AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Louis Postif (Autre)
EAN : 9782253011545
223 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (03/09/2001)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.86/5 (sur 594 notes)
Résumé :
En arrivant sur le chantier de fouilles de Tell Yarimjah, Miss Amy Leatheran ouvre de grands yeux.
Quoi de plus dépaysant pour une jeune infirmière que ce pays exotique, cette équipe d'archéologues installée loin de tout ? Et quelle mission singulière que d'avoir à veiller sur la belle Mrs Leidner, en proie à des hallucinations et des terreurs diverses...
Miss Leatheran va tâcher de s'acquitter au mieux de ses fonctions. Mais, de masques terrifiants pa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (87) Voir plus Ajouter une critique
Souri7
  29 mai 2018
Nouvelle aventure d'Hercule Poirot.

Amy Leatheran, infirmière de son état, est engagée par le professeur Leidner afin de surveiller et rassurer son épouse sujette à des hallucinations et des inquiétudes étranges. Arrivée au camp des fouilles, elle fait la connaissance de toute l'équipe et de sa patiente. Peu de temps après, Mrs Leidner est retrouvée assassinée dans sa chambre. Tous les membres de l'équipe ont un alibi au moment du crime.
Hercule Poirot étant de passage dans le coin est appelé à la rescousse pour démêler cet imbroglio...

Cette enquête s'inscrit parfaitement dans les ambiances appréciées par les Anglais dans les années 30-40 avec des pays lointains au cadre envoûtant et mystérieux.
Malheureusement, en ce qui me concerne, Meurtres en Mésopotamie n'est pas mon aventure préférée malgré une intrigue tarabiscotée et machiavélique. Ce sentiment doit venir de différents éléments comme les personnages manquant pour beaucoup de dynamisme et de finesse, subissant les faits... d'un cadre archéologique évoqué, mais quasi absent dans le récit. Enfin, le personnage d'Hercule Poirot est présenté comme le messie arrivant d'on ne sait om pour condamner le coupable..
L'autre élément déstabilisant concerne le narrateur de cette enquête qui n'est autre que Miss Leatheran. Ses commentaires et opinions par moment sont d'une telle superficialité que cela en est affligeant.

Pour conclure, malgré une intrigue perfide et bien menée, ce roman n'est pas le plus extraordinaire d'Agatha Christie. Les personnages du récit sont caricaturaux et grossièrement dépeints.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1042
Ambages
  17 mars 2019
Encore une bonne lecture avec Agatha Christie. C'est fluide, bien écrit et à chaque fois, je cherche, je doute, je suspecte (tout le monde, ça fonctionne du tonnerre avec moi) et je ne trouve pas le coupable. Heureusement Poirot est là ! L'auteur a choisi un narrateur, presque tiers, presque suspect (si si, je n'épargne personne, Poirot non plus) pour raconter le meurtre de… Y-a-t-il eu meurtre d'ailleurs ? Ou est-ce que les lettres flippantes de son défunt mari reçues par Mrs Leidner ne sont qu'un subterfuge…? Après tout, son premier mari est mort depuis de longue date. Enfin, je crois… ou peut-être pas. Et puis de toute manière, cette Mrs Leidner l'a bien cherché. Faut toujours qu'elle domine, qu'elle charme, les hommes surtout. Et les femmes de l'expédition sont si jalouses, un régal pour Mrs Leidner. Enfermés dans un espace clos le temps de réaliser les fouilles à Tell Yarimjah, il y a de quoi user les nerfs de la petite communauté qui vit sous le même toit (voir le plan...ça aide). Alors si Mrs Leidner n'était pas si belle, peut-être qu'elle n'aurait pas tant d'embrouilles, non ? Toujours est-il que les lettres commencent sérieusement à lui faire peur. Mais tout le monde est persuadé qu'elle est "malade des nerfs". C'est comme ça que je suis arrivée pour veiller sur elle, moi la nurse. Et c'est moi, Amy Leatheran qui vais vous raconter une histoire…..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          490
LePamplemousse
  13 juillet 2016
Agatha Christie s'inspire de sa vie de femme d'archéologue pour cette enquête qui se déroule sur un lieu de fouilles en Irak.
Elle convie dans cette intrigue le fameux détective Belge, de passage dans la région, mais c'est une jeune infirmière, témoin privilégié du drame, qui nous raconte ce qu'il s'est passé.
Engagée pour s'occuper de l'épouse de l'archéologue, une femme aux nerfs fragile, Miss Leatheran va ainsi découvrir l'univers des fouilles archéologiques, elle va suivre le travail de ces hommes et de ces femmes, elle les verra effectuer leurs tâches quotidiennes, elle sera aussi témoin de l'ambiance étrange qui règne au sein de cette petite communauté.
Quand l'épouse de l'archéologue sera assassinée, c'est elle qui prendra les choses en main, du moins, jusqu'à l'arrivée d'Hercule Poirot.
J'ai aimé évoluer dans cet univers qui change des petites villes anglaises où tout n'est que potins et ragots en tout genre, et j'ai savouré chaque page de cette intrigue, un peu comme si, moi aussi j'étais là-bas.
Grosse déception par contre à la fin de l'histoire, la révélation principale étant totalement ridicule, car n'étant malheureusement pas crédible une seule seconde.
J'ai eu l'impression que l'auteur se moquait de ses lecteurs, les prenant pour de parfaits imbéciles en leur livrant une fin si grotesque.
Dommage car l'histoire était vraiment plaisante par ailleurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Crazynath
  02 février 2019
Amy Leatheran est infirmière. A la recherche d'un nouvel emploi, elle va accepter de se rendre près de Bagdad pour prendre soin d'une jeune femme souffrant « des nerfs ». En réalité, notre jeune infirmière, avant même de faire connaissance avec sa future patiente n'a qu'une très vague idée de la pathologie de cette dernière. Crises d'angoisse, problèmes d'alcool ou dépression ? Toutes les suppositions sont ouvertes jusqu'au moment où elle se rend auprès de Mme Leidner, sur un camp de fouilles. En effet, sa patiente est l'épouse d'un éminent archéologue. Très vite, le courant passe entre les deux femmes et Amy ne peut s'empêcher d'éprouver beaucoup de sympathie pour sa patiente.
Le choc va donc être très rude pour elle quand un jour sa patiente va être découverte assassinée dans sa chambre…
Dépêchée sur place, la police locale va très vite passer le relais à un célébrissime détective qui passait par la Syrie voisine….Ce détective, je vous le donne en mille, même si vous avez déjà deviné son nom, c'est mon cher Hercule Poirot .
Cette histoire est d'ailleurs racontée avec beaucoup de sincérité par Amy Leatheran, qui va être constamment dans un souci d'authenticité lors de sa restitution des faits qui se sont déroulés avant et après le crime. Son parler franc , ou plutôt son franc-parler donne à cette histoire un petit plus que j'ai beaucoup apprécié.
Apres quelques réserves dues à un jugement un peu trop hatif, elle va d'ailleurs comprendre que Poirot est bien l'homme de la situation malgré son apparence inoffensive. Ce dernier va d'ailleurs apprécier la jeune infirmière à sa juste valeur et pourra compter sur son dévouement en toutes circonstances.
J'ai beaucoup aimé cette histoire qui nous emmène sur un site de fouilles archéologiques. Cet aspect de l'histoire est fort bien restitué et on mesure bien que Agatha Christie s'est inspirée de son propre vécu.
Quant à l'enquêté, une fois de plus, je me suis fait baladée et j'ai soupçonné quasi tout le monde sauf le coupable bien sur…
Un très bon cru…
Challenge Agatha Christie
Challenge Pyramide III
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
adtraviata
  16 septembre 2019
Petite évasion en Mésopotamie avec Agatha Christie et Hercule Poirot. Un récit dans le roman puisque Miss Leatheran, l'infirmière de la victime (Mrs Leidner, femme d'un archéologue), écrit le fil des événements et de l'enquête d'Hercule Poirot, qu'elle observe avec amusement d'abord, étonnement ensuite jusqu'à la démonstration finale. Comme dans Les vacances d'Hercule Poirot, la victime est une femme que peu de gens apprécient dans son entourage et son assassinat est assez retors.
Le détail qui tue : le cher Hercule parle anglais comme une vache espagnole 😉
Les fouilles archéologiques témoignent de la connaissance du milieu par Agatha Christie, qui épousa en secondes noces l'archéologue Max Mallowan. Si vous n'avez jamais lu La romancière et l'archéologue (Rivages poche), je vous le conseille !
Commenter  J’apprécie          290

Citations et extraits (53) Voir plus Ajouter une citation
Souri7Souri7   29 mai 2018
[...] il m’était difficile de contredire un homme venant de perdre une épouse bien-aimée et de lui jeter à la face que cette femme n’était qu’une vulgaire menteuse et qu’elle avait failli le faire devenir fou d’inquiétude pour satisfaire ses instincts de comédienne. Il serait en effet imprudent de révéler à un mari la vérité sur les agissements de sa femme ! Le plus drôle, c’est que je n’hésiterais nullement à dénoncer les torts du mari devant une épouse. Une femme reconnaît volontiers qu’un homme est un propre à rien, un escroc, un opiomane, un coquin et même un ignoble pourceau sans que pour autant ces accusations diminuent d’un iota son affection envers le coupable. Les femmes sont des réalistes en diable !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          490
OrpheaOrphea   25 avril 2012
La première fois que j'ai vu Hercule Poirot, ça, il n'y a pas de doute, je ne suis pas près de l'oublier. Bien sûr, par la suite je m'y suis faite – on se fait à tout – mais de prime abord ce fut un choc, et on ne m'ôtera pas de l'idée que ça doit être le cas de tout un chacun.
Je ne sais pas ce que j'avais imaginé... une sorte de Sherlock Holmes grand et mince, respirant l'intelligence. Bien entendu, je savais qu'il était étranger, mais je ne m'attendais pas à ce qu'il soit étranger à ce point-là, si vous voyez ce que je veux dire.
Rien qu'à le voir, vous en aviez le fou rire ! On aurait juré qu'il se croyait sur les planches, ou dans un film. D'abord, il ne mesurait guère plus d'un mètre soixante et des poussières – et c'était un drôle de petit bonhomme grassouillet, vieux comme Hérode, avec une moustache inimaginable et un crâne en forme d’œuf. Il avait tout du coiffeur dans une pièce de boulevard!
Et c'est cet homme-là qui devait découvrir l'assassin de Mrs Leidner !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
pandarouxpandaroux   28 juillet 2012
Jusque là, je n'avais jamais éprouvé ce qu'il est convenu d'appeler " les vertiges de l'Orient". Pour être tout à fait franche, ce qui m'avait frappée, c'était la pagaille qui régnait partout. Mais soudain, à entendre M.Poirot, une espèce de drôle de vision prit forme peu à peu devant mes yeux. Je me mis à rêver de mots comme Samarkande et Ispahan, de marchands à longue barbe, de chameaux agenouillés, de porteurs titubants sous le poids des lourds retenus par une corde passée autour de leur front.... de femmes aux cheveux teints au henné et aux visages tatoués, agenouillées au bord du Tigre pour laver le linge, et j'entendis s'élever leur bizarre mélopée...et le grincement régulier de la noria....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
sevm57sevm57   10 mars 2016
-Vous attachez donc plus d'importance aux défauts de la victime qu'à ses vertus? répliqua Mr Carey d'un ton sarcastique.
-Oui...s'il est question d'un assassinat. Autant que je le sache, nul n'a été tué parce qu'il était trop vertueux !
Commenter  J’apprécie          152
caryatidecaryatide   24 octobre 2013
- Mille pardons, mademoiselle! s'écria Poirot. C'est moi le coupable. Le père Lavigny des tablettes me montrait et en emporter une près de la fenêtre je voulais, question mieux voir...et doux Jésus à moi, par terre je ne regardais pas et ma cheville je me suis torché. Si mal j'ai eu que cri j'ai poussé.
- Oui, eh bien, ici, nous avons tous cru qu'il y avait eu un nouveau meurtre ! pouffa Mme Mercado.
traduction nouvelle de Robert Nobret
(et oui, par la grâce des traductions on oublie que Poirot ne parle pas si bien anglais que ça!)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Agatha Christie (50) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agatha Christie
Pour terminer en beauté cette troisième saison dans les coulisses du genre, Nicolas Perge, auteur-réalisateur, immense fan de polars à l'âme de collectionneur, partage avec nous sa passion pour la Reine du crime et nous dévoile ses coups de cœur, pêchés comme des trésors dans le fonds des éditions du Masque. Du Agatha Christie, bien sûr, mais également de pures pépites méconnues de la littérature noire, écrites par Catherine Arley, Celia Fremlin ou encore Kyril Bonfiglioli. De quoi alimenter vos longues soirées d'hiver au coin du feu... Bonne écoute ! 🎧
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Agatha Christie

Quel surnom donne-t-on à Agatha Christie ?

La Dame du Crime
La Reine du Meurtre
La Dame de l'Intrigue
La Reine du Crime

10 questions
1272 lecteurs ont répondu
Thème : Agatha ChristieCréer un quiz sur ce livre

.. ..