AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330039662
Éditeur : Actes Sud (10/06/2015)

Note moyenne : 2.85/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Guido Crepax adapte les chefs-d’œuvre de la littérature fantastique, James, Poe, Stevenson, et c’est magnifique !
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
ninosairosse
  20 avril 2018
"Crepax dessine les plus belles fesses de l'histoire de la bande dessinée, et je m'y connais en bande dessinée"
Préface signée Wolinsky
La plus petite des pudeurs gâche le plus grand des plaisirs
alors Casanova se lâche dans ses plus vils désirs
textes Inspirés de Robert Stevenson, James Henry,
Edgard Allan Poe et Giacomo Casanova dans Histoire de ma vie
Etranges excoriations, multiples positions
pages collées, bande à part, qu'aucun filou, polisson
Perdre tous ses sens, suivez la flèche, le sex-tend
sexes pas triés, jambes en l'air, fin de partie ,s'exit-temps
Tête bêche , dard-dard, il sex-crime
par les dessins érotiques, Crepax sexe-prime
pour lecteur averti
Commenter  J’apprécie          421
greg320i
  03 juillet 2015
Pour commencer dans les règles de l'art, puisqu'il en est ici question - d'art sous entendu - je vais dare-dare adresser mes félicitations et mes remerciements :
- A la plume épique et mythique d'un dessinateur fantastique : Guido Crepax, ivre d'érotisme et capable d'asseoir à sa table de travail moult dards et autre fard à paupières façonné de plusieurs façons en multiples positions .
- A Babelio, son édition Masse critique et ses pouvoirs magiques de nous pourvoir en livres.. ainsi soit-il de votre générosité Amen..
-Et enfin au choix cornélien qui fût le mien pour en choisir un.. le supplice de tantale, mais au final, le régal .
Alors, à cheval sur mon clavier, direction la cheminée créatrice, pour vous repeindre aussitôt la matrice de ce nouvel El dorado .
L'appréciation,, oculaire, salutaire, voire même salivaire à la ' lecture ' , bien que ce terme ne se destine pas forcément à la bande dessinée qui fourni aussi des images à la clé .
B.a ba d'une Bande dessinée ? Qu'est ce qu'une bédé ?Non ? Bon alors passons.
Je vois ainsi ici plusieurs esquisses, des formes et des idées exquises .
D'une originalité sans pareille , monsieur Crépite de pépites de génie , d'audace d'exotisme et de vices sans censure :
Le Guido porte sous la ceinture assurément un sacré guidon , humpf .
A un point tel que la question entre le rapport de l'histoire originale et toutes ces chairs à nues peut se poser.
Corps lâches et dévêtus, dames libertines dans simple appareil de la nature, érotisme simple et pourtant compliqué dans ces tas d'orgies monstrueuses dont il est ici question :
69 horizontal ou verticaux , bêtes à deux dos ,à cheval ou à chevaux toutes les postures verront ainsi la vie dure sous la plume lourde et sans complexe de notre as du .. saxe.
Car notre guide porte également un beau saxophone qui réveillonne les sens. Humm.

Dessins.. en veut-tu en voilà, à la paire et à la pelle sur des formes coniques et phalliques, il convient bien de cerner l'âge auquel se rapporte l'adage que la lecture s'adresse à tous , de 7 à 77 ans . Personnellement j'ai encore un doute sur la posture prise de certaines de ces histoires...
Pourtant déjà connue comme le loup blanc, celle du Dr Jekyll et Mr hyde se transforme subitement en récit décharné ,assoiffé de femmes. Tête à queue dans multiples postérieurs rieurs aux quatre vents de nos yeux un peu perclus devant cet Eden de culbute . Un Paradis perdu ..
En effet tournant parfois l'ouvrage dans certaines positions pour en comprendre le message, je m'aperçois au final que le massage visuel n'est pas expressément là pour quelque chose mais au contraire pour rien.
Du tout ?
Non , je vous y vois déjà.. ne vous offusquez point de mon rien et de mon tout. . Je vous citerai plutôt ce bel aphorisme à propos du 'rien ou du tout ' du grand gaillard Gainsbourg (hommage à toi mon Gars! ) : " mieux vaut ne penser à rien , que de ne pas penser du tout , rien c'est déjà , rien c'est déjà beaucoup ; Rien c'est bien mieux, rien c'est bien mieux que tout "
Et si la compréhension se fait difficilement c'est qu'il vous manque la gitane au coin du bec.

Bref.retour à la cage aux folles, où l'affaire du tOur d'écrOu ( seconde histoire d'O) prend une sacré déroute vers un penchant cru .
Quoi que , révélation subite , je pense que le titre peut justement en être subtilement parodique ,, suivez donc mon regard qui penche vers le versant et le verso de ces recto rectal .
Une très libre adaptation " d'après Henry James " comme il est consigné sur la devanture de couverture qui paraitra assez cocasse...
Subitement salace , le perspicace de la situation se veut moins loquace pour d'avantage de compréhension efficace .
Passons les trois enquêtes du Chevalier très à part, rien à voir, trop de bla bla bizarre, rien à tirer (sans jeu de mot ,,hélas)
Nous arrivons donc au fin du fin pour notre chaud lapin sulfureux , gastronome et épicurien de la chose poilue à savoir " Histoire de ma vie " et la mini biographie du célébrissime playboy culte, gentilhomme occulte pour dresser ses pics d'adrénaline sans pilule bleue, j'ai nommé : Casanova et ses démons de luxure .
.
Et là j'entend un grand HAA de satisfaction général quand il est question du représentant même du charme et de la chevelure de bourgeois qui vous prend tendrement par la main avant de vous la baiser. .
le plus drôle en aurait été justement que ce dernier soit façonné timide et mijaurée , le comble !

Cryptage de canal + de circonstance, panneaux annonciateur de tentation du diable à la queue foutrement fourchu ; je n'ose d'ailleurs plus rien dire mais vous prédire mesdames-messieurs ( surtout vous) qu'il va falloir sortir les mouchoirs, vous préparer à la sauce suprême , dégoulinante crème sucré-salé assaisonné à quelques stade touffu , poisseuse et d'un rien orgueilleuse dans les démesures.
Bref l'orgiaque plume à ressort continuellement suspendue aux lèvres - basses ou hautes- de tous les bords tendus et tordu de l'obsédé va vous allumer sévèrement. le maniaque entre vraiment en scène .
OUiiii, le possédé du pouvoir viagra, ce supermâle plus perverti que Jean-Marie Bigard et Nicky Larson réuni . . Guido CrépaX avec son grand X va violemment placarder sur papier l'enfer de Sade ressuscité ; resucer d'un rien ; le soufre de l'allumette craquée sur sa bougie bien haute placée, tel est sa suave saveur..
Température de l'huile de friture:: luxuriante , cuisson des cuisses:bouillante.
Il va sans dire qu'il va pleuvoir des émules et des nuée de corps enchevêtrées, des scoubidous plus long que les pages ne peuvent ( et pourtant pleuvent) en contenir .

Voilà qu'ainsi ce grand feu d'artifesse fini, symbole ultime du sublime banquet explosif de braise chaude,notre conférencier irrévérencieux signe la délivrance de votre âme et de vos vices les plus profonds -caché ou couché d'une flopée d'images à caractères ...

Je vous stoppe là mes découvertes, de peur que l'ictère ne vous guette,,
Vous ne voulez quand même pas un dessins en plus ici ? Si ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
bina
  06 juillet 2015
Mea Culpa, je ne connaissais pas Guido Crepax, mes lacunes sont désormais comblées, merci pour cela à Babelio, aux masse critiques, et aux éditions Acte Sud Bd, très rapides dans l'expédition.
Les lecteurs de presse français ont découvert Crepax dans les années 70 par le biais de Charlie hebdo dans lequel il publiait sous la direction de Wolinski. Si vous avez été séduit par ‘'les plus belles fesses de la bande dessinée'', alors vous avez dû repérer Crepax.
Les fesses sous tous leurs angles ne font pas exception dans ce recueil, particulièrement dans Docteur Jekyll et Mr Hyde, et évidemment dans Histoire de ma vie de Casanova. Dans le premier, Hyde, le double de Jekyll, n'a aucune inhibition. Qui dit amoral, dit…des pages de dessins érotiques, qui semblaient même au début de l'histoire, déconnectées du récit, avant que le narrateur explique la particularité de Hyde.
Dans les histoires qui se prêtent moins aux scènes de sexe, les dessins de femmes, vivantes ou mortes, restent néanmoins fort sexys, tout le monde n'est pas capable de rendre séduisante la posture d'une jeune fille assassinée et enfilée à l'envers dans un conduit de cheminée.
Ces adaptations sont inspirées par les auteurs d'origine, certes, mais l'imagination débridée de Crepax les revisite parfois très librement. Un recueil à ne pas mettre entre toutes les mains, jeune public s'abstenir !!!
Il va falloir maintenant que je relise le Tour d'écrou (dans sa version originale), je n'avais aucun souvenir de personnages aussi ...inspirés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
AlineMarieP
  22 août 2015
Un très bel album atypique paru aux éditions Actes Sud. La plume de Crepax est nette, efficace, intrigante. Son découpage intelligent fait sens et emporte le lecteur. L'érotisme du dessin sert l'amoralité.
Par contre, en choisissant un angle (très) précis, Crepax oublie l'ambiguïté et la subtilité des différents récits et ne nous présente "que" un résumé illustré et adulte... Je reste donc sur l'impression "waouw avec un sérieux gout de trop peu".
Commenter  J’apprécie          40
silverfab
  18 juillet 2015
Vous vous en souvenez peut être, je n'avais été qu'à moitié emballé par le précédent recueil d'adaptations signées Crépax sorti chez Actes Sud (qui, pour le prix et vu l'épaisseur des bouquins pourrait se fendre d'une couv' cartonnée d'ailleurs). En effet si son Dracula était assez réussi, son Frankenstein l'était beaucoup moins, c'est donc avec une certaine retenue que j'ai abordé ce second album, où sont rassemblées 4 versions de romans et nouvelles littéraires fantastiques (le Casanova étant l'exception à la règle). Pour les bons cotés on notera une vraie évolution de la narration graphique qui va du classicisme bavard des nouvelles de Poe à un affranchissement des codes graphiques traditionnels case/bulles qui, s'il n'atteint pas les sommets des contemporains de Crépax (DeLuca en tête), est très agréable. Par contre au niveau des scénarios/choix d'adaptation, c'est moins abouti, et je pense même que les lecteurs qui n'auraient pas connaissance des textes originaux auront bien du mal à apprécier les histoires à leur juste valeur (celle d'origine), c'est notamment le cas pour l'histoire titre ou encore celle de Casanova où les ellipses sont trop nombreuses. L'ajout, plus ou moins justifié, de scènes érotiques parfois assez explicites, ne comble pas par sa sensualité manifeste un certain manque niveau narratif. Pour les amateurs de curiosité old school au trait soigné et voulptueux.. Et voici de quoi écouter avec: http://bobd.over-blog.com/2015/07/docteur-guido-et-mister-crepax-dr-jekyll-mr-hyde-vs-lisa-e-il-diavolo.html
Lien : http://bobd.over-blog.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
antihumanantihuman   24 mars 2018
... car je suis convaincue qu'ils sont là... même si... s'ils n'existent pas... c'est ça... je le ferai venir chez moi... oui... comme ça... entièrement nue...
Commenter  J’apprécie          10
antihumanantihuman   24 mars 2018
... Ahhh... Ce porc ne se montre pas... Même si je suis là à attendre comme une vulgaire putain !
Commenter  J’apprécie          20
antihumanantihuman   22 mars 2018
...Je n'en suis pas capable.
Commenter  J’apprécie          20
antihumanantihuman   22 mars 2018
Alors, elle aussi elle le voit !
Commenter  J’apprécie          10
antihumanantihuman   22 mars 2018
la chambre était dans le plus étrange désordre...
Commenter  J’apprécie          00
Video de Guido Crepax (1) Voir plusAjouter une vidéo

Du tac au tac : émission du 13 mai 1972
50ème numéro de "Du tac au tac". Sur le thème d'une porte qui s'ouvre sur on ne sait quoi poussée par on ne sait qui, trois dessinateurs, Guido CREPAX (italien), Esteban MAROTO (espagnol) et The Tjong Khing (indonésien) improvisent une fiction en bande déssinée. le thème fait apparaître une femme au prise avec un monstre.
autres livres classés : littérature irlandaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
541 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre