AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253096482
Éditeur : Le Livre de Poche (14/01/2015)

Note moyenne : 3.25/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Si Chesterton reste pour beaucoup le fameux créateur de l'incomparable Père Brown, il demeure pour quelques-uns le génial accoucheur du plus fantaisiste des détectives, Gabriel Gale, héros extravagant qui aime regarder le monde la tête en bas pour en rétablir l'endroit.

Ce jeune artiste croise des situations énigmatiques que ses visions poétiques et ses manières farfelues éclairent d'une lumière singulière où la drôlerie se trouble de folie. Car proc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Allantvers
  17 mai 2015
Fans de Vargas, réjouissez-vous : on a trouvé l'ancêtre de Jean-Baptiste Adamsberg!
Certes, il n'est pas tout à fait un pelleteur de nuages comme son collègue français, ni même commissaire,il n'est d'ailleurs même pas dans la police.
C'est un Anglais, un peu peintre, un peu poète, aussi blond qu'Adamsberg est brun, il s'appelle Gabriel Gale et lui aussi trouve la solution cachée des énigmes impossibles.
"Ne vous ai-je pas dit des centaines de fois", dit-il, "que souvent je suis en train de regarder un petit objet, comme une pierre ou une étoile de mer ou que sais-je, et je constate que c'est ainsi que j'apprends?"
Si Gabriel Gale m'a tout de suite fait penser au personnage principal de Fred Vargas, je dois avouer que la comparaison s'arrête là : "Le poète et les fous" n'a rien d'un roman policier, ce sont huit petites histoires énigmatiques, délicieusement surannées (le livre a été publié en 1929), d'un humour très britannique et qui fleurtent malicieusement avec les limites de la raison.
Huit petites gourmandises bien ourlées et intelligentes, à déguster avec un bon thé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
Dunadan
  27 juin 2015
Gabriel Gale, héros atypique de cette série d'enquêtes, dispose d'un sens de déduction qui frise le génie, tant il est impossible de deviner avant lui le fin mot de l'histoire. Pour ce faire, il se met à la place des "fous" qui l'entourent, et c'est par cette empathie de la déraison qu'il parvient à suivre les chemins tortueux des criminels. Étant lui-même un peu fou sur les bords, il les comprend et cela donne des tableaux loufoques et excentriques.
Un petit livre réjouissant.
Commenter  J’apprécie          40
MissJZB
  04 mars 2015
le Poète et les Fous est le genre de livre qui provoque un petit débat intérieur chez moi. Il n'est assurément pas mauvais, car vraiment bien écrit. de plus, on comprend sans mal le but de l'auteur qui fait mener des enquêtes à un héros atypique dont l'esprit flotte dans une douce folie.
Le roman est un condensé de "crimes" que Gabriel Gale, notre héros, va résoudre grâce à sa perception toute particulière des gens et du monde. J'ai apprécié l'ironie de l'auteur, mais je n'ai pas été emballée ni convaincue par son raisonnement par l'absurde. Je dois être trop terre-à-terre, et c'est sans doute pour ça que j'ai eu plus d'affinités avec l'acolyte de Gale, le docteur Garth, le cartésien de ce duo.
Je retiendrai du livre une bonne petite immersion dans la campagne anglaise de l'époque.

Lien : http://truebloodaddict.net/2..
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
sl972sl972   19 août 2016
[…] Gale avait tendance à s’isoler dans ce genre de groupe, et il était toujours à la traîne. Grand comme il était, il parvenait toujours à s’égarer. Ses amis l’oubliaient, de la même façon qu’ils avaient failli l’oublier quand il était couché sous l’arbre. Non pas qu’il ne fût pas sociable ; au contraire, il aimait beaucoup ses amis, ainsi que ses propres opinions et était toujours enchanté de détailler celles-ci à ceux-là. Des étrangers auraient dit qu’il aimait beaucoup le son de sa propre voix, mais ses bons amis ne partageaient pas cet avis. Ils savaient qu’il n’avait presque jamais entendu sa propre voix, dans le sens de l’écouter. Ce qui rendait ses mouvements imprévisibles, c’étaient que ses pensées ou se paroles prenaient naissance à partir d’un détail anodin, qui lui paraissait à lui important. Les impressions ou les demi-impressions de la plupart des hommes étaient pour lui des incidents ; et les principaux incidents de la journée. Nombre de personnes imaginatives savent ce que l’on entend en disant que certaines pièces vides ou certaines portes ouvertes suggèrent quelque chose ; mais il agissait toujours à partir de cette suggestion. La plupart d’entre elles comprennent qu’un trou dans une haie ou le tournant d’un chemin peuvent avoir quelque chose de vaguement invitant ; mais lui se laissait toujours inviter. La forme d’une colline ou l’angle d’une maison lui était comme une provocation. Il l’affrontait sérieusement jusqu’à ce que cela livrât un peu de son secret, jusqu’à ce qu’il pût donner quelque chose comme un nom à son idée qui n’en avait pas ; et ces choses étaient les aventures et les activités de sa vie. Il était donc capable de suivre parfois un enchaînement d’idées pendant des heures, avec la même obstination qu’un oiseau volant vers son nid. Mais cela pouvait démarrer n’importe où ; et c’est ainsi que, de par ses mouvements mêmes, il ressemblait à un plume de chardon accroché à une épine.

(L’oiseau jaune)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
sl972sl972   19 août 2016
Gabriel Gale était peintre et poète ; c’était la dernière personne à se faire passer pour un détective, même très privé. Il se trouvait qu’il avait élucidé de nombreux mystères, mais la plupart d’entre eux étaient de ceux qui attirent surtout les mystiques. Néanmoins, il dut aussi une ou deux fois sortir des nuages du mysticisme pour entrer dans l’ambiance plus animée et tonifiante du meurtre. Parfois il réussissait à montrer qu’un meurtre était un suicide, ou bien qu’un suicide était un meurtre ; il fut même amené à étudier des activités plus légères de faux ou d’escroquerie. Mais sa découverte n’était souvent qu’une coïncidence, et dépendant de là où son imagination et sa curiosité pour les mobiles et les humeurs étranges des hommes arrivaient à le conduire, lui, ou en tous cas eux, au-delà de la limite de la légalité. Et dans la plupart des cas, comme il le soulignait lui-même, les mobiles des assassins et des voleurs sont parfaitement sensés, voire conventionnels.
- Je ne suis pas doué pour un travail si raisonnable, disait-il. La police me trouverait facilement ridicule pour tout ce qui concerne les détails pratiques qu’elle étudie dans les romans policiers. A quoi bon me demander de mesurer les traces laissées par les pieds de quelqu’un sur le sol pour montrer pourquoi il se promenait là, ou bien où il allait ? Si vous me montres les traces de main de quelqu’un sur le sol, je vous dirai pourquoi il marchait la tête en bas. Mais je le découvrirai de la seule façon dont je découvre quelque chose. Et c’est simplement parce que je suis moi aussi fou et que le fais souvent moi-même.

(Le joyau pourpre)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ThaddeusThaddeus   08 juillet 2015
Chacun d'entre nous vit dans son petit cosmos, avec ses propres catégories et classifications.
Commenter  J’apprécie          110
ThaddeusThaddeus   20 mai 2015
On dit que les voyages ouvrent l'esprit: mais encore faut-il avoir un esprit.
Commenter  J’apprécie          90
sl972sl972   19 août 2016
- […] Si les gens me disent qu’ils ne comprennent vraiment pas ce que je veux dire… s’ils disent qu’ils ne comprennent pas une vérité aussi simple que celle qui consiste à dire que le mieux pour un homme, c’est d’être un homme et qu’il est dangereux de s’honorer soi-même comme un dieu… s’ils disent qu’ils ne comprennent pas cela eux-mêmes, mais le considèrent comme une sorte de mysticisme sorti tout droit de ma tête, alors, je suis moi-même à nouveau en danger. Je cours le danger de concevoir une idée bien plus insensée et bien pire que celle d’être Dieu Tout-Puissant.
- Mais je ne comprends toujours pas, dit le médecin en souriant.
- Je penserai que je suis le seul homme sain d’esprit, dit Gabriel Gale.

(Le crime de Gabriel Gale)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Gilbert Keith Chesterton (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gilbert Keith Chesterton
Chronique animée par Fabien Delorme, consacrée aux grands noms de la littérature policière, dans le cadre de l'émission La Vie des Livres (Radio Plus - Douvrin). Pour sa dixième chronique, le 15 février 2017, Fabien aborde l??uvre de Gilbert Keith Chesterton. Fabien Delorme est aussi conteur. N'hésitez pas à vous rendre sur son site : http://www.fabiendelorme.fr/ La page Facebook de l'émission La Vie des Livres : https://www.facebook.com/laviedeslivres62/
autres livres classés : énigmesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
697 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre