mêle dans une anarchie organisée qui fait mouche.
C'est percutant, c'est sensible ; j'ai aimé.
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   04 septembre 2014
Emmène-moi dans le village, là où maman est née. Là où le léopard dort dans les bras du boa. Où les femmes ont des robes qui ressemblent à des soleils fous. Elles nous feront des signes de sous leurs ombrelles faites de plumes de paon. Et les messieurs qui les tiennent par le bras nous feront des sourires d'ivoire en nous montrant du doigt le cimetière des grand éléphants.
Emmène-moi dans le village, là où maman est née, là où papa est un sage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
marina53marina53   29 août 2014
Je voulais remonter les rivières, me perdre dans le vert. Je voulais le silence aussi. Le bord intime des rivières. Le bord du ventre des femmes. L'ombre divine. La peau, turbulence de l'âme. Vouloir voir. Et toucher. Vite. Comme une brûlure. Avant d'être aveugle.
Commenter  J’apprécie          370
marina53marina53   16 septembre 2014
Si le cœur est bien là. Faut se garder. C'est du bon kif d'humain. Dès que c'est coupé, faut en replanter. C'est mon idée. Faut se garder. Faut savoir qu'on est des milliers. Comme des champs de blé. Des milliers à s'aimer. Des milliards à pas le savoir.
Commenter  J’apprécie          380
marina53marina53   06 septembre 2014
Les mots, arriver à les foutre sur le papier. Y'a des fois en pleine trajectoire, à fond la caisse dans la phrase, t'éclates, tu déjantes, et cette foutue phrase cahote dans l'herbage pour finir comme une conne loin du rivage.
Commenter  J’apprécie          351
marina53marina53   10 septembre 2014
Je veux écrire pour être avec les autres. Ceux que j'ai connus. Ceux que je vais connaître. Ceux que je ne connaîtrai jamais. Je veux écrire pour être meilleur humain. Pour éviter la disgrâce.
Commenter  J’apprécie          411

Videos de Richard Bohringer (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Richard Bohringer
SMEP 2016 - Richard Bohringer
autres livres classés : journal intimeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1206 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre