AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253034667
Éditeur : Le Livre de Poche (31/05/1997)
3.96/5   56 notes
Résumé :
Quand « le Petit », après quinze années, sort de prison et revient à Malaveil, chacun devine, au village, qu'il va se passer quelque chose. Car « le Petit », pendant ces quinze années, il a eu le temps de se poser des questions et il s'est peut-être fait une idée de celui - ou de celle - qui lui a collé sur le dos ce crime atroce qu'il n'a pas commis. A Malaveil, il y a de drôles de jours qui se préparent...
Mais le roman de Claude Courchay n'est pas seulemen... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
sylviedoc
  27 janvier 2020
Lu sur les conseils de ma mère (nous sommes une dynastie de grandes lectrices !), elle l'a trouvé dans une boîte à livres, une édition de 1982 toute amochée. Comme quoi il ne faut pas s'arrêter aux apparences... Comme elle, j'ai été séduite par ce "policier de terroir" (j'emprunte la formule à une autre critique, elle s'applique exactement), ses personnages bruts de décoffrage et son histoire tragique.
Début des années 80. Après 15 ans de prison pour un meurtre qu'il n'a pas commis, Noël Roux, que tout le monde appelle le Petit, revient au village de Malaveil, bien décidé à comprendre qui lui a fait porter le chapeau pour l'assassinat d'un touriste de passage. C'est forcément quelqu'un du coin, et sans doute quelqu'un qui vit au Mas, ce petit groupe de quelques maisons où il habite, mais pourquoi l'avoir piégé, lui qui n'avait jamais fait de mal à personne, lui qui avait 20 ans et toute sa vie devant lui ? Les options sont restreintes, mais son enquête s'avère très difficile. Il faut dire que les gens sont plutôt taiseux dans le coin, et que l'origine de l'affaire pourrait bien remonter à une sale histoire qui s'est passée à la Libération. le parrain du Petit, Coco, tient un café dans le village. Lui aussi cherche à comprendre et à faire parler ceux qui savent. Et comme sous ses dehors de rustaud il a oublié d'être bête, peu à peu il va démêler presque tout l'écheveau qui a conduit à ce gros gâchis...
Les personnages nous livrent chacun quelques clés, narrateurs successifs, mais c'est Coco qui conduit le fil de l'histoire avec son langage fleuri. Il y a aussi La Noire, la mère du Petit, dont le rôle va se révéler décisif. Et puis GMC, cette femme rescapée d'Indochine et d'Algérie, au visage reconstruit après des blessures de guerre et qui s'est réfugiée au Mas pour y trouver...la paix ? Et le Petit lui-même, qui mène son enquête tout en essayant de se faire une vie "normale" pour rassurer les villageois inquiets de voir remuer le passé.
J'ai trouvé ce roman particulièrement réussi, pour son ambiance si bien rendue d'un village cévenol englué dans son jus (sauf pendant l'été, où les touristes viennent bousculer les habitudes), ses personnages un peu caricaturaux pour certains mais qui semblent tellement réels, et son intrigue dont je n'ai eu de cesse de connaître le fin mot. On est bien loin des thrillers ou des polars classiques, pas d'enquêteur fin limier ou de tueur en série, mais des gens simples et attachants, surtout Coco dont j'ai particulièrement aimé la finesse sous des dehors bien rustiques.
Si vous avez envie d'une lecture originale et prenante, tentez "Retour à Malaveil", je pense que vous ne serez pas déçus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
Herve39
  04 juin 2021
Il ne payait pas de mine ce livre de poche dans cette boîte à livres. Je l'ai ramassé parmi d'autres, même pas pour moi à l'origine. Et pourtant, cet ouvrage et son auteur gagnent à être connu.
C'est un policier avec une très bonne intrigue même si j'avais entrevue la fin une certaine de pages avant le dénouement mais ça n'a pas gâché mon plaisir pour autant. Une histoire solide à l'originalité de changer de narrateur à chaque chapitre, ce qui nous permet de découvrir une multitude de points de vue.
Mais c'est surtout la langue et le style de l'auteur que j'ai apprécié , je me suis retenu pour ne pas mettre trop de citations. Claude Courchay a le sens de la formule et pas mal de bon sens. Ça sonne juste et toujours actuel même si ça a été publié il y a pratiquement 40 ans.
C'est un plaisir de le lire et je n' hésiterai pas si je tombe à nouveau sur un de ses romans.
Commenter  J’apprécie          62
domdu84
  22 août 2015
Très bon livre, que je regrette de ne pas avoir lu plus tôt.
Claude Courchay, sait très bien retracer l'ambiance d'un tout petit village du sud et les personnages sont haut en couleur. Il les décrit tels que je pense qu'ils ont existé.
Je n'ai pas pu décrocher lorsqu'il ne me restait que 50 pages, je les ai finis d'une traite.
Commenter  J’apprécie          90
Jeannepe
  09 octobre 2013
C'est un roman en forme de huis clos. de grand huis clos, puisqu'il se déroule dans un village, Malaveil, et un petit hameau qui lui est attenant, le Mas. Bon, d'accord, on fait aussi un petit passage par Paris, Nice et Avignon. Mais tout de même, ça respire fort le renfermé, le « les uns sur les autres ». Ça respire fort la suspicion : normal, il y a quinze ans, le Petit a été envoyé à tort en taule pour le meurtre sauvage d'un touriste. Et aujourd'hui, il sort. Aujourd'hui, il rentre. La rage au coeur, les traits marqués, le regard calme, il observe. Depuis tant d'années, une seule et même question revient, lancinante : qui a bien pu lui faire ça ? et pourquoi ? Toutes mes excuses, cela fait deux questions.
Retour à Malaveil, c'est un roman qui sent la terre, le terroir. En donnant successivement la voix à plusieurs villageois, l'auteur parvient à nous faire ressentir les tensions qui habitent les personnages. Des secrets bien gardés et des choses qui ne regardent que soi : on avance à petit pas dans les intimités et vers la vérité. Coco nous guide, depuis son comptoir où les hommes s'épandent. Car voyez-vous, le Petit, c'est son filleul, sa perle rare. Et cela fait aussi quinze ans qu'il se demande ce qui a bien pu se passer réellement. de la Seconde Guerre mondiale aux guerres de décolonisation, chacun est hanté par ses démons. C'est le XXe siècle des petites gens qui défile dans ce roman, un siècle qui ne pardonne pas. Ou si, parfois.
Lien : http://auxlivresdemesruches...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Annabelle31
  14 janvier 2017
Lorsque Noel revient à Malaveil petit village de Cévennes, après plus de quinze années d'emprisonnement, chacun dans le village se doute que les choses vont bouger. D'autant plus que "le petit" est innocent et compte bien découvrir ce qui s'est réellement passé.
Des travers des uns, aux séquelles de la guerre qui laisse des traces dans les coeurs et les corps, ce livre nous fait partager le quotidien de ce petit hameau de Malaveil, et c'est captivant.
Un excellent roman, à mi chemin entre le roman de terroir et l'intrique policière.
Génial !
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
JeannepeJeannepe   22 octobre 2013
Le Petit, je le revois ce jour-là, il était rudement beau. Pas de la beauté de ces types que tu vois au cinéma, à force tu connais tous leurs tics, ça te fait autant d’effet qu’une enclume dans un cimetière de tanks. Lui, était beau parce qu’il était vrai. Il n’avait pas l’air déguisé. Il était comme nous, avec nos soucis et notre fatigue, et c’est pas la peine de se parler pour s’entendre quand on a eu mesuré une fois avec son dos que la terre est basse et qu’on a plus tôt fait de compter son argent que sa peine. Ce Petit, il était ce qu’on aurait pu être si on n’était pas des endormis de naissance. Ce n’est pas tant notre faute. On nous raconte qu’il faut courir après la sécurité. Total, on la paie cher. Une fois que tu l’as, ta sécurité, tu es fait comme un rat mort. Tu n’as plus qu’à vieillir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Herve39Herve39   01 juin 2021
Je n'ai pas eu le temps de comprendre. Je n'ai pas eu de vie. J'étais gosse quand c'est arrivé, pas tellement déluré pour mon âge. On m'as mis entre parenthèses. Et puis rien. J'ai l'impression de camper dans ma vie, à côté de l'enfant que j'étais. Ce n'est pas comme si j'avais un frère plus jeune et que je me retrouve dans sa place encore chaude. Non. Ce gosse que j'étais est mort. Sa mort me regarde. Il est mort, et personne ne l'a enterré. Tant que je n'aurai pas fait ce que je dois faire, il n'aura pas la paix, et moi non plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Herve39Herve39   29 mai 2021
Des noms qui étaient là depuis toujours. Ils ont réussi à les déraciner. Tous des noms de chez nous... Des Malaval, par exemple, il n'y en a plus. Leur ferme a été reprise par des hippies, qui font des fromages pure fièvre de Malte, avec leurs chèvres. Et des tapisseries.
Si le père Malaval voyait ça, il se flinguerait. Ses terres sont retournées à l'abandon.
Avant, ici, peu que peu, les anciens arrivaient à gagner leur pain, en s'acharnant. Ça ne paraît pas vrai, et pourtant. À présent, la terre, ce n'est plus au paysan à décider ce qu'elle doit devenir, c'est à ceux des ministères.
Nous, nous sommes de pauvres types, nous ne savons rien de rien. Et je suis là, à ruminer... Non, je ne suis pas agressif... Disons que je m'y perds un peu.
Ce village, il existe encore. Si on veut. C'est devenu une crèche. Nous sommes restés là, à quelques-uns, comme des santons. Le Petit Jésus, nous ne l'attendons plus. Nous n'y croyons plus. Nous ne croyons plus à rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
pilou62200pilou62200   25 juin 2017
Le vent a commencé dans la nuit à s’escrimer sur les dernières feuilles de platanes.
Je suis bien au lit, à rêvasser. Marie dort encore. Elle n’est pas du matin. Elle prétend que je ronfle. Depuis trente ans, elle aurait pu s’habituer.
Elle dort comme une marmite. Le jour où les russes s’amèneront, elle ne les entendra même pas. Parce que j’ai confiance, ils viendront. Ils ont 50000 tanks, et pas de blé. Ils ne vont surement pas troquer leurs tanks contre des biscottes, ou en faire des moissonneuses-lieuses. Non, un jour, ils vont foncer dans le tas, droit sur l’atlantique. Ils s’installeront chez nous, tranquilles, et notre pain blanc, on est en train de finir de le manger. Après, une fois que les cosaques seront là, on pourra se faire de l’infusion de chenilles. De tank.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Herve39Herve39   03 juin 2021
À force d'en voir, on se croit malin. Avec l'âge, tu te dis que plus rien ne peut te surprendre. Quand les autres tordus sont allés marcher sur la Lune, par exemple, je n'ai même pas ouvert la télé. La Lune, ça faisait déjà vingt ans que Tintin avait marché dessus. Moi, la Lune, je l'aimais bien, et ça ne me plaisait pas du tout que les Américains, ou qui que ce soit d'ailleurs, y mettent les pieds. Il faut voir la poubelle qu'on a réussi à en faire, de la Terre, alors, la Lune, j'aurais préféré que personne n'y touche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : terroirVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
288 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre