AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Daniel Roche (Traducteur)
ISBN : 2709625792
Éditeur : J.-C. Lattès (03/03/2005)

Note moyenne : 3.59/5 (sur 3139 notes)
Résumé :
ILLUMINATI... Robert Langdon n'en croit pas ses yeux. Pourtant l'inscription s'étalait bien devant lui, marquée au fer rouge sur le cadavre de Leonardo Vetra, éminent chercheur du Conseil européen pour la recherche nucléaire en Suisse.
Pour le célèbre symbologue, ce crime est signé : la société secrète tant redoutée est de retour après quatre siècles de silence.
Son but ? Anéantir l’Église catholique et son symbole, le Vatican...
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (192) Voir plus Ajouter une critique
Analire
03 décembre 2012
Quelle merveille, ce livre ! de l'action à n'en plus finir, un suspense insoutenable et des retournements de situations à qui mieux mieux... que demander de plus ?
Malgré l'épaisseur assez rebutante du livre, ce roman policier se lit très facilement et rapidement. Entraîné dans les mésaventures des personnages, mais également dans les crimes perpétrés dans la cité du Vatican sur les différents hommes d'églises, nous sommes plongés au coeur de l'affaire, retenant notre souffle à chaque nouveau meurtre programmé.
Le personnage principal Robert Langdon, qui est un célèbre symbologue, est doté d'une intelligence très poussée, il est également attachant, simple, et très courageux. Vittoria Vetra, la fille du scientifique Leonardo Vetra, membre du CERN, est, comme son père, une scientifique, mais moins reconnue. Elle est également très attachante, et va se lier toujours un peu plus à Robert tout au long du livre.
Les différents meurtres perpétrés laissent à chaque fois sans voix, les indices et symboles laissés par l'assassin donnent aux lecteurs le loisir de pouvoir, dans sa tête, se confectionner un petit "tableau policier" où il regroupe tout ce qu'il sait jusqu'à maintenant, sur les crimes commis. Malheureusement, les symboles étaient assez complexes à comprendre, presque tirés par les cheveux. Certains aspects des découvertes du symbologue Robert Langdon étaient vraiment spéciaux, quelque peu fantaisistes, souvent compliqués à comprendre. Mais l'enquête est bien menée.
Le fait que toute l'histoire se déroule dans un laps de temps réduit (moins d'un jour), rend le livre vraiment fascinant, il nous ramène presque à une courte poursuite, qu'il faut terminer le plus rapidement possible. Les différents lieux mentionnés dans ce thriller sont également superbes, réels, ils nous immergent dans la cité du Vatican, au milieu des cardinaux et monuments religieux de Rome.
Un très bon polar, bourré d'actions, de rebondissements et de surprises ! Impossible de lâcher ce livre, le suspense est tenu jusqu'à la fin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          401
PiertyM
31 mai 2017
Un thriller ésotérique très alléchant et d'un rythme très accéléré. On part dune énigme à une autre. Le Vatican se trouve menacé par le retour d'une société secrète. Le recours au symbologue Robert Langdon nous fait courir dans les couloirs du Vatican avec tous ses mystères, et aussi dans l'histoire de l'église qui s'est toujours dressée contre les puissances secrètes. Et voilà qu'après quatre siècle, la confrérie des Illuminati refait surface pour terrasser l'église, et avec elle, le monde aussi, en s'appropriant l'antimatière, une puissante source énergétique, capable de produire une arme plus puissante que la bombe atomique. Entre science, religion, ésotérisme, histoire et enquêtes, Dan Brown nous fournit autant de matière pour nous tenir en haleine du début jusqu'à la fin. Comme dans Da Vinci code, l'auteur s'attelle à nous subjuguer par ses connaissances qui'il manipule d'ailleurs à bon escient mais quant à la profondeur des faits, il y a comme un creux pour parvenir à en faire un thriller à sensation! N'empêche que j'ai passé un bon moment de lecture!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
akhesa
11 novembre 2013
L'histoire en elle-même est tres interessante.J'ai adore,Dan Brown manie avec brio tous les elements qui propulsent un roman au titre de best-seller:un recit captivant,un suspense insoutenable,des protagonistes attachants...une fois le livre ouvert,il est impossible de s'en detacher.De plus ce roman n'est pas seulement un livre pour le plaisir,il est aussi tres instructif.Dan Brown reussit a accrocher le regard de ses lecteurs a la moindre parcelle de son oeuvre.La confrontation science/religion est bien menee.Aucune des deux ne prend réellement le dessus sur l'autre puisqu'on y voit les aspects bénéfiques comme les plus noirs dans les deux cas.Livre captivant
Commenter  J’apprécie          313
Magenta
07 juillet 2012
Je me suis empressée d'acheter ce livre dès sa parution tant j'avais aimé le Da Vinci Code; j'ai aimé l'intrigue, les recherches et comme pour le précédent, la découverte d'une ville par ses monuments historiques. Je n'ai cherché ni vérités, ni réponses dans cette histoire, je l'ai lu, comme pour le précédent, simplement comme un bon polar. Dan Brown sait tenir ses lecteurs en haleine!
Commenter  J’apprécie          330
Altervorace
25 novembre 2011
As-tu lu le Da Vinci Code -écrit après Anges et Démons- ? Si oui je suis sûr que les points communs avec Anges et Démons te sautent aux yeux. Tout commence donc avec le meurtre d'un vieil érudit Leonardo Vetra, le reflet troublant de Jacques Saunière, le conservateur du Da Vinci Code. de la même façon, cette fois c'est la fille adoptive de la victime -et non sa petite-fille- qui deviendra l'acolyte de Langdone. Quant à l'Albinos, il est ici remplacé par l'Assassin. Bref, si tu ne connais pas les deux ouvrages de Dan Brown et que ça t'intéresse, ne prends pas la peine de lire les deux, un seul suffira.
En vérité Langdon n'est pas le héros récurent du Da Vinci et d'Anges et Démons. Nan. le vrai premier rôle est tenu par un concept : le Complot. Oui avec une majuscule. Là le plus simple est encore de citer Umberto Eco à propos de monsieur Brown : "Moi je dis qu'il existe une société secrète avec des ramifications dans le monde entier, qui complote pour répandre la rumeur qu'il existe un complot universel."
Dan Brown, comme dans le Da Vinci Code, rénove L Histoire à son aise, pour mieux servir, non pas l'intrigue, ce serait trop littéraire, mais le succès du livre. Tu me diras, véracité historique et littérature n'ont jamais fait bon ménage. Soit. Ce qui me gêne ce ne sont pas les inexactitudes mais l'intention manifeste de monsieur Brown a laisser planer le doute pour tout ceux qui ne serait pas des spécialistes, donc la majorité. L'auteur se contente de trois lignes au début de l'ouvrage : « Tous les tombeaux, sites souterrains, édifices architecturaux et oeuvres d'art romains auxquels se réfère cet ouvrage existent bel et bien. On peut encore les admirer aujourd'hui. Quant à la Confrérie des Illuminati, elle a aussi existé. » on est bien content Dan que tu nous dises tout ça mais une simple phrase expliquant que pour servir le récit du t'es souvent parfois écarté de la vérité aurait été plus utile et cent fois plus louable.
Encore que, comme je l'ai dit plus haut, le plus gênant dans Anges et Démons n'est pas cette liberté scientifiques et historique. Ce qui est embêtant c'est l'orgueil de l'auteur qui se prend pour un véritable scientifique. Ainsi dans une interview de Rolf Landua physicien du CERN, le journaliste demande en citant des propos de l'auteur dans un entretien :
D'après Dan Brown, « l'antimatière est la plus puissante source d'énergie : elle a un rendement de 100%, car elle transforme intégralement la masse en énergie, contre 1,5% pour la fission nucléaire. L'antimatière est 100 000 fois plus puissante que le carburant pour fusée : un seul gramme d'antimatière recèle autant d'énergie qu'une bombe nucléaire de 20 kilotonnes, la puissance de celle qui frappa Hiroshima. Mais, contrairement à une réaction nucléaire, elle ne produit aucun déchet dangereux ou polluant. » Est-ce la vérité?
Voici ce que répond le scientifique :
«J'adore la science-fiction et c'est avec grand regret que je dois dire que Dan Brown a tort. Il est vrai que la rencontre d'un gramme de matière avec un gramme d'antimatière pourrait libérer autant d'énergie qu'une bombe atomique de 20 kilotonnes. Mais il reste un problème de taille : l'antihydrogène, composé d'un antiproton et d'un positon, n'est pas une source d'énergie. Fabriquer de l'antimatière gaspille beaucoup d'énergie car il n'existe pas de "mines d'antimatière" d'où l'on pourrait extraire de l'antimatière afin de libérer l'énergie accumulée. Même si de l'antimatière avait existé quelque part dans notre région de l'Univers, elle aurait disparu depuis longtemps en s'annihilant avec la matière ordinaire. »
Quand on écrit des ROMANS on ne se prend ni pour un scientifique, ni pour un historien. Un peu de modestie ne nuit pas !
Sinon, disons le clairement, Anges et Démons est un petit thriller de plage. Ni plus ni moins. le récit reste très téléphoné, très hollywoodien. du genre idée de scénario que l'on travaille assez pour un faire un roman aux droits facilement vendables. le roman de Brown est récit de cinéma. Et pas du bon cinéma. Nan. Qui pencherait plus du côté des Transformers que de Polanski. Divertissant et agréable mais loin d'être inoubliable.
Le dernier reproche que l'on pourrait faire à l'ouvrage Anges et Démons -outre la fin lamentable- est de nourrir les théories du complot qui pullulent sur le net. D'ailleurs ami lecteur si tu veux rire un peu, tape le terme « Illuminati » sur Google.
En conclusion, Anges et Démons est un thriller un peu bébête et Dan Brown est un peu le Marc Levy du thriller.
Lien : http://altervorace.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          213
Citations & extraits (150) Voir plus Ajouter une citation
sld09sld0923 juillet 2017
Les lois de la physique c'est la toile que Dieu a tissée pour peindre son chef-d’œuvre.
Commenter  J’apprécie          120
u-lisu-lis22 mars 2016
_Qu'est-ce que cette science que l'on érige au rang de divinité? Et quel est ce dieu qui octroie une telle puissance à l'Homme, sans lui donner la charpente morale pour l'employer? Qui donne le feu à un enfant sans l'avertir de ses dangers? Le langage de la science est exempt d'indicateurs de bien et de mal. Les livres scientifiques nous apprennent à déclencher une réaction nucléaire, mais on n'y trouve pas un chapitre nous disant si c'est une bonne ou une mauvaise idée.
Je m'adresse aux scientifiques: L'Eglise n'en peut plus. Nous sommes las de tenter de fournir des repères aux hommes dans la course où les entraîne votre quête aveugle de l'efficacité. La question n'est pas de savoir pourquoi vous refusez de vous maîtriser vous-mêmes, mais bien plutôt comment vous le pourriez. Votre monde avance tellement vite que si vous vous arrêtiez, ne serait-ce qu'un instant, pour envisager les conséquences de vos actes, vous seriez aussitôt dépassé avant d'avoir eu le temps de comprendre. Et donc, vous continuez d'avancer. La science provoque la prolifération des armes de destruction massive, mais c'est le pape qui parcours le monde pour persuader les dirigeants de les limiter. La science clone des êtres vivants, tandis que l'Eglise rappelle aux scientifiques les implications morales de leurs inventions. Vous encouragez les gens à "l’interaction" par téléphone, par écran vidéo et par ordinateur, mais c'est l'Eglise qui leur ouvre ses portes et les incite à communiquer de personne à personne, comme la nature elle-même nous y pousse. Vous assassinez des enfants à naître, au nom des vies que la recherche est censée sauver. Et là encore, l'Eglise est la seule à relever l'absurdité d'un tel raisonnement.
Et pendant ce temps-là, vous taxez l'Eglise d'ignorance. Mais qui donc est le plus ignorant? Celui qui ne sait pas définir ce qu'est la foudre, ou celui qui refuse d'en voir les dangers? Cette Eglise vous tend la main. Elle tend la main au monde entier. Mais plus elle tente de se rapprocher de vous, plus vous la repoussez. "Donnez-nous donc la preuve que Dieu existe", dites-vous. Je vous réponds de regarder le ciel avec vos télescopes et de me dire pourquoi Il ne pourrait pas exister?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
petite-feepetite-fee28 juillet 2010
Hideux. Le cadavre était hideux à faire peur. Le défunt Leonardo Vetra était allongé sur le dos, entièrement dénudé, sa peau avait pris un ton bleu-gris. Les vertèbres cervicales, brisées, avaient transpercé la chair à l'endroit de la fracture, apparemment provoquée par une rotation de la tête à 180 degrés. On ne voyait pas son visage, pressé contre le sol. Il gisait dans une flaque d'urine gelée, sa propre urine ; les poils pubiens qui entouraient ses organes génitaux ratatinés étaient hérissés par le gel.
Luttant contre une nausée de plus en plus violente, Langdon observa le torse de la victime. Il avait beau avoir détaillé cette blessure très attentivement sur la télécopie, la brûlure était beaucoup plus impressionnante dans la réalité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
tomcamptomcamp29 décembre 2013
Que vous croyiez ou non en Dieu, reprit-il sur le ton de la réflexion, comprenez au moins ceci : lorsque l’espèce humaine perd confiance en une puissance qui lui est supérieure, elle perd aussi son sens de la responsabilité. La foi… toutes les religions… nous avertissent qu’il existe quelque chose que nous ne comprenons pas, et à quoi nous sommes redevables… La foi nous rend responsables envers nous-même, envers les autres, envers une vérité supérieure. Si la religion est défaillante, c’est seulement parce que l’homme est imparfait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Pixie-GirlPixie-Girl02 août 2015
Hideux. Le cadavre était hideux à faire peur. Le défunt Leonardo Vetra était allongé sur le dos, entièrement dénudé, sa peau avait pris un ton bleu-gris. Les vertèbres cervicales, brisées, avaient transpercé la chair à l'endroit de la fracture, apparemment provoquée par une rotation de la tête à 180 degrés. On ne voyait pas son visage, pressé contre le sol. Il gisait dans une flaque d'urine gelée, sa propre urine ; les poils pubiens qui entouraient ses organes génitaux ratatinés étaient hérissés par le gel.
Luttant contre une nausée de plus en plus violente, Langdon observa le torse de la victime. Il avait beau avoir détaillé cette blessure très attentivement sur la télécopie, la brûlure était beaucoup plus impressionnante dans la réalité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Dan Brown (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dan Brown
Bande Annonce "Inferno".
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Da Vinci Quiz

Robert Langdon, le protagoniste principal est un...

symbologiste
détective
espion du Vatican
Le descendant du fondateur des Illuminati

8 questions
1960 lecteurs ont répondu
Thème : Da Vinci Code de Dan BrownCréer un quiz sur ce livre
. .