AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782738127358
302 pages
Éditeur : Odile Jacob (12/01/2012)

Note moyenne : 3.27/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Bien que nous cherchions à vivre le mieux possible, pourquoi
parfois le faisons-nous si mal ? Nous ne connaissons pas
l'étendue de nos ressources intérieures. Nous savons que notre
esprit peut disposer de forces qui sont en nous pour nous
protéger des difficultés de la vie. Mais de quelles forces s'agit-
il ?

En quoi permettent-elles de prendre soin de soi ? Trésors
souvent enfouis à l'insu de notre conscienc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
petitsoleil
  11 mars 2014
Un ouvrage intéressant. Il faut être un peu sensibilisé à l'univers psy, mais le langage utilisé par l'auteur reste très accessible. Un lexique est fourni en fin d'ouvrage si l'on souhaite des précisions, ou vérifier des notions.
Quelques redites mais on n'est pas noyé. Les exemples sont constructifs et parlants, ont leur place dans l'ouvrage, et l'exposé reste fluide.
Une analyse fine et constructive de nos mécanismes de défense.
L'auteur en dénombre vingt-sept, et précise que trop souvent, par habitude, nous utilisons les mêmes mécanismes, ce qui peut nous conduire à des problèmes relationnels, à nous enfoncer dans la déprime ou dans nos problèmes personnels, à entrer dans un cercle vicieux, à mal nous protéger.
Selon l'auteur, mieux connaître la construction au cours de la vie de tous ces mécanismes de défense est important, et savoir les utiliser de façon plus nuancée, variée, adaptée est primordial pour préserver le Soi.
A lire : pour ceux et celles qui goûtent l'introspection, la psychologie, les capacités de changement de l'être humain ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200

Citations et extraits (39) Voir plus Ajouter une citation
petitsoleilpetitsoleil   10 mars 2014
Le recours à autrui

Le sujet humain est une personne sociale. Mais la sociabilité va bien au-delà de la recherche de l'aide et du soutien d'autrui.
La recherche d'aide, que l'on désigne sous le terme d'affiliation, peut porter sur différents types de soutien :
soutien d'informations utiles face à une situation que l'on ne maîtrise pas ;
soutien matériel ou financier face à une difficulté que l'on rencontre (...) ;
soutien d'estime pour se sentir rassuré sur soi-même, ses capacités et ses compétences ;
soutien émotionnel qui confère un sentiment de protection, de compréhension et d'amour.

Il y a des personnes qui par timidité, par fierté ou par peur d'être rejetées utilisent peu ou mal cette aide. (...)

En cas de stress professionnel, un soutien personnel ou collectif constitue une source importante d'apaisement.
La possibilité de trouver un soutien dans le groupe social a toujours été organisée dans toutes les cultures, en particulier lors des périodes difficiles ou douloureuses de la vie : la naissance, l'adolescence, la maladie, la mort.

Aujourd'hui, le développement de groupes de soutien pour des personnes en difficulté sociale (perte d'emploi, chômage, précarité) ou en difficultés de santé (groupes de patients par pathologie) repose sur ce pilier que constitue le recours à autrui, véritable protecteur de l'angoisse que chacun peut utiliser personnellement ou collectivement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
petitsoleilpetitsoleil   11 mars 2014
Est-il donc préférable, pour qu'un couple fonctionne le mieux et le plus longtemps possible, de privilégier la complémentarité ou, au contraire, l'identité ? En d'autres termes, s'entend-on mieux avec quelqu'un qui nous ressemble, qui possède les mêmes forces intérieures que soi ou, au contraire, avec quelqu'un qui possède des forces intérieures différentes, mais qui nous équilibre ?

Par exemple, un couple composé d'un introverti, qui privilégie l'isolation, l'annulation rétroactive ou la formation réactionnelle, et d'une extravertie qui utilise plus volontiers l'affirmation de soi, la séduction ou l'expression par le corps, sera-t-il plus solide et plus heureux que deux introvertis ou deux extravertis ensemble ?

Généralement, la complémentarité satisfait mieux chacun.

(...) Pour résumer, si un couple est constitué de deux personnes s'appuyant sur les mêmes forces intérieures, mais que celles-ci font partie des piliers protecteurs sur lesquels nous pouvons nous appuyer sans risque, on peut penser que le couple en question sera heureux de façon durable et saura dépasser les moments de crise qu'il rencontrera. En revanche, si les défenses des deux partenaires appartiennent aux deux autres groupes, qui sont plus ou moins à risque, mais toujours un peu dangereuses, les risques de dysfonctionnement et de rupture sont à craindre.

Heureusement, tous les couples ne sont pas composés de personnes qui se ressemblent de ce point de vue et, très souvent, on rencontre des unions d'hommes et de femmes présentant des manières différentes de se protéger - l'un aura tendance à déplacer les problèmes et l'autre à vouloir en discuter pour pouvoir mieux réfléchir ;
l'un songera à recourir à un tiers alors que l'autre préférera se plonger dans une rêverie, un peu passive certes, mais qui l'apaise ;
l'un niera la possibilité même du problème à venir, tandis que l'autre se mettra d'emblée à anticiper ...

L'essentiel, au bout du compte, est que chacun puisse comprendre la façon habituelle qu'a l'autre de réagir face à ce qui l'angoisse, avant de vouloir imposer la sienne propre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
petitsoleilpetitsoleil   09 mars 2014
Pourquoi devons-nous psychiquement chercher à nous construire et trouver notre équilibre ? Quels objectifs aujourd'hui la psychologie humaine nous a appris à privilégier pour ne pas nous sentir trop impuissants au cours de notre existence ? Je citerai ici les objectifs qui m'apparaissent les plus importants :

- Développer harmonieusement son Moi ou favoriser la cohérence de soi,
en particulier, harmoniser les relations entre le corps et la psyché, les relations entre ses affects et ses représentations, entre ses pensées, son langage et ses actes.

- Développer harmonieusement sa relation aux autres,
amicalement, sexuellement et socialement.

- Développer son idéal du Moi, l'estime de soi, l'amour authentique de soi
et non pas son Moi idéal infantile, l'amour mégalomaniaque de soi.

- Développer ses connaissances du monde,
ses connaissances pratiques, intellectuelles, culturelles, développer ses habiletés et ses compétences sociales.

- Etre suffisamment dégagé de symptômes
ou de traits de caractère contraignants dans la vie personnelle et sociale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
petitsoleilpetitsoleil   11 mars 2014
En famille

Ce que je viens de dire à propos de la manière dont nous utilisons nos forces intérieures pour vivre en société s'applique bien évidemment aussi à notre vie familiale.
Comment, dans ce domaine, plaçons-nous l'intérêt de bien connaître et d'utiliser au mieux toute la gamme de nos ressources protectrices ?
Véritables filtres entre notre intimité et le monde, ces ressources nous défendent contre nos chimères et nos angoisses, elles nous permettent de devenir l'artiste de notre propre existence et nous apprennent à remplacer le narcissisme du "je" par une relation de "jeu" agréable avec les autres.
Elles font naître un entre-deux, un monde intermédiaire où soi et l'autre se reconnaissent mutuellement. En famille, elles nous permettent de trouver la bonne distance et de placer les bonnes limites.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
petitsoleilpetitsoleil   11 mars 2014
Les sociétés et les cultures d'aujourd'hui ne gèrent pas toutes la sensibilité humaine, ou du moins son expression, de la même manière.
Personne ne peut nier que l'expression de la sensibilité est bien plus libérée dans les sociétés d'Amérique du Sud que dans les cultures asiatiques.
On constate aussi que le taux de suicides est plus élevé dans les secondes.
Existerait-il un lien de cause à effet ?

Dans les sociétés occidentales, la sensibilité passe souvent au second plan après la pensée rationnelle, l'intelligence intellectuelle et l'élitisme.
Notre vie moderne qui se mondialise a tendance à fixer un haut niveau d'exigence et de rationalité : il faut être le meilleur parent, réussir professionnellement, en un mot être performant et même excellent dans tous les domaines. L'hypersensibilité est considérée comme une faiblesse.
Et pourtant, quel état d'âme a poussé de tout temps à combattre l'oppression, l'exploitation de l'homme, les discriminations sociales si ce n'est la sensibilité et même l'hypersensibilité ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Alain Braconnier (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alain Braconnier
Alain Braconnier - On ne m'écoute pas !
autres livres classés : amour de soiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
343 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre