AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266276573
Éditeur : Pocket (08/03/2018)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.6/5 (sur 335 notes)
Résumé :
Un "cadavre" recomposé à partir de six victimes démembrées et assemblées par des points de suture a été découvert par la police. La presse l'a aussitôt baptisé "Ragdoll", la poupée de chiffon. Tout juste réintégré à la Metropolitan Police de Londres, l'inspecteur "Wolf" Fawkes dirige l'enquête sur cette effroyable affaire, assisté par son ancienne coéquipière, l'inspecteur Baxter. Chaque minute compte, d'autant que le tueur s'amuse à narguer les forces de l'ordre : ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (166) Voir plus Ajouter une critique
Souri7
  18 février 2017
À l'issue de son procès, Naguib Khalid accusé d'être le serial-killer connu sous le nom du Tueur Crématiste, tueur de 27 enfants en 27 jours se voit reconnu non coupable. L'Inspecteur William Oliver Layton-Fawkes (Wolf) ayant travaillé à l'arrestation de ce monstre voit rouge et décide de se substituer à la justice. Se précipitant sur Naguib Khalid, il lui assène des coups et l'aurait tué si d'autres policiers n'étaient pas intervenus. Suite à cet acte, il est interné une année durant dans un hôpital psychiatrique, le St Ann's Hospital où il apprend quelques mois plus tard l'arrestation de Naguib Khalid pour un nouveau meurtre.
Quatre années ont passé, l'inspecteur est réintégré dans ses fonctions et voilà qu'il est appelé sur une scène de crime à quelques pas de chez lui où est découvert un corps comportant des parties de six victimes et dont la tête est celle de Naguib Khalid. Pour apporter encore plus d'horreur à la scène, le cadavre pointe de son doigt la fenêtre de l'appartement de Wolf et, le serial killer annonce via une liste ses six prochains meurtres prévus avec nom et date prévue dont le dernier n'est autre que… l'inspecteur lui-même. Une course contre la montre commence pour les membres du Homicide and Serious Crime qui en plus d'identifier l'identité des 6 morceaux de cadavres, leur lien … doivent en plus se charger de protéger les autres victimes.
C'était sans compté sur l'intelligence du serial killer qui semble anticiper chacun de leurs gestes et fait preuve d'ingéniosité et, sur l'engouement médiatique sinistre pour Ragdoll (nom donné au serial killer) où le public semble prendre un plaisir morbide à suivre le compte à rebours de chacune des futures victimes…

Un thriller psychologique que le lecteur a sincèrement du mal à lâcher. 😈
Nous suivons l'enquête à la fois de l'intérieur avec l'enquête policière, les investigations et de l'extérieur grâce à Andrea, l'ex-femme de Wolf et journaliste à sensation. Étonnamment, le lecteur pourrait s'attendre à lire un thriller psychologique sanglant où l'auteur s'attarderait sur la description de scènes de crimes macabre (solution de facilité)… mais non, pas d'hémoglobine, de viscères ou autres horreurs comme chez Frank Thilliez par exemple. Daniel Cole utilise simplement son talent d'écriture et de conteur pour nous accrocher et nous garder en haleine via justement le développement de l'enquête qui au fur et à mesure révèle de nouveaux éléments qui captivent le lecteur.
L'intrigue se dévoile petit à petit, et Daniel Cole entraîne le lecteur dans des zones qu'il n'aurait jamais envisagé voire soupçonné. 😈
Les personnages sont extrêmement bien choisis : En plus de l'inspecteur Wolf, nous avons une équipe de policier de différents âges comme Baxter, ancienne coéquipière, amoureuse de Wolf et encline à la bouteille et partant au quart de tour, Finlay à deux mois de la retraite plus posé et réfléchi voire débonnaire, Simmons leur chef qui n'hésite pas à mettre la main à la pâte pour aider dans l'enquête quitte à s'attirer les foudres de son supérieur et, Edmunds, le bleu de l'équipe qui va petit à petit se dévoiler et prendre en assurance.
De l'autre côté, nous avons les médias avec le personnage d'Andrea l'ex de Wolf hésitant entre carrière et morale quant aux informations à donner mais qui toujours se trouve une bonne excuse pour expliquer ses choix ; son supérieur Elijah, un être cynique et sans morale qui est juste là pour faire monter l'audimat.
Enfin, les victimes ! Chacune d'elles apporte un nouvel élément à l'édifice et petit à petit le fil rouge entre elles apparaît. le lecteur éprouve différents sentiments en fonction de la personne menacée : haine, dégoût, peine, compassion.

Mon seul regret… La tension. C'est simple, ce thriller possède une histoire prenante qu'on suit avec un vrai plaisir sadique mais la tension psychologique n'est pas présente comme on pourrait s'y attendre. Je m'attendais à une intrigue qui monterait crescendo avec l'apothéose finale : la révélation. Ici, la tension est plutôt digne des montagnes russes avec des moments palpitants croisé avec des moments plus calmes. Ce livre me fait d'ailleurs penser par son style aux romans de Robert Galbraith concernant son détective Strike. Même ton, même humour mais une écriture remarquable.

Je tiens à remercier les éditions Robert Laffont pour ce livre en avant-première avec cette épreuve non corrigée. J'ai pris un vrai plaisir à le lire et il est difficile de se dire que c'est terminé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1060
scarlett12
  13 juillet 2018

En 2010, à Londres a lieu le procès d'un tueur en série, Naguib Khalib surnommé "le tueur crématiste" car il a fait périr par le feu 27 gamines en 27 jours ! L'inspecteur qui a permis son arrestation s'appelle William Fawkes, surnommé "Wolf". Après de longues délibérations, faute de preuves suffisantes et d'accord unanime du jury, le condamné est déclaré "non coupable". Wolf entre alors dans une fureur sans égale et se précipite sur le "libéré" qu'il manque tuer à coups de poings, de pieds. Il est finalement maîtrisé par un gardien et suite à cet épisode sanglant est transféré dans un asile psychiatrique durant un an.
Il apprend durant son séjour à l'hôpital que "le crématiste" a récidivé ce qui accentue sa rage et envoie dès lors le gracié en prison.
4 ans plus tard, il est réintégré dans le service de police criminelle chaperonné par un sergent proche de la retraite : Finlay.
L'équipe est un jour appelée dans un appartement proche de celui de Wolf où elle découvre avec horreur un corps composé de 6 victimes, toutes les parties de leur anatomie ont été cousues ensemble : une jambe noire, une blanche, une poitrine de femme et la tête que Wolf reconnaît aussitôt comme celle du crématiste qui pourtant purgeait sa peine en prison.
L'équipe est devant une énigme qui monopolise toute leur attention : à qui appartiennent les 6 parties de corps cousues ensemble à part la tête identifiée ? Cette macabre découverte porte désormais le nom de "Ragdoll"(poupée de chiffon en anglais) Donc à qui appartenaient ces morceaux de personnes et pourquoi ont-elles été ainsi "réunies" ?
L'histoire se corse lors de la découverte d'une liste des 6 prochaines victimes ainsi que la date de leur "exécution", le dernier nom de la liste est celui de Wolf ...
Dès lors, l'équipe s'arrache les cheveux pour tenter de trouver un motif commun qui expliquerait ce que veut l'assassin et tenter par là de le démasquer avant qu'il n'ait le temps d'achever sa sinistre "mission".
Parce que effectivement, les meurtres se succèdent selon la liste prévue par le mystérieux assassin et les moyens choisis sont toujours indécelables jusqu'à l'exécution de la victime.
Je passe délibérément sur les caractéristiques des différents membres de l'équipe car il m'a fallu un certain temps pour retenir qui était qui. Je mentionnerai uniquement l'ex femme de Wolf, Andrea car elle est journaliste et prend des initiatives malencontreuses en divulguant des informations qui auraient du rester au secret de la police, en un mot, elle fout la pagaie plus souvent qu'à son tour car elle est très carriériste et ambitieuse. Et un petit mot sur la coéquipière de Wolf , Emily Baxter qui est amoureuse de lui ...
Les recherches se poursuivent et ... les meurtres continuent comme prévu.
Quelques bonnes idées qui amènent une certaine tension nerveuse mais un rythme parfois un peu lent passé au sein des disputes au sein de l'équipe et une fin tarabiscotée que je ne suis pas certaine d'avoir entièrement comprise. Un moment agréable toutefois et un livre qui se lit aisément si ce n'est l'enchevêtrement des membres de la police qui passent la plupart de leur temps à se disputer. Un thriller à lire en vacances par exemple mais j'ai déjà lu mieux assurément ce qui ne m'empêchera pas de lire la suite "L'appât".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          500
Kirzy
  28 mars 2018
Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu un bouquin aussi prenant à s'en bouffer les doigts pour connaitre la suite, page après page ! A en oublier de donner ses croquettes à ma fille et de vérifier les devoirs de mon clebs ( ou l'inverse hum ). M'en fout, pas le temps !
Daniel Cole prend le lecteur au collet via une tension générée par un course contre la montre derrière un tueur qui a annoncé une liste de victimes associée à des jours précis. A chaque fois, une question : comment le tueur va s'y prendre.
Au fil des assassinats, de nouveaux éléments sont lâchés, laissant le lecteur dans le doute absolu sur l'évolution de l'enquête, les ressorts des crimes et l'identité du serial killer.
Les personnages principaux sont très intéressants, du jusqu'auboutiste inspecteur Wolf ( lui-même sur la liste du tueur ) au jeune stagiaire hyperclairvoyant Edmunds. Tous sont complémentaires même s'ils n'ont ni les mêmes motivations, ni le même passé, ni la même attitude.
J'ai également grandement goûté à l'humour de l'auteur lorsqu'il évoque le cirque médiatique ultra-voyeuriste qui transforme l'affaire en cynique téléréalité.
Le final est quelque peu capillo-tracté ( pas sûre d'avoir tout compris ) avec sa touche faustienne, mais pas grave, le plaisir est là.
Plutôt impressionnant comme premier roman.
Merci Babelio pour cette découverte et hâte de rencontrer l'auteur le jeudi 5 avril dans vos locaux parisiens !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5615
Crossroads
  14 mai 2018
Ragdoll par ci. Ragdoll par là.
A force d'en entendre parler, je m'y suis collé. J'ai pas été scotché.
Fatigué de toutes ces maisons d'édition vendant leur dernier rejeton comme le phénomène de l'année. Comme un p'tit arrière-goût de déjà vu comparable à ces innombrables matchs de boxe affichés régulièrement comme le combat du siècle. Problème, il n'y a généralement qu'un siècle en cours pour plusieurs prétendants au titre.
Mais peu n'importe, tant va la cruche à l'eau qu'à la fin la caravane passe. Enfin j'me comprends.
Alors quid réellement de cette Poupée de Chiffon.
Tout comme dans la chanson de Polnareff, elle dit non aux enquêteurs, semble les narguer du haut de ses divers membres constitutifs, tous d'origines non contrôlées.
C'est vrai que le pitch claque.
Un assemblage de membres suturés appartenant à six vicitmes différentes.
Une death list égrenant six nouvelles cibles en sursis avec, en point d'orgue, la tête de l'enquêteur principal de cette affaire, l'inspecteur Wolf, y a réellement de quoi hurler de plaisir.
Je referme le dernier joyau du polar sans la moindre extinction de voix. Pas dû gueuler assez fort.
Si l'extase littéraire est aux abonnés absents, le plaisir pris à jouer avec cette poupée est, lui, tout à fait réel.
La dramaturgie fonctionne pas mal.
Une équipe aussi diverse que variée, à défaut d'être avariée, semble perdre pied, forcément, dans cette enquête retorse à souhait.
Problème, les personnages présentent moult stéréotypes lus et relus. Entre un Wolf traumatisé par un passé dégueulasse, une coéquipière tétant de la boutanche tout en couvant de ses yeux de biche son boss et un assistant bien plus finaud qu'il n'y paraît, rien de nouveau à se mettre sous la dent sur pivot. Mention spéciale, toutefois, à l'ex de Wolf en journaliste aux dents longues et pointues tiraillée entre sa carrière et sa déontologie, même si la déontologie journalistique fait plutôt figure d'oxymore, à la base.
Je disais donc que le récit déroulait tranquillou sans pour autant surprendre plus que cela. Notamment au niveau du lien tragique unissant tous ces morts en sursis. Là, j'ai juste envie de huer sobrement. Bouuuh.
Si le final m'a plutôt convaincu agréablement d'où ce "Oh, sans déconner" tout en économie, les motivations et la genèse du super vilain m'ont laissé... dubitatif.
Et j'aime pas dubitater, comme l'impression de m'être fait avoir comme un bleu.
Il semblerait qu'une suite soit à l'ordre du jour.
Si j'y vois inscrit meilleure suite de tous les temps de l'univers, je crois que je me casse colère...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4614
Bobby_The_Rasta_Lama
  06 août 2018
"The thrill is gone", chante B. B. King...
C'est malheureusement ce qui m'est arrivé avec ce "bestseller mondial qui obsède les médias".
"Vous aussi, vous serez touchés !" - touchée, coulée...
Ce n'était peut-être pas le moment idéal d'entamer le livre de Cole juste après "Le manuscrit inachevé" de Thilliez; on a affaire au même "ragdoll", un bonhomme assemblé à l'aide de plusieurs cadavres, mais celui de Thilliez a un but (si je peux m'exprimer ainsi) et une existence justifiée (même si c'est immonde). Pour celui de Cole, je me demande pourquoi le meurtrier s'est donné tant de peine...?
L'idée de livre est pourtant bonne - un cercle vicieux "faustien" (comme l'appelle l'auteur) où nos actes passés resurgissent et nous attrapent. Tout le monde sait qu'il n'est pas bon de signer un pacte avec le Diable.
William "Wolf" Fawkes fait partie du contingent de ces flics sombres et tourmentés qui n'en font qu'à leur tête. Il pète un câble en s'acharnant sur un meurtrier libéré par le jury à l'issue du procès.
Il est donc interné dans un hôpital psychiatrique, pendant que le "tueur crématiste"récidive et retourne dans la prison. Mais les dés sont jetés et la partie commence.
Wolf réintègre la police au moment où la marionnette cousue de six cadavres différents est découverte dans un appartement vide en face du sien - et elle le pointe du doigt !
Qui sont ces victimes ? Quel est ce message ?
Et dans la foulée, la liste des prochaines victimes avec les dates de leur mort est adressée à son ex-femme, Andréa, qui travaille pour une chaîne TV. Le meurtrier est-il assoiffé de gloire ? En tout cas, le dernier nom sur la liste est celui de William "Wolf" Fawkes.
L'histoire est bien ficelée, si l'on veut bien croire que les choses peuvent vraiment se passer comme ça - alors je me suis prêtée au jeu, tout en essayant de comprendre pourquoi certains personnages continuent obstinément dans leur mutisme, tandis qu'un mot aurait suffi pour tout débloquer... et je ne parle pas que des meurtres.
Etrangement, j'avais l'impression que les policiers ne mènent pas une enquête systématique - ça butine, ça papillonne - le seul qui fournit un véritable effort est le jeune lapin stagiaire Edmund, qui sert accessoirement du profileur-amateur (dans l'affaire de cette envergure !).
Le meurtrier est si ingénieux que cela frôle Arsène Lupin.
Le système de protection des personnes en danger laisse à désirer; et de toute façon, les médias savent tout, tout de suite !
Alors, comment adhérer vraiment à l'histoire, dont la fin vaporeuse présage qu'il faudrait acheter une suite ?
"Le lecteur de "Ragdoll" devrait avoir le coeur bien accroché" !
Je ne sais pas pour le coeur; dans mon cas c'étaient plutôt les paupières qui tombent et les sourcils qui remontent en lisant quelques touches humoristiques qui m'ont fait penser à des séries TV des années 80.
Mais bon, Daniel Cole est un gentil garçon, il défend la cause des animaux, et c'est son premier roman. Et c'est les vacances, alors tout va bien !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3712

critiques presse (1)
LeFigaro   21 avril 2017
L'histoire d'un tueur ironique et d'un flic obstiné que l'odeur du sang rend fou.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
CallieTourneLesPagesCallieTourneLesPages   05 août 2018
Il était d'autant plus sur les nerfs qu'il n'avait aucune idée de la façon de visionner l'enregistrement de la vidéo à partir de cette saloperie de clé USB.
- y a un trou sur le côté de la télé, dit Finlay en rentrant dans la pièce. Non, non, vers le bas... Laisse-moi faire, ajouta le flic de 15 ans son aîné. Finlay retira la clé que son collègue avait planté dans une fente d'aération et l'introduisit dans le port USB.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Souri7Souri7   15 février 2017
— Qu'est-ce que Simmons ne m'a pas dit ?
[...]
Il fallu un bon moment à Wolf pour identifier ce qui était le plus déconcertant dans la scène surréaliste qui s'offrait à ses yeux : une jambe noire attachée à un torse blanc. Incapable de comprendre ce qu'il contemplait, il s'avança. Peu à peu, il remarqua les énormes points de suture qui reliaient des morceaux de corps mal assortis, la peau étirée là où elle avait été percée ; une jambe d'homme noir, une jambe blanche ; une grande main d'homme d'un côté, une main fine et hâlée de l'autre ; une chevelure noir de jais emmêlée qui retombait de manière perturbante sur la poitrine menue et couverte de taches de rousseur d'une femme. Baxter vint se placer auprès de lui, se délectant sans complexe de son écoueurement.
— Il ne t'a pas prévenu... Un cadavre certes, mais... six victimes ! [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Souri7Souri7   17 février 2017
— [...] J'ai l'agent de police Castagna au bout du fil pour vous. C'est au sujet d'Andrew Ford.
— Je le rappellerai, dit Wolf.
— C'est urgent, il menace de sauter par la fenêtre.
— Castagna ou Ford ?
— Ford.
— Pour s'échapper ou se suicider ?
— Du quatrième étage ? Je dirais, cinquante-cinquante.
Commenter  J’apprécie          450
Souri7Souri7   16 février 2017
— Si vous laissiez tomber ce rictus stupide et me racontiez pourquoi on ne pouvait pas se rencontrer à votre bureau? [...]
— Dans la presse, on n'aime pas trop voir des flics fouiner un peu partout dans nos locaux. Pourquoi pas votre bureau ?
— Dans la police, on n'aime pas trop voir des journalistes fouille-merde, suffisants et qui - puent l'après-rasage fouiner un peu partout dans nos locaux. Voila pourquoi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
scarlett12scarlett12   13 juillet 2018
Le corps dénudé, crispé en une posture qui n'avait rien de naturel, paraissait flotter à une trentaine de centimètres au-dessus du plancher irrégulier. Il avait le dos tourné vers le mur et semblait regarder par l'immense baie vitrée. La silhouette tenait en l'air grâce à des centaines de fils invisibles, eux-même solidement retenus au plafond à l'aide de deux crochets de levage métalliques.
Commenter  J’apprécie          250
Videos de Daniel Cole (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Daniel Cole
L'émission "Les coups de c?ur" des libraires est diffusée sur les Ondes de Sud Radio, chaque vendredi matin à 10h00. Valérie Expert vous donne rendez-vous avec Gérard Collard pour vous faire découvrir leurs passions du moment !
Gérard et vos libraires préférés vous transmettent leurs passions pour les livres, vous parlent de leurs coups de c?ur du moment et parfois, de leurs coups de gueule et Bien sûr TOUT Y PASSE : Polar, Roman, Bd, Art etc !!!!!!
Toujours à l'affut des dernières petites pépites littéraires ou encore, du roman, qui sera vous rendre heureux, vos librairies se donnent corps et coeur à leur passion, à votre passion, La Lecture et le plaisir de la partager !

Le Gang des rêves de Luca di Fulvio et Elsa Damien aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/79358-divers-litterature-le-gang-des-reves.html
Les Enfants de Venise de Luca di Fulvio et Françoise Brun aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/105747-divers-litterature-les-enfants-de-venise.html
Un clafoutis aux tomates cerises de Véronique de Bure aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/100415-divers-litterature-un-clafoutis-aux-tomates-cerises.html
La Voix des vagues de Jackie Copleton et Freddy Michalski aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/108011-divers-litterature-la-voix-des-vagues.html
Tu me vertiges de Florence M.-Forsythe aux éditions le Passeur https://www.lagriffenoire.com/75359-divers-litterature-tu-me-vertiges.html
Les Cygnes de la Cinquième Avenue de Mélanie Benjamin aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/103936-divers-litterature-les-cygnes-de-la-cinquieme-avenue.html
La veuve des van Gogh de Camilo Sanchez et Fanchita Gonzalez Batlle aux éditions Liana Lévi https://www.lagriffenoire.com/79498-divers-litterature-la-veuve-des-van-gogh.html
Ragdoll Ragdoll de Daniel Cole et Natalie Beunat aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/104626-polar-livres-de-poche-ragdoll.html
L'Appat de Daniel Cole et Natalie Beunat aux éditions Robert Laffont https://www.lagriffenoire.com/108397-romans--l-appat.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
Facebook ? http://www.facebook.com/lagriffenoire Twitter ? http://twitter.com/lesdeblogueurs?lang=fr
Retrouvez l'ensemble des coups de coeur de Gérard Collard et de vos libraires préférés ici : https://www.lagriffenoire.com/11-coups-de-coeur-gerard-coll? https://www.lagriffenoire.com/
#soutenezpartagezcommentezlgn
Merci pour votre soutien et votre fidélité qui nous sont inestimables. Gerard collard? Jean-Edgar Casel
#soutenezpartagezcommentezlgn #librairie #livres #livre #lecture #culture #passiondulivre #lirepourleplaisir #lirerendheureux #bookstagram #livrestagram #instaculture #instalecture #instalire #romans #roman #bd #bandedessinée #gérardpartenlive #émission
+ Lire la suite
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox

Autres livres de Daniel Cole (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Ragdoll" de Daniel Cole.

Quel est la partie manquante du corps de Naguib Khalib ?

sa jambe droite
son bras gauche
sa tête

10 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Ragdoll de Daniel ColeCréer un quiz sur ce livre
. .