AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782203066465
128 pages
Éditeur : Casterman (15/05/2013)

Note moyenne : 3.56/5 (sur 40 notes)
Résumé :
« Comme moral et comme talent, ce Rimbaud est une monstruosité.Il a la mécanique des vers comme personne, seulement ses ?uvres sont absolument inintelligibles et repoussantes. »Voici comment Arthur Rimbaud est décrit dans un rapport policier de 1873.Arthur Rimbaud est ancré dans l'imaginaire collectif, mais son histoire réelle est méconnue du grand public. Il n'a jamais connu le succès, ses poèmes ne lui ont jamais rapporté le moindre sou, et il est pourta... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
ninosairosse
  19 octobre 2017
Qu'il viennne, qu'il vienne
le temps dont on s'éprenne.
Telle la prairie
à l'oubli livrée,
grandie et fleurie
d'encens et d'ivraies,
au bourdon farouche
des sales mouches
extrait d'une saison en enfer
P69
Verlaine voyait dans ce premier recueil comme un appel, une voyance cléricale,
pour avoir tiré sur Arthur, se repentait sa dégringolade...
En réponse, il recevra "Illuminations", sa dernière trouvaille,
secrets affolants pour chaque vice, inepties d'un pouvoir rétrograde.
Cinq étoiles pour cet indésirable,
X. Coste nous figure l'inconcevable
nous conte l'aventure inénarrable
Un bateau ivre qui a rompu les amarres
à la dérive, un amour qui chavire...fin de la fable , commencement de l'ineffable...
1995 ...Totale Eclipse
avec Léonardo Dicaprio
dans le rôle de Rimbaud

"Le souvenir qui restait de Rimbaud dans la mémoire de ceux qui l'avaient rencontré en compagnie de Verlaine, dix ans auparavant, était confus et peu sympathique.
On n'avait guère retenu de ce gamin que des incartades, des attitudes hautaines, qu'aucun talent exceptionnel ne semblait justifier.[...]
Rimbaud avait disparu.
Nul ne se souciait de savoir ce qu'il était devenu." Edmond Lepelletier.p119
Ce jeune poète n'a brillé qu'un moment. Il était dans sa destinée de disparaître à vingt-ans....Anatole France p80
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          713
colimasson
  03 octobre 2015
Rimbaud toujours glorifié finit par devenir gerbant, on en viendrait à ne plus vouloir lire ce vieux poète qui semble faire frémir de plaisir tous les lecteurs avachis qui, en fait de poètes, préfèrent surtout ceux dont on parle tout le temps. Xavier Coste tient quant à lui à nous présenter le poète sous ses atours les moins aimables. Tant mieux. Il ne peut pas s'empêcher toutefois d'imprégner d'admiration les scènes où le poète se débauche, crie à sa gloire prétentieuse et humilie Verlaine, cette tendre tranche de tendron. On sort donc peu de l'exercice d'apologie, bien que la deuxième partie émette quelques bémols.

Pour résumer, la lecture de cette bande dessinée m'aura permis de découvrir deux choses :
- Arthur Rimbaud a achevé sa vie de poète en larguant toutes ses possessions et (rares) amitiés pour se rendre en Afrique et collaborer avec un trafiquant d'ivoire et de diamant. On apprendra bien sûr que cette ambition le perdra et il reviendra penaud, des années plus tard, sans le sou, une jambe en moins, et délaissé. Voilà ce qui t'attendra vilaine vermine, si toi aussi tu as des rêves de grandeur –ou d'ailleurs. Conclusion moralisatrice ? c'est peut-être ce que l'on dit lorsqu'on ne veut pas reconnaître qu'il existe une justice terrestre.
- Non pas découverte mais redécouverte, superbement illustrée, du sonnet du « Trou du cul » :
« Obscur et froncé comme un oeillet violet
Il respire, humblement tapi parmi la mousse
Humide encor d'amour qui suit la fuite douce
Des Fesses blanches jusqu'au coeur de son ourlet.
Des filaments pareils à des larmes de lait
Ont pleuré, sous le vent cruel qui les repousse,
À travers de petits caillots de marne rousse
Pour s'aller perdre où la pente les appelait.
Mon Rêve s'aboucha souvent à sa ventouse ;
Mon âme, du coït matériel jalouse,
En fit son larmier fauve et son nid de sanglots.
C'est l'olive pâmée, et la flûte caline ;
C'est le tube où descend la céleste praline :
Chanaan féminin dans les moiteurs enclos ! »

Ce poème justifie à lui seul que l'on souhaite découvrir le reste…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          202
som
  12 janvier 2015
Biographie dessinée et transcendée de Rimbaud. 1871, l'armée prussienne entre dans la ville de Charleville alors que le jeune Arthur la quitte pour tenter une vie d'artiste dans la capitale dévastée. On le retrouve 20 ans plus tard mourant sur un lit d'hôpital à Marseille. Entre ces deux dates défilent la tentative de percer en poésie, le rejet de sa famille, les amours tempétueuses avec Verlaine et ses aventures de presque contrebandier du côté de l'Afrique et de l'Arabie.
De cet album hommage ressortent une vitalité qui tourne à la violence, l'insolence d'un sale gosse, son intransigeance sans faille dans la manière de mettre la poésie au-dessous de tout. On retrouve dans les dessins, sobres, stylisés de Coste tous les éléments constitutifs de l'iconographie rimbaldienne : la fougue, la beauté juvénile brisée, les paradis artificiels et les amours illicites. Pourtant, l'auteur évite avec succès la tentation hagiographique. Rimbaud n'y est pas représenté en un doux héros, voire pire une victime, L'usage de couleurs mates arrive à esquiver les clichés du romantisme échevelé en amenant une certaine rigueur visuelle. Par contraste, l'effet s'en trouve renforcé. On ressort un peu sonné par la trajectoire de cette étoile filante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Melisende
  23 janvier 2014
Jeune poète généralement connu pour ses frasques et sa relation avec Paul Verlaine, Arthur Rimbaud reste une personnalité assez mystérieuse et souvent incomprise. Je ne savais rien de sa vie avant cette lecture et ai donc été particulièrement surprise par ce que j'ai découvert, notamment dans la seconde partie de l'ouvrage. Je suis heureuse d'avoir succombé à la curiosité, texte et illustrations m'ayant beaucoup plu. Malgré tout, la figure ne me sera jamais sympathique et je n'adhère toujours pas à ses oeuvres (je lui préfère largement son aîné Verlaine).
Vie courte mais particulièrement riche, le jeune Arthur a vécu intensément. Première fugue à 16 ans pour rejoindre la capitale française et devenir poète, entrée fracassante dans les cercles d'artistes parisiens après plusieurs essais infructueux, passion ravageuse pour Verlaine, homme marié et futur père de 10 ans son aîné... puis départ précipité en Afrique où il vivra une dizaine d'années du trafic d'armes avant de s'éteindre précocement et subitement d'un cancer à l'âge de 37 ans, amputé d'une jambe.
Rimbaud semble avoir vécu deux vies en une. La première : jeune amoureux obsédé par la poésie qu'il veut révolutionner (auprès de Verlaine), la deuxième : trentenaire qui renie son passé de poète à des milliers de kilomètres, vivant un quotidien totalement différent. Xavier Coste apporte une cassure assez nette en différenciant bien les couleurs utilisées pour chacune des deux vies. A Paris, Londres et Bruxelles, les teintes sont plus sombres, les décors "urbains" plus chargés alors qu'en Afrique, l'illustrateur choisit des couleurs proches du jaune. Je ne sais pas si on peut y voir une symbolique là-dedans puisque je ne sais pas si la première partie de la vie de Rimbaud fut vraiment plus sombre que la dernière... restons-en donc au simple désir de réalisme lié à l'environnement dans lequel évoluait alors le jeune homme.
J'ai beaucoup aimé en apprendre plus sur cet Arthur plutôt antipathique, imbu de lui-même et arriviste ; et je trouve que Xavier Coste offre là une biographie illustrée particulièrement intéressante et pertinente. Basés sur des faits avérés et contenant plusieurs petites anecdotes, c'est une façon agréable d'en apprendre plus sur le poète. Sans compter que le coup de crayon m'a séduite dès la première vignette. Une belle découverte donc !
Lien : http://bazardelalitterature...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Lysiane7
  15 février 2014
Je ne suis pas du tout habituée à lire de la bande dessinée mais mon mari est un passionné et m'a emprunté celle-ci à notre médiathéque ....... Sachant que j'aimais beaucoup la poésie. Je terminais à peine une excellente biographie de Baudelaire et j'ai lu ce "Rimbaud, l'indésirable" !
Il est intéressant de connaitre et de comprendre en relativement peu de page la vie de ce poète mort à 37 ans. La première partie de cette bande dessinée retrace les débuts à Paris de Rimbaud, sa rencontre avec Verlaine et décrit cette passion destructrice cette liaison orageuse entre les deux hommes qui aura une issue dramatique, car blessé d'un coup de revolver par Verlaine.
Rimbaud est tantôt petit garçon qui pleure lorsque Verlaine l'abandonne et en même temps se montre odieux envers les personnes qui essaient de l'aider en l'hébergeant, ou bien il insulte et traite son compagnon de médiocre n'osant pas affronter leur relation dans sa durée et de céder à sa femme. Il bafoue les règles de politesse ............ Dans la seconde partie de sa vie, bien jeune à 20 ans, Rimbaud mène une existence errante, dans au Harar, à Java, etc ..... Soldat, déserteur, négociant en café et en armes, maltraité et usé par cette existence, épuisé, très malade il rentre en France ou il sera amputé d'une jambe.
Les dessins de cette BD sont très explicites même sans texte souvent sur deux ou trois pages mais tout reste très succinct, je préfère malgré tout lire une biographie romancée. Je viens d'offrir à mon mari "L'Etranger de Camus" par Ferrandez je le lirai également et en ferai un commentaire bien qu'un livre en BD ne soit pas une biographie ............
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (3)
Auracan   31 mai 2013
Un pavé biographique de 120 pages qui relate avec authenticité la vie tourmentée d’un poète de génie…
Lire la critique sur le site : Auracan
Actualitte   27 mai 2013
Ce destin tragique est judicieusement raconté sur un rythme contrasté, fait d'instants calmes ou d'accès de folie. De moments de solitude ou de conversations enflammées.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Sceneario   14 mai 2013
Un album qui suit donc le modèle, qui ne fait aucun réel compromis au récit, qui ne brode pas en lui donnant des pensées fictives, qui ne tente même pas de lui donner un relief ou une subtilité autrement qu'au travers des quelques brèves citations.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
ninosairosseninosairosse   19 octobre 2017
C'est ma faute, ma responsabilité. J'ai gaché mon existence, loin de vous, m'éloignant toujours plus de ce qui comptait réellement. Je me suis rêvé libre, indépendant...
En vérité, j'ai mené une vie d'errance, inutile et coûteuse, qui m'a conduit ici aujourd'hui. Tout ça pour ça...
C'est pathétique...Je ne peux que m'en vouloir d'être tombé si bas.
Je ne suis plus qu'un vulgaire estropié. Autant dire que ma pauvre vie s'achève...
P113
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
ninosairosseninosairosse   20 octobre 2017
"comme moral et comme talent, ce Rimbaud, âgé de quinze ou seize ans était et est une monstruosité.
Il a la mécanique des vers comme personne, seulement ses œuvres sont absolument inintelligibles et repoussantes."
Rapport policier du 1er Août 1873
liminaire.
Commenter  J’apprécie          140
colimassoncolimasson   03 octobre 2015
RIMBAUD : Si tu te voyais… Comme tu fais pitié… Dieu… Qu’on s’ennuie avec toi, mon pauvre vieux ! Au secours !
VERLAINE : Tu es impitoyable… Tu as vu comme tu me parles ?! Comme à un moins que rien ! A quoi j’ai bien pu penser… Mon Dieu. Tu n’es qu’un gosse. C’est…pathétique… risible… Si seulement je ne t’aimais pas autant…
RIMBAUD : Ah, mais que je me gausse ! Arrête ! Il n’y a pas d’amour entre nous, épave ! Ce ne sont que des gestes et des paroles de soûlards ! De l’amour… ah, que je me marre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
AndreeLaPapivoreAndreeLaPapivore   14 août 2013
Verlaine : "Ca te plaît, Paris ? Enfin... les parties qui n'ont pas été détruites... ?"
Rimbaud : "Ce serait beau, oui, si le Louvre ne nous gâchait pas tant la vue... Pourquoi ne l'ont-ils pas brûlé ! Il faut nous débarrasser de ces croûtes... Ces tableaux célèbres sont des débris. Comparée à la littérature, la peinture a une infériorité que je trouve définitive, elle ne dure pas."
Commenter  J’apprécie          40
ArthoreArthore   23 juillet 2019
Le souvenir qui restait de Rimbaud dans la mémoire de ceux qui l'avaient rencontré en compagnie de Verlaine, dix ans auparavant, était confus et peu sympathique.
On n'avait guère retenu de ce gamin que des incartades, des attitudes hautaines, qu'aucun talent exceptionnel ne semblait justifier.... Rimbaud avait disparu, nul ne se souciait de savoir ce qu'il était devenu.
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
Videos de Xavier Coste (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Xavier Coste
Xavier Coste - L'enfant et la rivière
autres livres classés : biographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
860 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre