AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2875230557
Éditeur : Nevicata (01/04/2014)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Le Rwanda sera à la une au printemps prochain. Pour une raison tragique : le vingtième anniversaire du génocide de 1994 qui ravagea le pays des mille collines et provoqua, au-delà des massacres, une profonde remise en cause de l'interventionnisme occidental dans l'Afrique des Grands Lacs et, dans l'ancienne puissance coloniale belge, un débat toujours pas refermé sur les responsabilités historiques des colonisateurs. L’Âme des peuples ne pouvait ignorer cette commém... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
lafilledepassage
  24 septembre 2018
Colette Braeckman laisse ici de côté sa casquette de journaliste pour nous faire part de son expérience personnelle du Rwanda. D'emblée, elle avouera en toute humilité : « plus j'y vais, plus je sais que je ne sais rien. L'âme de ce pays m'échappe, sa vérité m‘est dissimulée. ». Embarras, malaise, pudeur qu'on comprendra aisément au vu de l'histoire récente de ce magnifique pays.
Braeckman retrace l'histoire de ce petit royaume à partir de la colonisation par les missionnaires européens qui – les premiers – feront une distinction entre Tutsis et Hutus, favorisant d'abord les uns pour ensuite privilégier les autres. Puis elle aborde l'ère de l'Indépendance et la mise en place des premiers massacres (1959, 1963, 1972), l'exil des Tutsis, avant d'en arriver à l'année 1994.
Braeckman n'explique rien mais donne les éléments essentiels de l'histoire et de la politique. Elle n'hésite pas non plus à dénoncer nommément les instigateurs du génocide, les intellectuels qui ont incité à la haine d'une façon ou d'une autre. Elle dénonce aussi l'aveuglement (mais est-ce le terme correct ?) de la France et de la Belgique dans leur soutien au président Habyarimana, ouvertement ethniste et raciste, la passivité (la complicicité ?) de l'Eglise catholique.
Outre l'aspect historique, Braeckman évoque comment l'appauvrissement de la langue rwandaise, le dépouillement de ses nuances et de ses subtilités a permis de manipuler les masses. Comment l'interdiction des chants et des danses traditionnels, … qui permettaient de libérer la violence guerrière de façon symbolique a mené au passage à l'acte et aux déchainements de barbarie … Comment tous ces sentiments (ressentiments ?) refoulés s'étaient finalement exprimés avec une violence aveugle.
Et je ne peux m'empêcher de penser au Rwanda d'aujourd'hui où il n'y a plus de mariage inter-ethnique, où d'ailleurs il est interdit de parler d'ethnies, où les témoins et les familles de victimes du génocide côtoient au jour le jour les coupables, leurs voisins parfois … Et je ne peux m'empêcher de craindre l'avenir.
Un complément indispensable pour celle ou celui qui s'intéresse au Rwanda, à la région des Grands Lacs. A lire en complément de « Petit Pays » de Gael Faye et de « Inyenzi ou les cafards » de Scholastique Mukasonga. Entre autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
thaisvdb
  26 juin 2014
Il y a vingt ans, en avril 1994, le Rwanda, pays des mille collines, est plongé dans un génocide qui marquera à jamais son Histoire. Colette Braeckman, une journaliste, tente de décoder les origines de ce génocide et de nous montrer la nouvelle facette du Rwanda.
Beaucoup d'ouvrages sur le Rwanda, et plus spécifiquement sur le génocide qui s'y est déroulé en 1994, sont sortis sur le marché du livre durant ces vingt dernières années. Les uns se voulaient être révélateurs d'une vérité cachée, les autres porteurs de témoignages pouvant effrayer le reste du monde. Dans ce petit livre, nous n'avons aucun témoignage mais un écrit qui se veut être objectif et qui décrypte le pourquoi du comment.
Nous visualisons le Rwanda d'avant, du pendant et d'après. Un Rwanda d'avant qui se basait sur des coutumes ancestrales et se référait à un roi choisi par les dieux.
Un Rwanda qui, pendant le génocide, est devenu le terrain de tueries sanglantes et inexpliquées.
Un Rwanda d'après qui a évolué en un rien de temps sous une poigne de fer, Paul Kagame. Un Rwanda qui veut faire table rase des différences entre Hutus et Tutsis mais où l'on peut encore ressentir des tensions cachées...
Dans ce livre, j'ai appris beaucoup de choses sur le Rwanda et pourtant j'y ai vécu sept ans. Comme le dit si bien Colette Braeckman, plus on y vit, moins on le comprend. Elle nous parle des coutumes, des langues, des habitudes de vie, etc. C'est très intéressant d'un point de vue ethnologique.
Ce livre ne jette que des bases – solides – sur le génocide rwandais. Mais il peut être destiné à la fois aux débutants en la matière et aux experts qui veulent remonter à la source. C'est une sorte de condensé de tous les écrits sur le génocide rwandais.
J'ai apprécié sa structure simple qui se lisait comme un petit roman historique. Les mots sont forts et restent gravés dans la mémoire du lecteur. On s'instruit et on s'interroge.
Une expression, jetée par Jean-Pierre Chrétien, m'a beaucoup chamboulée car je n'y avais jamais pensé : le génocide rwandais pourrait être qualifié de « nazisme tropical ». En effet, les rwandais se sont entretués et les Hutus voulaient exterminer, jusqu'au dernier, les Tutsis comme cela a été le cas pour les nazis avec les juifs.
Un petit livre qui pourrait éclaircir quelques idées aux adeptes de ce pays des milles collines, mais aussi des milles douleurs...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
liliaza
  23 juin 2014
J'ai choisi ce livre dans le cadre de l'opération masse critique et je ne regrette pas.
J'ai beaucoup apprécié le regard que porte l'auteure sur le Rwanda. J'y ai appris énormément comme l'origine du nom Rwanda, ses coutumes, son peuple, ses danses (entretien très intéressant de Dorcy Rugamba). L'auteure essai (et réussit) à montrer les deux facettes de ce pays. On y voit le "pour" et le "contre". C'est très agréable et fluide à lire.
Malgré tout un des problèmes majeurs de ce livre est son nombre de pages (à peine 90!). Certains sujets auraient pu être plus approfondis. Bien qu'il ne s'agisse pas du sujet j'aurai aimé plus d'informations sur le passé du Rwanda qui pourrait apporter un meilleur éclairage sur ce génocide.
Mais je le recommande pour toute personne souhaitant s'informer sur le Rwanda.
Commenter  J’apprécie          00
la_plume_francophone
  04 juillet 2014
« Une nouvelle collection de petits livres ciselés. Des récits de voyage, des reportages soignés et de grands entretiens pour découvrir les nuances d'un pays et d'un peuple, pour en comprendre les ressorts profonds. Des auteurs aux regards originaux, nourris de leur familiarité avec un pays, sa langue, sa culture, sa géographie, son histoire, sa population. Parce que pour connaître les peuples, il faut d'abord les comprendre », telle est la façon dont se présente la collection « L'âme des peuples » des éditions Nevicata, qui consacre un premier opus au continent africain en choisissant le Rwanda et l'écriture de Colette Braeckman.
Lire la suite sur http://laplumefrancophonee.wordpress.com/2014/07/04/colette-braeckman-rwanda-mille-collines-et-mille-traumatismes/
Lien : http://laplumefrancophonee.w..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
lafilledepassagelafilledepassage   02 octobre 2018
La communauté internationale refusa d’intervenir. Et en trois mois, un million de Tutsis furent massacrés. Les Hutus avaient bien « travaillé ». La transgression de toutes les valeurs était passée par un détournement sémantique, même les mots avaient été trahis. Les tueurs avaient qualifié leurs voisins de traîtres, de complices, de cancrelats et les avaient considérés comme un « ennemi intérieur ». Mais cet « ennemi intérieur », atrocement mis à mort, ne sommeillait-il pas en chaque citoyen ? N’était-ce pas l‘âme du Rwanda ancien qu’il s’agissait de bannir à tout jamais et d’offrir en sacrifice ? L’ordre symbolique d’autrefois, si longtemps déconsidéré, mis sous le boisseau, qualifié d’étranger, ne s’était-il pas vengé en surgissant dans le réel ? La violence guerrière, qui naguère s’exprimait dans le chant, la danse, la subtilité de la langue – des voies trop longtemps obturées – n’avait-elle pas explosé dans le passage à l’acte ? Le refoulé n’était-il pas revenu en force ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
lafilledepassagelafilledepassage   27 septembre 2018
Les filles tutsies s’avançaient. Nous admirions le modelé de leurs bras écartés, la longueur de leurs doigts, la finesse de leurs mains qui ondulaient au son de la musique. Tout en elles évoquaient l‘animal sacré, fondement de l’identité rwandaise, la vache Ankole aux longues cornes recourbées, au pelage soyeux, la vache que l’on caresse, que l’on respecte. Chaque animal possède son nom propre, plus de cent qualificatifs désignent la couleur ou le dessin des robes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
lafilledepassagelafilledepassage   26 septembre 2018
Pour franchir les barrières défendues par des jeunes qui hurlaient « A mort les Tutsis » et triaient les passants en examinant leur carte d’identité, les soldats belges chargés d’évacuer les expatriés – et eux seuls – tiraient en l’air. Lorsque les Casques bleus belges quittèrent l’ETO, l’Ecole technique officielle, où des milliers de Tutsis s’étaient réfugiés, ils lâchèrent des rafales pour forcer les désespérés qui s’accrochaient aux pare-chocs à lâcher prise. « C’est ici que j’ai laissé une partie de mon âme » dira plus tard l’aumônier des paras, le père Quertemont. Ces soldats s’étaient pourtant engagés à protéger les Tutsis qu’ils avaient amenés à l’ETO. Mais sur ordre de Bruxelles, ils abandonnèrent à la mort 2500 personnes. A l’extérieur de l’école, les Interhahamwe qui attendaient la curée poussèrent des cris de joie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
lafilledepassagelafilledepassage   24 septembre 2018
Il me semble aujourd’hui qu’en plus de l’enchainement fatal des circonstances (la préparation matérielle, le conditionnement des esprits, la guerre, le rôle de la communauté internationale), ce crime absolu a été une sorte de paroxysme des manipulations de l’histoire, le prix maximal que le peuple rwandais a été obligé de payer pour sortir des chaînes de la domination coloniale et postcoloniale. Le génocide de 1994 fut un événement à la fois dévastateur et fondateur. Une table rase sur laquelle s’édifie désormais autre chose. Bien ou mal, mais autre chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
lafilledepassagelafilledepassage   03 octobre 2018
Même si les différences de statut social étaient réelles, nul n’était considéré comme « étranger » au Rwanda. Personne n’aurait jamais songé à dire que les Tutsis étaient venus d’ailleurs. Cette image de l’étranger, du groupe venu de l’extérieur du territoire, a bien été amenée par les Européens.

(propos de Jean-Pierre Chrétien)
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Colette Braeckman (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Colette Braeckman

Aurore Dumont présente Colette Braeckman, "L'homme qui répare les femmes", André Versailles
Portrait de ce gynécologue exerçant à l'hôpital de Panzi, qui soigne gratuitement des femmes victimes de violences sexuelles. Pour son combat, il a reçu notamment le prix des droits de l'homme des Nations unies en 2008 ainsi que le prix international roi Baudouin en 2011.
autres livres classés : rwandaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1743 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre