AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9791033904717
384 pages
Éditeur : Harper Collins (26/08/2020)
3.18/5   50 notes
Résumé :
Années 1930. Kath Ella refuse de suivre son destin tout tracé de fille de couleur et quitte Africville, un quartier fondé par d'anciens esclaves en Nouvelle-Écosse, au Canada. Après une histoire d'amour marquée par le deuil, elle donnera naissance à un fils, Omar, qui sera rebaptisé Étienne.
Années 1960. Étienne, dont la pâleur lui permet de passer pour un Blanc, vit en Alabama. Il est déchiré entre ses racines noires et la peur de perdre la vie qu'il est en ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (44) Voir plus Ajouter une critique
3,18

sur 50 notes

Kirzy
  22 décembre 2020
C'est le genre de roman qui avait tout pour me séduire, une saga courant de 1918 à 1992, retraçant les destins de trois générations d'une famille afro-canadienne originaire d'une colonie de Nouvelle-Ecosse fondée au XVIIIème siècle par des esclaves rebelles, fugitifs ou affranchis venant des Caraïbes ou du Sud des Etats-Unis. Les premiers chapitres sont prometteurs, centrés sur Kath Ella, jeune fille brillante qui a l'ambition d'intégrer une université grâce à une bourse, parcours très difficile lorsqu'on est noire dans les années 30, même au Canada. On sent toute la sincérité de l'auteur à décrire Africville et à présenter la vie des Noirs au Canada, thématique dont la littérature s'est moins emparée que son versant états-unien.
Mais voilà, une fois que Kath Ella passe le relais narratif à son fils puis à son petit-fils, j'ai décroché et sans avoir ressenti un réel allant pour le personnage initial qui m'a seulement intéressé à défaut de me faire vibrer. le récit se transforme en fouillis d'anecdotes peuplées de personnages secondaires qui surgissent sans qu'on sache trop d'où. Les nombreux flashbacks ajoutent à cette confusion là où ils auraient pu être une exploration de la façon dont le temps et les migrations peuvent changer une famille et l'expérience raciale. Jamais ils ne complètent les personnages principaux pour leur apporter une réelle épaisseur psychologique alors que ce qu'ils vivent est passionnant : le « passing » pour le fils qui profite de sa couleur de peau très claire pour se faire passer pour blanc et renier toute sa famille ; la confrontation aux origines pour le petit-fils qui découvre qu'il a du sang noir et décide d'assumer cet héritage.
J'ai souvent eu la sensation que les différentes intrigues appartenaient à plusieurs livres indépendants, comme si Jeffrey Colvin, écrasé par son ambition initiale, peinait à colmater ses récits en un seul, fluide et prenant. Je le regrette vraiment car les variations autour de l'appartenance tenace à un lieu, une histoire et une communauté pouvaient donner lieu à un magnifique roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1018
enjie77
  16 septembre 2020
Jeffrey Colvin a effectué vingt années de recherches pour mener à bien son projet littéraire. Ce dernier se voulait particulièrement intéressant et instructif : mettre en lumière la petite communauté urbaine afro-canadienne du quartier d'Africville, située pas très loin d'Halifax en Nouvelle-Ecosse. Fondée au milieu du 18ème siècle par des descendants d'esclave affranchis voire des Marrons et d'autres personnes originaires de la Jamaïque, ce livre possédait tous les atouts pour captiver l'attention de celle ou de celui qui s'intéresse à l'histoire de ses semblables.
L'Histoire débute en 1930 à Africville. A cette époque, les femmes noires ne peuvent prétendre qu'à des emplois de domestique, quant aux emplois des hommes, ce n'est guère mieux. La vie pourtant s'organise sans l'eau courante, sans l'électricité mais un grand sens de la solidarité comme des commérages structure ce village. La petite communauté prie à l'église baptiste tenue par le révérend Steptoe. Aucun service public ne dessert Africville, bien au contraire, c'est à Africville que se construisent un abattoir, un dépôt d'ordures, en un mot, tout ce que ne souhaite pas supporter la communauté blanche.
Kath Ella Sebolt naît en 1918. Dès son plus jeune âge, elle désire ardemment enseignée, il n'est pas question que sa destinée s'arrête à Africville. Devenue femme, Kath Ella se retrouve enceinte de son flirt Omar qui décède dans un accident de camion. Seule avec son petit garçon à la peau blanche, prénommé Omar, elle fait la connaissance, à Montréal, de Timothée, canadien blanc et si j'ai bien compris d'origine italienne, qui adopte l'enfant sous le nom d'Etienne Omar Georges Peletier. C'est le récit de cette lignée sur trois générations que nous relate l'auteur. le lecteur suit ensuite l'existence d'Etienne qui se passe aux Etats-Unis, en Alabama, juste au moment où le combat pour les droits civiques des noirs fait rage. Adepte du « passing », (se faire passer pour blanc lorsque l'on est noir). Il efface de sa mémoire sa branche maternelle. Il donne naissance à Warner qui lui, découvrant ses origines, part en quête de son identité et cherche à se réconcilier avec sa famille maternelle.
On peut aisément imaginer les sujets qui vont être abordés, le racisme, le passing, la quête identitaire et de ses racines, la peur de la discrimination, la difficulté de trouver sa place, quelle place le regard des autres vous assigne-t-il, pour les blancs vous êtes noir, pour les noirs, vous êtes blanc ou bien « Etre noir, on ne fait pas avec, on est noir, un point c'est tout ».
Et il y a l'histoire d'Africville, sa création, la Sierra Leone, le sud des Etats-Unis, en un mot, un véritable gisement d'informations!
Ce livre aurait pu être passionnant si ce n'est sa construction qui nuit beaucoup à son intérêt. le fond est d'une grande importance mais le style est confus. Il n'y a pas de liant, pas de ciment entre les chapitres, nous passons du coq à l'âne et pour corser le tout, il y a énormément d'intervenants qui surgissent dans le récit sans que nous ne puissions savoir d'où ils viennent, qui ils sont. Maîtriser les retours en arrière n'est pas aisé, l'intrusion subite du passé dans une narration doit se faire sans questionnement pour le lecteur, sans surprise. Si au début on effectue des retours en arrière pour tenter de comprendre, au bout d'un moment, cela devient lassant et c'est péniblement que l'on parvient à la fin du récit.
Je dois avouer que c'est la première fois que je termine un livre frustrée. J'attendais beaucoup de cette lecture. L'écriture de Jeffrey Colvin n'est pas désagréable, elle peut même dégager de la sensibilité malgré la confusion. Mais hélas, on a parfois la sensation d'une plume trop hâtive dans ce récit, une nécessité de vouloir tout écrire en très peu de temps : c'est vraiment dommage.
Je tiens à remercier les Editions Harper Collins et Babelio de m'avoir adressé ce livre qui m'a permis de découvrir Africville et son histoire.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          728
mcd30
  04 juillet 2020
Coup de coeur de l'été.
Simplicité du style. La chronique d'Africville de ses habitants et de leurs descendants est une histoire toute en demi-teinte comme je les aime. Jeffrey Colvin nous livre une histoire très documentée et ne vous fiez pas à cette simplicité , il a mis vingt ans à écrire ce petit bijou et pour ceux qui les connaissent est comparé à Colson Whitehead et Ayana Mathis.
Cette histoire débute en 1918, au canada dans le futur Africville par par des haïtiens, des jamaïcains et des noirs du sud des États-Unis où deux petites filles vont survivre à une épidémie. Nous suivrons la vie de la famille de l'une d'elle.
C'est avant tout un livre qui pose le problème des origines et du choix de la couleur pour certains. C'est un livre qui montre bien les difficultés ainsi que les surprises que peuvent entraîner certains choix mais il n'y a pas de jugement. Chacun s'efforce de vivre sa vie du mieux qu'il le peut ce qui n'est pas toujours facile car il y a beaucoup d'aller-retour entre le Canada et l'Alabama avec les différences de société que l'on peut imaginer.
Tous les personnages du roman ont touché mon coeur mais j'avoue une tendresse particulière pour Zera et son arrière petit-fils Warner. Cette femme qui va se retrouver avec son mari, Matthew condamné à la pendaison par la justice du sud qui ne sortira de prison qu'à la fin de sa vie pour avoir suivi ses convictions. Toute une vie perdue pour un idéal. Et puis vient Warner qui va découvrir qu'il est noir et rechercher l'histoire de sa famille.
Jeffrey Colvin nous offre un très beau roman sans misérabilisme, juste la vie acceptée comme elle vient.
Avec une bonne traduction de Serge Chauvin, la seule question que je me pose est pourquoi avoir changé le titre ? Je préférais le titre original : Africaville.
Ce livre restera longtemps en moi comme certains de ces refrains qui ne vous quittent jamais.
Merci aux éditions Harper Collins pour cette belle découverte et j'espère sincèrement que Jeffrey Colvin ne mettra pas encore vingt ans pour écrire son prochain roman.
#Africville#NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          595
Stockard
  18 août 2020
Africville : Une saga qui puise ses racines dans l'histoire d'anciens esclaves de Jamaïque, la Trinité ou Haïti arrivés au Canada au mitan du XIXe siècle et qui place son intrigue sur plusieurs décennies en mettant en scène une famille dépeinte sur trois générations.
Malgré une histoire riche, prenante et foutrement bien écrite interrogeant sur notre place dans le monde, notre foyer, notre appartenance à une ethnie et le passing (déloyauté envers sa famille noire quand on a la peau si claire qu'on choisit de se faire passer pour un blanc), je n'ai réussi à m'attacher à aucun des pourtant nombreux personnages d'Africville.
Aussi sympathiques soient-ils et justes furent leurs combats, rien ne m'a semblé pouvoir les rendre attrayants. Impression désagréable de les voir évoluer derrière une paroi de verre, comme si Jeffrey Colvin pour servir une chronique foisonnante avait tiré au sort quelques individus lambda parmi la population du cap (Halifax - Nouvelle Écosse) pour représenter leurs ancêtres esclaves et les luttes qu'il leur faut mener aujourd'hui entre le Canada et le Mississippi et que cette loterie avait bénéficié d'une main malheureuse.
Un ressenti qui peut aussi être dû à la dernière partie du livre (qu'on peut grossièrement découper en trois segments) et qui m'a paru la plus lourde, la moindre intéressante, bien qu'amenant à l'instar des deux autres quelques révélations sur l'odyssée personnelle et historique des protagonistes mais des révélations bien tièdes et ne faisant plus du tout avancer un récit qui dans ses deux premières parties avaient suivi une dynamique plus qu'honorable.
En résumé, un final barbifiant dû à un essoufflement narratif couplé à des personnages qui servent l'histoire et non le contraire amenant donc parfois à des prises de décision pour le moins incohérentes mais il faut malgré tout reconnaître à Africville qu'il conserve tout son intérêt historique concernant les esclaves déportés de la Sierra Leone jusqu'aux îles caribéennes à l'aube XIXe siècle et ce qui est advenu de leur descendance, entre ceux qui ont voulu continuer à faire vivre ces douloureux mais essentiels souvenirs et ceux qui ont préféré, par facilité, renier famille et passé.
Une lecture agréable et instructive dans l'ensemble, dommage que de nombreux bémols viennent en plomber la portée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          441
ssstella
  14 septembre 2020
Africville... a existé, un quartier créé par une communauté noire près de Halifax (Canada) qui a eu une histoire aussi dure qu'émouvante, mais qui malheureusement ne nous est pas réellement contée ici.
Les personnages sur trois générations, n'y sont pas tous nés, non plus. Ainsi, nous ramons avec ces noirs, parfois assez clairs de peau pour voguer plus facilement dans la vie que les premiers.
J'ai aussi ramé avec cette lecture qui déroule surtout les faits et gestes des uns et des autres en oubliant souvent les émotions, et en survolant seulement la terrible histoire d'Africville.
Je me suis plus passionnée pour les documents et récits que j'ai pu trouver à coté. Alors, au moins, pour m'avoir entraînée par là, je remercie Babelio et les éditions Harper Collins pour l'envoi de ce livre.
Je ne veux décourager personne de le lire... il vous parlera peut-être plus qu'à moi... avec ses destinés parfois choisies et parfois subies. "Être noir, on ne fait pas avec. On est noir, un point c'est tout".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          383

Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
ssstellassstella   14 septembre 2020
Etienne frotte une marque d'éraflure sur sa chaussure. Sûrement une trace de sa récente bagarre. Il était sérieux quand il a mis en doute que Tyrell soit content d'être noir. Personne n'est content d'être noir. On fait avec, c'est tout. Il aime sa mère, il apprécie sa famille de Halifax, mais il n'a aucune envie de vivre dans la même peau qu'eux. Il déteste la façon brutale dont certains chauffeurs ou commerçants s'adressent à sa tante. Et ceux de Montréal se montrent parfois tout aussi impolis envers sa mère. Tyrell a bien dû se rendre compte que ses parents sont soumis au même traitement. Il faut vraiment qu'il soit obtus pour ne pas voir que sa peau noire est un piège.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
mcd30mcd30   28 juin 2020
À l'époque où nul médicament ne pouvait raviver un bébé décharné, on recommandait parfois de l'étouffer. Il fallait agir, sinon l'Infortune risquait d'infecter le village tout entier. Mieux valait abréger les souffrances de l'enfant en pleine journée, lorsque les esprits malins seraient à son chevet pour boire la buée des ses derniers souffles.
Pourtant, plusieurs mères refusent de croire que les nourrissons défunts soient des enfants de l'infortune.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
mcd30mcd30   01 juillet 2020
La chevelure couleur de thé de Zera avait perdu ses ondulations, son visage tendu était dépourvu de tout maquillage. Comme Matthew, elle aurait pu passer pour blanche, mais comme lui elle se hâtait toujours de préciser qu'elle était noire. Elle n'offrit guère de réconfort à son fils, préférant lui énumérer tout ce qu'il devait emporter au Canada.
_ Prends le bracelet à chevrons : c'est le premier cadeau que m'a fait ton père
Ils se faisaient face par-dessus la haute cloison de la table du parloir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
mcd30mcd30   04 juillet 2020
Warner produit alors la demande de grâce.
_ Si tu es libre, tu pourras choisir le lieu de ta sépulture et de celle de ton fils. Si tu me laisses m'en occuper, je risque de ne pas respecter tes volontés.
_ Il me reste peu de temps à vivre. Et il y a peut-être de la dignité à mourir pour une cause en laquelle j'ai cru un jour.
_ Un jour. Tu l'as dit toi-même.
Commenter  J’apprécie          140
valreinevalreine   06 septembre 2020
Luela était assise sur son perron lorsqu'un policier lui remit son avis d'expulsion.
- Vous n'avez qu'à me mettre en prison, rétorqua-t-elle. Ce n'est pas juste.
Et elle se retrouva en prison, avec Marcelina et une douzaine d'autres résidents. Elle y resta cinq jours. A son retour, ce fut un choc de ne plus voir l'ancienne maison des Penncampbell. Avec un flic à chaque coin de rue, Luela n'avait plus d'autre choix que de faire ses cartons. A présent, quand les démolisseurs étaient confrontés à un habitant sur son perron, ils se contentaient d faire le tour de la maison et d'entamer la destruction par l'arrière. Un voisin n'avait eu le temps d'évacuer que la moitié de ses biens avant que sa demeure ne s'effondre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : canadaVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1223 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre

.. ..