AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Pierre Alien (Autre)
EAN : 9782226018052
300 pages
Éditeur : Albin Michel (31/08/1983)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 372 notes)
Résumé :
Arthur C. Clarke
Né en 1917 en Angleterre, ancien président de l'Association interplanétaire anglaise, il est membre de l'Académie astronautique et vit à Ceylan où il peut se livrer à sa passion pour l'exploration sous-marine.

2001 : l'odyssée de l'espace — roman et film-, ce fut l'épique exploration spatiale qui passionna le monde et provoqua un jaillissement de questions : comment Dave Bowman s'est-il transformé en Enfant des Etoil... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
BurjBabil
  10 septembre 2020
-« En quelle année sommes nous HAL ? »
- En 2010 professeur Chandra soit quelques années après 2001 date de la fin de ma précédente... vie ?
- « D'ou viens je ? »
- du Leonov fabriqué par nos amis russes, qui ne disposaient ni de toutes les données nécessaires, ni de l'expertise technique pour me rendre à la vie. Vous avez donc collaboré avec eux malgré la guerre froide. Vous enquêtez en orbite autour de Jupiter sur ce qui m'est arrivé il y a 9 ans.
- « Sommes-nous seuls à essayer de poursuivre cette fameuse mission de 2001 ? »
- Non, les Chinois du vaisseau Tsien se sont invités à la grande surprise des autres nations spatiales.
- « Parle-moi du grand monolithe, HAL »
- Je ne peux pas, professeur Chandra, A. C ; Clarke ne supporterait pas que je dévoile là, aux amis babéliotes les éléments manquants pour enfin tout comprendre sur les activités et les buts des bâtisseurs de Monolithes, et la raison de mon comportement en 2001. D'autant qu'il ne voulait pas de suite à ma précédente aventure, pas d'explicite, de facile (relativement).
- « Je comprends HAL, il aurait mieux valu ne faire qu'un seul roman de ces deux là ... Big brother méritait cette explication fournie à tous... »
- « C'est incomprréhensible de n'en lirre qu'un » intervient alors la médecin Katerina Roudenko (elle est Russe, elle rroule les rr). Nous n'aurrions pas eu touttes les explicatioons nécessaires à la comprréhensioun de cette oeuvrrre magistrrrale (là elle s'emporte, c'est le tempérament russe). La vérrité sur Zagadka (énigme en russe, l'autre nom de Big Brother alias le Monolithe) est dans sé volume !
-« Et que dire de David Bowman ? » enchérit Heywood Floyd qui avait encore en tête les images finales et traumatisantes de la fin de 2001 . . .
-« Miaou », conclut le chat en s'éloignant et disparaissant de cette critique, mais qui osera le suivre ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
odin062
  31 décembre 2014
On enchaîne avec « 2010, Odyssée deux » après un saut temporel de seulement 9 ans. Ici, pas de suite au livre précédent mais bien une suite au film. C'est assez déconcertant, surtout quand vous n'avez pas vu le film, mais heureusement Clarke fait des rappels habiles, voire parfois reprend des chapitres entier du précédent bouquin (parfois lourd pour un lecteur qui vient de le lire). Suite réussie ?
On retrouve dans ce roman, le personnage qui m'avait le plus accroché dans le précédent ouvrage, à savoir Floyd. J'en étais ravi ! Quel est le spitch ? Et bien nous reprenons l'histoire où nous l'avons laissé. Il est grand temps de rejoindre Discovery qui est en perdition sur l'orbite de Jupiter. Et pour cela, rien de mieux qu'un vaisseau URSS ! On se voit plongé dans un climat guerre froide apaisée entre les russes et les américains en mission. Qu'est devenu Hal ? Et David Bowman ? Y a-t-il de la vie ailleurs ? Et qu'est-ce que ce maudit monolithe ?
Clarke est ici beaucoup plus détendu que dans le premier roman. Je dois dire que l'humour ne manque pas, les personnages sont très charismatiques et c'est un plaisir de partager ce voyage avec eux ! Il faut toutefois dire que ce voyage est assez redondant. Une fois qu'on a fait le voyage Terre – Saturne, le voyage Terre – Jupiter nous semble monotone et ce n'est pas les incroyables découvertes sur les satellites de Jupiter qui relève la sauce…
Mais le plus ennuyeux dans ce bouquin sont bien les passages avec David Bowman. L'écriture est parfois lourde, parfois trop explicative. On avait très bien compris l'idée de 2001 alors pourquoi repartir dans de lourdes explications ? A côté de cela, l'aspect « IA » est bâclé et il ne se passe rien sur Terre, du moins nous ne savons rien de ce qui s'y passe.
Vous l'aurez compris, ce deuxième opus m'a beaucoup moins convaincu que le premier opus et il parait que le troisième est encore pire. C'est à se demander s'il faut continuer…
En tout cas une pause s'impose. Je reprendrais surement le troisième tome après avoir digéré celui-ci et m'être penché sur son adaptation au cinéma.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
raynald66
  27 décembre 2014
Deuxième tome de la quadrilogie d'Arthur Clark sur l'odyssée de l'espace : après les mésaventure du Discovery dans le livre "2001", le vaisseau Alexeï part à sa recherche vers Jupiter et va enquêter pour savoir pourquoi ce dernier ne donne plus de nouvelles depuis sa rencontre avec le mystérieux monolithe noire et quel rôle a jouer l'ordinateur Hal face aux personnels du vaisseau Discovery. Bon livre de science-fiction à lire
Commenter  J’apprécie          180
Cathy74
  04 septembre 2016
Le livre, 2010 : odyssée deux, d'Arthur C. Clarke m'a beaucoup touchée. L'histoire est beaucoup plus étoffée que dans le premier livre, 2001 l'odyssée de l'espace. En effet, ce dernier à été structuré à partir d'une nouvelle du même auteur, La Sentinelle. 2001 fut écrit ensuite par Clarke à partir du scénario original que Stanley Kubrick et lui-même écrivirent en commun pour le film.
Publié en 1982 à l'époque de la guerre froide, la tension entre les États-Unis et l'URSS est palpable. Pourtant dans le livre, c'est un équipage russe et américain qui, neuf ans après l'aventure 2001, unissent leurs talents pour étudier l'étrange objet satellisé entre Jupiter et une de ses lunes, IO. L'équipage mixte du Léonov doit rejoindre Discovery One avant qu'il ne s'écrase sur IO, ceci dans le but de comprendre pourquoi l'ordinateur de bord HAL (CARL dans la version française) a pris la main et saboté la mission de 2001.
La rivalité joue aussi avec la Chine, laquelle a envoyé de son côté son propre vaisseau, Tsien. Mais dans l'espace, tous sont des astronautes exposés au danger absolu et lorsque Tsien s'écrase sur Europe, une autre lune de Jupiter, l'émotion de l'épopée humaine transcende les politiques hostiles. C'est cette émotion qui imprègne le livre et l'idée d'une fraternité humaine face à des formes de consciences d'une autre nature, en capacité de provoquer la fusion d'une planète, Jupiter, en soleil secondaire éclairant la Terre. On peut comprendre aussi ce message comme un avertissement à ne pas oublier la place qui est la nôtre dans l'univers et l'espace-temps qui nous est imparti.
2010 : odyssée 2 a été porté à l'écran par Peter Hyams en 1984 et porte le nom : 2010, l'année du premier contact. Ce film n'a pas eu le même succès que 2001, mais mérite d'être mieux connu.
Lien : http://www.scifi-movies.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
BrunoA
  18 avril 2018
Second volet réalisé après ce qui fut le premier tome d'une série en même temps que l'un des plus beaux films de Stanley Kubrick, il nous projette en 2010, dix ans après la disparition de Discovery et des astronautes Dave Bowman et Frank Poole.
Outre qu'il continue une histoire passionnante et prolonge le merveilleux film de Kubrick, ce volet permet d'approfondir les notions développées dans le premier tome et aussi d'expliquer un peu davantage cette fameuse dernière séquence "au-delà de la porte des étoiles" qui a donné lieu à tant de commentaires.
On y retrouve le professeur Heywood Floyd aux abords de Jupiter et de ses lunes, dont la mystérieuse Europe recèle de nombreux secrets à venir.
D'une lecture particulièrement prenante et fluide, ce roman est un merveilleux compagnon pour celui qui veut voyager dans le système solaire.
Les données scientifiques étant inspirées de la réalité, ce texte prend une dimension très crédible. On y trouve même des inventions qui seront utilisées des années après son écriture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112

Citations et extraits (86) Voir plus Ajouter une citation
BurjBabilBurjBabil   10 septembre 2020
— Je regrette, Heywood, je ne crois pas aux fantômes. Il doit y avoir une explication rationnelle. Il n’y a rien dont l’esprit humain ne puisse rendre compte.
— Je suis d’accord, Tania. Mais laissez-moi vous rappeler la célèbre remarque de Haldane : « L’univers est non seulement plus étrange que nous ne l’imaginons – mais plus étrange que nous ne pouvons l’imaginer. »
Commenter  J’apprécie          190
AuroraeLibriAuroraeLibri   30 mai 2020
La galaxie jaillit du cadre mental où il l’avait tenue, étoiles et nébuleuses défilèrent autour de lui dans une illusion de vitesse infinie, des soleils fantômes explosèrent et disparurent alors qu’il les traversait comme une ombre.
Les étoiles s’espaçaient, l’éclat de la Voie lactée n’était plus que le pâle souvenir du spectacle glorieux qu’il avait contemplé Ŕ et qu’il reverrait peut-être un jour. Il avait retrouvé l’espace que les humains appellent réalité à l’endroit précis où il l’avait quitté, quelques secondes ou quelques siècles avant.
Il avait une conscience aiguë de son environnement, et percevait infiniment mieux que dans son existence passée les myriades d’informations qui lui venaient du monde extérieur. De même qu’il pouvait aussi se concentrer sur l’une d’elles et l’étudier dans le moindre détail, jusqu’à la structure fondamentale, granulaire, du continuum espace-temps, à la limite même du chaos. (...)
Il y avait encore de nombreuses informations à assimiler, d’autres à examiner… et d’autres à découvrir. Ce qui, il le savait, était son but actuel, mais il savait aussi que cela faisait partie d’un plan plus vaste qui serait révélé en temps voulu.

30. Le retour de l'enfant prodigue
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AuroraeLibriAuroraeLibri   31 mai 2020
Alors, parmi les étoiles, l’évolution se chercha de nouveaux objectifs. Les premiers explorateurs du système solaire avaient atteint depuis longtemps les limites de leur enveloppe charnelle, et dès que leurs machines dépassèrent les possibilités de leur corps, ils allèrent de l’avant.
Ils transférèrent d’abord leurs cerveaux, puis seulement leurs pensées, dans des habitacles tout neufs de métal et de plastique, pour s’élancer dans la galaxie.
Ils ne construisaient plus de vaisseaux spatiaux. Ils étaient eux-mêmes des vaisseaux.Mais l’ère des entités-machines ne dura pas. Grâce à leurs expérimentations incessantes, ils apprirent à enregistrer la connaissance dans la structure même de l’espace, à préserver éternellement leur pensée dans des réseaux de lumière captive, à devenir des êtres faits de radiations pour se libérer enfin de la tyrannie de la matière.
Ils se transformèrent ainsi en créatures de pure énergie, et sur des milliers de mondes les coquilles vides qu’ils délaissèrent s’agitèrent quelque temps dans une danse macabre et insensée, avant d’être réduites en poussière.
Ils étaient les seigneurs de la galaxie, passés au delà des atteintes du temps. Ils pouvaient naviguer à leur gré parmi les étoiles, glisser comme un brouillard subtil dans les failles de l’espace. Mais, malgré leurs pouvoirs quasi divins, ils n’oublièrent pas complètement leurs origines, leur naissance dans la vase tiède d’un océan disparu.
Et ils continuèrent à surveiller les expériences que leurs ancêtres avaient commencées, une éternité plus tôt.

50. Adieu à Jupiter
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
gillgill   20 juillet 2012
En conséquence le livre et le film se suivent de beaucoup plus près que ce n'est le cas d'habitude, mais ils ont aussi des différences majeures.
Dans le roman, le vaisseau "Discovery" avait pour destination "Iapetus", la plus énigmatiques des nombreuses lunes de Saturne.
Le système de Saturne était atteint via Jupiter : "Discovery" s'approchait très près de la planète géante, se servant de son énorme champ gravifique pour produire un effet de fronde et se catapulter vers la seconde étape de son voyage.
Les sondes spatiales "Voyager" ont fait exactement la même manœuvre en 1979, lors de la première reconnaissance détaillée des géantes extérieures.
Dans le film, par contre, Stanley Kubrick, pour éviter toute confusion, situe à juste titre la troisième confrontation entre l'homme et le monolithe parmi les lunes de Jupiter.....
(extrait de "Note de l'auteur" insérée dans l'édition parue chez "J'ai Lu" en 1983)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AdrasteAdraste   25 août 2014
Certains dangers sont à ce point spectaculaire, si loin des expériences courantes, que l'esprit refuse d'admettre leur réalité et peut contempler une catastrophe imminente sans l'ombre d'une appréhension. L'homme qui regarde un raz de marée, une avalanche qui descend sur lui, ou le cœur vertigineux d'un cyclone, sans essayer de s'enfuir, n'est pas nécessairement paralysé par la peur ou résigné à un sort inéluctable. Il se peut simplement qu'il ne puisse croire que le message transmis par ses yeux le concerne personnellement.Tout cela arrive à quelqu'un d'autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Arthur C. Clarke (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arthur C. Clarke
Emily St. John Mandel (Station Eleven - Prix Arthur C. Clarke, finaliste au National Book Award) remercie le Magazine LIRE et ses lecteurs pour l'attribution de Révélation étrangère de l'année à son roman publié chez Alto au Québec et chez Rivages en France.
editionsalto.com/catalogue/station-eleven/
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3534 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre