AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782757876930
408 pages
Éditeur : Points (06/06/2019)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 27 notes)
Résumé :
À Lyon, une jeune magistrate est découverte battue à mort sous une porte cochère alors qu'elle venait rejoindre son amant. Ce dernier est rapidement soupçonné, d’autant que ses mensonges, et plusieurs éléments matériels, l’accablent et en font le coupable idéal. Cet avocat connu, futur candidat à la mairie, décide de confier sa défense à David Lucas, un pénaliste réputé. Ce dernier va tout tenter pour l’innocenter.
André Buffard nous embarque dans un roman ju... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
Jeanfrancoislemoine
  28 juin 2019
La première chose qui me frappe après la lecture de ce roman , c'est le petit nombre d'ami(e)s babeliotes à avoir émis un commentaire à son sujet . La deuxième , c'est que ceux et celles qui l'ont lu en ont eu une très bonne approche que je ne peux que partager.
Ce roman , c'est un polar , un polar dont l'intrigue semble assez simple : Ghislaine , une jeune avocate est retrouvée assassinée dans l'escalier qui mène à la garçonniére de son amant , un avocat renommé et ambitieux sur le plan politique .Ce dernier , terriblement abattu , confie sa défense à un collègue , un ténor du barreau , narrateur de l'histoire qui " fait acquitter des coupables , sans remords , pourvu que les règles soient respectées "....
Les potentiels coupables vont se présenter sous nos yeux , les uns après les autres , et toutes leurs motivations seront autant de doutes semés , tout au long du récit , dans notre esprit perturbé . Il y a toutefois assez peu de personnages et l'enquête semble finalement cousue de fil blanc . C'est compter sans l'habileté d'un auteur très doué pour manipuler ses lecteurs.
Cet auteur , justement , parlons - en . ,
Maitre Buffard , avocat , défenseur de quelques " pointures " comme on dit familièrement dans le métier, Carlos ( pas le chanteur sympa , non , le terroriste du Paris - Limoges ) ,Chanal , Romand ......Un bon , pour qui les interviews télévisées n'ont plus de secret , un " cador qui connait la musique " , un avocat de haut niveau.....Et c'est bien ce statut qui est intéressant , car , outre le fait qu'il soit doté d'une " belle plume ", aucun détail de la machine judiciaire ne lui échappe et c'est un véritable cours sur nos institutions qui nous passionne ( si , si , franchement , c'est super ) qui se mêle à l'intrigue et , je le pense , le tout constitue un ensemble digne du plus grand intérêt .Le métier d'avocat est particulier , vraiment , et ce livre , à travers son personnage principal , nous en révèle des facettes bien éloignées de nos modestes connaissances . En même temps , si les connaissances sur ce métier nous manquent , ce n'est pas plus mal , non ? Personnellement , je préfère rester à bonne distance des avocats , comme vous, je suppose.....
Par contre , un avocat qui raconte une intrigue policière avec son regard d'avocat est un gage d'authenticité dont il ne faut pas se priver . Qui mieux qu'un avocat peut parler de son métier ? Et c'est fait avec tact , avec humour ou dérision avec sérieux ou cynisme mais ...c'est bien fait .
Je vous l'assure et vous le répète, si ce livre répond à un schéma sans incroyable surprise , il n'en demeure pas moins très efficace pour appréhender les subtilités d'une profession qui ne laisse jamais personne indifférent au moment d'un verdict . J'ai aimé et je recommande car , vraiment , on affine nos connaissances en situation....et sans risques....enfin , je crois mais ....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          621
nadiouchka
  25 juin 2019
Premier roman, un polar judiciaire de André Buffard, « Le jeu de la défense » se passe principalement à Lyon avec ses traboules, des lieux propices (car sombres) pour des meurtres.
André Buffard, avocat depuis 1972 compte à son actif, plusieurs procès très médiatisés et dans ce polar, on voit bien qu'il sait exactement de quoi il est question :
« Depuis le temps que je fréquente les cours d'assises, je connais toutes les astuces des procureurs pour se mettre les jurés dans la poche. » (prologue).
« Être avocat, c'est défendre sans états d'âme, celui dont vous avez accepté la défense. C'est faire acquitter des coupables si l'accusation n'a pas pu prouver qu'ils l'étaient. Parce que c'est une garantie, aussi, pour chacun de nous. Qu'on ne puisse pas être condamné seulement parce qu'on est soupçonné. » (p.9)
L'histoire débute avec le meurtre d'une jeune et jolie auditrice-magistrate alors qu'elle se rendait à un rendez-vous avec son amant, à qui elle avait adressé un ultimatum : « tu divorces ou tu ne me verras plus. »
Évidemment, les soupçons se portent sur lui d'autant plus qu'il accumule les mensonges. Avocat lui-même, candidat à la mairie, sa dernière chance est de demander à David Lucas, grand pénaliste, de le défendre.
L'auteur nous entraîne dans une affaire criminelle incroyable – il nous donne de nombreuses informations très détaillées sur la vie judiciaire.
Avec des chapitres courts, on tourne les pages pour en savoir toujours un peu plus – autant dire que c'est un page-turner qui nous emmène dans les milieux très fermés de la justice et des cours d'assises .
C'est un portrait sans concession sur cette institution judiciaire ainsi que celle des médias toujours prêts à tout pour avoir des scoops.
L'ambiance donne quelques frissons car les personnages peuvent ressembler à ceux que l'on croise dans la rue.
A la question de savoir : « Pourquoi devient-on avocat ? », la réponse de l'auteur est : « Parce qu'on a depuis toujours, chevillée au corps, la passion de défendre, vous diront les idéalistes. » (p.49). Mais le problème pour l'avocat de cet ouvrage est : « Quand je suis arrivé au barreau, les anciens m'ont détesté parce que je réussissais trop vite. Ensuite, les autres, parce que je réussissais trop bien. » (p.58). Il faut qu'il fasse ses preuves pour se faire une place – être très réactif – courir des dangers….
André Buffard nous livre un style bien à lui, original, et qui mérite d'être découvert, celui d'un avocat passionné par son métier et prêt à assumer les conséquences de ses actions ou de ses jugements personnels.
«Le jeu de la défense » est un polar qui change bien par son thème, de ceux que l'on a l'habitude de lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          404
DocteurVeggie
  04 août 2019
Après avoir découvert un polar diplomatique, me voici à présent à la découverte d'un polar judiciaire. Un véritable cluedo des genres.
Et cluedo est le mot qui me vient à l'esprit après la lecture de ce livre. Une galerie de suspects ayant chacun une personnalité propre. de nombreux mobiles et surtout une victime qui ne suscite pas l'empathie des lecteurs. Résultat, un traboule en guise de lieu du crime et l'objet du meurtre disparu. C'est à l'avocat, pièce maîtresse, de la défense de rétablir la vérité.
Le style est concis, vif, rapide et sans spécialement trop de fioritures. Cela nous donne des chapitres courts qui s'enchaînent vite. Quelques touches d'érotisme ont été placées en guise de carburant, un peu comme la scène de cul dans un téléfilm pour remonter l'intrigue. Après tout, le livre a été écrit par un avocat qui a maintes fois plaidé dans ce genre d'histoire.
La fin de l'histoire tombe comme un couperet qui aurait mal tranché et laisse le lecteur dubitatif. Un effet voulu.
Dans l'ensemble, j'ai passé un moment plaisant à la lecture de ce cas judiciaire qui m'a permis d'en apprendre un peu plus sur la fonctionnement de la justice et qui m'a également donné l'impression d'être au tribunal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
SylvieBelgrandReims
  29 juillet 2019
Le grand intérêt de ce roman, c'est qu'on suit une affaire judiciaire depuis l'intérieur, du point de vue de l'avocat de la défense. À cause des séries télévisées, le système judiciaire américain nous est généralement plus familier que le système français. André Buffard, avec son écriture simple, chronologique, comme un compte-rendu d'audience, nous donne bien à voir la complexité de notre justice.
Ça, j'ai bien aimé.
L'histoire se tient, et il nous est difficile de deviner qui est coupable.
Ça, j'ai bien aimé aussi.
Ce que j'ai moins aimé, c'est le personnage principal, tellement imbu de lui-même, presque cynique, prompt à juger tout et tout le monde, ce qui est un comble pour un avocat de la défense.
Vraiment le genre de type qui m'insupporte. Sans doute est-il proche de la réalité, mais puisque nous sommes dans un roman, j'aurais préféré un héros plus "romanesque".
#LeJeuDeLaDéfense #AndréBuffard #Poiints #lecture #livres #chroniques #polar
Le quatrième de couverture :
À Lyon, une jeune magistrate est découverte battue à mort sous une porte cochère alors qu'elle venait rejoindre son amant. Ce dernier est rapidement soupçonné, d'autant que ses mensonges, et plusieurs éléments matériels, l'accablent et en font le coupable idéal. Cet avocat connu, futur candidat à la mairie, décide de confier sa défense à David Lucas, un pénaliste réputé. Ce dernier va tout tenter pour l'innocenter.
André Buffard nous embarque dans un roman judiciaire au plus près de la réalité, avec une affaire criminelle hors norme vécue de l'intérieur, depuis la garde à vue jusqu'au procès aux assises. Il dépeint avec précision la complexité des relations entre l'avocat et celui qu'il défend. Il brosse un portrait sans concession de l'institution judiciaire et de la place des médias dans une affaire qui fait la une. Il s'interroge aussi sur les motivations d'un avocat, et pose les questions fondamentales de son métier. Entre recherche de la vérité, argent, pouvoir, il montre comment la justice n'est, finalement, qu'un jeu...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
druspike
  25 juillet 2019
Insta: https://www.instagram.com/druspike/
Facebook: https://www.facebook.com/Les-lectures-de-druspike-1848209112084092
J'ai lu ce livre dans le cadre du prix du meilleur polar organisé par les éditions points. Un grand merci à eux de m'avoir sélectionné.
De quoi ça parle ? «Faire éclore la vérité dans une affaire criminelle ? Quand on est l'avocat de la défense, ce n'est pas notre problème. Seul le client compte. Est-ce trop cynique ? Voilà un cas qui fait chanceler les certitudes : à Lyon, une jeune magistrate a été battue à mort au fond d'une traboule alors qu'elle rejoignait en secret son amant. Plusieurs éléments accablent l'homme, notable et candidat à la mairie. La presse se déchaîne. Dans ce chaos, il a pris une bonne décision : me confier sa défense... »
Ce roman est le dernier envoie avant la pause estivale pour le PMPP ! J'avoue que le couv et la quatrième ne m'emballaient pas trop.
Ayant retrouvé un bon rythme avec d'excellentes lectures ces derniers temps je me suis dis allez hop c'est le moment de le sortir ! J'avais besoin de lire un livre un peu différent du polar / thriller classique, histoire d'alterner un peu le style à défaut de changer de genre !
J'ai eu un bon feeling en sortant ce livre ! Contrairement à ce que je pensais dès les premières pages j'ai été complètement emportée par l'intrigue et l'écriture de l'auteur ! La façon d'amener l'histoire, les chapitres très courts et l'écriture hyper réaliste donne un rythme de fou !
On nous dis dans la quatrième que l'auteur est avocat depuis 1972 et qu'il a participé à de grands procès de ces quarante dernières années et ça se ressent vraiment dans l'écriture. L'auteur nous raconte une enquête du côté de l'avocat de la défense. C'est hyper réaliste, on ressent vraiment la maîtrise totale du sujet. C'est un côté qu'on voit rarement dans le polar et j'ai trouvé ça passionnant.
L'auteur garde le suspens tout au long de l'histoire !
Les 400 pages se dévorent s'en qu'on s'en rende compte, personnellement je l'ai plié en 2 jours, sans m'en rendre compte !
Par contre je n'ai eu aucun attachement aux personnages, et encore moins au personnage principal que j'ai trouvé un peu « too much ».
Et la fin m'a laissé un peu sur ma faim, j'avoue qu'il me manque 2/3 petites choses et surtout une vrai fin. Peut être qu'il y aura une suite et que du coup c'est voulu mais c'est pas très clair pour le moment.
Ça été néanmoins un bon moment de lecture.
Note 8/10
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
JeanfrancoislemoineJeanfrancoislemoine   26 juin 2019
" Tu sais comme moi que la principale difficulté de ce métier ( avocat ), c'est la "distanciation " par rapport à celui que l'on défend . Ça implique que chacun ait bien en tête la place de l'autre .Qu'ils comprennent bien qu'on est là pour les défendre , mais qu'on n'est pas leur " pote " .
- Le problème , c'est qu'on a affaire à des générations qui n'ont plus de barrières . Qui ne sont même pas éduquées . Qui n'ont que le mot " respect " à la bouche . Mais qui ne savent pas ce que c'est .
- Alors , bon courage à nos successeurs ! C'était déjà un métier difficile , il va surtout devenir dangereux ....." ( p 170 )
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
JeanfrancoislemoineJeanfrancoislemoine   26 juin 2019
"Je vous jure que je ne l'ai pas tuée. Vous me croyez ?
Sa voix avait un accent de vérité troublant.
-Vous voulez que je vous parle franchement ? J'en sais rien et je m'en fous . Vous m'avez demandé de vous défendre , d'être votre avocat . Je le serai . Sans états d'âmes . Ma seule préoccupation est et sera de vous sortir de là. Ne me demandez pas de vous croire ou d'être votre ami . En revanche , vous pouvez compter sur moi .
J'ai eu l'impression que mon manque d'enthousiasme à me montrer convaincu de son innocence l'irritait . Moi , ce qui m'a toujours énervé, c'est ce besoin qu'ont les accusés de vouloir vous convaincre de la vérité de l'histoire qu'ils vous racontent .( p 124)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
SagnesSySagnesSy   09 août 2018
J’ai attendu que le premier juré tiré au sort se lève du banc où il était assis au milieu des autres, se fraye un chemin parmi eux, et entreprenne, comme le président l’y invitait, de rejoindre son siège. Alors qu’il avait fait la moitié du chemin, sans même lui jeter un regard, j’ai crié d’une voix forte : « Récusé ! » D’une voix presque désolée, le président a renchéri : « Juré numéro 11, vous êtes récusé par la défense. » Penaud, le malheureux a regagné sa place.
Je récuse systématiquement la première personne dont le nom sort de l’urne. Cela provoque tout de suite l’émotion et d’abord parmi les jurés. Tous se demandent pourquoi je viens de récuser l’un des leurs, quelle tare il pouvait bien présenter. Du coup, c’est avec soulagement qu’ils accueillent leur désignation ultérieure. Et éprouvent un peu de sympathie pour cet avocat qui ne les a pas, eux, renvoyé. Mais comment savoir qui sera un bon juré ? Quelqu’un de suffisamment cultivé pour comprendre les arguments qui seront échangés ? D’assez rigoureux pour ne pas condamner s’il a le moindre soupçon ? De jeune, qui n’aura pas d’idées préconçues ou d’âgé qui ne se laissera pas facilement influencer par le représentant de l’État qu’est le procureur ? Un homme ou une femme ? L’expérience prouve qu’il n’y a pas de règle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
nadiouchkanadiouchka   28 juin 2019
Un avocat doit avoir une âme d’aventurier, pas une mentalité de fonctionnaire. Je vois tous ces confrères qui copinent avec les juges, les greffiers, les procureurs, même les gardiens. C’est normal, ils ont le sentiment d’être interchangeables et de faire fonctionner la même machine. C’est ça ! Des fonctionnaires.
P.276
Commenter  J’apprécie          170
nadiouchkanadiouchka   25 juin 2019
Les rapports avocats-policiers sont ambigus. On fait semblant de faire partie de la même famille, de participer ensemble à l’œuvre de justice, mais ce qui prévaut c’est la méfiance. Pour beaucoup d’entre eux, nous ne sommes pas loin d’être les complices de ceux que nous défendons, et surtout nous vivons (parfois richement) de l’argent du crime. P.99
Commenter  J’apprécie          130

Video de André Buffard (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de André Buffard
Le jeu de la défense, d'André Buffard
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1914 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..