AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2221197720
Éditeur : Robert Laffont (09/03/2017)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.69/5 (sur 180 notes)
Résumé :
(LIVRE AUDIO)

La police découvre un cadavre composé de six victimes démembrées, assemblées entre elles par des points de suture telle une marionnette, et que la presse va rebaptiser Ragdoll, la poupée de chiffon. L'inspecteur Fawkes, qui vient juste d'être réintégré à la Metropolitan Police de Londres, dirige l'enquête sur cette épouvantable affaire, aidé par son ancienne coéquipière, l'inspecteur Baxter. Le tueur nargue la police en diffusant via les... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (104) Voir plus Ajouter une critique
Souri7
  18 février 2017
À l'issue de son procès, Naguib Khalid accusé d'être le serial-killer connu sous le nom du Tueur Crématiste, tueur de 27 enfants en 27 jours se voit reconnu non coupable. L'Inspecteur William Oliver Layton-Fawkes (Wolf) ayant travaillé à l'arrestation de ce monstre voit rouge et décide de se substituer à la justice. Se précipitant sur Naguib Khalid, il lui assène des coups et l'aurait tué si d'autres policiers n'étaient pas intervenus. Suite à cet acte, il est interné une année durant dans un hôpital psychiatrique, le St Ann's Hospital où il apprend quelques mois plus tard l'arrestation de Naguib Khalid pour un nouveau meurtre.
Quatre années ont passé, l'inspecteur est réintégré dans ses fonctions et voilà qu'il est appelé sur une scène de crime à quelques pas de chez lui où est découvert un corps comportant des parties de six victimes et dont la tête est celle de Naguib Khalid. Pour apporter encore plus d'horreur à la scène, le cadavre pointe de son doigt la fenêtre de l'appartement de Wolf et, le serial killer annonce via une liste ses six prochains meurtres prévus avec nom et date prévue dont le dernier n'est autre que… l'inspecteur lui-même. Une course contre la montre commence pour les membres du Homicide and Serious Crime qui en plus d'identifier l'identité des 6 morceaux de cadavres, leur lien … doivent en plus se charger de protéger les autres victimes.
C'était sans compté sur l'intelligence du serial killer qui semble anticiper chacun de leurs gestes et fait preuve d'ingéniosité et, sur l'engouement médiatique sinistre pour Ragdoll (nom donné au serial killer) où le public semble prendre un plaisir morbide à suivre le compte à rebours de chacune des futures victimes…

Un thriller psychologique que le lecteur a sincèrement du mal à lâcher. 😈
Nous suivons l'enquête à la fois de l'intérieur avec l'enquête policière, les investigations et de l'extérieur grâce à Andrea, l'ex-femme de Wolf et journaliste à sensation. Étonnamment, le lecteur pourrait s'attendre à lire un thriller psychologique sanglant où l'auteur s'attarderait sur la description de scènes de crimes macabre (solution de facilité)… mais non, pas d'hémoglobine, de viscères ou autres horreurs comme chez Frank Thilliez par exemple. Daniel Cole utilise simplement son talent d'écriture et de conteur pour nous accrocher et nous garder en haleine via justement le développement de l'enquête qui au fur et à mesure révèle de nouveaux éléments qui captivent le lecteur.
L'intrigue se dévoile petit à petit, et Daniel Cole entraîne le lecteur dans des zones qu'il n'aurait jamais envisagé voire soupçonné. 😈
Les personnages sont extrêmement bien choisis : En plus de l'inspecteur Wolf, nous avons une équipe de policier de différents âges comme Baxter, ancienne coéquipière, amoureuse de Wolf et encline à la bouteille et partant au quart de tour, Finlay à deux mois de la retraite plus posé et réfléchi voire débonnaire, Simmons leur chef qui n'hésite pas à mettre la main à la pâte pour aider dans l'enquête quitte à s'attirer les foudres de son supérieur et, Edmunds, le bleu de l'équipe qui va petit à petit se dévoiler et prendre en assurance.
De l'autre côté, nous avons les médias avec le personnage d'Andrea l'ex de Wolf hésitant entre carrière et morale quant aux informations à donner mais qui toujours se trouve une bonne excuse pour expliquer ses choix ; son supérieur Elijah, un être cynique et sans morale qui est juste là pour faire monter l'audimat.
Enfin, les victimes ! Chacune d'elles apporte un nouvel élément à l'édifice et petit à petit le fil rouge entre elles apparaît. le lecteur éprouve différents sentiments en fonction de la personne menacée : haine, dégoût, peine, compassion.

Mon seul regret… La tension. C'est simple, ce thriller possède une histoire prenante qu'on suit avec un vrai plaisir sadique mais la tension psychologique n'est pas présente comme on pourrait s'y attendre. Je m'attendais à une intrigue qui monterait crescendo avec l'apothéose finale : la révélation. Ici, la tension est plutôt digne des montagnes russes avec des moments palpitants croisé avec des moments plus calmes. Ce livre me fait d'ailleurs penser par son style aux romans de Robert Galbraith concernant son détective Strike. Même ton, même humour mais une écriture remarquable.

Je tiens à remercier les éditions Robert Laffont pour ce livre en avant-première avec cette épreuve non corrigée. J'ai pris un vrai plaisir à le lire et il est difficile de se dire que c'est terminé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          570
Ambages
  13 mars 2017
Un réel plaisir de lecture.
Un roman policier assez conventionnel de très bonne facture qui se dévore ! Les personnages sont bien amenés, les petits détails dans l'écriture permettent au lecteur de rentrer dans l'histoire sans difficulté et de s'attacher aux protagonistes. La trame réserve quelques surprises ; je suis restée accrochée à ce roman une journée sans le lâcher tant j'étais prise par l'histoire et les personnages qui la composent. Assez surprise d'être emportée aussi facilement car il me semblait cousu de fils blancs et finalement pas tant que ça. Cela tient essentiellement à l'écriture à mon avis, vive et dynamique, Daniel Cole possède un réel talent de conteur, de metteur en scène presque. J'avais l'impression de voir avec une acuité incroyable ce que je lisais, d'être dans les rues avec les enquêteurs ou présente à côté d'eux quand ils devaient se chuchoter à l'oreille, voire dormir sur le canapé...aussi ! le p... de mal de dos au réveil.
C'est bien amené car le point de départ ne semble pas si original et pourtant ça fonctionne à merveille. En tout cas, j'ai eu un vrai plaisir de lecture, je vivais les aventures et déconvenues d'une enquête éprouvante, j'étais présente dans les débriefings du groupe au sein de la salle de réunion du Homicide and serious Crime de Londres et je vivais les avancées de l'enquête, comme eux. Pour un premier roman, c'est puissant et il pourrait fort bien donner lieu à un film à mon idée. En tout cas c'est ainsi que j'ai vécu ma lecture, et je remercie Babelio et les Éditions Robert Laffont pour l'envoi de ce roman très agréable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
LePamplemousse
  08 août 2017
Oh que ça m'énerve les romans qui nécessitent une suite, mais où nulle part sur le livre il n'est mentionné que c'est en fait le tome 1, surtout quand la fin est en eau de boudin !
L'intrigue de départ me plaisait beaucoup : la découverte d'un cadavre composé de six corps différents réassemblés comme une marionnette grotesque, mais très vite je me suis ennuyée et j'ai eu bien du mal à aller au bout de cette histoire.
Je suis carrément déçue par cette lecture et ce, pour plusieurs raisons.
D'une part les personnages sont à peine ébauchés, ce qui fait que je n'ai ressenti aucun attachement pour aucun d'entre eux, même le policier principal est à peine esquissé, ils semblent tous fades et on les confond facilement.
D'autre part l'histoire traîne en longueur et le style est poussif.
Ensuite, l'intrigue est assez peut crédible, surtout qu'on a l'impression que les policiers sont plus nuls les uns que les autres, ils ont tous les éléments pour résoudre l'enquête mais on a la sensation qu'ils ne communiquent pas entre eux, de sorte que chacun a connaissance d'un fait ou élément de l'enquête mais que personne ne songe à mettre toutes les infos en commun.
Et pour terminer, la fin m'a laissé sur une impression de « tout ça pour ça » !
Certains lecteurs de polars, dont je fais partie, ne se contentent pas de découvrir l'histoire au fur et à mesure des pages mais assemblent les faits, réfléchissent et tentent de reconstituer les éléments à la manière d'un puzzle en élaborant des hypothèses et des théories et aboutissent à des conclusions qui semblent logiques, et bien ce n'est pas le cas du tout des policiers qui mènent cette enquête !
Eux, ils se contentent d'attendre que les infos leur tombent dessus par hasard et parfois, ils en tirent des conclusions timides, mais vu qu'ils ont entre temps oublié d'échanger leurs infos et de se tenir mutuellement informés de leurs découvertes réciproques, le tout prend un temps infini et ils passent alors pour de sérieux incompétents aux yeux des lecteurs réguliers de polars, dont moi.
En bref, un style quelconque et mou, des personnages manquant de consistance, une intrigue qui s'essouffle très vite et une fin qui n'en est pas vraiment une, vu qu'elle nécessite un volume supplémentaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          282
Ichirin-No-Hana
  21 février 2017
« Ragdoll », poupée de chiffon en anglais, désigne ce cadavre composé des membres de six différentes personnes retrouvé par la police anglaise dans l'un des quartiers populaires de Londres. Dès lors une course contre la montre va être lancée car une journaliste, Andrea, reçoit de la part du meurtrier la liste des six prochaines victimes (avec la date de mort) dont William Oliver Layton-Fawkes, le policier en charge de l'enquête. Tout en protégeant les cibles, la police devra tout d'abord identifier les six personnes composant Ragdoll et comprendre ce qui relie toutes ces personnes.
Wolf (William Oliver Layton-Fawker) est un policier qui vient tout récemment de réintégrer la police. Il y a quatre ans, Wolf a enquêté sur l'affaire du « Tueur Crématiste », tueur d'enfant qui brûlait ensuite ses jeunes victimes. Convaincu de la culpabilité de l'homme, Wolf pète un câble et attaque violemment celui-ci, jusqu'à le laisser presque mort, lorsque le verdict « non coupable » tombe. La culpabilité de l'homme se trouvera bien être avérée lorsqu'on le retrouvera quelques mois plus tard au-dessus d'un nouveau cadavre. Ce passé presque enterré reviendra à l'esprit de Wolf lorsqu'il reconnaîtra le visage du Tueur Crématiste, Naguib Khalid, sur le cadavre Ragdoll.
Le point de vue de Wolf n'est pas le seul que l'on suit dans cette intrigue. Baxter est une femme au caractère bien trempé, amie très proche de Wolf, elle travaille régulièrement avec lui. Edmunds est un jeune homme qui vient de quitter le service de la répression des fraudes pour la criminalité, il est sous la direction de la très difficile Baxter, bon profileur dans l'âme, il se donnera à son maximum dans cette enquête quitte à oublier un peu sa femme enceinte. On suit également le point de vue d'Andréa, journaliste qui a reçu la liste des prochaines victimes mais qui est également l'ex-femme de Wolf. Son point de vue est particulièrement intéressant et amène réellement un petit plus à l'intrigue. On découvre à travers son regard ce plaisir morbide que peuvent avoir les journalistes face à des événements ou des images violents ainsi que cette course aux scoops quitte à mettre en danger la vie de personnes.
En lisant le résumé, je m'attendais à un roman policier un peu gore avec beaucoup de détails sanglants. Si l'on fait abstraction du cadavre découvert au début du roman (Ragdoll), le roman ne fait pas du tout dans l'horreur et ne cherche pas du tout à dégoûter ses lecteurs. Tout le roman se concentre sur le suspense et l'action engendrée par cette course à la montre et c'est super bien fait. le roman est haletant et je ne m'attendais pas du tout à être autant prise dans l'action. Si je n'avais pas d'obligations personnelles ou professionnelles, j'aurais lu le roman d'une traite. On est complètement subjugué par les événements, tout s'enchaîne et le lecteur a peu de temps pour souffler. le final est surprenant et tient particulièrement la route. Toutes nos questions trouvent leurs réponses et ça c'est un vrai régal.
Bien que je ne sois pas experte en roman policier/thriller, je ne trouve rien à reprocher à ce roman. J'ai passé un super bon moment de lecture grâce à ce roman, je remercie donc chaleureusement Babelio et les éditions Robert Laffont pour l'envoi de Ragdoll en avant-première.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          242
babel95
  13 mars 2017
Je remercie Babelio et les Editions Robert Laffont de m'avoir adressé le roman de Daniel Cole : Ragdoll, et permis d'en faire la critique.
Un thriller véritablement original... un auteur diabolique qui vous mène là où il le souhaite, vous perd encore et encore dans un labyrinthe de fausses pistes et de vrais indices....
Résumer Ragdoll est un exercice difficile - quasi impossible.
L'inspecteur William Oliver Layton Fawkes ou Wolf (le loup) vient de réintégrer la Metropolitan Police de Londres après avoir été suspendu pour avoir agressé violemment Naguid Khalid, suspecté d'être le serial killer surnommé le Tueur Crématiste acquitté à la suite d'un procès mouvementé.
La police découvre un cadavre reconstitué à partir de plusieurs corps, cousus ensemble grossièrement. Ce cadavre est bientôt surnommé "Ragdoll", la poupée de chiffons.
Le temps presse. L'inspecteur Fawkes et le Sergeant Emily Baxter, vont devoir résoudre une double énigme : découvrir qui sont les victimes qui composent "Ragdoll", et simultanément, alors que le tueur diffuse une liste des six prochaines victimes et la date de leur exécution, mettre tout en oeuvre pour démasquer ce tueur et l'empêcher de mener à terme son projet. Tout cela sous les projecteurs des médias ; la journaliste Andrea Fawkes, l'ex-femme de l'inspecteur, et le directeur de la rédaction prêts à tout pour obtenir une audience maximum....
Je dois l'avouer : l'intrigue de Ragdoll, le rythme de ce roman m'ont paru exceptionnels - j'ai tourné les pages à un rythme d'enfer - encore plus vite que d'habitude et ce n'est pas rien - tant j'avais hâte d'avoir le fin mot de l'énigme. La chute, inattendue, ne m'a pas déçue.
L'humour, léger ou noir, est au rendez-vous. Les crimes sont originaux - et il fallait avoir l'idée de Ragdoll - cette poupée macabre, ce patchwork sanglant.
On n'oubliera pas les personnages rencontrés au fil de l'enquête, les coéquipiers de l'inspecteur Fawkes, et en particulier Edmunds, le novice venu de la répression des fraudes, le futur papa, qui par son acharnement et sa logique sans faille feront progresser l'enquête à pas de géants.
Un seul regret cependant.... j'ai lu les épreuves non corrigées, et quelquefois, la traduction ne m'a pas paru très heureuse.... j'espère que les lourdeurs, le mot à mot, auront été repris, et que la version finale pourra rendre hommage à un texte qui le mérite vraiment.
Vous l'aurez compris, J'ai hâte de découvrir jusqu'où nous pourra nous mener Daniel Cole dans son prochain roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260

Les critiques presse (1)
LeFigaro   21 avril 2017
L'histoire d'un tueur ironique et d'un flic obstiné que l'odeur du sang rend fou.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations & extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
Souri7Souri7   15 février 2017
— Qu'est-ce que Simmons ne m'a pas dit ?
[...]
Il fallu un bon moment à Wolf pour identifier ce qui était le plus déconcertant dans la scène surréaliste qui s'offrait à ses yeux : une jambe noire attachée à un torse blanc. Incapable de comprendre ce qu'il contemplait, il s'avança. Peu à peu, il remarqua les énormes points de suture qui reliaient des morceaux de corps mal assortis, la peau étirée là où elle avait été percée ; une jambe d'homme noir, une jambe blanche ; une grande main d'homme d'un côté, une main fine et hâlée de l'autre ; une chevelure noir de jais emmêlée qui retombait de manière perturbante sur la poitrine menue et couverte de taches de rousseur d'une femme. Baxter vint se placer auprès de lui, se délectant sans complexe de son écoueurement.
— Il ne t'a pas prévenu... Un cadavre certes, mais... six victimes ! [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Souri7Souri7   17 février 2017
— [...] J'ai l'agent de police Castagna au bout du fil pour vous. C'est au sujet d'Andrew Ford.
— Je le rappellerai, dit Wolf.
— C'est urgent, il menace de sauter par la fenêtre.
— Castagna ou Ford ?
— Ford.
— Pour s'échapper ou se suicider ?
— Du quatrième étage ? Je dirais, cinquante-cinquante.
Commenter  J’apprécie          430
Souri7Souri7   16 février 2017
— Si vous laissiez tomber ce rictus stupide et me racontiez pourquoi on ne pouvait pas se rencontrer à votre bureau? [...]
— Dans la presse, on n'aime pas trop voir des flics fouiner un peu partout dans nos locaux. Pourquoi pas votre bureau ?
— Dans la police, on n'aime pas trop voir des journalistes fouille-merde, suffisants et qui - puent l'après-rasage fouiner un peu partout dans nos locaux. Voila pourquoi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Ichirin-No-HanaIchirin-No-Hana   20 février 2017
- Vous savez, répondit Wolf qui s'exprimait pour la première fois depuis des semaines - le timbre de sa voix lui parut d'ailleurs étrange-, j'apprécie votre opinion, mais je l'aurais estimée à sa juste mesure si je ne vous avais pas vu toute la matinée en train de marmonner au-dessus d'un bol de céréales.
- Un homme qui croit en Dieu doit savoir faire la différence entre marmonner et prier, s'offensa Joel.
- Et un homme sain d'esprit doit savoir faire la différence entre un bol de Coco Pops et le dieu qu'il vénère, ironisa Wolf.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
Souri7Souri7   16 février 2017
Vous voulez faire le bien, mais vous ne le pouvez pas à moins d'être aux commandes. Vous ne pouvez conserver le pouvoir sans les votes, et vous ne pouvez obtenir ces votes qu'en donnant satisfaction à l'opinion publique. Mais parfois, donner satisfaction à l'opinion publique nécessite de sacrifier le but que vous aviez entrepris de mener à bien. Quel jeu étrange que la politique.
Commenter  J’apprécie          190
Videos de Daniel Cole (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Daniel Cole
SMEP 2017 : Rencontre avec Sandrone Diazeri et Daniel Cole
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Ragdoll" de Daniel Cole.

Quel est la partie manquante du corps de Naguib Khalib ?

sa jambe droite
son bras gauche
sa tête

10 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Ragdoll de Daniel ColeCréer un quiz sur ce livre
. .