AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782749309774
192 pages
Vents d'Ouest (19/04/2023)
4.18/5   325 notes
Résumé :
Qui regarde qui ? …

Entre les statues de marbre et les tableaux de maîtres, les visiteurs du musée d’Orsay posent tantôt des yeux admiratifs, tantôt un regard perplexe sur les chefs-d’œuvre qui bordent les allées. Ils échangent dans un murmure discret et continuent leur déambulation. Mais lorsque les portes du musée d'Orsay ferment et que la nuit tombe, les sculptures et les peintures quittent la pose, descendent de leur socle, s'animent, se détendent... >Voir plus
Que lire après MuséeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (81) Voir plus Ajouter une critique
4,18

sur 325 notes
5
48 avis
4
25 avis
3
7 avis
2
0 avis
1
0 avis
Chabouté est un auteur que je suis depuis mes débuts de lecture en matière de bande dessinée. C'est un auteur qui a su gagner en profondeur et en maturité au fil de ses oeuvres que j'ai régulièrement acquises.

Le point d'orgue aura sans doute été son oeuvre « tout seul » en 2008 qui m'avait énormément marqué pour son côté mutique mais tellement lourd de sens. Pour autant, j'ai un peu laissé tomber ces dernières années sans doute happer par d'autres auteurs d'une résolution plus moderne. Par la suite, l'auteur avait poursuivi dans diverses productions sentant un peu le réchauffé mais sans connaître le génie de tout seul.

Et puis, il y a eu la sortie de « Musée » en mars 2023 avec le succès qu'on lui connaît. Je n'ai pas réussi à emprunter cette BD à ma médiathèque tant il y avait des réservations dessus. Une fois n'est pas coutume, j'ai directement acquis celle-ci en me basant sur mon expérience passée ainsi que sur vos avis pour la plupart dithyrambiques.

On peut dire que « Musée » renoue avec « Tout seul » dans l'esprit avec cependant des dialogues qui vont apparaître assez tardivement. Il est encore question d'images contemplatives ayant pour cadre le musée d'Orsay dont j'avais gardé un très bon souvenir de mes 20 ans. J'ai adoré la réplique sur la Joconde qui se trouve au Musée du Louvre, celui dont tout le monde se focalise. Cette ancienne gare transformée en musée vaut le coup d'oeil.

Là encore, il y a beaucoup d'images parfois répétitives mais les dialogues souvent anodins cachent en réalité une certaine réflexion sur le comportement des uns et des autres et surtout le regard que les visiteurs peuvent avoir sur l'art en général. C'est assez juste dans le ton.

Je regrette juste l'emprunt d'une idée que Jean Dytar avait abondamment exploité dans « les tableaux de l'ombre » quelques années plus tôt en 2019 à savoir l'animation des personnages de ces oeuvres du Louvre qui sortent la nuit à l'abri des regards tel des fantômes. Bref, l'idée n'est pas originale car reprise. Mais bon, passons car le charme opère quand même !

A noter que la couverture nous montre un célèbre tableau mais il n'en sera point question car on se consacrera sur d'autres oeuvres artistiques sans doute moins emblématiques à l'exception de l'auto-portrait de Rembrandt. Pour autant, les véritables acteurs seront des personnages plutôt secondaires.

Bref, je ne regrette pas mon achat qui m'a permis de retrouver un auteur de talent non seulement part le dessin mais par la mise en scène véritablement sublime qui rend la lecture assez agréable. En conclusion, on a droit à un véritable hommage rendu au musée d'Orsay mais sans le côté pédagogique de rigueur ou l'approche culturelle assez rébarbative. Un exploit en somme !
Commenter  J’apprécie          910
Dans les allées du musée d'Orsay, les visiteurs sont nombreux, chaque jour, à déambuler dans les allées où se côtoient de multiples oeuvres. Certains y posent un regard amusé, perplexe ou admiratif, parfois choqué. Certains y vont de leur petit commentaire, intelligent ou décalé. Certains les mitraillent ou y jettent à peine un regard quand d'autres s'y attardent longuement ou les croquent. Mais que se passe-t-il la nuit lorsque ces mêmes visiteurs rentrent chez eux ? Dans la pénombre, à l'abri des regards, ces mêmes oeuvres prennent vie, des silhouettes s'animent, des personnages quittent leur cadre...

Chabouté nous propose, avec cet album, une visite privée et pour le moins originale du musée d'Orsay lorsque la nuit tombe. Les allées désertées, les oeuvres, exposées et scrutées le jour, en profitent pour se dégourdir les jambes, pour se promener, pour retrouver un personnage, pour faire le bilan de la journée et pour regarder et commenter ce qui se passe dehors. Ainsi, les Raboteurs de parquet font une pause bien méritée, les bustes d'Honoré Daumier cancanent à tout-va, Berthe Morisot guette amoureusement les allées et venues d'un homme accompagné de son chien, l'Olympia quitte sa couche, Héraclès, curieux, s'étonne de tout, l'Ours blanc se promène... Tous portent un regard, tantôt amusé, tantôt circonspect, tantôt touchant, tantôt critique, tantôt perplexe sur les humains et leurs comportements, aussi bien le jour que la nuit. Avec un oeil avisé, l'auteur dépeint, avec tendresse, ironie, humour ou émotion, les attitudes aussi bien des visiteurs que des oeuvres d'art. En bon guide, il nous offre ainsi de véritables moments suspendus. Avec malice et poésie, il croque, au plus près des originaux, ces oeuvres, rendues plus vraies que nature. Dans ce décor époustouflant, son noir et blanc intense n'en est que plus lumineux et son trait, délicat et minutieux, est des plus élégants.
Un album émouvant, sensible et intelligent...
Commenter  J’apprécie          6617
Quand vous avez entre vos mains Musée, roman graphique de Chabouté, vous avez ce qu'on appelle en librairie un beau livre. Un livre de qualité avec des reproductions de chefs-d'oeuvre picturaux ou sculpturaux. J'ai vraiment pris plaisir à tourner ces pages, comme j'ai pris plaisir il y a quelques années à arpenter les galeries du musée d'Orsay. J'y ai reconnu nombre d'oeuvres devant lesquelles je me suis moi-même arrêtée, intriguée, subjuguée, étonnée, interloquée.
Les trognes dessinées par Christophe Chabouté sont des instantanés pris sur le vif, des visiteurs, curieux, de passage, des esthètes, des pontifiants… C'est drôle et finement observé. Et finement écouté aussi ! Car on ne peut s'empêcher d'écouter les commentaires des uns et des autres devant les tableaux ou les sculptures. On a tous, il me semble, des anecdotes à ce sujet.
Et puis, Chabouté nous offre également une nuit au musée, enfin plusieurs au cours desquelles nous allons écouter et observer ce que ces fameuses peintures et sculptures, quittant leur sage immobilité, vivent, dévoilent de leurs sentiments et regards sur ces gens qui toute la journée leur tournent autour. Un regard, en somme, sur notre société.
C'est drôle comme la scène récurrente d'Heracles découvrant les lieux d'aisance, poétique quant à l'idylle entre la liseuse et la statue (que je n'ai pas reconnue, mais qu'importe)…
Il y a très peu de textes dans ce roman graphique tout en noir et blanc. La déambulation à travers les salles se suffit à elle-même, il faut prendre son temps, observer, écouter et se laisser porter, le charme opère. Et l'on ressort du musée, apaisé, heureux de cette complicité qui s'est implicitement installée entre ces personnages hors du temps et soi.
Commenter  J’apprécie          505
Superbe ! MUSÉE de Chabouté est une oeuvre à part entière et une expérience peu commune pour la lectrice ou le lecteur que nous sommes.
Tout n'est qu'affaire de regard. Celui que nous posons (ou pas) sur les oeuvres exposées, celui posé sur nous, les déambulateurs : esthètes professionnels ou amateurs, visiteurs réguliers ou occasionnels, … par les oeuvres elles-mêmes et celui de Chabouté qui croque les uns et les autres, de jour comme de nuit.
Car Orsay a deux vies :
– le jour, c'est l'heure des visites. Celles choisies ou imposées mises en lumière par le coup de crayon et le regard incisif de Chabouté. Tout y est ! de nos découvertes, nos surprises, nos impatiences et nos lassitudes, parfois… La sortie scolaire au musée vue par Chabouté vaut le détour…
– La nuit, c'est l'heure des oeuvres. Les figurés sortent des cadres, des peintures, des socles et s'en vont vivre leur vie au gré de leurs affinités. Il y a ceux qui se haïssent, qui s'aiment et ceux qui découvrent ce monde extérieur et s'interrogent, incrédules…
Au travers des cases, Chabouté saisit les visiteurs, les gardiens, comme un instantané photo, un arrêt sur image. Puis son crayon nous attire vers l'un ou l'autre. On les suit au fil des pages. Cet homme et son chien, observés amoureusement par la femme du tableau, Berthe Morisot. Elle se languit toute la journée de ce moment, où il lui sera donné de l'apercevoir du haut des fenêtres du musée, promenant son chien. La démarche pesante. Jusqu'au jour où il franchira les portes du Musée. Mais à quel prix…
L'observation devient histoire, l'histoire dessinée se transforme en rêverie et nous ouvre les portes de cet univers poétique qui fait les grandes oeuvres et plus particulièrement celle de Chabouté.
A lire et Relire !
Merci aux éditions vents d'ouest et à Babelio pour l'envoi de cet album qui nous donne l'envie de franchir les portes d'un musée et de laisser libre cours à notre imagination...
Commenter  J’apprécie          410
Chabouté nous invite au musée d'Orsay pour y voir ce que l'on n'y voit pas d'habitude puisque nous ne pouvons pas aller au musée la nuit. Hé oui, la nuit, il s'en passe des choses et c'est ce que nous raconte, principalement en images, Chabouté.
Berthe Morizot, un portrait de Modigliani, l'Olympia, les raboteurs de Caillebote, Héraclès d'Antoine Bourdelle mais aussi bien d'autres reprennent vie et échangent, se jalousent, et s'interrogent aussi sur tous ces visiteurs qui ont de drôles de comportements avec leur boitier rectangle collé à l'oreille. La nuit, les statues des parlementaires se régalent en regardant par les interstices de l'horloge du musée. Ainsi ils sont fascinés par les boites à roues qui circulent ...
L'idée de ces personnages prenant vie la nuit est tout à fait intrigante mais sans offusquer personne et toute proportion gardée, John Lasseter avait déjà eu l'idée d'animer des personnages la nuit venue avec son célèbre Toy Story.
Cela dit, ici le fait de mettre en action des personnages de grands maîtres suscite l'interêt et j'aurais aimé qu'il y ait plus d'interactions.
Commenter  J’apprécie          430


critiques presse (5)
BoDoi
26 juin 2023
Dans ce titre, Christophe Chabouté se pose en observateur et croque les attitudes, les postures, les discussions de ses homologues, mais imagine aussi le regard que portent les œuvres sur les êtres humains et sur elles-mêmes. Il montre une nouvelle fois comme il parvient à manier les passages muets, à se jouer du lecteur et de ses attentes, à mettre en place ses personnages comme les pions sur un échiquier.
Lire la critique sur le site : BoDoi
LeMonde
17 mai 2023
Christophe Chabouté imagine un Musée d’Orsay où les personnages des tableaux philosophent sur l’existence, où une statue est interloquée face au séchoir à mains des toilettes, où une Vénus se voit dire par un autre marbre qu’elle peut se déplacer…
Lire la critique sur le site : LeMonde
LigneClaire
16 mai 2023
Christophe Chabouté, c’est un coup de crayon incroyable. Avec Musée il a donné corps et vie à à un tragi-comédie pas nouvelle sur le fond mais qui enchante sur la forme, la sensibilité des regards, les sentiments, la poésie et l’émotion face à l’art.
Lire la critique sur le site : LigneClaire
BDGest
16 mai 2023
Par bien des égards Musée est, à l’image des tableaux et sculptures qu’il dépeint, le fruit d’un processus individuel d’interprétation qui transcende le quotidien et qui acquiert une dimension artistique au travers de l’émotion qu’il suscite
Lire la critique sur le site : BDGest
BDZoom
24 avril 2023
Entre humour et poésie, l’ouvrage, qui accorde 186 planches au quotidien de l’établissement, se révèle aussi être une réflexion sur notre rapport à l’art… Et c’est alors que, grâce à la maîtrise des noirs profonds et à l’efficacité de la narration de l’auteur, la magie opère !
Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
Substantifique, constitutif ! Dans cette toile, l’eurythmie de la pluralité chromatique, la concaténation et la contexture des constituants picturaux, l'édulcoration des flexuosités, ce degré superlatif, cette primauté de la peinture sensorielle, insufflent incontestablement et de manière apodictique les prémices de l'abstraction.

(p. 52)
Commenter  J’apprécie          424
[Deux personnes devant le même tableau]

- Substantifique. Constitutif ! Dans cette toile, l’eurythmie de la pluralité chromatique, la concaténation et la contexture des constituants picturaux, l'édulcoration des flexuosités, ce degré supplétif, cette primauté à la peinture sensorielle, insufflent incontestablement et de manière apodictique les prémices de l'abstraction.

- Cette douceur... ce calme... cette sérénité... on entend le doux et léger frottement de l'herbe contre les robes.
Commenter  J’apprécie          271
- Un je ne sais quoi... comment dire... un sentiment de... comme si... enfin ce profond... c'est tellement... la composition, l'harmonie... je n'arrive pas à... je ne... les mots me manquent...
- Alors, tais-toi ! Ressens ! Simplement...
Commenter  J’apprécie          250
- André !! André, dépêche-toi !
- C... C'est magnifique ! Si beau !
- André ! De toute façon, je l'ai pris en photo. Tu pourras le regarder à l'hôtel ce soir. Dépêche-toi, on a encore le Louvre à faire.
Commenter  J’apprécie          253
- Maman ? Pourquoi elle parle tout le temps la dame ?
- Ben elle est guide, elle explique les tableaux aux gens.
- Ah !... Ils regardent avec les oreilles alors... ben, la dame qui parle tout le temps, elle dit juste aux gens ce qu'ils doivent regarder et comment regarder !
Commenter  J’apprécie          182

Videos de Christophe Chabouté (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christophe Chabouté
Notre I.A. sait si vous en avez un ! ABONNE-TOI À LA CHAÎNE : https://www.youtube.com/c/ankama
Après Plein Ciel, Pierre-Roland Saint-Dizier est de retour chez Ankama Éditions, accompagné à l'écriture de Pierre Benazech et d'Eliot au dessin.
Quand la société confie l'avenir de sa jeunesse à une I.A., doit-on avoir une confiance aveugle en elle ou prendre une autre voie, sans garantie, mais empreinte de liberté ? C'est le sujet de cette BD.
SYNOPSIS Dans un futur proche, secoué par une crise économique profonde, l'intelligence artificielle est utilisée pour définir les prédispositions des enfants. Ce procédé mis au point par l'Institut CentrAvenir détermine la voie professionnelle à suivre, ne laissant guère de place aux aspirations personnelles. Quand le jeune Matt est soumis aux tests du programme ScanPsy, le constat est sans appel : il risque de développer des troubles du comportement et doit être placé dans un établissement adapté. Pour le soustraire à un avenir morose et lui permettre de réaliser son rêve de devenir artiste, sa famille va tout tenter. Mais la liberté a un prix qu'ils ne sont peut-être pas prêts à payer…
LES AUTEURS Né en Belgique le 17 juin 1996, Eliot intègre l'ESA Saint-Luc de Bruxelles option Bande dessinée/éditions en 2014. Afin de documenter son projet de fin d'études, il passe deux mois en immersion dans la police belge, à effectuer des enquêtes, des patrouilles et même une perquisition. Une fois son diplôme en poche, il réalise des illustrations pour le magazine Spirou, collabore avec la marque de luxe Hermès et colorise la bande dessinée le Bel Alex (éditions Casterman). Avenir est son premier album en tant que dessinateur. https://www.instagram.com/eliot_vdh
Né en 1976, à Mulhouse (Alsace), Pierre-Roland Saint-Dizier est devenu journaliste après avoir enseigné deux ans en Afrique. À son retour, il s'intéresse au 9e art en couvrant pour la presse le festival Bédéciné d'Illzach. C'est à cette occasion qu'il fait ses premières armes avec un album collectif auquel prennent part notamment Chabouté et Hermann. Il écrit son premier album en 2009 aux Éditions Glénat, puis travaille sur des intrigues médiévales avant de réaliser une trilogie sur Saint-Exupéry. Il s'est lancé ces dernières années dans des BD plutôt engagées tout en explorant avec ses dessinateurs de nouveaux formats. Plein Ciel (avec Michaël Crosa au dessin) est sa première BD publiée chez Ankama Éditions. https://www.instagram.com/pierreroland67
Ancien avocat d'affaires, Pierre Benazech s'évertue désormais à enseigner le droit dans des écoles supérieures. En parallèle de son travail, Pierre écrit des nouvelles, des poèmes, des pièces de théâtre et des bandes dessinées. Il a notamment écrit des poèmes qui lui ont valu des prix parrainés par l'UNESCO et le Ministère de la Culture ainsi qu'une pièce de théâtre Intelligence et bêtise artificielles qui a été mise scène par Nicolas Dandine et représentée à de multiples reprises. Pierre est aussi auteur d'un jeu de société Ténor – qui sera le meilleur avocat ? édité chez Enrick B. éditions et qui a été médaillé au concours Lépine. Avenir, publié chez Ankama Éditions, est sa première bande dessinée. https://www.pierrebenazech.fr/
Prêt(e) à ouvrir une porte sur l'avenir ?
AVENIR, de Pierre-Roland Saint-Dizier, Pierre Benazech et Eliot COLLECTION : Ankama BD GENRE : Science-fiction
SUIS TOUTE L'ACTU D'ANKAMA ÉDITIONS : http://www.ankama-editions.com/fr FACEBOOK : https://www.facebook.com/AnkamaEditions/ TWITTER : https://twitter.com/AnkamaEditions Visitez Ankama Shop : https://www.ankama-shop.com/fr/ Ce titre d'Ankama Éditions sera disponible en librairie et sur ankama-shop.com à partir du 12 avril 2024.
#AVENIR #ANKAMA
+ Lire la suite
autres livres classés : roman graphiqueVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (590) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5277 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..