AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Yann Arthus-Bertrand (Autre)
EAN : 9782746524965
320 pages
Le Pommier (18/01/2023)
4/5   4 notes
Résumé :
Réchauffement climatique, espèces menacées, océan de plastique... de tous côtés, on s'alerte, on s'alarme, on s'affole. Et on fait bien : après des années de controverses, la communauté scientifique, unanime, exprime son inquiétude. Malheureusement, les mauvaises nouvelles sont répétées ad nauseam et l'envie d'agir s'émousse, pour céder la place à un catastrophisme angoissant. Car si nous fonçons dans le mur, pourquoi changer quoi que ce soit ? Au passage sont escam... >Voir plus
Que lire après Bonnes nouvelles de la planèteVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Vous en avez marre de l'actualité déprimante et de la grisaille environnante ? Je ne peux donc que vous conseillez de découvrir le dernier livre de Sophie Chabanel qui est un véritable coup de coeur pour moi !  

Si vous avez découvert comme moi l'auteure dans sa série féline, ici il ne sera pas question d'enquêtes menées par le commissaire Romano, maîtresse de Ruru un chat au fort caractère, mais bien d'un ouvrage qui évoque "des réussites significatives, incontestables et encourageantes".

Finalement, j'ai lu cet ouvrage comme s'il s'agissait d'un calendrier de l'avent en m'offrant chaque jour la lecture d'un chapitre qui me procurait un grand plaisir (semblable à celui d'un carré de chocolat ). Adorant la plume de Sophie Chabanel et sensible à la question de la biodiversité, j'ai beaucoup aimé le choix de la forme et les exemples pris par l'autrice ; anecdotes se révélant passionnantes et qui ont montré leur efficacité. Par ailleurs, j'ai trouvé ça intéressant de proposer à chaque fin de chapitre une partie consacrée aux points "à retenir".

Je tiens à remercier les Éditions le Pommier et Sophie Chabanel pour leur confiance et pour m'avoir offert "bonnes nouvelles de la planète" que ce soit en évoquant la réintroduction d'espèces, le développement d'outils favorisant la cohabitation entre les humains et/ou les animaux ou encore la mise en place de procédés visant à réduire la pollution et le réchauffement climatique. 

La lecture de ce livre m'a fait beaucoup de bien car il rappelle à quel point il est important de garder espoir et que finalement, on peut tous oeuvrer en faveur de notre belle planète.
Commenter  J’apprécie          321
On s'éloigne franchement de mes lectures habituelles avec cet essai. J'ai plutôt tendance à me plonger dans des romans aux univers alternatifs fantastiques pour fuir une réalité bien trop complexe et, disons-le tout net : globalement pessimiste. Les problèmes économiques, géo-politiques et, surtout, environnementaux pèsent lourd sur le moral des troupes, et je ne suis pas la dernière à être frappée d'angoisse climatique. C'est donc tout naturellement que j'ai eu envie de trouver dans ce livre un peu de réconfort dans ce monde de brutes.

J'ai lu ce livre en pensant très fort à ma meilleure amie, de plus en plus touchée par l'état d'alerte perpétuel de notre génération, et à mon petit frère, avec qui je parlais dernièrement de la si sentencieuse Horloge de l'Apocalypse en tentant de le convaincre que les scientifiques ne peuvent sans doute tout prédire SAUF l'imprévisibilité. Comme la réapparition d'une espèce disparue par exemple.

La préface de Yann Arthus-Bertrand offre une belle entrée en matière à cet essai qui se veut résolument – mais raisonnablement – optimiste. Pour nous informer, plus que nous convaincre, que les bonnes nouvelles fleurissent encore sous le terreau du pessimisme médiatique, Sophie Chabanel a fait d'amples recherches, collecté des tas de données, et rencontré les artisans du changement pour le bon. Parce que, oui : des bonnes nouvelles, croyez-le ou non, il y en a. Et elles font chaud au coeur.

J'ai pris beaucoup de temps pour le lire car il foisonne de données (vérifiées et vérifiables, comme en attestent les multiples notes compilées en fin d'ouvrage). J'ai parfois un peu galéré à accrocher aux explications trop chiffrées, comme par exemple pour évoquer la première zone à très faibles émissions au monde à... Londres, ou encore le boom du vélo en France suite à la crise sanitaire. le chapitre sur la gestion plus durable du plastique, qui connaît aussi de très belles avancées partout dans le monde, s'est révélé lui aussi un peu fastidieux mais, au détour des données, il y a toujours l'illustration de réussites très motivantes.

J'ai été plus sensible à l'essor de l'agroforesterie, qui fait des émules, à la belle histoire des abeilles au secours des éléphants, du modèle méditerranéen qui poursuit son accompagnement tangible de l'écosystème côtier (qui se porte bien !) ou encore au chapitre qui revient sur la révolution climatique induite par Schwarzy en Californie.

J'ai beaucoup aimé la structure du livre, découpé en dossiers, agrémentés d'entretiens avec les spécialistes, et toujours résumé en fin de chapitre avec les points forts à retenir.

Par les temps qui courent, l'initiative de Sophie Chabanel de regonfler le moral des troupes à travers ce bel état des lieux des actions déjà engagées en faveur de la planète se doit d'être largement mise en avant. Car il vient clairement en contre-pied de la tendance alarmiste entretenue par la majorité des médias. Les bonnes nouvelles, c'est plus galvanisants mais moins vendeur que le catastrophisme apparemment. Pourtant, plutôt que de persuader le monde qu'il est déjà foutu – ce qui revient peu ou prou à dire : «autant finir de tout péter, les gars, de toute façon c'est plié» – il devient tout aussi urgent d'agir que de montrer à tous que les résultats obtenus et à venir dépassent souvent les prévisions escomptées. Les gens dont il est question dans ce livre ont accompli d'authentiques petits miracles. En gardant à l'esprit qu'avec juste un petit coup de pouce, la nature démontre d'elle-même une force de résilience bien supérieure à la notre.

Bonnes nouvelles de la planète est à mettre entre toutes les mains – enfin, peut-être pas celles des climatosceptiques ! Parce que les choses vont bien, par endroits, par moments. Et elles continueront d'aller mieux, tant que nous refuserons de baisser les bras.

Je remercie Babelio et les éditions le Pommier pour l'envoi de ce livre qui met du baume au coeur !
Commenter  J’apprécie          10
Bonnes nouvelles de la planète
préface de Yann Arthus-Bertrand
Sophie Chabanel
essai
Le Pommier, 2023,304 p


le but de ce livre est de sortir du catastrophisme systématique et de redonner espoir. En effet, la ligne de conduite est d'être lucide, d'où la nécessité d'un état des lieux honnête et véridique, de garder espoir , d'agir. Un expert de la mer dit que la vision alarmiste et défaitiste véhiculée par les médias est frustrante pour ceux qui luttent et, plus grave, n'invite pas à agir. Or, selon la théorie d'Albert Bandura, si les gens ne pensent pas qu'ils puissent produire les résultats qu'ils désirent par leurs actions, ils ont peu de raisons pour agir ou persévérer face aux difficultés. Sophie Chabanel propose donc un ouvrage de vulgarisation, écrit dans une langue simple et non dénuée d'humour, qui donne envie de passer à l'action, par exemple de se baigner avec un T-shirt anti UV plutôt que de se tartiner avec de la crème solaire. de toutes manières, les nouvelles sont bonnes, les choses avancent, la conscience écologique, environnementale s'élargit, des lois suivent qui sont faites pour être respectées.
Sa méthode est la suivante : un état des lieux, fondé sur une solide documentation, est suivi d'une interview avec un expert, et une synthèse finale permet de retenir les points importants.
L'auteure parle du sauvetage du gorille des montagnes, de la conservation du lynx ibérique, gourmand de lapins, qui doit se faire en écoutant la population. le dosage entre le sauvage et l'humain est minutieux : l'homme doit intervenir le moins possible dans le sauvage, se contenter de soigner les animaux qui doivent rester dans leur milieu naturel.
Les chapitres qui m'ont le plus intéressée concernent la démarche de Roubaix et son objectif de zéro déchet ; les aménagements faits pour le vélo, des pistes cyclables destinées aux touristes qui font le bonheur des locaux qui les empruntent, le développement de l'usage touristique du vélo - avec notamment les grands itinéraires comme l'Eurovélo ou le Vélodyssée qui conduit de la Bretagne à la côte basque - qui a aussi un impact touristique, ces vélotouristes dépensant pas mal ; la santé de la Méditerranée, 1°/° de la surface mondiale de l'océan, une mer vivante avec une faune et une flore endémiques à conserver. Les rivages de la Méditerranée représentent 27°/° du tourisme mondial. La Posidonie est son herbe magique, elle qui stabilise les fonds meubles, filtre l'eau, retient de 3 à 5 fois plus de carbone qu'une forêt tropicale, atténue la houle. Or une ancre peut détruire en une nuit un siècle de croissance.
J'ai appris que le septième continent, c'était le monstre de plastique, qu'à Loos-en-Gohelle, on développe le projet "Mine de soleil » en installant des panneaux solaires sur les toits de la ville, que les orangs-outans mangent 400 types de feuilles et de fruits quand les humains n'en mangent pas plus de 40, les mérites de l'agroforesterie, que Londres respire de nouveau grâce à son nouveau maire, comme quoi il est utile d'aller voter.
C'est un ouvrage intéressant, à lire à petites doses, vu le type d'essai.
Merci à Masse critique.
Commenter  J’apprécie          20
Je lis rarement de livre type documentaire, j'ai toujours peur que la lecture soit difficile mais le sujet de celui là m'a immédiatement intéressée. Je suis ravie d'avoir pu le découvrir, sa lecture a été simple et enrichissante.

