AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253034728
Le Livre de Poche (01/06/1984)
3.86/5   18 notes
Résumé :
Liz, séparée de son mari Albert Laugel, travaille à L'Envol, le journal de Saint-Caradec, en Bretagne.
Un soir, un homme en cagoule force sa porte en hurlant : "Qui est-elle ? Je veux savoir son nom."
Malmenée, elle meurt d'une crise cardiaque. Sébastien, son petit garçon, témoin de la scène, est étranglé. C'est la "bavure" ! Lorsque Laugel découvre les cadavres et la maison dévastée, il alerte la police.
Un instant soupçonné, il est remis en li... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
florigny
  05 mai 2021
Jean-François Coatmeur n'est pas un perdreau de l'année, ni même de l'année dernière. Jacques Baudou dit de lui “qu'il possède un don précieux qui semble de nos jours un secret presque perdu : une science incomparable de la construction des intrigues qui en fait un des grands maîtres horlogers du mystère, et l'un des rares auteurs susceptibles de soutenir la comparaison avec les anglo-saxons. de surcroît, cette maîtrise de l'intrigue est associée à une écriture élégante au service d'un univers romanesque”. Ces qualités, on les retrouve toutes dans La bavure qui a obtenu le prix mystère de la critique en 1980. Jacques Baudou m'évite de dire bien plus maladroitement que lui tout le bien que je pense de cet auteur.

Albert Laugel est un mec bien, calme, équilibré, honnête, travailleur, il possède le sens de l'honneur, il connaît le prix de la parole donnée. Il est divorcé de Liz mais a gardé avec elle des liens amicaux : “qu'est-ce qu'il ressentait pour elle encore ? Ce n'était pas de l'amour, bien sûr, ni même à ce stade le désir : il pouvait la détailler à loisir sans que son corps en fût troublé. le désir s'était assoupi depuis longtemps, bien avant la cassure officielle. Non, c'était plus subtil, un fond tenace de sympathie, nourri de cinq années de cohabitation, de petits bonheurs et de soucis partagés – cette réserve de souvenirs, qui était leur commun patrimoine et dans laquelle ils picoraient quand ils se retrouvaient avec une mélancolie douce”. Leur patrimoine commun, c'est aussi Sébastien, leur fils, dont Albert s'occupe avec beaucoup d'amour lorsque la garde partagée lui confie.

Le drame : Liz et Sébastien assassinés, Albert suspecté. Cet homme décide alors, en mémoire de son fils, de trouver le ou les assassins. Aucun spoiler de ma part, la 4ème de couverture est plus bavarde que moi. Nous sommes à proximité de Quimper, et c'est le moment de rappeler que si Jean-François Coatmeur est français, il est surtout breton. Dans tout le roman transpire son affection pour sa région.

Ca fait déjà beaucoup de raisons de lire ce roman, mais ce n'est pas tout, je ne vais pas m'arrêter en si bon chemin. Albert Laugel se trouve rapidement plongé dans un panier de crabes, quasi-normal en Bretagne : maire, sénateur, qui désignent leurs électeurs sous l'élégant vocable de populace ; policiers, notables qui croient qu'à un certain niveau social, on est partout chez soi et que l'on peut commettre les pires crimes sans jamais être inquiété au nom de la solidarité de classe. Même une petite ville tranquille comme Quimper a sa face cachée, un réseau souterrain d'intérêts énormes, complémentaires. Qu'on vienne à s'y cogner, et un peu partout des alarmes tintent, les fils se tendent jusqu'au moment où ces bourgeois ont tous peur de la foule en folie, bête grondante et imprévisible, dont il importe de reprendre le contrôle à tout prix. Quoi qu'il en coûte comme dirait l'autre !

L'épilogue est conforme aux valeurs d'Albert. Je termine en soulignant le vocabulaire riche de Jean-François Coatmeur qui nous rappelle sans pédanterie que le français ne comporte pas que 200 mots. J'ai été heureuse d'aller farfouiller sur le ouèbe pour découvrir les innombrables versions d'Amazing Grace qui accompagne l'histoire. Je confesse que ma préférée est celle qu'Arlo Guthrie a créée au festival de Woodstock. Non, je mens comme un politique, il en existe de bien meilleures, mais Woodstock reste Woodstock et puis j'aime bien le biniou aussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
JulyF
  08 novembre 2014
La bavure, c'est un enfant qui s'est fait tuer avec sa mère. Parce qu'après tout, sa mère était gênante, on l'élimine, mais le gamin... Alors le père du garçon veut savoir. C'est un personnage simple, classique, il n'a rien demandé à personne, mais il a compris que la police ne lui voulait pas que du bien.
Le roman dans l'ensemble est assez facile, on voit assez bien où l'auteur veut en venir et les indices déposés pour confondre les responsables sont assez gros. Mais ça permet de se changer les idées agréablement en respirant un petit air breton des années 1980, vous savez, l'époque où les téléphones étaient fixes.
Commenter  J’apprécie          40
miti50
  31 mars 2015
je viens de lire ce livre un peu ancien, écrit dans les années 80 et je me suis régalée; il est vrai que je me trouvais en Bretagne donc sur les lieux de l'intrigue. Ce livre m'a ému car raconté par le père qui est soupçonné d'avoir assassiné son ex compagne et leur enfant. L'histoire est encore plus sombre.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
florignyflorigny   05 mai 2021
Le viol, le mystère du viol... Il avait toujours cru qu'il était l'apanage d'êtres frustes ou désaxés. Il comprenait que le mal était en l'homme, qu'il dépassait la notion de classe ou de culture, pulsion atavique, contenue par le carcan des lois mais non pas étouffée, n'attendant que l'occasion pour se réveiller : griserie de l'alcool, paravent de l'anonymat, ou alibi patriotique - les ruts héroïques de toutes les guerres !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
florignyflorigny   05 mai 2021
Oui, Saint-Just, la justice c'est comme la poste : deux vitesses, la rapide pour les cloches, et pour les gros, des tas de méandres fraternels !
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Jean-François Coatmeur (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-François Coatmeur
Chronique consacrée aux grands noms de la littérature policière, et animée, depuis octobre 2018, par Patrick Vast, dans le cadre de l'émission La Vie des Livres (Radio Plus - Douvrin). Pour la 31ème chronique, le 11 septembre 2019, Patrick présente l'auteur français Jean-François Coatmeur. Patrick Vast est aussi auteur, notamment de polars. N'hésitez pas à vous rendre sur son site : http://patricksvast.hautetfort.com Il a également une activité d'éditeur. À voir ici : https://lechatmoireeditions.wordpress.com/ La page Facebook de l'émission La Vie des Livres : https://www.facebook.com/laviedeslivres62
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2236 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre