AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782021375213
336 pages
Éditeur : Seuil (04/10/2018)

Note moyenne : 3.42/5 (sur 18 notes)
Résumé :
« Lola est magique. Si Lisbeth Salander de Millenium se bat contre le Mal, l’originalité du personnage de Scrivner Love est justement de la situer du mauvais côté de la barrière. »
Le JDD.

A première vue, Lola n’est que la jolie copine de Garcia, le leader des Creenshaw Six, petit gang latino qui règne sur un barrio pourri du sud de Los Angeles. Mais les apparences sont trompeuses car en réalité, c’est Lola qui donne les ordres. Impitoyable st... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
nadiouchka
  18 octobre 2019
Un livre qui avait attiré mon attention car le nom de l'auteure m'était inconnu : Melissa Scrivner-Love, et dont le premier roman : « Lola » me paraissait prometteur. Melissa vit à Los Angeles et elle est scénariste. Comme elle est la fille d'un policier et d'une greffière, on comprend qu'elle ait un certain goût pour avoir écrit ce thriller ❤ et que les informations ne lui ont certainement pas manquées avec sa famille. Remarque non négligeable : pour ce premier roman, elle a reçu le prix Edgar-Allan-Poe...
Ici, on rencontre une certaine Lola Vasquez , qui va devenir « cheffe de gang » (dans l'ombre) des « Creenshaw Six » alors qu'on la croit sous la coupe de Garcia , son petit ami. Si elle est de constitution (apparemment) fragile, elle est en fait une « costaud » et une « dure à cuire » avec son tempérament fougueux. C'est qu'on évolue dans un milieu latino, à Huntington Park, dans un barrio de Los Angeles
On va suivre son parcours avec de nombreux rebondissements, dans ce milieu où règne la drogue et où les cartels se font la guerre pour cette poudre blanche. Mais il n'y a pas que cela de blanc car tout le reste est soit bien noir soit bien rouge avec le sang qui coule à flots lors des règlements de compte. Quant aux bons sentiments, c'est avec l'apparition de la petite Luçy, une petite gamine « utilisée » par sa mère et que Lola va prendre sous sa protection. Enfin une note de sensibilité dans tout ce monde de brutes.
Lola se pose la question mais résout vite le problème : « Héberger une gamine dans un pavillon miteux qui sert de quartier général à un gang, est-ce plus grave que de la laisser retourner chez une camée et un pervers ? Non, décide-t-elle. Les armes et la drogue ne sont pas le pire spectacle pour un enfant. Même si ça devrait l'être. » (p.123)
On y voit aussi l'amour 💕 qui règne entre Garcia et Lola. Quant aux autres, les ripoux et compagnie, qu'ils obéissent, sinon gare, Lola est là pour remettre un peu d'ordre, à sa façon.
D'ailleurs, pour cela, rien ne vaut un bon couteau bien aiguisé 🔪 ou un revolver…
Comme on le voit, c'est une histoire de violences, de rebondissements inattendus. Tous les personnages sont importants dans ce contexte et je dois dire que faire de Lola une meneuse d'hommes m'a bien plu, surtout de la façon dont cela se passe. C'est qu'elle est bien futée notre Lola et elle n'hésite pas à se battre ou à recevoir des coups : elle n'a pas froid aux yeux – d'ailleurs elle récolte souvent des cocards - ne craint pas d'affronter des gros bras.
Un très bon thriller où l'action ne manque pas, quitte à devoir reprendre son souffle car ça cogne dur - les rebondissements s'enchaînent les uns après les autres – l'humour est également présent dans certaines répliques – on cherche l'héroïne (pas Lola, l'autre, « la blanche »…😍) et on la trouve là où on ne l'attendait pas … bien des événements à découvrir avec un suspense garanti.👍
⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
DocteurVeggie
  10 janvier 2020
Allô Lola, c'est encore moi, J'ai beaucoup pensé à toi ma jolie Lola...
Le début de l'année 2020 ne me semble pas de la meilleure cuvée littéraire. Après m'être échappé du Groenland me voici perdu à L.A sous le fief brûlant des cartels de drogue. Une dose de sucre SVP.
Bah c'est joli, L.A, non ?
Si, c'est joli. Tellement joli que je suis allé foutre mon nez dans le bocal à sucre fin afin d'avoir ma dose. Une dose afin de tenir le coup, mais rassurez-vous cette lecture a été moins pénible que d'autres, mais je dois reconnaître que je n'ai absolument pas accroché à l'histoire. Je l'ai lue, mais elle ne me marquera pas.
Pourtant l'idée de base est bonne avec cette Lola qui dirige d'une main « maternelle » son gang, sa crew, sa team etc. Mais voilà... J'ai eu l'impression de voir un épisode de la série Shameless et un 24Heures chrono, mais en nettement moins bien. Les personnages ne sont absolument pas creusés, on surfe sur des personnages secondaires qui [insérez ici l'adjectif qui définit ce que je souhaite exprimer] et qui sont dans une sorte de clan à semi-confiné. On ne sait pas trop ce que certains font là vu que leurs apparitions sont brèves.
Le personnage de Lola aurait été plus intéressant à creuser avec ce coté femme qui chercher à prendre sa place et le pouvoir. Femme patriarcal et même si je lui reconnais une dose de féminisme, je n'ai pas été sensible à ce personnage qui manquait d'un petit quelque chose. Heureusement, le personnage de Lucy, une enfant, relève l'histoire qui pour tout dire commence à devenir un peu plus éveillant à partir des trois-quart du livre, mais ce n'est pas suffisant pour que je puisse véritablement aimer cette histoire.
Putain ! Il me faut un fix ! Mes pages commencent à trembler.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
druspike
  29 novembre 2019
Insta: https://www.instagram.com/druspike/
Facebook: https://www.facebook.com/Les-lectures-de-druspike-1848209112084092
J'ai lu ce livre dans le cadre du prix du meilleur polar organisé par les éditions points. Un grand merci à eux de m'avoir sélectionné.
De quoi ça parle ? «A première vue, Lola n'est que la jolie copine de Garcia, le leader des Creenshaw Six, petit gang latino qui règne sur un barrio pourri du sud de Los Angeles. Mais les apparences sont trompeuses car en réalité, c'est Lola qui donne les ordres. Impitoyable stratège, la secrète cheffe de gang a fait entrer ses hommes dans la cour des grands. Alors qu'elle est sur le point de se faire un nom, un de ses deals avorte avec fracas. Lola se fait de nombreux ennemis et sa tête est mise à prix …
Melissa Scrivner Love habite à Los Angeles, où elle est scénariste. Fille d'un officier de police et d'une greffière, son goût pour le crime lui vient de loin. Lola est son premier roman. »
Grosse découverte pour moi ce roman dont je n'avais jamais entendu parler et dont je ne connaissais absolument pas l'autrice !
Il y a quelques années, je pensais que toutes les histoire de cartel, de gangs mexicains, de drogue n'étaient pas du tout ma cam et puis je suis tombée amoureuse de Don Winslow et de sa saga sur les cartels mexicains ! du coup quand j'ai reçu Lola j'étais plus assez emballée, enfin une fois passé la couverture que je trouve absolument moche et sans rapport avec le sujet … Mais bon on s'en fou un peu !
J'ai passé un très bon moment avec ce roman ! Alors certes il y a des invraisemblances et des trucs gros comme un building au milieu du Larzac mais ma foie la plume de l'autrice a su m'emporter dans cette histoire et j'avais très envie de retrouver Lola dès que j'avais un moment ! J'ai beaucoup aimé le personnage de Lola, une femme forte de caractère, intelligente et qui a réussit à faire de ses blessures une force. Et il faut le reconnaître que dans ce genre d'histoire, les femmes en tant que personnages principales se font rares !
J'ai par contre trouvé un gros manque de profondeur dans les autres personnages, pas d'attachements envers eux, ils sont en toile de fond, pas creusés je n'avais du coup pas vraiment d'empathie ni d'intérêts pour leur histoire.
L'autrice est scénariste, ça se sent dans son écriture, une écriture très cinématique, beaucoup de dialogues et une façon simple et très visuelle de décrire les lieux et les situations.
Soyons clair si on compare ce roman avec les monstres du genre ( Don Wislow par exemple) on est pas du tout sur le même bateau ! Ce livre est beaucoup plus simpliste, moins complexe mais de ce fait plus abordable par tout le monde. Même les gens qui n'apprécient pas le monde des cartels et de la drogue pourront apprécier ce roman.
Personnellement en ce moment j'ai très peu de temps pour lire et ce roman a rempli à merveille son job : Divertissement, attachement au personnage, histoire prenante, lecture simple et sans prise de tête !
Une lecture que je recommande, un girl power sympa et rythmé !
Note 8,5/10
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
SylvieBelgrandReims
  12 décembre 2019
Les héroïnes badass, moi, j'adore ça. Quand je serai grande, je veux être Lisbeth Salander version Noomi Rapace. Et là, ça partait plutôt pas mal. C'est bien écrit, la mayonnaise monte, et puis... pouf, la fin. J'avoue que je n'ai pas vraiment compris comment l'héroïne se dépatouille pour sauver les meubles.
Dommage, j'aimais bien le côté poisseux et violent, l'atmosphère guerre des gangs. L'auteur est scénariste de série télé et ça se sent. J'avoue que je suis un peu déçue.
#Lola #MelissaScrivnerLove #EditionsPoints #polar #thriller #lecture #livres #chroniques
Le quatrième de couverture :
En apparence, Lola n'est que la jolie copine un peu effacée de Garcia, le chef des Crenshaw Six, un petit gang de South Central, la banlieue ultra chaude de Los Angeles. Mais les apparences sont trompeuses car, en vérité, c'est Lola qui donne les ordres. Grâce à son sens de la tactique – et sa capacité à répondre à la violence par le sang – Lola est sur le point de se faire un nom. Mais suite à un deal avorté, sa tête est mise à prix. Et Lola, aux prises avec ses propres démons et contradictions, va redoubler d'ingéniosité pour se faire une place au soleil dans un monde où celle des femmes est davantage en cuisine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
orbe
  30 novembre 2018
Lola est à la tête d'un petit gang. Mais aux yeux de tous, c'est Garcia qui le dirige.
Elle doit en plus de tenir leur commerce illégal, tenter de protéger son frère et de gérer sa mère.
Lorsque le Cartel leur demande d'intervenir dans une transaction et que celle-ci échoue avec fracas, il ne reste que quelques jours à Lola pour trouver une solution ou mourir.
Un vrai thriller qui contient de nombreux rebondissements. La trame est complexe et intéressante. Elle fonctionne bien avec de nombreuses ramifications et impasses.
Lola est en permanence prise dans un étau que sa condition de femme enserre. le lecteur est plongé dans la survie des quartiers pauvres américains. Les inégalités sont tenaces et les voies de sortie étroites.
Le passage de la toute jeune Lucy dans l'école des beaux quartiers est en cela lumineux et désespérant.
C'est la position de l'héroïne en tant que cheffe de gang qui m'a attirée vers ce livre qui faisait écho à la question de l'invisibilité des femmes. Mais au final l'intrigue prend le dessus.
A la survie s'ajoute alors la question de la fidélité et des liens familiaux. L'ensemble donne un roman original et captivant.
A lire !
Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
nadiouchkanadiouchka   12 décembre 2019
Même à Huntington Park, où les fusillades en voiture laissent des petits corps ensanglantés sur les trottoirs craquelés, le soleil leur adresse un sourire radieux comme si tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes.
Commenter  J’apprécie          90
RevesetimaginesRevesetimagines   03 décembre 2018
En sortant du café, Lola rejoint sa voiture en cinq minutes, un temps record si l’on considère que les commerces de Venice aiment se laisser désirer, obligeant la clientèle à payer et à parcourir plus d’un kilomètre à pied pour se garer. Elle veut appeler Garcia pour dire qu’elle est dans une impasse. Darrel a peut-être essayé de faire jouer la concurrence, mais ça reste l’un des principaux clients du cartel, et l’un des plus réguliers. Si elle le tue, le Mexicain la supprime sans autre forme de procès. Si elle ne le tue pas, elle ne gagne pas la confiance d’Elridge et le Mexicain la supprime sans autre forme de procès.
Dans tous les cas, elle s’imagine la tête tranchée, le corps plongé dans une cuve de soude caustique déposée sur la pelouse pour Garcia. Garcia qui ne saura jamais si les lambeaux d’os et de peau sont réellement les siens. Le cartel a un faible pour la soude, parce qu’elle rend impossible toute analyse génétique. Et par là même rend le deuil impossible, les proches ne pouvant pas identifier les restes avec certitudes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Hayatte_BHayatte_B   17 mars 2019
"All people everywhere, rich or poor, skinny or fat, are animals. Looking for a fight. Looking to turn everyone else against the weakest."
Commenter  J’apprécie          10
OctaviaJaymesAdamaOctaviaJaymesAdama   04 décembre 2018
Elle cherche à emboîter toutes les pièces : un sac d’héroïne disparu, un flic véreux, des billets troqués contre du papier, Darrel, Elridge, Andrea, le centre de désintoxication de Sadie. Quel est le lien ?
Commenter  J’apprécie          00
OctaviaJaymesAdamaOctaviaJaymesAdama   04 décembre 2018
Une rapide recherche sur Internet lui a permis de trouver son nom complet : Andrea Dennison Whitely. Avec un nom pareil, soit elle est pétée de thunes, soit c’est une tueuse en série.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : gangsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2099 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..