AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2258056683
Éditeur : Les Presses De La Cite (21/03/2002)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 19 notes)
Résumé :
Une déception sentimentale pousse le jeune Anglais à accompagner une délégation diplomatique britannique en mission auprès de l'empereur chinois Qianlong. Accueilli par Yen Teou, mélomane et mécène d'une troupe de théâtre, Le Paravent de soie rouge, Perkins désire s'initier à l'art subtil de l'opéra chinois, et ce grâce aux ravissantes Fleur de Prunus et Zhang, dont il gagne la confiance et l'amitié. Or, sous ces diaphanes visages de jeune fille se cachent deux des ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
soleil23
  16 janvier 2014

Ma première lecture de 2014 !
J'ai voulu renouer avec le charme de l'Asie et faire revivre des souvenirs doux comme la soie rouge d'un « Ao Dai ». Pour moi lire c'est comme regarder un film par le seul pouvoir de l'imagination. Et quand ma meilleure amie, lectrice assidue, me dit que la lecture, pour elle, est un passe-temps qui ne lui demande aucun effort de concentration, j'ai vraiment du mal à comprendre cette façon de faire : lire sans s'impliquer émotionnellement, cela m'est difficile pour ne pas dire impossible !
Personnellement, j'ai besoin de « rentrer » dans l'histoire, de vivre intensément chaque phrase que je lis, de partager les joies et les peines des personnages, de s'émerveiller des mots encore et encore…
Dans « le Paravent de Soie Rouge », le rêve et l'aventure me font vibrer dés les premières pages. Tout commence un 26 septembre 1792, un homme, Anglais, attend son exécution sur le sol Chinois. Qui est-il ? Quel est son crime ?
Je vous laisse apprécier quelques extraits de ce roman riche en enseignement sur le mode de vie en Chine impériale et surtout l'esprit Chinois :
Quelque cinquante ans plus tôt, les hommes de la Compagnie hollandaise des Indes orientales avaient massacre près de trente mille Chinois sous prétexte que certains fomentaient une révolte. Après un tel massacre, les Hollandais de Macao s'étaient pris à redouter des représailles, mais ils n'avaient pas tardé à être rassurés. L'Empereur Qianlong, qui régnait déjà sur l'Empire du Milieu, avait déclaré qu'il ne se souciait pas de ces êtres qui avaient abandonné les tombes de leurs ancêtres…
- Voulez-vous qu'un père de famille se jette à l'eau pour sauver un inconnu ? Il risquerait de perdre la vie dans cette confusion ! Que deviendraient ceux dont il assure la subsistance s'il se noyait ? Nul, ici, n'est assez insouciant pour agir de la sorte…
… Dés que nous réussissons à négocier avec un fonctionnaire, il est déplacé et remplacé par un autre qui se montre inflexible. Tout est toujours à recommencer. Ces Chinois imaginent qu'ils sont le centre du monde. Ils estiment n'avoir besoin de rien de ce qui vient de l'extérieur…

- Vous ne saurez rien, parce qu'un visage de Chinois est un masque, Tom. Vous autres, Occidentaux, vous ne savez jamais ce que cache le sourire d'un Chinois…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
lafilleauxchaussures
  08 novembre 2011
Une très belle histoire d'amour, je l'ai pris grace à la couverture et pour une fois j'ai pas été deçu.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
soleil23soleil23   16 janvier 2014


- Vous souvenez-vous de ce que je vous ai dit : « La plus grande liberté de l’homme ne consiste-t-elle pas à choisir la manière dont il va mourir ? »
La jeune fille sauta de la charrette, elle fit trois pas, puis se retourna vers Thomas :
- Et la plus grande sottise de l’homme ne consiste-t-elle pas à mourir pour une cause qui n’est pas la sienne ? Venez !

Commenter  J’apprécie          20
soleil23soleil23   16 janvier 2014


Une femme n’est jamais plus fragile que lorsqu’elle est désespérée. Celui qui sait lui tenir la main dans ces moments-là s’assure déjà d’une parcelle de son cœur.

Commenter  J’apprécie          20
soleil23soleil23   16 janvier 2014
Parfois, montant sur le pont, il écoutait le chant des sentinelles qui frappaient un bambou évidé pour indiquer qu’elles ne dormaient pas et signaler les heures de quart. Le jour, le gong ; la nuit, le bambou évidé – le son était omniprésent… Il songeait à ce monde tout à la fois si proche et si inaccessible.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Paul Couturiau (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Couturiau
Mirabelle TV - De vous à moi - Paul Couturiau
autres livres classés : chineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
69 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre