AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782410015270
320 pages
Éditeur : Belin - Gallimard (31/10/2018)
3.6/5   5 notes
Résumé :
Mai 1798. Bonaparte lance l'une des aventures militaires les plus fortes de l'épopée napoléonienne : la campagne d'Egypte. Cégyptomanie fait alors fureur en France et l'expédition éveille l'intérêt pour tous les mythes de l'Egypte ancienne, celle des Pharaons. d'Alexandre et de Cléopâtre. La participation de près de 170 savants, dont beaucoup rentrent chargés de trésors, contribue à la renommée d'une expérience qui apparaît d'emblée comme un choc entre deux civilisa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Tostaky61
  02 mars 2019
Tout ça pour ça ?
C'est un peu ce qu'on a envie de se dire quand on referme La campagne d'Egypte de Jacques-Olivier Boudon.
Et là je ne parle pas du livre ou du travail de l'auteur, je vous parle de cette campagne que lance Bonaparte en 1798 pour conquérir le pays des pharaons.
Une tentative de conquête qui durera trois ans.
Trois ans de combats, de violences.
Pour les forces françaises, près de 45 000 hommes y participeront, environ 15 000 d'entre eux y laisseront la vie ou seront blessés.
(Dans le camp d'en face, sans compter les Anglais, se sont quelque 220 000 Ottomans qui prendront part aux combats, plus de 50 000 en seront victimes)
Il faut dire qu'a l'époque on partait dans l'inconnu.
Il y avait la mer d'abord. Une traversée qui va déjà bien remuer les boyaux de ces braves soldats.
Il y a le desert ensuite, ce soleil qu'on ne connaissait pas si puissant, cette eau si rare.
Il y a les mamelouks qu'il faudra combattre.
Et ces populations prêtes à défendre leur pays, leur religion, leur vie.
Il y a la peste aussi, comme si les batailles ne suffisaient pas pour semer la mort.
Avec l'échec de l'invasion de la Syrie, Bonaparte, alors Général en chef, ne restera qu'une année sur la terre égyptienne alternant défaites et victoires il rentrera en France laissant au Général  Kleber le soin de conclure victorieusement la prise du pays.
Mais, après de violents combats, l'alliance entre les Turcs et les Anglais mettra fin aux illusions de celui qui devient Empereur.
Au début, j'avoue que l'abondance de noms et de chiffres m'a effrayé. Jacques-Olivier Boudon  fait les présentations, il nomme les principaux protagonistes, nous en livre un rapide cv, compte les soldats, par régiment,  le materiel, les chevaux, les navires et... c'est parti.
A partir de la prise de Malte le récit devient plus linéaire, moins comptable.
Se servant de différents témoignages il nous raconte cette campagne, mettant parfois l'accent sur certains faits et sur la violence en particulier (combats, pillages, viols, tortures, esclavage...) rien ne lui échappe.
Il nous parle des soldats bien sûr,  mais aussi des savants que Bonaparte avait décidé d'emmener avec lui et qui, par leurs travaux, aideront à comprendre l'Égypte. (Vivant Denon par exemple).
On retrouve ici les prémices des campagnes que mènera plus tard Napoléon, toutes plus meurtrières les unes que les autres.
Un ouvrage intéressant qui se lit presque comme un roman.
Merci aux Éditions Belin et à Babelio de m'avoir fait découvrir au travers de l'ouvrage de Jacques-Olivier Boudon, cette page de notre histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Zippo
  25 mars 2019
La campagne d'Egypte : une expédition entre conquête et connaissances. C'est la définition exacte de cette expédition. C'est d'ailleurs le nom donné à une exposition qui s'est tenue, au printemps 2000, au Museo Napoleonico de Rome.
Jacques-Olivier Boudon, président de l'Institut Napoléon, et dont j'ai eu la chance d'assister à plusieurs de ses conférences dans divers colloques napoléoniens, nous présente ici une oeuvre majeure. Il a le grand mérite de nous présenter une relation précise, solidement étayée, tant au niveau militaire, que scientifique et artistique. de plus un autre intérêt à ce livre : la présence constante de témoignages des participants de cette expédition (militaires, savants et artistes). Nous vivons, au plus près, la dureté du climat, l'âpreté des combats subies par les soldats, sous-officiers et officiers. Nous côtoyons des savants et des artistes qui découvrent l'Egypte en suivant les troupes et qui s'enthousiasment. du moins dans les premiers temps, car les souvenirs et correspondances, tant des militaires que des civils, font ressortir, après des mois en Egypte, une certaine lassitude et le fort de désir de revenir en France.

Cette campagne sera une étape décisive pour beaucoup de jeunes officiers qui connaîtront une carrière extraordinaire au cours de l'Epopée impériale.
Pour la fine fleur des sciences françaises de la fin du XVIIIème siècle (Monge, Berthollet, Geoffroy Saint-Hilaire…) ce sera l'occasion d'accomplir des recherches. Sans oublier les ingénieurs et les artistes.
L'expédition part de cinq ports en mai 1798 : Toulon, Marseille, Gênes, Civita Vecchia et Ajaccio. Malte est prise et une garnison y est installée.Malgré Nelson qui sillonne avec sa flotte la Méditerranée en tous sens, la flotte française arrive devant Alexandrie. Puis c'est la marche vers le Caire.
Après les guerres de Vendée et avant la guerre en Espagne, l'armée française est confrontée à une guerre qui n'est pas faite que de batailles rangées, mais aussi de nombreuses embuscades.
Au sujet des duretés de cette campagne, impossible de ne pas citer ce témoignage de Galland : "Un soldat vit succomber un de ses camarades ; inquiet il regardait autour de lui et épiait le moment où il ne serait vu de personne pour égorger son ami et se désaltérer de son sang."....finalement, il y renoncera.
Bien que ses soldats soient ceux d'une France révolutionnaire et déchristianisée, Bonaparte exige de ses troupes le respect absolu de l'Islam.
Lors de sa campagne précédente, en Italie, Bonaparte avait imposé à son armée le même respect pour les catholiques et les juifs.
Tout en respectant le Coran, Bonaparte insuffle un vent de modernité à la société égyptienne.
Le 1er août 1798, la flotte française est détruite par les Anglais dans la baie d'Aboukir.
La poursuite de Mourad Bey, chef mamelouk, est un des grands faits d'armes du général Desaix qui trouvera la mort à Marengo le 14 juin 1800. Au cours de cette poursuite, les soldats découvrent, émerveillés, Thèbes. Laissons le capitaine Desvernois nous relater cet enthousiasme : "A l'aspect de ces ruines gigantesques, de ces vastes et nombreux débris qui occupent une si grande place dans l'histoire de l'Antiquité, tous les rangs de la division retentirent d'applaudissements."
Bonaparte suit les traces de l'ancien canal reliant la mer Rouge à la mer Méditerranée, l'argent manquant, impossible de le reconstruire. C'est sous le Second Empire, en 1869, que le canal de Suez sera inauguré.
La campagne se poursuit en Syrie, où les Ottomans menacent les Français. Une force de 10.000 hommes, commandée par les généraux Kléber et Reynier, y est donc envoyée, avec une cavalerie de 1.000 hommes sous les ordres de Murat. Et c'est à nouveau les duretés d'une traversée du désert, avec et toujours le manque d'eau. le témoignage du lieutenant Laval : "J'ai vu dans cette marche des frères grenadiers dans le 32ème régiment, s'écarter de la colonne pour s'aller tuer eux-mêmes, disant : "Nous avons trop souffert"."
Puis c'est la prise d'El Arich et la marche vers Gaza. La peste à Jaffa : une moyenne de trente soldats meurent quotidiennement.
En mars 1799, Bonaparte assiège Saint-Jean d'Acre. Après plusieurs assauts infructueux et meurtriers, il lève le siège. le 19 avril 1799, c'est la victoire du Mont-Thabor. Et la victoire terrestre d'Aboukir, le 25 juillet 1799, où Murat et Lannes s'illustrent. Eugène de Beauharnais, tout jeune beau-fils de Bonaparte, est présent aux côtés de Lannes lors de cet affrontement.
Ayant reçu des nouvelles alarmantes de France, où les situations politique et militaire se dégradent, Bonaparte (accompagné de Murat, Berthier, Marmont, Lannes et Andreossy) quitte l'Egypte, le 18 août 1799, et arrive à Paris le 16 octobre. Il laisse le commandement à Kléber qui sera assassiné au Caire le 14 juin 1800. Ce général sera victorieux à la bataille d'Héliopolis le 20 mars 1800. Puis c'est le général Menou qui lui succède.
Face à l'importance des forces anglo-turques, c'est la fin de la campagne à l'été 1801. Les troupes françaises rembarquent dans différents ports d'Egypte.
Les Anglais confisquent aux savants français la pierre de Rosette (exposée depuis au British Museum) qui a été découverte par un soldat français le 15 juillet 1799. En 1822, Champollion parvint à en déchiffrer les hiéroglyphes.
Mais, l'influence de Bonaparte et des Français, au-delà, des résultats mitigés de cette campagne, perdurera à travers Méhémet Ali qui gouverne l'Egypte de 1804 à 1849 et la modernise en se servant des idées de Bonaparte...la modernisation de l'Egypte au XIXème siècle a donc été très influencée par Bonaparte.
C'est un livre dense : nous côtoyons la cruauté, l'âpreté des combats, des longues marches, mais nous entrevoyons également les aspects positifs de cette expédition.
Jacques-Olivier Boudon nous offre un livre très vivant qui nous fait vivre, charnellement et spirituellement, cette aventure.
Un ouvrage qui fera date sur le sujet.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Aurelien38
  21 avril 2019
Un grand merci aux éditions Belin et à Babelio pour ce livre qui a été un plaisir à lire et à découvrir.
La campagne d'Egypte. Rien que le nom suscite la curiosité. Ce livre retrace à merveille l'épopée vécue par les hommes qui ont suivi Napoléon sur le continent Africain. Bien loin de l'image de l'Egypte que vont se faire les soldats au moment du départ, la réalité sera pour eux une grande déception. Entre affrontements, soif, attaques surprises et révoltes, les soldats français vont devoir établir une colonie en terrain hostile. Nombre d'entre eux ne vont pas en revenir et les survivants en resteront marqué à jamais. La campagne d'Egypte de Boudon raconte l'histoire de ces hommes dont la dévotion à leur chef les mènera jusqu'à la Syrie et à St-Jean-d'Acre avant, progressivement, de tout perdre.
Jacques-Olivier Boudon fournit un travail méticuleux et précis de cette campagne. La grande force de cet ouvrage est la quantité de citation des différents protagonistes : des soldats mais aussi des nobles du Caire qui permettent de concevoir ce qu'a réellement été cette expédition. Bien loin de l'image restée dans l'histoire et notamment promulguée par les arts et les savants, la campagne d'Egypte a avant tout été le cadre d'une guerre sans merci à laquelle se sont livrés les soldats des deux camps. On sort du cadre d'affrontement traditionnel comme le souligne les nombreux témoignages présents dans cet ouvrage. le déroulé chronologique du livre permet de lire le livre avec fluidité tout en abordant une multitude d'aspects : les relations avec les habitants, la place des savants, les différentes expéditions, … Autant de sujets qui permettent d'avoir bien plus d'éléments que le simple déroulé des opérations militaire.
Au final, on a plaisir à suivre les aventures de Napoléon, de Desaix, de Kléber, de Vivant-Denont ou encore de Menou sous la plume de Boudon.
Le reproche que l'on pourrait toutefois faire à ce livre est le manque d'une carte précise. de nombreuses localités et villes sont mentionnés dans le livre et toutes ne figurent pas sur la carte en début de livre. de plus les premiers et derniers chapitres s'attachent aux différents acteurs de cette campagne et, faute de connaissances suffisantes sur tous ces hommes, on se retrouve vite noyer dans la quantité de noms propres. Un lexique aurait pu être le bienvenu bien que ce ne soit pas la vocation première de ce livre.
Je recommande cet ouvrage à tout les amateurs de l'histoire napoléonienne ou encore à tous les amateurs d'histoire militaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
gloubik
  24 mars 2019
En lisant le titre de ce volume, j'ai pensé, sans doute comme beaucoup de personnes, à l'expédition scientifique, à la (re)découverte de l'Égypte antique par les savants français. Mais voilà ! l'expédition de Napoléon en Égypte est avant tout militaire. Et c'est ce que raconte ce livre.
Le lecteur découvre alors, une facette peut reluisante de l'épopée napoléonienne : Guérilla, bataille rangée, famine, maladie, massacre de civils sous couvert de répression, tentative de transformation de l'Égypte en Nième département français, etc. Une histoire très dure dans laquelle les morts se comptent par milliers.
Si je devais vous mettre en garde contre ce livre, je vous direz simplement de lire avec beaucoup d'attention la quatrième de couverture. Alors, vous ne vous ferez pas piéger à attendre un compte-rendu de l'expédition scientifique, puisqu'il s'agit d'un résumé documenté de l'expédition militaire. Personnellement, ça m'a fait du bien de replacer cette expédition dans son contexte militaro-politique et de découvrir que ça n'avait pas été une « simple » expédition scientifique. Oui, ce livre a écaillé la dorure qui recouvrait cette expédition peut reluisante quand on la regarde sous cet éclairage cru.
En bref : Ni fan d'histoire, ni passionné de l'époque napoléonienne ou de l'Égypte antique, j'ai pris beaucoup d'intérêt à la lecture de ce livre riche en référence. (extrait des journaux et courriers des uns et des autres : civils et militaires français, notables égyptiens, etc. Vous l'avez compris, c'est un livre que je vous recommande.
Lien : http://sciences.gloubik.info..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Sirwinston
  11 septembre 2019
Livre vite écrit. Et mal écrit.
Outre la lourdeur de l'écriture et les inélégances de syntaxe ("il poursuit sa poursuite"), l'auteur n'a de cesse de rappeler la noirceur des desseins français dans cette expédition. Est ce un effet de mode que de chercher les éléments culpabilisant la période Bonaparte et Napoléon de l'histoire de France ?
La contribution des savants est bâclée (on ne retient du chapitre que leurs errances de touristes et le fait qu'ils devaient être sans cesse escortés).
Bref, un ouvrage qui prend un certain plaisir à souligner les faiblesses de l'expédition en négligeant les hauts faits (d'arme ou politiques d'ailleurs).
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
talou61talou61   30 janvier 2019
Quelle vue déchirante ! des militaires ne pouvant plus supporter la soif qui les dévorait, s'étaient suicidés.
Commenter  J’apprécie          40
Aurelien38Aurelien38   29 mars 2019
A la veille du départ de l'escadre, Dommartin tente de rassurer sa mère. "Soyez sans inquiétude, l'expédition sera courte et point dangereuse." Il ne la reverra pas.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jacques-Olivier Boudon (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques-Olivier Boudon
Voici le grand livre de référence qui manquait à l'histoire du XIXe siècle : ce dictionnaire sans précédent rassemble les notices des 524 évêques concordataires nommés entre 1802 et 1905 et des 23 évêques in partibus ayant exercé en France. Jacques-Olivier Boudon fait ici revivre une des élites de la société française du XIXe siècle, les évêques étant à la fois observés dans leur parcours avant l'épiscopat, dans leur action au sein de leur diocèse, mais aussi dans leurs rapports aux différents régimes politiques comme à l'égard de Rome.
Entre le Concordat et la séparation des Églises et de l'État, voici les vies des protagonistes de l'incroyable saga politicoreligieuse de ce siècle.
Une somme essentielle pour appréhender le XIXe siècle et pour comprendre les défis contemporains de l'Église et de sa hiérarchie.
Un indispensable. L'auteur: Jacques-Olivier Boudon, historien, est professeur à l'Université Paris-IV-Sorbonne. Il est spécialiste de la Révolution française et du Premier Empire ainsi que de l'histoire religieuse contemporaine. Il est président de l'Institut Napoléon.
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2409 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre