AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782264070081
144 pages
Éditeur : 10-18 (17/08/2017)

Note moyenne : 4.01/5 (sur 204 notes)
Résumé :
L'auteur renoue avec la montagne, avec lui-même... et nous remet en mémoire les plus beaux textes littéraires sur la nature.

Le Garçon sauvage commence sur un hiver particulier : Paolo Cognetti, 30 ans, étouffe dans sa vie milanaise et ne parvient plus à écrire. Pour retrouver de l’air, il part vivre un été dans le Val d’Aoste. Là, il parcourt les sommets, suspendu entre l’enfance et l’âge adulte, renouant avec la liberté et l’inspiration. Il plonge ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (73) Voir plus Ajouter une critique
fanfanouche24
  09 août 2017
Un coup de foudre inopiné en flânant dans une de "mes"petites librairies
indépendantes choisies sur mes déplacements professionnels, réguliers;
là il s'agissait de "Mémoire7" à Clamart, où en fouinant dans le fonds
littéraire très riche, j'ai fait la découverte de cet auteur italien...
Un texte qui offre du souffle, un hommage vibrant à la nature, à la
montagne...aux arbres comme au petit peuple animal des forêts et
des montagnes. ..
Dans ce texte autobiographique, l'auteur nous raconte les souvenirs de
montagne vécus avec son père et son oncle, qui étaient dans la
compétition permanente... Ce que le jeune garçon vivait péniblement.
Les balades en montagne, l'alpinisme étaient alors empreintes de trop de
contraintes...à l'âge adulte, il va retrouver les paysages de son enfance,
dans un tout autre état d'esprit, dans une totale liberté de faire, de
ressentir son environnement; un endroit , enfin, privilégié pour faire
le point, se ressourcer ...
Retour à l'essentiel, aux valeurs premières du travail manuel, du respect de la nature. de très belles descriptions de la montagne, des hameaux désertés, de la vie d'antan, de la philosophie des Anciens..., mais aussi d'écrivains-philosophes comme Thoreau:
"Mais il aimait Thoreau et en avait adopté le manifeste : "Je suis parti dans les bois parce que je désirais vivre de manière réfléchie, affronter seulement les faits essentiels de la vie, voir si je ne pouvais pas apprendre ce qu'elle avait à m'enseigner, et non pas découvrir à l'heure de ma mort que je n'avais pas vécu. Je ne désirais pas vivre ce qui n'était pas une vie, car la vie est très précieuse ; je ne désirais pas davantage cultiver la résignation, à moins que ce ne fût absolument nécessaire. Je désirais vivre à fond, sucer toute la moelle de la vie, vivre avec tant de résolution spartiate que tout ce qui n'était pas la vie serait mis en déroute, couper un large andain et
tondre ras, acculer la vie dans un coin et la réduire à ses composants les plus élémentaires, et si jamais elle devait se montrer mesquine, eh bien alors en tirer toute l'authentique mesquinerie, et avertir le monde entier de cette mesquinerie ; ou si elle devait se révéler sublime, la connaître par l'expérience et réussir à en établir un rapport fidèle lors de mon excursion suivante."
[Henry David Thoreau, Walden]
Récit très prenant, car il montre un homme qui par sa volonté d'une
expérience de solitude montagnarde ne demande qu'à être réconcilié avec le monde et ses congénères. Paolo Cognetti a envie au propre comme au figuré de prendre de la distance et de la hauteur !
Une expérience riche , intense, remplie toutefois de doutes et de souffrances, dont la difficulté de l'écrivain à assumer la solitude...
Un récit plein de poésie, de belles descriptions de la montagne, de la nature...er Paolo Cognetti, par ce récit personnel met en avant la poétesse, Antonia Pozzi...dont j'ai fait la connaissance !
Un très beau moment de lecture, un air du large... ou plus exactement, un grand souffle des sommets, si régénérateur !
Une impatience à lire son prochain livre, à paraître à la rentrée 2017: "Les huit montagnes"...

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          563
Nastie92
  22 février 2016
C'est une cure de bien-être que m'a procuré ce livre. Un moment suspendu hors du temps, hors du monde.
Paolo Cognetti a décidé de vivre une expérience de solitude dans les hauteurs du Val d'Aoste. Là, tel Chris McCandless à qui il dédie ce carnet de montagne, il redécouvre les plaisirs simples de la nature. Entre les quatre murs dépouillés de son chalet (sa "baita" selon le terme italien qui a été judicieusement gardé dans la traduction française) et à travers quelques explorations dans les environs, il vit la vie authentique des montagnards.
Il nous ouvre (ou plutôt entrouvre) sa porte pour nous faire partager son quotidien, ses pensées, ses émotions.
C'est fin, c'est sensible, et j'ai senti instinctivement que je ne devais pas déranger, que je devais lire ce texte du bout des yeux et l'apprécier sans manifestations excessives.
Je ne devais pas me montrer, respecter la quiétude de l'auteur et prendre ce carnet comme un cadeau qui m'était fait. Un merveilleux cadeau qui m'est allé droit au coeur et m'a profondément touchée.
Ce petit livre est plein de poésie : dans les phrases de Paolo Cognetti mais aussi à travers les nombreuses citations toujours bien choisies et qui entrent en résonance avec les mots de l'auteur.
Dans un style différent mais avec une sensibilité et une faculté identiques de transmettre au lecteur l'amour de la montagne, de ses habitants, de sa faune et de sa flore, Paolo Cognetti va rejoindre sur mes étagères Erri de Luca. Et vive la littérature italienne !
Un livre que je recommande à tous ceux qui veulent respirer une bonne bouffée d'air frais et aussi à ceux qui trop accaparés par leurs activités trouveront peut-être dans ce texte l'incitation à faire une petite pause salutaire.
Un immense merci à Babelio et aux Éditions Zoé de m'avoir fait découvrir cette petite pépite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          555
jeunejane
  23 août 2018

Le narrateur, écrivain, vit en ville. A trente ans, il doit vivre une panne d'inspiration. Il n'a plus envie de rien.
C'est tout naturellement qu'il rejoindra une région fréquentée dans l'enfance, le val d'Aoste.
Côté finances, il a de quoi tenir quelques mois.
Il va s'installer dans une baïta en pierre et en bois, loin de tout lieu habité sauf quand les bergers montent à la belle saison.
Il devra apprivoiser la nature qui peut se montrer très sauvage et se retrouver seul avec lui-même.
L'expérience semble lui réussir.
J'ai beaucoup apprécié les extraits d'auteurs qu'il aime, surtout les poèmes d'Antonia Pozzi qui m'ont réellement rappelé l'expérience que nous avons faite très jeunes ( 16 ans), en groupe autour du Mont-Blanc, avec un guide.
Les titres de chapitres sont très bien choisis et annoncent bien la suite comme "Nuit", "Berger, où vas-tu?".
Un carnet de voyage? Non, un carnet de montagne qui accompagne une étape de ressourcement, une parenthèse dont à mon avis, nous avons tous besoin de temps à autre. Bon, d'accord peut-être pas aussi loin de tout et aussi seul. Il faut quand même assurer la situation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          563
sabine59
  15 octobre 2017
Ce n'est pas simplement un carnet de montagne, comme le sous-titre l'indique. C'est bien plus que cela!
Chronique d'un moment de vie, écrit autobiographique, réflexion philosophique, récit d'initiation, observation poétique de la nature... tout cela à la fois.
J'ai beaucoup aimé accompagner l'auteur dans cette quête de lui-même, au coeur de la montagne sauvage, à deux mille mètres d'altitude et plus haut encore, où on a le privilège rare d'observer des bouquetins, où l'on peut aussi se perdre dangereusement...
Chaque chapitre évoque un thème en particulier, lié non seulement à l'instant présent mais aussi à ses souvenirs, quand enfant il passait tous ses étés déjà dans la montagne. J'ai apprécié en particulier l'évocation des maisons, celle des arbres et le chapitre "Larmes", où l'auteur avoue son abattement soudain, perdu qu'il est, contre une roche,et son échec à vivre la solitude sereinement. On sait qu'il a voulu quitter sa vie urbaine pour une raison qui ne nous est pas vraiment donnée, et qu'il recherchait dans cet isolement montagnard un regain d'énergie, une volonté de changer, de retrouver la force de l'écriture.
Il écrira très peu, ne saura pas se détacher vraiment de la présence humaine, mais il aura appris à vivre avec lui-même, à reconnaître sa personnalité, et c'est déjà beaucoup... Et renouer avec la montagne aura été une expérience unique .
" C'est quelque chose que je faisais déjà enfant: un dernier tour pour dire au revoir à la montagne.(...) Il était temps de redescendre. Je savais déjà de quoi je rêverais tout l'hiver."...
J'ai hâte de dévorer ses autres livres, et j'ai découvert, grâce à ses citations, une femme poète merveilleuse, Antonia Pozzi...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          484
michfred
  30 mai 2019
Un carnet de route, un carnet de notes, un carnet de pensées en hommage aux grands "routards", montagnards, et experts "Into the Wild" qu'il a lus et aimés, dans les pages desquels Paolo Cognetti fait l'inventaire de ses chemins de traverse à lui.
Avant Huit montagnes, et un peu plus proche de l'essai que du récit , moins puissamment écrit aussi, moins abouti que son beau roman. Sans doute ses illustres modèles lui font-ils encore une ombre portée trop grande...l'homme sauvage doit encore accoucher de l'écrivain.
Une ode à la montagne revigorante et poétique , plus encore qu'à la solitude: même "l'uomo selvatico" que le narrateur se sent être a besoin de compagnie...fût-elle celle des chamois, des moufflons ou de quelques pâtres oubliés au fond d'une bergerie...
Commenter  J’apprécie          502

Citations et extraits (106) Voir plus Ajouter une citation
colimassoncolimasson   08 août 2020
Nous avions fait plus de la moitié du chemin quand, vers trois heures du matin, en plein pâturage, nous crûmes entendre un orgue. Puis, nous aperçûmes la lueur d’une petite fenêtre. C’était à peine croyable mais quelqu’un jouait de l’orgue au beau milieu de la nuit, dans une baita percée à plus de deux mille mètres d’altitude.
Commenter  J’apprécie          20
colimassoncolimasson   06 août 2020
Sur le chemin du retour, il se remit à pleuvoir, et la pluie réduisit la neige en bouillie. Une journée idéale pour partir en balade. Il n’empêche, les chaussures gorgées d’eau et les cheveux trempés et glacés par le vent, je reprenais du poil de la bête.
Commenter  J’apprécie          10
colimassoncolimasson   04 août 2020
Je trouvai la nouvelle où Mario Rigoni Stern passe en revue les chutes de neige tardives : la swalbalasneea – la neige des hirondelles – en mars, la kuksneea – la neige du coucou – en avril et la dernière, la bachtalasneea : la neige de la caille.
Commenter  J’apprécie          20
colimassoncolimasson   02 août 2020
Il n'y a pas d'état sauvage dans les Alpes, mais une longue histoire de présence humaine, qui traverse aujourd’hui une époque d’abandon : certains le déplorent comme la fin d’une civilisation, moi, il m’arrivait au contraire de me réjouir quand je voyais des vestiges engloutis par le sous-bois ou un arbre sortir de terre là où, un temps, on avait semé le blé.
Commenter  J’apprécie          50
colimassoncolimasson   31 juillet 2020
Même si je me lavais les mains et buvais comme n’importe quel citadin, en ouvrant le robinet et en dosant le chaud et le froid comme bon me semblait, quand je le faisais, je n’oubliais jamais que l’eau venait de là, des galets blancs et bleus au milieu de l’herbe, et dans sa saveur, la nuit, l’eau avait comme un goût de givre.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Paolo Cognetti (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paolo Cognetti
Comédie du Livre 2016 - Samedi 28 mai - 11h
Présenté par Martine Laval, journaliste littéraire.
autres livres classés : littérature italienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
586 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre

.. ..