Ce titre est l'aboutissement de 2 années de recherches, cela se ressent à la lecture. À travers des chapitres courts, clairs et documentés, l'autrice nous expose différentes initiatives, la façon dont elles ont été mises en place et les effets qu'elles ont sur la planète. Elle nous montre que ce n'est pas vain de se battre pour notre planète, que nous pouvons encore avoir un impact positif si on s'y met ensemble.
À la suite de ces chapitres nous découvrons souvent des entretiens réalisés auprès de personnes qui connaissent parfaitement le sujet dont il est question dans le chapitre, cela donne du poids à ce que nous venons de lire. Puis à chaque fois, les chapitres se terminent par une page ‘'A retenir'' qui nous permet de faire un rapide point sur ce que nous venons de lire et quels ont été les moyens mis en place pour en arriver à ce résultat.
Le tout est écrit simplement, ce qui rend la lecture abordable pour tous.

Les thèmes sélectionnés pour ces différents chapitres sont quant à eux très différents, cela nous permet de constater des évolutions positives dans différents domaines, à différentes échelles. C'est intéressant de voir que, dans le fond, les personnes qui agissent pour notre planète sont très différentes. du simple maire de village au responsable d'une grande entreprise, les initiatives sont nombreuses que ce soit en France ou ailleurs.

Je précise que le but de ce livre n'est pas de nous dire que le réchauffement climatique n'existe pas, ni de minimiser ses effets. Ce que l'on voit dans les médias est réel, cependant, il sert à nous montrer des initiatives qui ont des effets positifs pour notre planète. Des initiatives dont on n'entend pas parler et qui, pourtant, nous donne un peu d'espoir pour le futur.
À nous de nous battre ensemble pour que ces initiatives se multiplient.

Je remercie Babelio et la maison d'édition le Pommier pour cette découverte dans le cadre de la dernière masse critique.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Mais mon idée est un peu différente. Il ne s'agit pas d'écrire un autre guide pratique ou de donner des conseils pour agir mais bien de parler de résultats : les initiatives de tous ces citoyens, ONG, militants, pouvoirs publics ont-elles d'ores et déjà un impact ? La situation générale est inquiétante, la communauté scientifique l'affirme à l'unanimité et nous le savons tous. Mais peut-être y a-t-il tout de même des avancées, qui témoignent de notre capacité de réaction.
Commenter  J’apprécie          60
C'est alors qu'une idée d'une simplicité suspecte me vient à l'esprit : puisque le ressassement des mauvaises nouvelles n'est pas productif, ne pourrait-on en partager de bonnes ?
Commenter  J’apprécie          130
Pourtant, certains ont eu confiance en leur capacité à faire bouger les choses et les ont fait bouger vraiment. Avec des effets mesurables et significatifs, qu'il s'agisse de biodiversité ou de lutte contre le réchauffement climatique.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Sophie Chabanel (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sophie Chabanel
En parallèle de son parcours professionnel, Sophie Chabanel se laisse porter par son plaisir d'écrire et publie son premier roman aux Éditions Albin Michel en 2007.
Elle voit en l'écriture un moyen de développer sa pensée mais aussi un avantage "libérateur", une façon de s'affirmer pour soi et pour les autres.
Pour découvrir son dernier livre, L'emprise du chat, Editions du Seuil, c'est par ici : https://bit.ly/3vRjTNL
#SophieChabanel #EditionsDuSeuil #Polar #Roman #Livre #CadreNoir #LeSeuil #GoodMood #ParolesdAuteurs #interviewGibert #GibertMonLibraire
Retrouvez-nous sur Facebook : Facebook.com/GibertOfficiel Nous suivre sur Instagram : instagram.com/GibertOfficiel
+ Lire la suite
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (18) Voir plus



Quiz Voir plus

Politique et littérature

Les Romantiques français, dans leur jeunesse, étaient plutôt réactionnaires et monarchistes. Quel est celui qui a connu une évolution qui l’a conduit à être élu sénateur siégeant plutôt à gauche ?

Stendhal
Chateaubriand
Hugo
Mérimée

11 questions
323 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre

{* *} .._..