AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266290185
Éditeur : Pocket (08/11/2018)

Note moyenne : 3.63/5 (sur 102 notes)
Résumé :
Polly Waterford ne voit pas le temps passer… Sa petite boulangerie l'occupe du matin au soir, au désespoir d'Huckle, son compagnon, qui rêve de profiter d'une simple grasse matinée avec elle. À l'approche des fêtes de fin d'année, Huckle rêve aussi d'un Noël en amoureux, bien au chaud dans leur grand phare, avec leur petit macareux Neil.
Mais quand Kerensa débarque à Mount Polbearne pour dévoiler à sa meilleure amie un terrible secret sur son passé, Polly voi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (50) Voir plus Ajouter une critique
Elodieuniverse
  22 janvier 2019
J'ai, tout d'abord, beaucoup aimé le décor de ce livre, un décor qui donne envie de lire calfeutrer bien au chaud sous la couette. L'île, les Cornouailles, le vent et la mer... Mais, c'est un livre qui donne aussi envie de gourmandises, de déguster du pain d'épice, des tortillons au fromage, du bon pain... Il est parfait à lire en période hivernal. le style de Jenny Colgan est simple, sans fioritures. Je n'ai qu'un seul regret c'est que l'intrigue se déroule plus avant Noël que pendant comme le suggère le titre. Polly est, quant à elle, un personnage drôle, généreux, attentif à ce qui l'entoure... J'ai passé un bon moment de lecture. Me laissera-t-il un souvenir impérissable? Je ne sais pas... (...)
Ma page Facebook Au chapitre d'Elodie
Lien : http://auchapitre.canalblog...
Commenter  J’apprécie          240
agrume
  24 novembre 2017
J'ai bien aimé ce roman léger sur fonds de fête Noel, c'est un roman reposant. C'est de la chicklit dans la veine de l'accro du shopping. J'ai trouvé la couverture du livre et le dessin de Kanako très sympa.
J'utilise le mot léger car les drames sont loin d'être de vrais drames. le drame qui secoue Polly et son compagnon, est lié aux incartades et à la grossesse d'une de ses amies. Je ne me sens pas visé par ce drame car pour moi il y a des choses plus graves que d'avoir un bébé métisse issu d'une aventure d'un soir. Dans les romans de Chicklit tout parait trop beau, trop facile, trop léger. Un peu trop éloigné de la vraie vie... Même l'histoire avec le macareux est irréelle. J'ai bien aimé ce livre mais je crois que je n'ai pas réussi à en profiter pleinement. Un roman à lire au coin du feu avec une bosse tasse de chocolat chaud en cas de petite déprime saisonnière.

Q: C'est la suite des aventures de Polly Watterford, le tome 3. Vous êtes une auteur francophone ou francophile?
J : Francophile. Je suis née en écosse mais j'ai vécu sur la côte d'Azur.
Q : Vous avez écrit plusieurs comédie romantique "rendez-vous au café" et aussi de la science fiction avec docteur who. D'où vient votre gout pour l'écriture, votre envie d'écrire ?
J : J'ai beaucoup lu, je cherchais un métier proche et du coup écrivain ca s'en rapprochait , je viens d'un petit village d'Ecosse, peu connecte, j'ai écrit a 25/26 ans et j'ai envoyé à une maison d'édition. Lorsqu'on écrit on pas besoin de connaitre quelqu'un pour éditer et puis on sait tout de suite si un livre est bien, on a pas besoin d'être aller à l'école pour bien écrire ni d'etre BCBG.
Q : Comment écrire cette série ?
J : En Cornouailles on notre mont Michel, aussi accessible 2 heures par jour, et j'ai une fascination pr les habitants dans les îles, avant le bateau c'était mieux pour se déplacer que la voiture
Q : Pourquoi l'héroïne plaque tout ?
J: Mon mari est matelot, il voyage beaucoup, c'est difficile au début mais plus après au bout de plusieurs fois (sous entendu les déménagements ne sont plus difficiles, on s'y habitue)
J'ai eu un poste fixe dans un bureau (hôpital) mais je préfère créer c'est plus enrichissant
Q: Pourquoi inscrire cette série dans une petite communauté ?
J: Qui est né dans une petite ville ou un village? Moi, je suis né dans un petite village d'Ecosse ou tout le
monde se connait, chacun sait ce que l'autre fait, rien n'est privé. A 16 ans j'ai été à Edimbourg, puis Londres etc... Londres c'est comme Paris, on y est invisible.
Dans un village on est tranquille en sécurité, il y a 1300 personnes, une boulangerie, un médecin, une pharmacie, tout le monde se connait, les gens s'entraident.
Q: Vous saviez que vous alliez faire une trilogie ?
J: J'aime écrire des romans avec une introduction qui n'est jamais publiée une ou deux crises, le sujet de noël que j'adore, plein de familles, de choses intéressantes et de disputes. Si dans la romance après trois histoires si il y a encore des problèmes il y a un soucis.
Q: Vous aviez déjà les grandes lignes?
J: Non
Q: C'est un thème important l'adultère ? Plus sérieux que les autres ?
J: la première page du roman était trop triste, j'ai ajouté le macareux. C'est le plus populaire des personnages.
Q: Doit-on le lire comme une morale ?
J: C'est difficile. Noel représente le bonheur en famille, être avec ses proches. Je suis retournée en Ecosse car ma mère était malade et elle est décédée.
Q: Pourquoi avoir choisi ce lieu ? Est-ce un lieu fictif? Réel?
J: C'est dans une banlieue proche de londrès. Je n'écris plus sur des endroit réels car sinon les individus se vexent, pour mon dernier roman sur une ile d'Ecosse, ca a été le cas avec des remarques sur un oiseau qui n'existait pas dans telle région. Maintenant je ne suis plus précise par rapport à la location. Je n'ai pas besoin d'être sur place pour écrire, tous les jours, j'écris chez le boulanger, dans une boulangerie ou elle a écrit, ils ont mis ses livres en vitrine.
Q: le bruit ne vous déconcentre pas dans un café? Pour écrire ?
J: Non, j'écris très bien partout, je prends le TGV 3000 mots en 5h pour écrire c'est parfait. Une fois j'ai été au cinéma avec mes enfants pour écrire, j'écrivais au fonds de la salle. Il faut prendre le temps pour écrire, comme refuser les activités des parents d'élèves.
Q: Est-ce qu'une de vos histoire se déroule à Paris ou en France ?
J: J'ai déjà fait la chocolaterie à Paris mais les anglais/américains rêvent plus d'aller en Ecosse que d'aller en France, c'est plus exotique pour eux.
Q: Vos romans naissent d'une ambiance croisé ?
J: Oui, de mes souvenirs d'enfances en Cornouailles.
Q: Un mot sur les personnages ? Ils arrivent rapidement où est-ce que le développement des personnages prend du temps. Je trouves en premier le métier des personnages. J'écris le premier chapitre et j'expérimente , le premier chapitre n'est jamais publié, je trouves la ligne de l'histoire
Q: Vous écrivez sur ces personnages hors du livre ?
J: Oui je décris d'abord le personnage principal et ensuite sa famille et ses amis
Q : Pourquoi vos personnages principaux ont un caractère positif?
J: J'aimerais être plus comme Polly.
Q : Vous travaillez vos second rôles avec autant de rigueur?
J: J'ai un dossier avec des photos d'acteurs qui peuvent m'inspirer pour des personnages.
Q: Quel est votre perso préférée en dehors de Polly ? En personnage secondaire ?
J: Son premier mec, car il peint son magasin même si i la cassé avec elle. Il est gentil. On oublie les gentils.
Q: Qu'est-ce que vous aimez lire? Qu'est-ce qui vous as inspiré ?
J: J'aime beaucoup les livres de Sophie Kinsella, qui est une amie. Et Jojo Moyes. (Je ne suis pas sure d'avoir entendu le bon nom). J'adore les non fiction comme le casse du siècle de Michael LEWIS. Et voir des films
Q: Est-ce qu'il y aura des films ?
J: Peut-être sur Netflix mais ce sera compliqué pour faire Neill le macareux.
L'auteur a raconté une anecdote sur les macareux et sur le dessin sur le premier livre qui ressemble plus à un pingouin(Puffin).
Q: Pourquoi écrire sur Noël ?
J: Au Royaume-Uni c'est énorme, on met deux mois pour préparer les fêtes, en France moins, en Nouvelle-Zélande tout le monde va à la plage. En Ecosse on réserve dans des restaurants longtemps à l'avance, comme il y a peu de lumières, les illuminations de Noel et les fêtes sont importantes. C'est joyeux.
Q: Vous aimez écrire des dialogues? (Je pense que j'ai pas du bien comprendre la question)
J: En France, vous parlez de doudou, j'écris aussi des livres pour enfants avec Polly et Neill.
Des livres facile à lire.
Q: Vous avez envisager d'ouvrir une boulangerie ? Il y a beaucoup de recettes dans vos livres.
J: Non, jamais c'est trop difficile. Il y a ¾ dans le cupcake café ouvert, mais c'est trop de responsabilités d'avoir une salle avec l'hygiène et la sécurité, elle a fait une partie des recettes des livres et des cafés ouverts, la recette de la galette vient d'une de ses amies. Elle a vu des photos des recettes de ses livres sur Instagram. En France, il y a plus de préparation, elle fait la cuisine surtout pour ces enfants, des recettes faciles. Il y a une pâtisserie française à Edimbourg. On a discuté des galettes des rois.
Q: C'est fini avec cette trilogie ? On ne la retrouvera plus ? Ou peut-être plus tard ?
J : Dans mon premier roman, Polly parle à quelqu'un Jean. Personnage qui a disparu car au début du livre, Polly a 80 ans et parlait du passé/futur et elle quittait le phare et un des personnages a rendez-vous au cupcake café.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MissSherlock
  21 novembre 2018
En me promenant dans ma librairie, j'ai vu avec joie que les livres de Noël étaient installés. Me sentant d'humeur lutine, j'ai fait une razzia sur les contes et sur la fameuse Petite boulangerie.
Je n'ai pas lu les précédents tomes mais la quatrième de couverture de cet opus était alléchante. J'avais envie d'une lecture légère me préparant doucement à la joie des Fêtes. Pour être léger, c'est léger !
Dès les premières pages, je me rends compte que je ne vais pas me froisser un neurone en lisant le roman. le style est plat, le vocabulaire pauvre. J'ai eu l'impression de lire de la littérature jeunesse. Et encore, certains bouquins jeunesse sont mieux écrits.
Les personnages sont à peine esquissés, leur personnalité est indigente. Au bout de trois romans, c'est fort de café (à la noisette, évidemment). L'auteur aligne les clichés aussi bien sur les personnages que sur les situations qu'ils vivent. Et tout est cousu de fil blanc, j'ai senti venir la fin à des kilomètres. Il n'y a aucun suspense.
C'est dommage parce que l'auteur aborde des sujets intéressants comme les conséquences de nos choix, la facilité de jugement, le poids de nos erreurs ou encore l'héritage familial. Avec des personnages plus travaillés et un style plus riche, le Noël à la petite boulangerie aurait pu être un très bon roman.
Là c'est seulement moyen. Je ne vais pas dire que je n'ai pas apprécié l'ambiance des Fêtes, les paysages de Cornouailles et Neil, le petit macareux, ça serait mentir. Et je me suis même parfois sentie émue mais l'ensemble est trop léger à mon goût. Et la fin est mièvre. Autant le corps du roman est mangeable autant la fin est indigeste.
Ma première rencontre avec Jenny Colgan n'est pas mémorable et je pense en rester là avec ses boulangeries petites ou grandes et ses cupcakes.
CHALLENGE LE TOUR DU SCRABBLE EN 80 JOURS
CHALLENGE MONOPOLY
CHALLENGE DES 50 OBJETS
CHALLENGE LES DÉDUCTIONS ÉLÉMENTAIRES
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          156
prune42
  26 mars 2018
Quelque temps a passé depuis que Polly Waterford s'est installée à Mount Polbearne, petite île des Cornouailles, comme boulangère. Elle habite avec Huckle son petit ami, dans le phare de l'île en compagnie de leur macareux rescapé, Neil. Sa meilleure amie Kerensa lui apprend tardivement qu'elle attend un bébé mais elle ne semble pas être épanouie comme elle le devrait. Kerensa finit par révéler son secret à Polly. Parallèlement, Polly et Huckle connaissent des désaccords devant l'insistance du jeune homme qui voudrait concrétiser leurs projets à deux. Et quand Polly découvre l'existence de son père alors que pendant toutes ces années, elle ignorait qui il était, c'est un troisième bouleversement qui l'attend.
J'ai gagné ce roman à un jeu concours et ayant vraiment pris beaucoup de plaisir à lire les deux premiers tomes de la petite boulangerie du bout du monde, j'étais ravie de découvrir ce troisième volume. Je dois reconnaître malheureusement que j'ai moins aimé celui-ci aux deux autres.
J'ai trouvé que l'intrigue mettait un peu de temps à démarrer et les personnages sont aussi moins mystérieux car on les connaît bien mieux à présent.
Une part nettement moins grande est donnée à Neil, le macareux, c'est dommage car il apportait beaucoup de douceur et d'humour à l'histoire.
Le couple Polly/Huckle est aussi un peu évincé par celui de Kerensa et de Reuben alors que ce couple est moins attachant que celui de notre héroïne.
On retrouve moins aussi l'atmosphère de petit village britannique si bien dépeinte dans le premier volume, je le regrette car on voyage moins avec ce Noël à la petite boulangerie que précédemment et j'ai nettement moins retrouvé ce charme que j'aimais tant précédemment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
saphoo
  17 novembre 2018
Une lecture détente à l'approche de Noël, on se met doucement dans l'ambiance.
Autant les deux premiers opus, j'ai apprécié l'ambiance du village, le parcours difficile de la petite boulangerie, autant j'ai été exaspérée par la richesse dégoulinante de Reuben et tout le fouinfouin autour de la grossesse de son épouse. Sans grand intérêt il faut bien le dire.
J'ai apprécié retrouver Neil même si ses passages sont très succincts dans ce dernier tome.
Je pense que le troisième tome s'essouffle quelque peu, et il y a beaucoup de broderie autour d'un grand drap blanc pour pas grand chose.
Malgré tout, c'est une lecture apaisante mais que j'oublierai très vite.
Commenter  J’apprécie          140
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
AzilisAzilis   08 janvier 2019
Cette histoire se déroule au moment de Noël, mais elle trouve en réalité ses racines au printemps précédent, avec un « événement très fâcheux ».
Commenter  J’apprécie          00
migdalmigdal   12 novembre 2017
- Oubliez ma mère, rétorqua Polly, qui tremblait de colère.
Comme lui l'a fait. Expliquez-moi. Qu'est-ce qu'il vous a dit ?

- Que c'était une aventure d'un soir. Il était VRP. Il m'a dit que c'était arrivé comme ça... (Carmel jeta un coup d'œil à Polly.) Nous nous sommes maries très jeunes. Il partait en déplacement. Sa famille... Ils n'ont pas accepté au départ qu'il m'épouse. Les choses étaient un peu différentes à l'époque.

Polly acquiesça d'un signe de tête.

- Il s'est rangé, vous savez. Après les enfants. Simplement, il s'était marié jeune, il était bel homme, et les occasions ne manquaient pas...

Carmel donnait l'impression de chercher à se convaincre.

- Ma mère n'était pas une « occasion », s’offusqua Polly, avec une colère à peine dissimulée.

Le personnel soignant et les patients devaient contourner les deux femmes, figées au milieu du couloir.

Carmel haussa les épaules.

- Non. Non. Je vous demande pardon. Je m'exprime mal encore une fois. Vous avez raison. C'était que... Je suis sincèrement désolée. Je crois que ce sont des choses qui arrivent tout simplement.

- Vous voulez dire que je suis une chose qui arrive ?

- Oh la la !, se lamenta Carmel. Je ne fais qu'empirer les choses. Pardon. Vous devez comprendre que cela a été autant un choc pour moi que pour vous. Et quand il vous a aperçue dans le journal... Il était déjà malade, il a poussé le plus grand soupir qui soit. Comme si c'était un poids sur sa poitrine. Je n'ai jamais vu personne se confondre autant en excuses.

Polly cligna des yeux, prise de colère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
prune42prune42   26 mars 2018
Le souci (...) c'était qu'on estimait toujours avoir le temps devant soi- celui de ressouder les relations brisées ; de faire tout ce pour quoi on pensait trouver le temps ; de tout terminer de belle manière.
Or, la vie ne fonctionnait pas du tout ainsi. Les choses suppuraient des années durant. Ce qui devait être oublié ne l'était jamais. L'amertume devenait un trait permanent de la vie des gens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
tiph85tiph85   02 janvier 2018
Parce que le souci, supposa-t-elle, c'était qu'on estimait toujours avoir le temps devant soi - celui de ressouder les relations brisées ; de faire tout ce pour quoi on pensait trouver le temps ; de tout terminer de belle manière.
Or, la vie ne fonctionnait pas du tout ainsi. Les choses suppuraient des années durant. Ce qui devait être oublié ne l'était jamais. L'amertume devenait un permanent de la vie des gens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Mousse174Mousse174   30 décembre 2018
On est capable d’envoyer des avions et des fusées dans l’espace d’identifier un criminel à partir d’un cheveu ou d’une minuscule particule de peau, de créer une tomate qui reste trois semaines au réfrigérateur sans prendre une ride, de faire tenir dans une puce microscopique des milliards d’informations.
On est capable de laisser mourir des gens dans la rue.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Jenny Colgan (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jenny Colgan
Gérard part en live #5
autres livres classés : BoulangerieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La petite boulangerie du bout du monde - Jenny Colgan

Le personnage principal s'appelle...

Neil
Polly
Reuben
Gillian

20 questions
50 lecteurs ont répondu
Thème : La petite boulangerie du bout du monde de Jenny ColganCréer un quiz sur ce livre
.. ..