AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782246816300
48 pages
Grasset Jeunesse (14/11/2018)
4.29/5   166 notes
Résumé :
Adaptation jeunesse de la partie indienne du best-seller La tresse, ce bel album graphique et lumineux nous raconte la traversée de l'Inde de la petite Lalita et de sa maman Smita, nées dalits, intouchables.
Une formidable histoire de vie, de rébellion, de croyance et d'espoir, magnifiquement mise en images, qui ouvre la réflexion sur les différences sociales, la condition féminine et l'accès à l'éducation.
Que lire après La tresse ou le voyage de LalitaVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (46) Voir plus Ajouter une critique
4,29

sur 166 notes
5
24 avis
4
15 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
0 avis
Ce que nous avons ressenti:


***Surprise!
J'ai été très intriguée de voir adapté en album jeunesse, le roman La tresse de Laetitia Colombani. J'étais passé à côté, jusqu'à maintenant, de ce succès littéraire, et c'est finalement cette parution chez Grasset Jeunesse, qui m'aura amené vers cette lecture Coup de Coeur! En voyant cette illustration de Mère/Fille, je voulais absolument faire cette lecture avec la mienne, Jazzelfique, car j'ai senti qu'il y aurait un certain impact pour nous deux…Et quelle intuition! J'ai donc découvert en premier lieu, La Tresse ou le voyage de Lalita et de Smita, deux indiennes Dalit, et j'ai eu un choc en découvrant le sort des Intouchables. Et, c'est comme cela que j'ai été courir me prendre le roman dont est tirée cette fameuse tresse…C'est important d'avoir aussi en jeunesse des histoires engagées telle que celle-ci, pour éveiller la jeune génération, au monde et ses différences, à de nouveaux horizons et de nouvelles croyances, à des problèmes majeurs et à l'espérance…

Dans peu de temps, elle pourra à nouveau les tresser.

***Bouleversant…
J'ai eu une peine immense en lisant certains passages, et pourtant, c'est un voyage nécessaire à faire découvrir, pour que les enfants comprennent la chance de pouvoir aller à l'école, en toute quiétude. Apprendre et savoir est un privilège qui reste encore un combat à gagner dans certains pays…On ne se rend pas compte à quel point, le chemin vers l'école peut être semé d'embûches…Mais Smita et Lalita se révèlent être un duo courageux, qui donneront, je l'espère, un élan d'espoir à d'autres. Elles vont fuir leurs conditions de vies atroces et grâce à leur foi et leur amour réciproque, effectuer un cheminement intérieur et un voyage risqué à travers l'Inde pour se donner les moyens d'avoir un avenir plus radieux. C'est un album très touchant, et j'ai beaucoup aimé la fin que nous propose l'auteure beaucoup plus douce et d'une certaine légèreté. Admirable, ce duo de mère/fille!

Alors elle désigne l'école et dit simplement: Va.

***Merveille…
Cet album est une petite merveille! On découvre donc, l'Inde et ses castes, une autre culture et tout un folklore fait de couleurs vives et de formes pétillantes. Grâce à la sensibilité et au travail fabuleux d'illustratrice de Clémence Pollet : Que de vie et de beauté dans ses pages! Déjà, Laetitia Colombani m'avait touchée avec son roman tressé de destins féminins, mais avec cette collaboration pour le public Jeunesse, il a été, sublimé. Il est vecteur de tant de jolies valeurs et en même temps, si lumineux, que c'est un coup de coeur Mère/Fille…

Magnifique! Indispensable!

Lalita ne sait pas que sa tresse va faire un long voyage.



Notre note Plaisir de Lecture 10/10
Lien : https://fairystelphique.word..
Commenter  J’apprécie          420
Lorsque j'ai lu La tresse, voilà quelques temps, ma fille me demandait de lui raconter de quoi le roman parlait. Je lui racontais donc, au fil de ma lecture, l'aventure de Lalita et sa maman, les latrines à nettoyer, les rats à manger, l'injustice d'être "mal née", l'interdiction d'aller à l'école... Je trouvais vraiment intéressant de lui apporter cette vision d'un monde injuste, qui existe au-delà de nos frontières.

Aussi, quelle ne fut pas ma surprise- agréable, il va sans dire- de découvrir que la partie indienne du roman de Laëtitia Colombani avait été adaptée pour les enfants sous forme d'album !
Je me suis donc empressée de l'offrir à ma fille et d'en partager la lecture avec elle.

Si l'histoire est respectée et le vocabulaire adapté aux plus jeunes, la condition de ces petites filles Dalit et l'ampleur des risques pris par Smita pour voir un jour sa fille scolarisée et échapper à sa condition ne sont malheureusement que survolées. C'est dommage, car c'est là, je crois, l'intérêt du livre : remettre l'école et l'éducation sur le haut de la pyramide des besoins. Faire comprendre à nos enfants que l'école est une CHANCE IMMENSE, que certains risquent leur vie pour pouvoir y aller. Comme Lalita, comme Malala. Parce que l'école est le seul moyen de s'extraire d'une condition, car elle permet aussi d'allonger l'espérance de vie !

Dommage également d'avoir écarté les parties sicilienne et canadienne du roman originel. Les trois histoires, liées entre elles comme une tresse, c'était là encore une grande réussite que j'aurais aimé retrouver dans l'album...

J'ai beaucoup apprécié les illustrations très colorées, qui rendent bien la culture de ce pays chamarré.

Cet album est une vraie belle idée, portée par des graphismes simples et colorés. A mettre entre les mains des plus petits. Pour les enfants à partir de 8 ans, l'histoire aurait gagné à être étayée.
Commenter  J’apprécie          110
Un très bel album jeunesse adapté du roman La tresse de Laëtitia Colombani, ou plus exactement, d'une partie du roman. Pour ceux qui ont lu le roman, on trouve trois destins de femmes qui s'entremêlent d'un chapitre à l'autre comme les mèches d'une tresse. Ici c'est l'histoire de Smita et de sa fille Lalita qui a été choisie dans le but de faire découvrir aux plus jeunes le triste sort réservé aux femmes en Inde, en particulier quand elles appartiennent à la caste des Intouchables. Smita a un travail très difficile et dégradant qui consiste à vider les latrines des Indiens des castes supérieures. Son mari, quant à lui, est chasseur de rats. Leur vie est très dure mais Smita a tout de même économisé pour convaincre le Brahmane, l'instituteur du village, d'accepter sa fille Lalita à l'école. Elle veut que sa fille apprenne pour qu'elle puisse échapper à la malédiction familiale qui veut qu'on vide les latrines de mère en fille. Malheureusement si le Brahmane prend l'argent et accepte la fillette c'est pour mieux l'humilier après…elle reste une Intouchable à ses yeux. En dépit du danger, Smita prend alors la décision de quitter le village avec Lalita pour chercher une vie meilleure ailleurs. Elle se met sous la protection du dieu Vishnou, le dieu à quatre bras des Hindous, et lui promet d'aller lui faire une offrande s'il les protège dans leur fuite. Smita et sa fille traversent l'Inde dans des bus et des trains bondés, elles arrivent au temple de Vishnou et lui font la seule offrande à leur portée : leurs belles chevelures. J'étais un peu réticente au début car j'avais peur que l'histoire de Lalita soit trop dure pour des enfants mais l'auteur a su lui donner une fin heureuse (non présente dans le roman) pour la rendre accessible à un public plus jeune. Par ailleurs les illustrations sont très colorées et très belles. Un bon moyen d'aborder la vie difficile en Inde avec les enfants (qui ont du mal à réaliser qu'une caste des Intouchables puisse réellement exister à notre époque).
Lien : http://monpetitcarnetdelectu..
Commenter  J’apprécie          110
Voici l'album jeunesse dérivé du livre du même titre, "La tresse", dans lequel seule l'une des trois histoires est utilisée. En effet, dans le roman, il y a trois histoires pour trois protagonistes: Sara, Guilia et Smita. Seule cette dernière est présentée.

Smita est une "Intouchable", qualificatif de la plus basse extraction sociale en Inde. Condamnés par leurs pairs des classes sociales supérieures aux plus basses besognes et à se nourrir de restes, ces gens n'ont pas accès à la plupart des droits humains, dont l'un des plus fondamentaux: l'éducation. Mais Smita veut voir sa fille scolarisée pour lui offrir de meilleurs chances d'avenir. Mais les choses ne sont pas simples:Smita a payé le professeur local pour prendre Lalita dans son école, mais celui-ci considère la petite indienne comme une enfant de moindre importance et lui ordonne de balayer le sol de la classe. Lorsque Lalita refuse, elle est battue. Sa mère comprend alors que sa fille ne sera pas scolarisée comme le sont les autres enfants et décide alors de fuir. Elle entreprend une longue route avec sa petite fille vers une ville où des cousins pourraient les accueillir. Si elles y parviennent, Smita promet d'offrir leurs cheveux en offrande à Vishnou, un Dieu Indien hautement important, afin de les remercier pour leur protection. Offrir ses cheveux est monnaie courante pour ceux qui n'ont aucuns biens à offrir. Et éventuellement, le mari de Smita les rejoindra.

Parenthèse: Évidemment, cette version passe sous silence tous les dangers auxquels ont été confrontées les deux indiennes, à commencer par le risque d'être rattrapées par les membres de leur communauté, violées puis tuées. Les Intouchables n'ont pas le droit de partir comme bon leur semble et ne sans doute pas très loin de l'esclavage. S'il est entendu qu'on ne touche pas et qu'on en regarde pas un "Intouchable", dans les faits, les femmes sont très fréquemment victimes d'actes répréhensibles contre leur personne. Donc, Smita et Lalita, dans cette histoire, mettent leur vie en danger en fuyant leur village. Et dans le roman, le père de Lalita ne les rejoins pas et on ne sait pas s'il a payé la fuite de son épouse. Finalement, si vous vous pose la question, sachez que le don de cheveux que feront Lalita et Smita ne se termine pas à ce temple où elles l'ont fait...lisez le roman pour connaitre la suite!

Donc, dans cette version édulcorée, on comprend surtout la partie du don de cheveux et la morale derrière: "Sois reconnaissant des bonnes choses qui t'arrive". Mais même adoucie, cette version n'en demeure pas moins pertinente, choquante et à saveur féministe. Pour nos petits Lecteurs/Lectrices québecois(es), c'est le genre d'album qui permet un éveil de conscience sur le monde et une prise de conscience sur les privilèges dont nous jouissons dans notre pays de droits et d'égalité. Ce ne sont pas tous les enfants qui pourront aller à l'école. Ce ne sont pas tous les enfants qui pourront aspirer à mieux. Certains seront éternellement brimés de part leur ascendance sociale, comme le sont les Intouchables. Bref. Un livre qui a toute une pertinence!

Un très bel album avec le riche colorie typique de l'Inde et une belle histoire d'une maman très courageuse et altruiste.
Commenter  J’apprécie          10
De toute évidence, l'auteure Laetitia Colombani s'est trouvée complètement habitée par son aventure culturelle, "la Tresse", un vrai succès littéraire.

C'est à un point telle qu'elle s'est sentie presque le devoir, a t-on l'impression, de la porter à une autre catégorie de lecteurs, les jeunes générations.

Il est rare de trouver des adaptations passant du roman adulte à l'album jeunesse.

Au vue du résultat, nous ne pouvons que saluer l'initiative.



Soutenue par les illustrations lumineuses et douces de Clémence Pollet, l'auteure nous raconte le destin d'une petite fille au contexte moins sucré, ingrat même.

Cette tresse de cheveu est un lien évocateur de délicatesse et d'élégance, de tradition aussi puisqu'on nous le dit, les jeunes filles d'Inde peuvent décider de conserver les cheveux d'enfance et favoriser une chevelure longue et interminable.

Oui, l'action se déroule en Inde et l'auteure nous fait entrer dans la Tradition et la complexité sociétale, la famille de la jeune héroïne, Lalita, fait partie d'une caste difficile, celle des Intouchables.

Leurs ancêtres et leurs descendants seront à jamais marqués par la disgrâce, ne devront être touchés en aucun cas par les autres et ne seront promus socialement que pour des tâches dites "impures".

Bigre!

" Smita a un grand rêve: que sa fille entre à l'école, pour apprendre à lire, à écrire, à compter. Elle voudrait que Lalité puisse choisir son métier, qu'elle ne soit pas obligée, comme elle de vider les toilettes des fermiers.".

Les jeunes lecteurs réaliseront que ce qui est obligatoire au quotidien de leur société ne l'est pas partout et le récit, évidement, met en avant cette chance.

Mais peut-on changer l'ordre des choses, braver les traditions, même pour une chose aussi simple?

La réponse sera dure et sans appel.

Ca sera le début d'une nouvelle aventure pour Lalita.

Va où les vents te portent.



Nous restons à chaque page transportés par les panoramas de couleurs, le Fuchsia est prédominant, ce filtre nous maintient dans une dimension agréable de l'aventure, avec le voyage de Lalita, nous voyageons également, dans sa culture et ses paysages.

C'est une fiction positive qui ne contre pas la tradition mais qui évoque le troisième choix, pour ceux et celles qui le souhaitent.

C'est un chouette roman illustré accessible et qui parle des choses avec simplicité et sans pathos.

A découvrir.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
« Lorsqu’elle rentre le soir, Smita trouve sa fille recroquevillée dans la cahute. Son sari est déchiré (…) « Le maître voulait que je balaye devant les autres. J’ai dit non. Alors il m’a frappée avec sa baguette en jonc ». Smita a le souffle coupé. Elle prend Lalita dans ses bras, et la serre aussi fort qu’elle peut.
Il faut partir, confie Smita à son mari. Elle refuse que sa fille soit à nouveau battue. On dit qu’au bord de la mer, à l’autre bout du pays, une école pour les enfants intouchables a été créée. Là-bas, Lalita serait bien traitée, elle apprendrait à lire et à compter. »
Commenter  J’apprécie          10
Des torrents de pèlerins descendent sur le quai, chargés de couvertures, de bagages, de timbales en métal, de provisions de fleurs, d'offrandes, des enfants dans les bras, des vieillards sur le dos. La gare ressemble à une fourmilière où s'agitent des milliers d'insectes.
Commenter  J’apprécie          30
Alors elle désigne l'école et dit simplement: Va.
Commenter  J’apprécie          130
Lalita ne sait pas que sa tresse va faire un long voyage. 
Commenter  J’apprécie          100
Dans la classe, Lalita est intimidée. Le Brahmane lui demande d'approcher, et lui tend un balai : elle est une Intouchable, elle doit nettoyer la salle devant les autres enfants. La petite fille est terrifiée.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Laetitia Colombani (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laetitia Colombani
C à vous https://bit.ly/CaVousReplay C à vous la suite https://bit.ly/ReplayCaVousLaSuite — Abonnez-vous à la chaîne YouTube de #CàVous ! https://bit.ly/2wPCDDa — Et retrouvez-nous sur : | Notre site : https://www.france.tv/france-5/c-a-vous/ | Facebook : https://www.facebook.com/cavousf5/ | Twitter : https://twitter.com/CavousF5 | Instagram : https://www.instagram.com/c_a_vous/ Invitée : Laetitia Colombani - Réalisatrice • “La Tresse”, un hymne au courage des femmes • “La Tresse”: le best-seller adapté au cinéma
autres livres classés : intouchablesVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus



Lecteurs (320) Voir plus



Quiz Voir plus

La tresse - Laëtitia Colombani

De combien de mèches de cheveux se compose une tresse classique ?

Deux
Trois
Quatre

10 questions
737 lecteurs ont répondu
Thème : La tresse de Laetitia ColombaniCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..