AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Jacques Tardi (Illustrateur)
EAN : 9782844140104
48 pages
L'Association (01/10/2002)
4.05/5   51 notes
Résumé :
L'écrivain Didier Daeninckx et le dessinateur Jacques Tardi s'associent une fois encore avec beaucoup d'efficacité pour raconter un autre épisode de la vie d'Eugène Varlot, ancien poilu reconverti en détective privé dans Le Der des ders, engagé par un héros de la première guerre mondiale pour fouiller. Gueules cassées et vies brisées aiguillent son enquête vers des moments pas si glorieux de la Grande boucherie. Varlot soldat commence le 27 avril 1917 dans les tranc... >Voir plus
Que lire après Varlot soldatVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
La guerre 14-18 et ses combats dans toute leur horreur.

Bien qu'il soit en noir et blanc, le dessin est terrible, violent et donc très éloquent pour restituer cette boucherie. Les corps explosent, les membres sont arrachés, les visages déchiquetés, on ne distingue pas les cadavres des blessés sur les zones dévastées. La mort est partout, immédiate ou assurément proche, pour les combattants et les déserteurs. Certains des 'survivants' semblent d'ailleurs déjà morts : leurs yeux ont l'air énucléés.
Pour tenir le coup dans ce cauchemar : les camarades, mais aussi les nouvelles de la famille et des amis restés à l'arrière. Mais il y a parfois de mauvaises surprises les concernant…

L'intrigue de cet album est succincte comme celle d'une nouvelle, mais percutante. On reconnaît la patte des deux auteurs : un scénario simple et sombre - sur fond de guerre - signé Daeninckx, mis en image de façon détaillée et explicite par Tardi.
Commenter  J’apprécie          292
Tardi aura réalisé des oeuvres plus ambitieuses sur la guerre 14-18, comme “Putain de Guerre” en particulier. Ici, c'est sous la forme d'une petite nouvelle écrite par Didier Daeninckx qu'il nous décrit cette guerre, avec un aventure rocambolesque autour du soldat Varlot. le dessin en noir et blanc est dur, violent. le contraste entre les évènements de guerre, violents, cruels et sordides, et la petite escapade du soldat pour apporter une lettre à une femme en territoire occupé, à la limite du risible mettent en avant l'absurdité de la guerre. C'est poétique et glauque à la fois. Cette bande dessinée est courte mais arrive en très peu de page à marquer et à toucher.
Commenter  J’apprécie          210
Qui se souvient d'Eugène Varlot ? Ce fut le héros de « le der des ders » (chroniqué sur les //s), un polar noir de Didier Daeninckx (le regard désabusé d'un ex-poilu recyclé détective privé, porté sur les séquelles à court terme de la Grande Guerre sur la vie parisienne, l'amorce des Années Folles). Une adaptation BD (Jacques Tardi) (1997) suivra.

« Varlot Soldat ». Voici le héros de retour, en flash-back, plus jeune et plus naïf. En préquelle au roman, c'est un one shot graphique en N&B exclusifs, co-signé par le dessinateur et le scénariste, il est daté de 1999 (« L'Association Ed. »).

14-18 encore ... et toujours. Pour Tardi et Daeninckx c'est une obsession partagée. Les voici Ici en duo, en auteurs complices et engagés, éternellement friands de tranches de (sur)vie et de mort dans les tranchées ou à l'arrière, de récits véridiques ou fictionnels alimentant leur moulin antimilitariste. Tous deux, en aversions partagées, en haines communes, en dénonciations exacerbées ; toutes réactions hargneuses mêlées, on en prend la pleine gueule. le tout fait écho à la Boucherie légale, quatre ans durant, sur le Front des Tranchées. Deux frères d'armes, deux pacifistes convaincus et convaincants, acharnés à clamer leurs devoirs de mémoire.

Les crobars crépusculaires de l'un ; les mots-chocs, sombres et tragiques de l'autre. D'un côté : table à dessins, papier Canson, plume, gomme et encre de Chine; de l'autre : clavier d'ordi, traitement de texte, fichier Word et clé USB. Deux vignettes par page seulement, gorgées d'encre sombre pour illustrer ; en inserts, des mots pour raconter. le noir & blanc du sang sur les chairs livides ; le noir des caractères d'imprimerie, le blanc de la page vierge, unis bientôt en osmose parfaite. Un travail à quatre-mains imparable pour remuer les baïonnettes dans les plaies de l'Histoire.

Toujours, en leitmotiv : clamer l'infamie, dénoncer, ne jamais oublier, ne plus recommencer … voeu pieux.

Deux dessins par page format standard, rien de plus ; 36 planches durant seulement (c'est bref de lecture). de l'espace, ainsi, pour fignoler les détails, penser aux cadrages les plus éloquents, s'imaginer en 16/9 et cinémascope guerrier hollywoodien. S'y ajoute un fil narratif à minima (bref de lecture itou), une histoire de peu de mots, mais pleine et entière, des phrases-choc, concises, affûtées et calibrées à la lettre près. le tout parvient au lecteur en uppercuts lourds, secs et rapides, aptes à le mettre K.O. debout. Etourdi de directs pleine mâchoire il parait aussi coeur de cible sur le trajet rectiligne et tendu d'un tir ennemi.

Le récit (un tantinet rocambolesque, mais qu'importe) suit Varlot au gré des circonstances et de leurs conséquences. Son grand corps dégingandé, son regard éclaté, ses yeux écarquillés, son facies harassé et horrifié vont au Front face à l'ennemi, sous la ferraille volante ; à l'arrière, dans l'hosto de campagne, près de la gnole pour anesthésier et la scie pour amputer ; à deux doigts de l'exécution de fusiliers pour l'exemple ; de l'autre côté du no man's land, le temps d'une escapade chez les Teutons, à Mons en Belgique envahie … C'est que Varlot a une lettre à remettre, une dernière, destinée à une veuve qui ne le sait pas encore, celle d'un poteau qui s'est flanqué une balle de Lebel dans la bouche, entre les dents serrées sur le froid de l'acier. « Il avait juste les bras assez longs pour appuyer sur la détente »

La suite appartient au récit …

Le dessin vit, bouge, interpelle, stupéfie, horrifie, choque, se fait cicatriciel et indélébile dans la mémoire de qui les voit.

Les poilus crèvent en 2D sous nos yeux écarquillés : gueules cassées, béantes, sabrées de leurs dents, figées dans l'instant fatidique du fracas ; mâchoires disloquées, membres arrachés encore en suspension dans l'air ; hommes-pantins abandonnés, disloqués, écartelés, éviscérés. Sur fond de mitraille on lit : « Je me souviendrai toujours du 27 avril 1917, et pas seulement parce que c'était le jour de mes 20 ans. Ce matin-là, c'était des vies qu'on soufflait à la place des bougies. » La mort fauche sur le grain du papier Canson, décapite et ampute sous les hachures du dessin mimant les explosions labourant la terre, griffe et déchire les cadavres crucifiés sur les zébrures figurant les barbelés ; abandonne des mourants au silence revenu sous la brume ou la fumée. L'évocation graphique, le temps de quelques vignettes, se fait apocalyptique. Tardi est inspiré, habité ; on le sent souffrir de ce qu'il dessine, en empathie totale avec ceux qui meurent sous ses crayons, avec ceux qui, il y a cent ans, crevèrent pour une idée.

L'épisode belge, celui de Mons traversée de nuit, couvre-feu et patrouilles allemandes, rappelle la vision qu'avait eu de Vienne Orson Wells dans « le Troisième homme ». Quelle beauté.

Et puis il y a un bordel, des courbes molles comme sait si bien les rendre Tardi … mais là je ne dirai rien, parce que je suis pudique et que le récit se transforme en croche-patte.
Lien : https://laconvergenceparalle..
Commenter  J’apprécie          110
Quand Daenincks et Tardi nous parle de 14...
C'est du lourd, de la grosse artillerie ,
observés avec minutie et une
tendresse absolue pour ces poilus .

La boucherie, commandée de loin et de haut.
la révolte, l'épuisement, le désespoir
condamnés au peloton.

Tout est dit dans la chanson de Craonne
que chantent les soldats
entre deux coups de canon.

Tout est là,
Le dessin de Tardi en noir et blanc
accompagne avec justesse
ce court texte percutant.

Commenter  J’apprécie          140
Varlot n'est pas un soldat, il est tous les soldats, tous les pauvres bougres qui ont été envoyés au front, pas des héros, pas des courageux, pas des patriotes, juste des hommes qui n'ont pas eu le choix : "on est repartis comme des chiens, au coup de sifflet".
Une BD très courte, dans laquelle chaque planche est scindée en deux grosses vignettes, avec les dessins caractéristiques de Tardi, au trait noir appuyé.
Plus qu'une histoire, même s'il y a une vraie narration, je la vois plutôt comme des flashs, des images représentatives de ce qu'a pu être l'horreur des tranchées, et on s'y croirait. Les gueules cassées, les corps déchiquetés, les hommes épuisés, mutilés, l'envie d'en finir, le peloton d'exécution qui attend les déserteurs, l'absurdité, la débrouille, les drames humains qui sont amplifiés par la guerre...
Varlot nous montre l'absurdité, la folie et l'horreur de la guerre. C'est trash, et à la fin on ne distingue même plus les cadavres des vivants, ils ont les mêmes traits émaciés, les mêmes yeux fixes et vides. Mais est-ce que ça pourrait être autrement ?
Âmes sensibles s'abstenir.
Commenter  J’apprécie          81

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Ils m'ont expliqué que les trois gars avaient refusé de monter à l'assaut. Pour les jeunots du peloton, c'était le baptême du feu. Si on avait confié ce sale boulot à des vétérans, c'est l'officier qui aurait pris la salve.
Commenter  J’apprécie          30
[guerre 14-18]
Ça faisait des mois et des mois que le fracas des obus rythmait chaque seconde de ma vie... Dans le silence, je n'entendais que mon propre sang qui me cognait aux oreilles, aux tempes...
Commenter  J’apprécie          30
[ Incipit ]

Je me souviendrais toujours du 27 avril 1917, et pas seulement parce que c'était le jour de mes vingt ans.

Ce matin-là, c'était des vies qu'on soufflait à la place des bougies.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Didier Daeninckx (39) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Didier Daeninckx
1,2,3 BD ! Chez les libraires ! présente les BD coups de cœurs de Thierry et la librairie Mine de Rien à Besançon. Copenhague de Anne-Caroline Pandolfo, Terkel Risbjerg chez Dargaud. Le Roi méduse, tome 1 de Brecht Evens (Actes Sud BD) Vivian Maier de Emilie Plateau, Sowa chezDargaud En bonus Missak Manouchian - Une vie héroïque. Daeninckx Didier ; Mako ; Sakoun Jean-Pierre. Éditeur : Les Arènes BD Missak, Mélinée et le groupe Manouchian de Hiroyuki Ooshima - Jean-David Morvan - Tcherkézian - (Dupuis) 1,2,3 BD c’est 1,2,3 BD c’est le jeudi à 18h30 sur la chaine Youtube et les RS. Trait pour Trait parcourt toujours les librairies de France pour des conseils de lecture avec le soutien des librairies Mine de Rien, Alfa BD, Sanzot, Krazy Kat/ Manga Kat, la planète dessin, Alès BD, le Bidibul, L’octobulle, Comic(s)Trip et Popup&co!, la Malle à bulles. #GALERIE #BD #POPCULTURE #BANDEDESSINEE #COMICBOOKS #9EMEART Retrouvez 1,2,3 BD ! Chez les libraires! sur : https://www.youtube.com/TraitpourtraitBD https://www.facebook.com/TraitpourTra... https://www.instagram.com/traitpourtr...
Trait pour trait BD
+ Lire la suite
autres livres classés : boucherieVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (143) Voir plus



Quiz Voir plus

La mort n'oublie personne

En quelle année se passe l’histoire ?

1963
1953
1958

9 questions
118 lecteurs ont répondu
Thème : La mort n'oublie personne de Didier DaeninckxCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..